AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782849900079
190 pages
Editions des Equateurs (01/08/2004)
2.72/5   18 notes
Résumé :

" Il n'y a ni coupable ni victime dans cette histoire. Il n'y a pas d'explication pour les histoires qui se terminent mal. J'ai assisté impuissante à la fin d'un amour qui m'avait servi de modèle, puis de repoussoir. Il n'y a que l'absence si longue, cette difficulté à dire et cette incapacité à se taire. Et si mon père ou ma mère avait survécu, avait tué sans se donner la mort ? Je sais, bien sû... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bruno_Cm
  05 décembre 2022
Les Spaak constituent une famille très connue en Belgique... Est-ce pour cette raison que ce livre existe... Parce que si le drame qui le provoque doit en effet être l'objet d'un travail narratif conséquent dans le chef et la tête et la vie des personnes concernées, impactées, le fait que les protagonistes aient une renommée certaine n'en nécessite pas pour autant une publication.
Livre publié. Dont acte.
Je n'ai pas du tout ressenti d'empathie pour la narratrice, pas été touché. La forme, un tissu de fragments de vie, avec son père, sa mère, les soeurs, le grand-père Paul-Henri (la célébrité mascotte) ne parvenant pas à faire quelque chose de véritablement palpable et dense pour qui n'a pas une connaissance intime de cette famille. le lecteur lambda en est exclu.
Comment peut-on écrire un livre aussi court sur des éléments aussi importants de sa propre constitution... Ca ne me va pas. Il faut donner plus, penser plus, cracher plus, plus fort, beaucoup plus fort...
La retenue du livre me laisse à mille pieds au-dessus des coeurs dedans.
Un livre qui n'aurait selon moi pas dû être publié, rester dans l'intimité d'Isabelle Spaak.
P.S. : Bravo à Stéphane Rosencwajg pour l'illustration sur la couverture, très réussie.
Je ne peux pas en dire autant du choix du titre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cronos
  22 novembre 2021
Lu et c'est déjà pas mal, le fond est très intéressant mais j'ai eu plus de mal avec la forme. le fond, c'est l'histoire d'une mère qui a tiré sur son mari avant de se donner la mort, la fille raconte cette solitude, cette absence et ce drame 22 ans après les faits. Ce n'est pas joyeux, mais l'auteure est pudique dans ses sentiments, donc ce n'est pas si triste non plus.
Les chapitres très courts donnent un rythme au livre, sans ça se serait trop en longueur selon moi, donc bon choix. J'ai aimé le fait qu'elle fasse revivre ses parents à sa façon, par l'écrit et les souvenirs, c'est émouvant mais ça ne m'a pas touché plus que ça, je pense que ça impactera plus les gens qui ont malheureusement perdu leurs parents.
Au final le bilan est mitigé, ça manque de ressenti du point de vu du lecteur, le rythme est bon grâce au chapitrage, mais je garde à l'esprit que la sensibilité et la pudeur et propre à chacun.
Commenter  J’apprécie          30
Epicure_en_balade
  07 septembre 2016
A partir d'un fait divers familial tragique (la mère de l'auteur a assassiné son mari avant de se suicider), l'auteur retrace l'histoire de sa famille - celle du célèbre homme politique belge Paul-Henri Spaak, son grand-père- à travers de courts chapitres d'une à deux pages détaillant chacun une "tranche de vie" souvent anodine sans que j'ai pu percevoir une évolution claire. Style très soigné. Un texte de belle qualité qui ne m'a toutefois pas enthousiasmé.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
krzysvancokrzysvanco   01 janvier 2020
J’allaitais en lisant les lettres d’Hemingway. Plongée dans les écrits masculins et solides d’un séducteur qui n’était pas mon père, je devenais une femme. Je choisissais mes écrivains robustes et beaux. Ils m’offraient une parenthèse, en me protégeant des sentiments trop envahissants.
Commenter  J’apprécie          160
Bruno_CmBruno_Cm   04 décembre 2022
Conte de fées

Il était un grand nombre de fois
Un homme qui aimait une femme
Il était un grand nombre e fois
Une femme qui aimait un homme
Il était un grand nombre de fois
Une femme et un homme
Qui n'aimaient pas celui et celle qui
les aimaient

Il était une fois
Une seule fois peut-être
Une femme et un homme qui s'aimaient

Robert Desnos, Destinées arbitraires.
Commenter  J’apprécie          41
krzysvancokrzysvanco   01 janvier 2020
J’ai reçu d’elle ses gestes et sa malédiction. Celle qui pousse à vouloir encore être aimée, alors qu’on ne vous aime plus. Ce désespoir dont il faut s’extirper sans croire aux retours. Elle était passionnée, intransigeante, dure. Je peux l’être aussi.
Commenter  J’apprécie          60
Bruno_CmBruno_Cm   05 décembre 2022
Dans Feux, "produit d'une crise passionnelle", Yourcenar exprime la souffrance d'un amour qui se défait : "Entre la mort et nous, il n'y a parfois que l'épaisseur d'un seul être. Cet être enlevé, il n'y aurait que la mort."
Je ne me range pas aux côtés des assassines, je les comprends.
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   05 décembre 2022
- A un certain moment de sa vie, m'avait-il dit, on peut accepter de ne plus entendre chanter les oiseaux et de ne plus voir le soleil se lever.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Isabelle Spaak (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Spaak
ÇA NE SE FAIT PAS d'Isabelle Spaak
autres livres classés : prix rosselVoir plus





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1437 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre