AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Beatrice Sparks (Autre)
EAN : 9782266002424
224 pages
Éditeur : Pocket (30/11/-1)
3.61/5   2411 notes
Résumé :
"L'herbe bleue" est le récit du journal d'une adolescente de 15 ans mal dans sa peau.
Elle vit avec ses parents et son jeune frère et sa petite sœur, son père est professeur et il est muté dans l'université d'une autre ville, toute la famille va déménager.

De retour chez elle, elle s'éloigne de son amie Berth, se fait de nouveaux amis qui comme elle se droguent, pour se payer de nouvelles sensations elle commence à en vendre.

Pen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (230) Voir plus Ajouter une critique
3,61

sur 2411 notes

Nastie92
  25 janvier 2014
La fin justifie-t-elle les moyens ?
J'ai lu ce livre lorsque j'étais collégienne. Mes parents me l'avaient passé pour me mettre en garde contre les méfaits de la drogue. Pour eux, c'était sans doute plus simple de me donner un livre que de discuter. Peu importe, le but a été atteint : je ne me suis jamais droguée. L'idée ne m'avait de toute façon jamais effleurée, et l'herbe bleue n'allait certainement pas me donner envie. Car l'histoire est sordide. Une adolescente de quinze ans raconte son expérience dans son journal intime. Droguée à son insu au LSD lors d'une soirée, elle y prend très rapidement goût, et tombe vite dans l'enfer de la drogue. On suit l'évolution de style et de ton au fur et à mesure qu'elle s'enfonce dans sa vie de droguée. Ce n'est pas beau à lire, et ne donne pas envie. Pas de happy end ici... vous imaginez la fin.
Par combien d'adolescents comme moi ce livre a-t-il été lu, sur les conseils bien intentionnés de parents, enseignants ou amis ? Combien de personnes préconisent encore cette lecture ? S'ils savaient !
J'ai appris tout récemment que ce "journal intime" était un faux. Il a été écrit par Beatrice Sparks, américaine mormone, qui a écrit d'autres vrais-faux journaux sur des thèmes à sensation : la drogue, le sida, les adolescentes enceintes, etc. dans le but de mettre en garde les jeunes. Quelle imposture, quelle malhonnêteté intellectuelle ! J'enrage, je hurle ! Quelle que soit la légitimité du but visé (ici, faire de la prévention contre la drogue), on ne doit pas tromper le lecteur. Il aurait fallu prévenir qu'il s'agissait d'une oeuvre de fiction, et ne pas présenter l'herbe bleue comme étant un vrai témoignage. Pour moi, ce livre ayant perdu toute crédibilité a en même temps perdu tout son intérêt.
Non, la fin ne justifie pas les moyens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          16732
lecassin
  12 février 2013
« L'Herbe bleue » ou le journal intime d'une jeune fille de quinze ans qui va s'aventurer dans la quête des paradis artificiels. Elle finira par s'y perdre…
Mais replaçons nous dans l'époque. La traduction française date de 1972… 1972, deux ans (en gros) après la séparation des Beatles ; il y a déjà quelques années (1967) que John Lennon a composé « Lucy in the Sky with Diamonds » (LSD) et déjà trois ans que le festival de Woodstock à enflammé toute une génération…Bref, mes quinze ans…
Voici l'incipit : « Hier je me croyais la personne la plus heureuse de la terre, de toute la galaxie, de toute la création. Etait-ce seulement hier ou bien à des millions d'années-lumière ? Je pensais que l'herbe n'avait jamais eu d'odeur aussi verte, que le ciel n'avait jamais été aussi haut … »
Et l'épilogue : « L'auteur de ce journal est morte trois semaines après avoir pris la décision de ne plus en tenir un. Ses parents sont rentrés un soir du cinéma et l'ont trouvée morte. Ils ont appelé la police , une ambulance, mais il n'y avait plus rien à faire. Etait-ce une dose trop forte ? Accidentelle ? Préméditée ? Personne ne le sait et cela n'a que peu d'importance , dans le fond. Ce qui importe , c'est que cette enfant est morte.
Et qu'elle n'est qu'une des cinquante mille victimes de la drogue qui succombèrent cette année-là. »
Entre deux, la lente descente aux enfers d'une jeune fille de quinze ans… Un ouvrage qui fit grand bruit dans la jeunesse de l'époque… Une époque où tout le monde parlait drogue, alors que peu en avaient vu ; alors de là à en consommer… Et maintenant ?
Un ouvrage poignant où l'on sent l'isolement désespéré des adeptes, un isolement ou se succèdent les courtes rémissions et les brutales rechutes.
Un style parlé, si on peut parler de style, type journal intime… Mais ce n'est pas l'essentiel. Seul compte le témoignage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640
Nowowak
  03 avril 2021
« Hier je me croyais la personne la plus heureuse de la terre, de toute la galaxie, de toute la création. Était-ce seulement hier ou bien à des millions d'années-lumière ? Je pensais que l'herbe n'avait jamais eu d'odeur aussi verte, que le ciel n'avait jamais été aussi haut … »
Durant mon adolescence, ce livre moralisateur écrit par une américaine mormone dans le but d'éloigner les jeunes de cette saloperie trônait sur une étagère. Je ne sais pas s'il fut beaucoup lu. Il ne semblait pas abîmé. J'ai toujours trouvé débile de fumer peu importe la substance car l'être humain n'a rien d'une cheminée. D'ailleurs toutes les addictions sont néfastes. Même celle à Babelio.
J'ai fumé durant mon service militaire par atavisme (mot savant qui signifie : "attitude humaine consistant à copier une attitude humaine du genre débile"), pour ne pas me sentir exclu. Je n'en suis pas fier. Par chance mes enfants n'ont jamais tenu une clope entre leurs mains. Ils n'ont pas davantage lu ce roman caricatural, je ne leur ai pas donné de leçons de morale. Je suis vigilant quant à leurs états d'âme, si je sens que quelque chose ne va pas je vais les voir et eux savent qu'ils peuvent parler de tout avec moi. le dialogue est indispensable.
Le pitch : Une adolescente de quinze ans raconte son quotidien dans son journal intime. Droguée à son insu au LSD lors d'une soirée, elle y prend très rapidement goût et tombe dans l'enfer de la drogue. Pour the happy end vous repasserez ! Nous savons tous que la drogue c'est de la merde mais il faut remonter à la source pour soigner le mal. Ce livre est aussi utile que l'inscription « FUMER TUE » sur les paquets de cigarettes. Mais il a le mérite d'exister.
« L'auteur de ce journal est morte trois semaines après avoir pris la décision de ne plus en tenir un. Ses parents sont rentrés un soir du cinéma et l'ont trouvée morte. Ils ont appelé la police , une ambulance, mais il n'y avait plus rien à faire. Était-ce une dose trop forte ? Accidentelle ? Préméditée ? Personne ne le sait et cela n'a que peu d'importance , dans le fond. Ce qui importe , c'est que cette enfant est morte. Elle n'est qu'une des cinquante mille victimes de la drogue qui succombèrent cette année-là. »
Ce livre a connu le succès parce que le journal intime d'une jeune droguée qui arrête d'écrire le jour où elle prend la dose de trop cela ne pouvait que faire pleurer dans les chaumières. Mais il a connu un second succès quand on a compris qu'il s'agissait d'une supercherie et que l'auteur était une buveuse de tisane, une psychologue qui adorait les chats et les bibelots en porcelaine. Tout ceci ne constitue ni un folklore très grave ni des circonstances aggravantes. On ne retiendra pas grand chose de ce livre manichéen qui ne révolutionne pas le genre. Mieux vaut lire Valérie Valère si on veut déprimer avec grâce.
La jeunesse a le privilège de l'insouciance, ce sont les parents qui doivent veiller, trouver le juste milieu : pas trop d'interdits mais pas trop de liberté. Trop de sévérité ou trop de laxisme ne sont pas de bonnes méthodes. le seul objectif est d'avoir des rejetons à l'aise dans leurs baskets.
« Je crois que je suis tombée de la surface de la Terre et que je n'en m'arrêterai jamais de tomber. » Moi je vais me servir un autre verre de rosé et porter un toast à ceux qui aiment la vie et n'ont pas besoin de se défoncer pour la voir en rose ! Pour les autres qui sont dans la mouise jusqu'au cou, bigre de bigre, je leur souhaite du courage et de meilleures rencontres. Purée de radar à tête chercheuse ! Pétard de nouilles pas fraîches, ce bouquin m'a rétrospectivement foutu le bourdon ! Vite un Picsou-Parade !
Nowowak

Lien : https://pasplushautquelebord..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          456
lilimarylene
  20 juin 2012
Lorsque j'étais une jeune ado, ce livre me fascinait et j'avais une envie folle de le lire, pour découvrir le milieu de la drogue qui m'était totalement inconnu. le sujet, encore assez tabou à l'époque de ma jeunesse (pas si éloignée, non mais ho !), était ainsi très attirant pour moi. Malheureusement, ma bibliothèque municipale ne possédait pas cet ouvrage, et c'est seulement aujourd'hui que j'ai eu l'occasion de le lire ! Depuis, j'ai appris que ce livre n'est pas un vrai témoignage : c'est en fait un texte écrit par la psychologue américaine Beatrice Sparks... Quelle déception ! le récit a ainsi perdu une grande part de son intérêt à mes yeux... Car du coup, j'ai eu une lecture distanciée du roman, en ayant bien en tête que Beatrice Sparks était mormone et que le contenu de son livre était sûrement engagé... Et en effet, le récit est profondément moralisateur : une jeune fille de bonne famille sombre dans la drogue et la débauche sexuelle, puis se repent et devient une petite fille modèle qui se réfugie dans les valeurs familiales et la prière... C'est un peu trop caricatural à mon goût. Par contre, j'ai bien aimé comment le style d'écriture de la narratrice évolue au fil de la progression de son addiction, montrant l'influence progressive de son nouveau groupe d'amis : d'un langage maîtrisé et châtié, on passe alors à de l'argot pur et dur. Les expressions de l'époque m'ont également amusée, comme la façon dont la narratrice appelle les jeunes "les gosses". Mais mis à part ça, j'ai vraiment été refroidie par le fait que ce livre ait été un faux journal intime monté de toutes pièces, et que l'objectif de l'auteur était clairement une propagande à base d'esprit mormon... C'est sûr, cette lecture ne donne pas vraiment envie de défoncer à la drogue : les descriptions des pires moments vécus par la narratrice sont sordides, glauques, répugnantes. Mais voilà, pour moi, ce livre a perdu toute sa crédibilité...
Lien : http://surlestracesduchat.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          472
Ambages
  10 août 2020
L'herbe bleue, journal d'une jeune fille de 15 ans. Auteur anonyme^^ dans mon édition de 2001. J'en avais entendu parler et je m'attendais à du haut vol, au moins du même niveau que Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée... et bien non, et loin de là. Aucune comparaison possible. J'ai même eu l'impression parfois de lire un thriller, ou un roman policier à certains moments de l'histoire, mais jamais un récit vrai, d'une ado en pleine déchéance. Peut-être qu'à sa sortie au début des années 70 j'aurais eu un ressenti complètement différent vis-à-vis de cette histoire mais ce n'est pas certain du tout, car je n'ai pas plus apprécié l'écriture de l'anonyme-auteure.
En revanche, il reste que sur mon exemplaire, une jeune fille (au vu des nombreuses remarques au fil des pages, j'en suis certaine) a écrit à l'intérieur de la quatrième de couverture « je suis triste de la fin car je me suis attaché au personnage si fragile et influençable que ça m'a fait tous triste »
Alors mon avis, il ne vaut rien. Rien du tout. Et ce sont -pour moi- les plus belles lignes de ce livre que j'ai pu lire. Pas de l'auteur-anonyme, mais d'une lectrice-anonyme.
Ce livre a ému et touché cette jeune demoiselle qui en oublie les E des accords entre autres. En revanche, ses mots au crayon de papier, ses exclamations au fil de la lecture, son « horrible » à l'occasion d'une situation, ont été bien plus émouvants que le roman pour moi.
Mais c'est L'herbe bleue qui a touché cette gamine et grâce à cette lecture (peut-être) elle est restée loin de la dope et de cette misère. Elle est peut-être maman de jeunes enfants aujourd'hui et a toute la sensibilité pour les écouter grandir. Il y en a de belles histoires dans la boite à livres…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360


critiques presse (1)
Telerama   19 mars 2021
Témoignage anonyme d’une jeune diariste américaine sur sa descente dans les enfers de la drogue, “L’Herbe bleue” fut un énorme best-seller mondial.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (129) Voir plus Ajouter une citation
lolitajamesdawsonlolitajamesdawson   05 juin 2021
Et maintenant tout s'est écroulé et je voudrais me fondre dans le néant stupide de l'univers et cesser d'exister.

J'ai peur ! J'ai vécu dans cette chambre toute ma vie, tous mes quinze ans, cinq mille cinq cent trente jours. J'ai ri et j'ai pleuré, et j'ai gémi et marmonné dans cette chambre. J'y ai aimé des gens et des choses et j'en ai haï. Elle fait partie de ma vie, de moi-même.

J'ai dansé comme jamais je n'aurais pensé en être capable, je ne reconnaissais plus du tout la pauvre petite complexée minable que je suis ! J'étais bien, heureuse, libre, abandonnée, un être différent et amélioré, dans un monde plus beau, plus parfait. C'était dingue ! C'était beau ! Vraiment fantastique !

C'est vraiment ironique ! J'ai peur de vivre et peur de mourir.

Je voudrais qu'il existe un moyen d'effacer pour toujours et à jamais mes horribles cauchemars, mais, comme il n'y en a pas, je dois les enfouir dans les recoins les plus sombres et les plus inaccessibles de mon cerveau, où ils se recouvriront peut-être de poussière et seront oubliés.

Je parie qu'il est plus difficile de se procurer la pilule que de la drogue, ce qui prouve à quel point ce monde où nous vivons est dingue !

Une goutte de pluie vient de s'écraser sur mon front et elle m'a fait l'effet d'une larme tombant du ciel. Est-ce que les nuages et les cieux pleurent sur moi, vraiment ? Est-ce que je suis réellement seule dans ce monde gris et triste ? Est-il possible que Dieu lui-même pleure pour moi ?

Quand je deviendrai conseillère, j'essayerai vraiment de faire comprendre aux gosses que la drogue c'est de la merde et que ça ne vaut vraiment pas le coup ! Bien sûr, c'est chouette, c'est dingue, c'est excitant de partir en voyage, je ne pourrai jamais dire le contraire. C'est excitant, c'est divin et dangereux, mais ça ne vaut pas le coup ! Vraiment pas !

Je n'arrive pas à croire que je suis enfermée dans un monde de fous. Ils sont partout. Je ne suis pas à ma place ici et pourtant j'y suis.

Parfois, je pense que la mort est le seul moyen de fuir cette chambre.

Je me vois vieille, sans jamais avoir été jeune. Je me demande comment ça peut m'arriver si vite, à moins que je n'aie déjà gâché ma vie.

Pourquoi la vie est-elle si difficile ? Pourquoi ne pouvons-nous pas être simplement nous-mêmes et que tout le monde nous accepte comme nous sommes ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas être simplement moi comme je suis maintenant, sans avoir besoin de me concentrer et de rouspéter et d'être troublée par mon passé et mon avenir ?

Je me disais toujours que lorsque j'aurais rempli toutes tes pages j'entamerais un autre cahier, et que je tiendrais un journal de ma vie. Mais je ne crois pas que je le ferai. Les journaux intimes, c'est très bien quand on est jeune. Je dois te dire que tu m'as sauvé la vie cent, mille, un million de fois. Tu m'as empêchée de devenir folle. Mais je pense que lorsqu'une personne devient plus âgée elle doit pouvoir discuter de ses problèmes et de ses pensées avec d'autres personnes, au lieu de se parler à elle-même ou à une partie d'elle-même comme toi. Tu ne le pense pas ? Si, je l'espère, car tu es mon plus cher ami et je te remercierai éternellement d'avoir partagé mes peines et mes larmes et mes luttes et mes malheurs ainsi que mes joies et mes bonheurs. Tout a été pour le mieux, je pense, d'une manière spéciale. Salut, à bientôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ShrimpShrimp   05 novembre 2010
L'adolescence est une époque vraiment désagréable ; on ne se sent pas en sécurité, les grandes personnes nous traitent comme des enfants tout en attendant de nous que nous nous conduisions en adultes. Elles nous donnent des ordres, comme à des petits animaux, et puis elles espèrent que nous réagirons comme de vrais adultes raisonnables. C'est une époque pénible, difficile, perdue. J'ai peut-être survécu le plus mauvais moment. Je l'espère, en tout cas, parce que je sais que je n'aurais jamais la force ni la volonté de repasser par là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
tsukytsuky   08 novembre 2008
Une goutte de pluie vient de s'écraser sur mon front et elle m'a fait l'effet d'une larme tombant du ciel. Est ce que les nuages et les cieux pleurent sur moi, vraiment? Est ce que je suis réellement seule dans ce monde gris et triste? Est-il possible que Dieu lui-même pleure pour moi?
Commenter  J’apprécie          760
PiertyMPiertyM   16 juillet 2015
L'adolescence est une époque vraiment désagréable ; on ne se sent pas en sécurité, les grandes personnes nous traitent comme des enfants tout en attendant de nous que nous nous conduisions en adultes. Elles nous donnent des ordres, comme à des petits animaux, et puis elles espèrent que nous réagirons comme de vrais adultes raisonnables. C'est une époque pénible, difficile, perdue. J'ai peut-être survécu le plus mauvais moment. Je l'espère, en tout cas, parce que je sais que je n'aurais jamais la force ni la volonté de repasser par là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
chrysaline01chrysaline01   31 janvier 2008
18 août.
Ce matin, je suis allée consulter le docteur Langley et je lui ai dit et répété que je ne pouvais pas dormir. J'ai mis le paquet. Il m'a posé un tas de questions, il m'a demandé pourquoi je ne pouvais pas dormir, mais je lui ai répété que je ne savais pas. Finalement, il s'est laissé fléchir et il m'a donné des somnifères. A vrai dire, je n'ai pas tant besoin de sommeil que d'évasion. C'est un moyen de s'évader absolument merveilleux. Quand je n'en peux plus, je prends un comprimé et je me laisse simplement sombrer dans le néant. Au point où j'en suis, c'est mieux que rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220

>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..