AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749931339
Éditeur : Michel Lafon (01/06/2017)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 17 notes)
Résumé :
À trente-deux ans, Russel Green a une vie de rêve : une carrière brillante dans la publicité, une maison sublime à Charlotte en Caroline du Nord, une adorable petite fille de six ans et surtout une femme exceptionnelle, Vivianne, qui est le centre de son monde. Mais cette merveilleuse façade se craquèle le jour où Vivianne part soudainement et qu'il perd son travail. Désarmé, Russel doit apprendre à composer avec sa nouvelle existence et à élever seul sa fille, deve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Valmyvoyou_lit
  01 août 2017
Je viens de terminer ce livre et pendant que j'écris ma critique, mes larmes coulent toujours. Je dis toujours qu'un livre réussi pour moi est un livre dans lequel je m'attache aux personnages que je n'ai pas envie de quitter. le type de livres qui fait que je ne sais pas quoi lire ensuite. Avec Tous les deux, je suis vraiment dans ce cas de figure.
Chaque chapitre commence par un passage en italique. Il s'agit d'un souvenir que se remémore Russel Green. Ensuite, le reste du chapitre reprend l'ordre chronologique de l'histoire.
On assiste à la chute de cet homme, au niveau de sa vie professionnelle et maritale. Oh, que je l'ai aimé cet homme, dans sa quête du bonheur pour sa fille London de 5 ans. Et cette petite fille qui me fait tant penser à la mienne, je l'ai adorée aussi. Russ n'a pas conscience d'être un homme bien mais c'en est un.
D'autres personnages très attachants gravitent autour de ce petit monde. Mais je vous laisse les découvrir.
Je ne veux pas en dire trop mais je précise juste que la personne pour qui j'ai le plus pleuré, je ne l'évoque pas dans ma critique, afin de laisser le mystère.
J'avais acheté ce livre lors de sa sortie et je me l'étais gardé comme un cadeau pour les vacances. Comme j'ai bien fait! du grand Nicholas Sparks, un vrai bonheur. Ce livre est beaucoup plus profond qu'il en a l'air. C'est un coup de coeur pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
Clemocien
  11 janvier 2018
On ne présente plus Nicholas Sparks, tout le monde (ou presque) a au moins vu The Notebook (N'oublie jamais) avec Ryan Gosling et Rachel McAdams. Pour ma part, j'ai lu la quasi-totalité de ses livres (grosse préférence pour le temps d'une chanson, le porte bonheur et Chemins croisés). Je l'ai découvert avec le film A walk to remember (Le temps d'un automne) à la superbe BO avec Mandy Moore.
Bref, aujourd'hui, j'achète un peu du Nicholas Sparks les yeux fermés, sans forcément lire le résumé.
J'aurai mieux fait de m'en tenir à cette pratique en ce qui concerne Tous les deux. En effet, je ressors de ma lecture plutôt déçue (et encore ça s'améliore sur la fin), principalement je pense, parce que le résumé nous annonce un évènement qui survient à la page 255 et qu'on attendait donc avec impatience.
Tous les deux parle de la relation d'un père avec sa fille, mais pas que. Il traite aussi de la relation de couple, qui peut s'étioler avec le temps, des hasards de la vie, de la maladie et des sentiments. Sentiments que l'on maîtrise avec facilité ou non, que l'on sait exprimer ou au contraire que l'on garde pour soi. Il y a de jolies leçons de vie dans ce roman mais…
… tout est vraiment prévisible. Lorsque Vivian quitte Russ à la page 255, on l'attendait déjà depuis le début, .
… et j'ai vraiment détesté le personnage de Vivian. du coup, toute la première partie du roman m'a semblée extrêmement longue, comme une énumération du quotidien d'un couple dans lequel il n'y a plus d'amour. Alors certes, la description est faite du point de vue de Russel, donc on pourrait penser qu'il exagère et dépeint sa femme d'une manière peu objective. Pourtant, il se remet aussi en cause, se pose des questions sur son comportement… Il dit aimer sa femme, mais on peut se demander comment cela est possible ; Vivian rejette presque tout ce qu'il fait, ne le soutient pas et le manipule en le faisant culpabiliser. Lorsque l'on aime quelqu'un, on ne doit pas sans cesse réfléchir à notre façon d'agir en sa présence. C'est une femme excessive et lunatique, qui voudrait que tout soit fait pour la satisfaire et qui aime contrôler son monde. Elle est à la limite de l'égocentrisme et son revirement final est limite difficile à avaler compte tenu de ses actes tout au long de l'année.
Et pourtant…
Tous les deux se lit très bien ; chaque chapitre se décompose en un souvenir de Russel, matérialisé en italique, et la narration de l'année où il a tout perdu. Malgré l'ennui que l'on peut ressentir à la lecture de la première partie, on s'attache à Russel et à sa famille. Lui est un homme très sensible, très attaché au bien être des autres et à leur façon de percevoir les choses. Il va se dépasser au cours de l'année contée pour rendre sa fille heureuse tout en surmontant son propre chagrin. London est une petite fille très intelligente et sensible, malgré la sur stimulation que lui fait subir sa mère. Leur relation est très émouvante et bien retranscrite.
Les parents de Russ parlent peu mais sont aimants et toujours présents, tout en le laissant se débrouiller aussi par lui-même. Ils font figure de modèle, de repère et incarnent un foyer stable. Marge et Liz sont toutes les deux adorables, de bon conseil mais jamais dans le jugement ; je parle d'elles et non de elle et elle car c'est l'impression que l'on a, qu'elles ne font qu'un.
… j'ai bien aimé le parallèle que dresse Nicholas Sparks entre l'éducation des enfants à l'heure actuelle et il y a 30 ans ou plus : on passe de l'enfant libre et plus ou moins laissé à lui-même à un enfant hyper couvé, qui a 15 activités par semaine et dont on surveille le moindre pet. La société évolue d'une façon pas forcément salutaire pour ces enfants qui, pour certains, préféreront passer leur journée devant la télé plutôt qu'à jouer en plein air. Russ se compare ainsi à sa fille et met relève de nombreuses différences dans le comportement de ses propres parents vis-à-vis de leur petite fille : lorsque London tombe de vélo, tout le monde se précipite aux urgences alors qu'à l'époque on lui aurait dit « va te soigner ». Pourtant, London n'apparait à aucun moment comme la petite fille pourrie gâtée qu'elle pourrait être.
… la deuxième partie du roman, beaucoup moins axée sur Vivian m'a beaucoup plus plu ; on y découvre un peu plus Marge et Liz, ce couple modèle, Emily, cette ex avec qui Russ avait mal agit et les réactions de London ou même de Russ vis-à-vis de Marge ont su me tirer quelques larmes.
Emily est le dernier personnage que j'ai beaucoup apprécié. Elle a traversé la même épreuve que Russ il n'y a pas si longtemps que ça et elle a su prendre beaucoup de recul pour analyser et verbaliser les choses. Elle est d'un soutien sans faille pour son ex-petit-ami et on voit bien qu'ils sont fait l'un pour l'autre. La question se pose d'ailleurs : et si Russ n'avait pas trompé Emily il y a 15 ans ? Est-ce qu'ils auraient pu être heureux tout ce temps ? MAIS il n'y aurait pas eu London ni Bodhi. Les choix que l'on prend ne sont peut-être pas toujours les bons, mais la plupart du temps ils ont leur lot de bonnes surprises et il faut profiter de toutes ces petites surprises que nous offre la vie et espérer.
Tous les deux est donc une lecture en demi-teinte, dans laquelle j'ai trouvé des moments intenses et des réflexions très profondes mais qui traine un peu trop en longueur et nous présente un personnage féminin avec lequel je n'ai absolument pas accroché.
Lien : https://sawisa.wixsite.com/y..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Loryane
  03 décembre 2017
Une lecture très difficile à suivre, plus de 500 pages avec des longueurs ; au début de l'histoire je décrochais souvent par le manque de moment opportun. Pourtant c'est un très beau récit, parlant d'un père et de ses soucis de famille – le travail, l'argent et un divorce – bercé par l'amour qu'il porte à sa petite fille, il doit l'élever seul après le départ de sa femme. Peut-être ai-je trouvé ce roman interminable par l'excès de narration, en effet on est complètement dans la tête de ce papa et le moins qu'on puisse dire c'est qu'on sait tout de lui et de ce qu'il pense. Une oeuvre sur un amour invincible, Nicholas Sparks nous offre une nouvelle histoire sur les liens unissant un père et sa fille.
Russel Green travaille dans une agence de pub, possède une magnifique maison, une petite fille de six-ans et une femme. le bonheur, ou presque. Malheureusement tout n'est pas éternel et particulièrement une carrière, il perd son emploi et se retrouve dans une situation périlleuse ; faire un choix. Il prend les devants et créer son entreprise. Mais juste après ça, son épouse l'abandonne en lui laissant leur fille, du coup il devient papa et maman à plein temps. J'ai trouvé ce personnage incertain, cependant il est très courageux et c'est un très bon père ; il s'occupe de son bébé tout seul et sans jamais se plaindre de quoi que ce soit. Il s'en sort avec brillance, ne lâchant jamais son rôle de pilier central ; donnant tout ce qu'il faut pour son enfant.
J'ai eu un réel coup de coeur pour tous les personnages, ils ont tous une profondeur et une importance capitale. Marge et son franc-parler, la confidente, la grande soeur de Russel. Liz et sa réserve que j'ai trouvé touchante et très intelligente, perspicace et pleine d'esprit, la compagne de Marge. Emily est une femme plutôt mystérieuse mais elle est gentille, douce, avec une âme d'artiste, ce qui est marquant c'est tout simplement sa sagesse, l'ex petite-amie de Russel et ils se retrouvant quelques années après leur rupture. London, la petite fille de notre héros ; elle est elle-même une héroïne puisqu'elle change la vie de son père, elle lui montre dans un sens le chemin qu'il doit prendre, c'est une enfant vraiment adorable avec une maturité étonnante ; par contre elle est parfois influençable. le père et la mère de Russel, ils m'ont tout les deux touchés, lui est observateur, pudique et c'est un homme avec de l'expérience sur la vie et ses problèmes communs ; tandis que la maman est souvent inquiète, avec le coeur ouvert au monde entier, elle ne juge personne et j'ai admiré son énergie et sa force après tant de tragédie. L'unique ombre au tableau c'est Vivian, la femme de Russel, étant vil, manipulatrice et vénale, pourtant elle a quand même du coeur pour London, son bébé ; elle est prête à tout pour elle, jusqu'à faire de celle-ci sa poupée, la façonnant à sa manière. Je ne l'ai pas du tout apprécié, elle sait comment mener son monde et son caractère est déplaisant à souhait, se croyant tout permis.
Sincèrement je ne sais pas quoi penser de ce récit, la fin est vraiment émouvante au point de m'avoir serré la gorge. En fait il n'y a pas vraiment d'intrigue particulière, pas comme dans les précédents romans de cet auteur où il y avait un vrai rebondissement, une touche d'action et de surprise. Ce livre est tout en simplicité, sur les traces de la réalité et de la sincérité. Ce n'est pas original, cependant j'ai reçu une bouffée d'authenticité et du baume au coeur. Malgré des instants pénibles pour nos personnages, il y a autant de bonheur et de joie, de magie et une nuée d'amour ! Un roman sur tout les sentiments qu'un père, frère, mari et fils peut connaître. On découvre Russel se cherchant dans l'existence, se posant les bonnes comme les mauvaises questions, essayant chaque solution possible, mettant ses talents méconnaissables à contributions. Certainement que le dénouement est inattendu, tout comme certains autres aspects de l'ouvrage, donc je vais éviter de raconter les moments majeurs pour ne pas gâcher les bienfaits de cette histoire.
Nicholas Sparks est un écrivain que j'admire depuis déjà un petit moment, abordant des récits sur la vie, sur des thèmes vrai et sans en rajouter plus que nécessaire. Pourtant dans ce livre je n'ai pas retrouvé le charme de sa plume, comme dans « Si tu me voyais comme je te vois » ou encore « Un choix » ; dans « Tous les deux » son écriture est envoûtante tout en étant parfois pesante en tournant de plus en plus les pages. Premièrement les chapitres ne sont pas courts et de plus la narration prend une place considérable. Par contre j'ai beaucoup apprécié les paragraphes en italique mettant en scène une époque, un instant que Russel a vécu avant toute cette histoire.
Dans l'ensemble cette lecture est satisfaisante et bouleversante sur la fin. Malgré tout les longueurs sans fin m'enlèvent légèrement du plaisir, en tout cas certaine descriptions semblent être juste là pour être là, tandis que les moments sublimes passaient bien trop rapidement à mon goût. Des personnages extraordinaires, uniques ; avec des défauts comme des qualités, des humains pour lesquels on s'attache véritablement, je ressens une vraie tristesse de les quitter. Un suspense perceptible tout en ayant un récit assez prévisible en raison du résumé. Des émotions profondes et intenses, toutefois elles sont authentiques et évidentes, des sentiments à l'état brut ; un bonheur de lire ça ! L'originalité n'est pas forcément là puisque de mon point de vue c'est une histoire avec des faits réels, purs ; un roman honnête. Et l'écriture est quand même belle en dehors des développements de temps en temps ennuyeux. « Tous les deux » est à découvrir et à partager avec amour.
Lien : https://lesfaceslitteraires...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Hyaline
  20 février 2018
C'est le premier livre que je lis de cet auteur, alors que je dois connaître probablement presque toutes les adaptions cinématographiques tirées de ses livres. #ShameOnMe. Quelle claque… J'ai voulu lire ce livre notamment parce que c'est Michel Lafon qui le publie, et ensuite parce que j'avais envie d'une histoire sentimentale qui prend aux tripes, exactement ce que fait Nicholas Sparks habituellement selon ce que j'en avais compris.
J'ai beaucoup aimé la couverture, et je pense que c'est ce qui m'a aidé à me lancer dans ce roman, tout de même assez conséquent, par le fait qu'on est plus envoyé dans une histoire de famille, d'amour et de découverte entre un père et sa fille, plutôt que dans une histoire de couple. Autrement dit, pas de new romance ici ! Ne vous attendez pas à de l'action, à des rebondissements inattendus, ce livre ne sera pas fait pour vous sinon. On entre dans un univers connu de tous : un couple, avec une petite fille, une maison, un travail… Pas d'action dans tout ça, mais beaucoup de choses concrètes, réelles, de sentiments. J'ai du coup tendance à penser que ce livre peut s'adresser à tout le monde.
On entre dans le quotidien de Russ, qui perd son travail, puis petit à petit sa femme, Vivianne. Il se retrouve alors à devoir élever London, sa fille, plus ou moins seul. Pas évident quand on n'en a pas l'habitude n'est-ce pas ? On les voit apprendre à se connaître, faire en sorte que tout se passe bien avant tout pour elle. Et si ça n'a rien de spectaculaire au premier abord, on a réellement une complicité qui se fait entre le lecteur et les personnages. J'ai eu tellement de peine pour Russ, tellement de haine pour Vivianne par la suite alors même que je me retrouvais parfois en elle au début du roman, dans sa façon d'être, dans ses réactions. Ce que j'ai aimé par rapport aux personnages, c'est qu'ils m'ont tous touchés à leur façon, que ce soit nos personnages principaux, ou alors dans la famille de Russ… J'ai détesté sans en être réellement capable, j'ai aimé en ayant toujours une hésitation. On retrouve bien la complexité des choses qui nous arrivent : tout n'est pas tout blanc ou tout noir. Russ n'est pas parfait, Vivianne n'est pas seulement un personnage que l'on peut se permettre de détester. On a une belle représentation de ce qui se passe autour de nous tous les jours, et c'est ce qui m'a plu. Un roman où on ne triche pas, on ne s'évade pas tout à fait, et on prends conscience, si possible, de la difficulté des choses. Tout n'est pas toujours merveilleux, tout n'est pas toujours simple, et on n'échappe pas à certaines « lois ».
L'écriture m'a fait plonger dans le roman. Je l'ai trouvé à la fois très jolie et très simple. Je n'ai pas annoté de citations toutes les 30 secondes comme j'ai déjà pu le faire dans d'autres livres, c'est vrai, mais ça ne m'a pas gêné. On fait passer les sentiments par des mots simples que chacun prononce chaque jour, sans en faire trop, tout en restant dans le naturel et ça m'a beaucoup plu. J'ai trouvé l'écriture fluide en fonction des moments, parfois hachée à cause de la douleur, mais j'ai toujours pu m'y retrouver, m'identifier. Elle a eu un rythme qui personnellement me convenait et était en adéquation avec ce que je ressentais.
La fin est à la fois parfaite et terriblement déstabilisante. On n'est pas dans le happy end parfait, ni dans le drame. C'est un juste milieu des deux, encore une fois comme on en vit tous les jours. Pour moi c'est un point qui mène directement au coup de coeur !
Après je tiens quand même à mettre en garde les personnes qui seraient peut-être touchées par ce genre de sujets comme la rupture, le divorce, les questions de garde etc que ce n'est peut-être pas le livre qui vous faut maintenant tout de suite, ou alors bien au contraire, si vous êtes prêt, ce sera LA révélation comme ça a pu l'être pour Russ.
Lien : https://demynotebook.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Elyza
  17 août 2017
C'est l'année dernière que j'ai découvert la plume de Nicholas Sparks avec Si tu me voyais comme je te vois que j'avais beaucoup apprécié. Ma lecture m'avait d'ailleurs donné envie de récidiver, raison pour laquelle j'ai souhaité lire son nouveau roman: Tous les deux. Un grand merci à la maison d'édition Michel Lafon pour l'envoi de ce livre. 
Russel, la petite trentaine, est à un tournant de sa vie. Il a décidé de prendre sa carrière dans la publicité en main en se mettant à son compte mais être auto-entrepreneur ne s'improvise pas et les affaires vont mal. En parallèle, son couple avec Vivian bat de l'aile et il sent que sa femme se détache de lui, mettant en péril la famille qu'ils composent avec leur petite fille London.
Je suis assez fâchée contre le résumé au dos du livre que je qualifierai de trompeur. En lisant ce résumé, on comprend que Vivian quitte son mari qui se retrouve tout seul pour élever leur fille. En débutant cette histoire, je m'attendais donc à ce que Vivian soit déjà partie ou du moins à ce qu'elle s'apprête à le faire et en réalité, pas du tout puisque tout va bien. Arrivée à la moitié du livre, certes ça va mal mais Vivian et Russel sont toujours ensemble. J'ai horreur quand les résumés des livres nous font interpréter l'histoire d'une certaine manière alors que le contenu est différent. C'est tellement frustrant!
Bon, que je vous rassure, ce n'est pas le résumé qui est venu ternir mon impression générale. J'ai en réalité bien aimé cette histoire, j'ai trouvé qu'elle sonnait juste et elle m'a paru émouvante. Je pensais en lisant le résumé (oui, encore lui) que le fond du problème allait tourner autour de la garde de London mais en réalité l'histoire évoque surtout la séparation entre deux personnes qui sont restées ensemble pendant des années et qui se sépare. Je suis bien contente de ne pas avoir lu ce livre en début d'année, au moment de ma propre séparation parce que je ne suis pas sûre que j'aurai pu rester aussi stoique que je l'ai été en cours de lecture. Ces moments ne sont simples à vivre pour personne et lorsqu'un enfant est en jeu, c'est pire que tout. 
Russel est un homme attachant mais assez solitaire parce qu'il a consacré toute sa vie à son travail et à sa famille proche. Il y a les gens gentils et ceux qui le sont un peu trop, à l'image de Russel qui a gentiment laissé passer tous les caprices de sa femme sans se rendre compte une seule seconde qu'elle était malheureuse en restant avec lui. Chaque début de chapitre marque l'occasion de découvrir une anecdote concernant le passé de Russel et si au début ce choix narratif m'a amusé, il m'a lassé au fil du temps. Mine de rien, ce livre est une grosse briquette de plus de 500 pages et j'ai trouvé que ces passages n'apportaient rien de plus si ce n'est d'instaurer une certaine longueur et rupture rythmique au texte. 
Les passages que j'ai préféré ce sont les moments un peu privilégiés que Russel passe en compagnie de sa petite fille London. Agée de 5 puis 6 ans, London est une petite fille gaie et pimpante, beaucoup plus habituée à la compagnie de sa maman qu'à celle de son papa. Russel va donc apprivoiser sa propre fille et le lien qui va se tisser entre eux m'a beaucoup émue. En parlant d'émotions, j'ai énormément aimé la famille de Russel. Que ce soit ses parents tolérants et aimants ou que ce soit sa grande soeur délurée mais pourtant si sage, ils m'ont chacun fait verser des larmes pour des raisons différentes au fil de ma lecture. Pour tout vous dire, j'ai terminé en pleurs les 60 dernières pages de ce livre et je l'ai refermé en étant dans tous mes états, complètement agitée. 
En résumé, cette histoire souffre de longueurs, sachez-le. Mais si vous réussissez à passer outre, vous vivrez de grandes émotions en compagnie de Russel, partageant avec lui, ses joies, ses peines, ses espoirs, sa douleur. Cette histoire n'est pas seulement une histoire de rupture. Cette histoire, c'est une histoire de famille, une histoire de vie. C'est l'histoire de Russel mais ça pourrait également être la mienne ou la votre, celle de tout un chacun.
Lien : http://elyzalecturesenchante..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   29 mai 2017
Nicholas Sparks décrit très bien la lente décrépitude d’un couple qui se dirige lentement mais sûrement vers l’échec.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
ClemocienClemocien   11 janvier 2018
Il travaillait de ses mains alors que j'effectuais un travail intellectuel et, si sa vision du monde - noir et blanc, bien et mal - pouvait paraître simpliste aux yeux de certains, elle constituait une sorte de feuille de route sur la manière dont un homme réaliste était censé mener sa vie. Se marier. Aimer sa femme et la traiter avec respect. Avoir des enfants et leur enseigner les valeurs de l'effort. Faire son travail. Ne pas se plaindre. Se rappeler que la famille - contrairement à la plupart des gens qu'on croise dans l'existence - sera toujours là pour nous. Réparer ce qui peut l'être ou s'en débarrasser. Se comporter en bon voisin. Aimer ses petits-enfants. Agir comme il se doit.
De bonnes règles. Des règles géniales, en réalité, restées intactes tout au long de son existence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   07 juin 2017
On doit garder de ce jour-là un souvenir bien précis… et pas les vagues réminiscences qui sont les miennes. Si je m’en souviens, c’est surtout grâce à Vivian. Chaque détail semblait gravé dans sa mémoire, mais c’était elle qui allait accoucher, et la douleur n’a pas son pareil pour vous affûter l’esprit, parfois. C’est ce qu’on prétend, du moins.
Ce que je sais en revanche, c’est qu’en nous remémorant les événements de ce jour-là, nos opinions respectives diffèrent légèrement. Par exemple, je considérais mes actes tout à fait compréhensibles compte tenu des circonstances, alors que Vivian me jugeait soit égoïste, soit carrément abruti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   07 juin 2017
On dit qu’à la naissance les bébés ressemblent soit à Winston Churchill, soit au Mahatma Gandhi ; mais comme ma fille avait le teint un peu grisâtre en raison de son anémie, j’ai tout de suite pensé qu’elle ressemblait à Yoda, sans les oreilles, bien sûr. Une Yoda ravissante, cela dit, une Yoda époustouflante, une Yoda si prodigieuse que lorsqu’elle a agrippé mon doigt, mon cœur a failli exploser.
Commenter  J’apprécie          20
DeboDebbyDeboDebby   28 décembre 2017
Ces instants sont restés gravés en moi à jamais, en partie à cause de leur simplicité, mais aussi parce qu'ils étaient révélateurs. Ils ne sont pas non plus répétés, et je ne peux m'empêcher de penser que si d'aventure je tentais de les reproduire, les souvenirs d'origine me glisseraient entre les doigts comme des grains de sable, en diminuant l'emprise que j'ai sur eux à ce jour.
Commenter  J’apprécie          20
ClemocienClemocien   11 janvier 2018
- Pourquoi le mariage est-il si difficile ?
- Qui sait ? Je pense que c'est probablement parce que les gens se marient sans se connaître vraiment pour commencer. Ou parce qu'ils ne savent pas à quel point ils sont cinglés.
- Tu es cinglée toi ?
- Bien sûr. Je ne veux pas dire "folle à lier". Mais un peu, comme tout le monde, en fait. Telle personne est peut être trop sensible et se vexe pour un rien, une autre risque de se mettre en colère quand elle n'obtient pas gain de cause. Une autre encore se ferme comme une huitre et tient rancune pendant des semaines. Voilà ce dont je parle. On fait tous des trucs malsains dans une relation, mais je ne suis pas certaine que les gens l'admettent sauf s'ils se connaissent vraiment bien. Et si tu considère que chaque partenaire débarque avec ses propres problèmes, c'est un miracle que le moindre mariage puisse tenir dans la durée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Nicholas Sparks (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicholas Sparks
Chemins croisés (The Longest Ride, 2015), film américain réalisé par George Tillman Jr., scénario : Craig Bolotin, d’après l’œuvre de Nicholas Sparks. Bande annonce.
autres livres classés : cancerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Chemins croisés de Nicholas Sparks

Comment s'appelle le vieil homme dans l'histoire ?

David
Luke
Ira
Frank

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Chemins croisés de Nicholas SparksCréer un quiz sur ce livre
.. ..