AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213644165
265 pages
Éditeur : Fayard (26/08/2009)
3.46/5   104 notes
Résumé :
« Sur un transat, il mange un esquimau. Le chocolat fond autour de sa bouche, il s’en met partout. On dirait du sang séché. Le ciel est de la même couleur que le soleil. Ce matin, on a braqué le minibar. Augustin voulait qu’on célèbre son départ. L’air a une vague odeur de jasmin. Je suis sûr que c’est le produit d’entretien. Il se lève pour aller commander quelque chose au restaurant, de l’autre côté de la piscine. Je l’observe. De longs palmiers bougent lentement ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,46

sur 104 notes
5
2 avis
4
7 avis
3
7 avis
2
2 avis
1
2 avis

Christophe_bj
  09 août 2021
Sacha a quatorze ans et est élève de troisième. Enfant de parents connus et divorcés, habitant le sixième arrondissement de Paris et appartenant à la jeunesse dorée, il nous raconte ses frasques en compagnie notamment d'Augustin, avec qui il goûte aux « joies » du sexe, de l'alcool et de la drogue. ● Entièrement écrit au présent de l'indicatif avec des phrases brèves, le récit se lit bien et rapidement. Même si certaines pensées se veulent profondes, et s'il raconte une descente dans un enfer au petit pied, le texte est léger. Il n'y a rien de très nouveau ici, que ce soit au niveau du style ou de ce qui est raconté, mais le texte a un certain charme, peut-être plus adapté à un lectorat lui-même adolescent.
Commenter  J’apprécie          451
Dosamuse
  27 mai 2014
Je crois bien que c'est la première fois que je lis un livre sur l'adolescence qui retranscrit aussi fidèlement les états d'âme que l'on a à cette époque.
La jeunesse de l'auteur y est peut-être pour quelque chose mais tant mieux. C'est très bien écrit. L'auteur réussit parfaitement à nous faire ressentir cette mélancolie si caractéristique de cette époque de la vie.
A moins une, je me retrouvais allongée dans ma chambre d'ado l'esprit dans le vague fixant mes posters de Nirvana.
Commenter  J’apprécie          180
Livresselitteraire
  13 septembre 2016
Ah l'adolescence ! Cette période si compliquée où l'on se cherche, où l'on teste, où la colère prend le pas sur cette construction de soi. Sacha Sperling la décrit avec cette prose sensible et crue qu'on lui connaît. Un phrasé court, lancinant comme pour mieux s'approprier les sentiments de cet adolescent fracassé par la vie, par une mère à moitié dépressive et un père absent.
Alors à quatorze ans, on essaye la weed, et puis la coke, et puis le sexe sous l'effet de l'alcool ou de la drogue, comme ça sans raison … si ce n'est oublier ce monde qui nous entoure, qui nous fait chier, qu'on ne comprend juste pas en réalité. Et ça, l'auteur le retranscrit parfaitement, on ressent le mal-être qui habite Sacha en permanence. Grandir, tester, sombrer dans le vice. Oui, mais l'enfance n'est jamais loin. Amer paradoxe que l'auteur met en avant lorsque les personnages de ce récit jouent dans la nuit à une fausse guerre après avoir fumé des joints … On sent que ces adolescents sont encore habités par l'innocence de l'enfance, qu'ils se battent pour se faire une place dans le monde pré-adulte et en même temps on les découvre projetés dans le monde des grands sans savoir ce qu'ils font, sans savoir comment cet inconnu fonctionne. Mais n'est-ce pas cela l'adolescence – ou l'adolescence dans le milieu bourgeois – se situer au croisement de la vie et ne pas savoir quelle direction emprunter ? Et à quatorze ans, on se cherche, est-on hétérosexuel, bisexuel ou homosexuel ? Peut-on se prendre pour un adulte ? Quelle est notre place dans cette société ? Ce sont tous ces questionnements que l'auteur met en lumière dans ce roman à la fois doux et violent.
Je ne vous cache pas avoir été quelque peu "choquée" par l'âge et les expériences faites par les protagonistes mais après tout lorsque l'on jette un oeil sur notre génération, sur la mienne en tout cas, je trouve que l'auteur n'est pas si loin de la vérité.
Quoi qu'il en soit, c'est sans tabous que Sacha Sperling livre au lecteur la décadence qui habite ses personnages. Au-delà de ces questionnements adolescents, j'ai trouvé la critique de cette société si pertinente : le rôle des images (films pornographiques), l'influence des gens qui nous entourent, l'inconscience et le je-m'en-foutisme ambiants … Son analyse et son regard sont d'une maturité déconcertante lorsque l'on sait que l'auteur, actuellement âgé de vingt-six ans, a écrit Mes illusions donnent sur la cour à seulement dix-neuf ans.
Ce récit a été une véritable claque, il remue tant de choses en nous et nous oblige à nous questionner sur nous-même ou le rôle que l'on jouera dans l'apprentissage de nos enfants. Sans parler de la plume, qui j'en ai conscience peut ne pas plaire à tout le monde mais qui pour ma part, après deux lectures de l'auteur, m'a littéralement conquise.
Lien : http://livresselitteraire.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
livr-esse
  25 octobre 2012
Sacha, 14 ans, entre en classe de 3ème. Enfant d'un couple divorcé, il habite le 6ème arrondissement de Paris et passe ses vacances à Deauville. Bref, nous voilà en pleine immersion dans la jeunesse dorée parisienne.
Alors qu'il commence cette année en mode dilettante, il croise la route d'Augustin, véritable tête brulée. Entre les 2 jeunes hommes, une amitié-amour-passion, se dessine assez vite.
Avides d'expériences, la drogue, l'alcool, les filles et les soirées rythment peu à peu leur quotidien et les éloignent de la réalité et de ses désagréments.
Les moments de lucidité permettent d'entrapercevoir le mal-être d'un ado dont les parents ne s'occupent pas beaucoup et qui a du mal à trouver un sens profond à sa vie.
Mon avis :
J'espère pour lui que la vie qu'il raconte ici est fortement romancée parce que c'est d'une tristesse !!! Pendant tout le roman, j'ai eu du mal à croire qu'on soit en train de me raconter la vie d'un môme de 14 ans.
Ok sex, drug & rock'n roll, rien de très nouveau.
Mais le tout à 14 ans, avec en prime une vie sans repère... et des parents s'inquiétant mais sans pour autant agir... Tout cela me parait bien hallucinant et m'a plongé dans une sorte de désarroi tout au long de cette lecture.
Certes, la plume est prometteuse.
Certes, il rend très bien compte de l'état de perdition dans lequel on peut être à cet âge là et il a un regard très adulte sur le monde qui l'entoure.
Mais pour le reste, c'est très cliché quand même.
Pour résumer, j'ai lu un croisement de Lolita Pille et de Bret Easton Ellis mais sans le talent de ce dernier.
Résultat, pour moi ça fait flop.
L'autre théorie de ce flop c'est que je suis devenue une vieille bique bien trop cul cul la praline. Pas impossible non plus comme théorie !!!
Mais il y a du talent au milieu de tout ça et la suite sera sûrement plus intéressante à bien des égards.
Lien : http://www.livr-esse.com/art..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
emeralda
  04 mai 2010
Il s'agit d'un premier ouvrage et donc tout n'est pas encore maîtrisé parfaitement au niveau technique, mais l'ensemble se tient plutôt bien.
Les phrases assez courtes (sujet, verbe, complément) permettent une lecture rapide qui colle assez bien au récit car les deux principaux protagonistes brûlent les étapes, mais se brûlent également les ailes dans une course poursuite parfois dévastatrice. Il n'est pas si facile de grandir, de se construire, de devenir un adulte !
Rien ne nous sera épargné : drogue, cigarettes, alcool et sexe, tout y est jusqu'à l'écoeurement ! Je me demande ce que font les parents… Au final, je dois être ultra conservatrice, coincée et j'en oublie, mais là, je pense que ce n'est pas possible, plus possible.
Sacha pose un regard sans concession sur le monde qui l'entoure. Son analyse est étonnamment mûre, mais cela arrive parfois avec des jeunes gens qui sous des airs de ne pas y toucher sont parfois très fins et pointus dans cette critique du monde actuel qui nous sert de cadre de vie.
Sacha incarne bien sa génération sans pour autant être trop formaté. Je me sens décalée par rapport à lui, sa façon de penser, de bouger, de concevoir les choses et là vient donc le petit coup de massue derrière les oreilles qui me fait comprendre que j'ai bien basculé dans une autre tranche d'âge et ce depuis un bon moment déjà.
Le roman largement autobiographique même si certainement assez édulcoré passe à travers beaucoup de clichés et l'on ne s'ennuie pas même si ici ou là, on note quelques maladresses d'écriture. Sacha est jeune, il a le temps de se forger un style bien à lui et déjà on sent le talent poindre. Ce n'est pas donné à tout le monde.
La relève de Françoise Sagan qui avait elle aussi débuté fort tôt est-elle assuré par ce jeune homme ? Pourquoi pas… À suivre donc.
Lien : http://espace-temps-libre.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
LskyLsky   12 février 2013
Ils regardent le soleil sans rien y comprendre
Ils regardent le ciel, ils n'ont plus qu'à attendre
Le vide est devant eux, comme un monstre béant
Le vie est devant eux, personne ne l'entend
Le ciel onctueux écrème les derniers nuages gris
Ils se disent que c'est bon, que c'est enfin la nuit
C'est dans le noir total qu'ils se sentent invincibles
Ils redoutent le jour, ils n'aiment pas le visible
Quand la nuit tombe enfin, il faut qu'ils se préparent
Ils vont jusqu'à leur chambre, ils porteront du noir
Enfin ils sont dehors, et personne ne les croit.
C'est qu'ils sont tous en deuil d'on ne sait vraiment quoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
chardonettechardonette   21 février 2010
Dans mon agenda, il y a une page avec les conjugaisons. Pour chaque groupe, il y a un verbe. Les verbes choisis sont : Être Avoir Aimer Finir Voir Partir. C'est incroyable.
Commenter  J’apprécie          240
DosamuseDosamuse   17 mai 2014
Comme moi, vous avez un jour regardé le ciel, à l'aube du crépuscule, en vous demandant pourquoi les étoiles n'arrivaient pas.
Comme moi, vous avez compris que votre vie allait commencer sans que vous n'y puissiez rien.
Parce que comme moi, vous avez eu quatorze ans.
Commenter  J’apprécie          120
lemaire59330lemaire59330   27 juin 2013
" Il ne faut pas que tu soit fâchée contre moi. En partant, je te laisse de quoi parler avec tes copines pendants des mois. Je deviens celui qui te donne le droit de dire que les mecs sont des bâtards, celui qui t'autorise a pleurer en écoutant des chansons. je suis content d'être le premier connard qui te baise pour rien. Au moins, tu te souviendra de Moi. "
Commenter  J’apprécie          80
LaLoLaLo   18 septembre 2011
Devenir adulte, c'est admettre que la fuite est impossible, que les histoires sont courtes, sans importance mais qu'elles laissent des traces, pour des raisons qui nous échappent. Devenir adulte, c'est admettre qu'il n'existe pas d'ailleurs.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Sacha Sperling (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sacha Sperling
Pitch « Lisez ! » : « le Fils du pêcheur » de Sacha Sperling (Plon) .
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox