AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782754107570
432 pages
Éditeur : Fernand Hazan (02/04/2014)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Le musée d'Orsay est riche d'une collection de près de 93 000 dessins, dont 18 000 dessins d'arts décoratifs et d'architecture, auxquels s'ajoutent plus de 700 pastels. Fragiles à la lumière, peu exposés. Qu'ils soient esquisse ou oeuvre finie, ces dessins portent toujours la trace intime de la main qui les a tracés et colorés. Ils constituent ainsi le journal intime de l'artiste, où se côtoient autoportraits, notations du quotidien et de fragments du monde, visions... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
MonCharivariLitteraire
  12 décembre 2017
magnifique livre mettant le dessin à l'honneur. Ces traits tracés par les plus grands artistes du XIXème siècle sont émouvants, touchants. On redécouvre leur talent brut. Je suis de plus en plus séduite par ce genre, le dessin. Comment ne pas admirer ces oeuvres où en quelques traits un artiste donne vie à une image. le livre met face à face le ressenti d'artistes contemporains à des dessins passés. Certains sortent leur superbe plume pour nous transmettre leurs sentiments; d'autres utilisent leurs propres crayons et répondent comme un écho à ces oeuvres du passé. Ils nous en livre leur interprétations ou leurs impressions face à ces oeuvres simples et puissantes. L'ensemble est superbe, d'une grande variété mais avec un important corpus de feuilles de Millet et Odilon Redon. Un superbe ouvrage. je recommande.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   12 décembre 2017
Ce nu n'a pas de visage, il nous tourne le dos et ne suppose pas de public. L'œil plongeant, le geste enveloppant du peintre lui confère la retenue de Rembrandt et la vibration de Véronèse, deux maitres que cet impressionniste a longuement étudié, copiés, incorporés. Son pastel invite à l'intimité resserrée sur elle même, inaccessible parce que réelle.

Commenter  J’apprécie          20
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   12 décembre 2017

Les paysages se croisent et se superposent. ils sont reliés par une étrange similitude. Dans mon esprit ils finissent par se rejoindre et se déplacer ensemble. La terre, les champs, le blé, la mer et les montagnes se fondent les uns dans les autres. les arbres et les meules de foin se transforment en voiliers, les villages au loin deviennent des iles vierges inexplorées. En marchant a travers la campagne, nous avons parfois l'impression de voyager sur l'océan, de nous baigner au centre de la terre, de nager autour du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   12 décembre 2017

On voit bien que le corps de cette femme fait provision de temps. et n'est ce pas précisément cela un corps: une provision de temps? Passé, présent, avenir coïncident dans la respiration allongée d'une femme qui se détend. Tient toi au maintenant, à l'ici à travers toi que tout futur plonge dans le passé, semble-t-elle dire.
Commenter  J’apprécie          20
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   12 décembre 2017

Avec le temps, le monde a perdu de sa magie. Il est utilitaire, il n'est plus ce mystère qui grandit les âmes mais une réserve hétéroclite d'où nous tirons des ressources pour vivre au dessus de nos moyens. C'est une mauvaise évolution, ce que nous enlevons à la nature et au sacré réduit d'autant notre humanité.
Commenter  J’apprécie          20
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   12 décembre 2017

De ce rythme surgit la grâce d'un volume que nourrit la tendresse des couleurs: le jaune nacré de la nuque et de l'épaule droite, l'ocre du dos qui s'assombrit au sein, aux fesses, aux muscles tendus, à l'orange cuivré de la chevelure, de l'éponge - innocentes répliques du sexe, de la cafetière... Leur vibration est le vrai visage de la femme qui se protège.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Werner Spies (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Werner Spies
Jean-Marie Colombani invite Werner Spies
autres livres classés : arts plastiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
625 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre