AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226397218
Éditeur : Albin Michel (29/08/2018)
3.56/5   16 notes
Résumé :
Comment un virus H1N1, dont la source et le nom demeurent troubles, a-t-il pu faire plus de ravages encore que la Peste noire du XIVe siècle ?
À l’heure du 100e anniversaire de la pandémie de grippe espagnole, et alors que nous sommes à nouveau confrontés à de violentes épidémies – Ebola, SIDA, ZIKA –, Laura Spinney ravive la mémoire collective de cet événement inouï et adopte une approche narrative pour le restituer dans toute sa complexité.
Elle revi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Passemoilelivre
  26 décembre 2020
Comment la grippe espagnole a changé le monde est le sous titre de cet essai qui décrit de façon détaillée et abondante cette pandémie survenue il y a un siècle. La documentation riche sur laquelle s'appuie cet ouvrage est intéressante, mais sa grande diversité noie un peu le béotien curieux moyen que je suis. le lecteur fera donc lui-même la synthèse des éléments essentiels qu'il pourra ou voudra retenir. Un parallèle avec la situation que nous vivons aujourd'hui est inévitable, et bien que l'ampleur actuelle de notre covid 19 soit bien moindre que celle de 1918, les ressorts de propagation, d'attitudes, de points de vues se ressemblent. Les moyens de comptage diffèrent considérablement, car les estimations des victimes de la grippe dite espagnole sont très vagues (entre 50 et 100 millions) et ont été établies à postériori au cours du 20 ème siècle et quand cette maladie est survenue, on ne connaissait pas encore les virus ! L'évolution des moyens d'information a réussi à installer au coeur de tous les foyers du monde, l'idée que 1,5 millions de victimes actuelles était dramatique au point de stresser de façon grave, les esprits et l'activité alors que l'impact est inférieur à 0,5 % de ce qu'il a été au siècle dernier , avec une population mondiale beaucoup plus importante !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Blok
  02 septembre 2020
Ce livre a le mérite d'apporter une somme d'information sur un évènement mal connu, malgré son impossibilité
Mais il n'est pas exempt de défauts
Tout d'abord il se présente comme un catalogue d'informations, mais sans réelle synthèse. Défaut commun dans les travaux américains
Plus grave, des erreurs historiques flagrantes. Ainsi, l'auteur indique que des préfets français auraient refusé de fermer des salles de spectacles malgré les instructions du Ministre de l'Intérieur. C'est totalement invraisemblable dans notre système politique. Aucune source n'est d'ailleurs citée à l'appuis de cette assertion.
L'auteur se livre également à des interprétations très personnelles
Ainsi la peste noire du 14eme siècle aurait entraîné une baisse des surfaces cultivées et une hausse corrélative des surfaces boisées (ce qui est exact) Cette dernière hausse aurait entraîné une diminution du taux de gaz carbonique dans l'atmosphère et serait donc responsable du Petit Âge Glaciaire. Nous sommes en pleine fantaisie. La peste noire n'a concerné que l'Europe, soit 7 pour cent des terres émergées. En admettant que les surfaces boisées aient augmenté de 30pour cent en Europe cela représenterait 2 pour cent de la surface mondiale. On voit le caractère fantaisiste de cette spéculation.
Il n'est pas possible de pointer toutes les erreurs de ce genre.
En outre l'ouvrage, écrit avant la crise sanitaire, se livre à des spéculations sur une super-grippe à venir. Ces prédictions ont été très largement dementies et on trouve là aussi des chiffres fantaisistes.
En conclusion, cet ouvrage est gâché par une rédaction trop hâtive et une préparation insuffisante. Dommage car le sujet méritait mieux. Mais malgré tout des informations utiles
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nanouche
  12 juin 2021
Les historiens estiment aujourd'hui que la grippe espagnole qui a frappé le monde en 1918-1919 aurait fait 50 à 100 millions de morts. A l'occasion du centième anniversaire de cette pandémie la journaliste britannique Laura Spinney a étudié ses différents aspects à travers la planète.
Cette grippe est une grippe aviaire (H1N1). Malgré son nom elle n'est pas originaire d'Espagne. le patient le plus ancien connu était cuisinier dans une base militaire du Kansas. Avant lui la grippe vient peut-être des Etats-Unis, ou de Chine, ou d'ailleurs, on ne sait pas, seulement au moment où elle éclate c'est encore la première guerre mondiale, la presse est censurée dans les pays belligérants et l'épidémie est passée sous silence. L'Espagne est neutre et de plus le roi Alphonse 13 est touché, la presse en parle.Les mouvements et la concentration des troupes expliquent aussi l'expansion de la maladie : la grippe aurait eu lieu même sans la guerre mais la guerre l'a rendue plus virulente.
Les victimes sont pus souvent des hommes que des femmes, sauf les femmes enceintes. Trois tranches d'âge sont frappées plus sévèrement : les jeunes enfants, les personnes âgées et les 20-30 ans. Dans cette dernière tranche d'âge le pic de mortalité se situe à 28 ans. L'autrice nous rapporte ainsi la triste histoire du peintre Egon Schiele qui "a laissé un témoignage de cette cruauté dans un tableau inachevé qu'il intitula La Famille. La toile représente le peintre, sa femme Edith et leur bébé; or, cette famille n'a jamais existé car Edith mourut en octobre 1918, enceinte de six mois de ce premier enfant. Schiele s'éteignit trois jours plus tard, ayant juste eu le temps de peindre le tableau. Il avait vingt-huit ans".
J'ai trouvé intéressant de découvrir des points communs entre la grippe espagnole et le Covid-19. Les femmes moins touchées que les hommes, je l'ai déjà dit, mais aussi des personnes qui souffrent d'un syndrome de fatigue chronique de longs mois après leur "guérison". Certaines réactions des contemporains aussi sont comparables. Au Brésil le magazine satirique Careta déplore qu'un simple "tueur de vieillards" ne serve de prétexte aux autorités pour imposer une "dictature scientifique" et limiter les droits civils des citoyens. le maire de San Francisco est vu son masque pendouillant à son cou alors qu'il assiste à une manifestation. L'expérience montre, dit l'autrice, que le public accepte mal les mesures sanitaires imposées. Lors d'une prochaine pandémie qui ne manquera pas de se produire au 21° siècle il serait plus efficace de s'appuyer sur la responsabilité individuelle des citoyens...
Ce que j'ai particulièrement apprécié dans cette étude c'est son étendue : Laura Spinney s'est documentée sur de très nombreuses régions du monde, elle n'a pas réduit ses recherches aux seuls pays occidentaux. Je regrette un peu des tendances à la digression, pas toujours dans le sujet, il me semble. J'aurais parfois aimé un peu plus de rigueur. Mais le récit est vivant et facile d'accès, les sources nombreuses sont citées.
Lien : http://monbiblioblog.revolub..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
keisha
  10 juin 2019
Il faut dire que cette épidémie de grippe dite espagnole (en fait elle ne venait pas d'Espagne) est tombée au mauvais moment pour laisser des traces prégnantes dans les mémoires. En 1918-1920, c'était la fin de la première guerre mondiale, meurtrière on le sait, mais moins, au niveau mondial, que cette terrible tueuse. En fait on ignore précisément combien sont morts.Entre 50 et 100 millions quand même!
Laura Spinney a su parcourir faire le monde à son lecteur pour évoquer cette pandémie, abordant à chaque chapitre un thème, par exemple, A la poursuite du patient zéro, Gare à la basse-cour! ou Les bons samaritains. Ce n'en est que plus passionnant. A l'époque on ignorait l'existence des virus, sans parler d'avoir un vaccin, et on continuait à se presser en foule, bref le virus H1N1 responsable a pu se propager sans gros problèmes. Pourquoi H et N? On l'apprend dans ce livre. Sachez d'ailleurs qu'on a retrouvé la souche sur des corps, après des décennies, et qu'elles sont dans un endroit à très haute sécurité.
Ne craignez pas de lire cette étude, agréable à lire non par le sujet sans doute mais par l'écriture, et qui m'a beaucoup appris.
Lien : https://enlisantenvoyageant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sandrine68
  14 juillet 2019
où l'on apprend que la grippe espagnole fit plus de victimes que la guerre de 14-18 ( 17 millions) et la 2e guerre ( 60 millions) puisqu'on estime ses victimes entre 50 et 100 millions. Cette pandémie a été révélatrice des rivalités entre pays et ethnies, des mauvaises connaissances scientifiques...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
david19721976david19721976   04 janvier 2020
Ceci équivaut à une analyse personnelle, et non un extrait lu dans ce livre.
Rien n'avait préparé la médecine à affronter l'épidémie de grippe espagnole qui ravagea le monde en 1918 faisant 27 millions de victimes. En France, la grippe arriva en juillet 1918 en s'attaquant à des populations déjà éprouvées par les privatisations, et disposant d'une couverture médicale dégradée: depuis 1917 la mortalité infantile était remontée en France. Ensuite elle fut répandue dans toute l'Europe, elle fit sans doute plus de 15 à 20 millions de victimes en Afrique et en Asie...Et les États-Unis comptèrent environ selon les chiffres enregistrés 550 000 décès. Pour un américain mort à la guerre, la grippe et la pneumonie qui l'accompagnait en tuèrent dix...Les cercueils vinrent à manquer. Si cette épidémie meurtrière faucha beaucoup de ceux que la guerre avait épargnés; il faudra attendre l'arrivée du sida pour qu'une maladie contagieuse déclenche un tel trouble dans l'opinion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
benlebbenleb   04 février 2019
Lorsque, séjournant à l’hôtel au bord du lac Léman, à Genève, l’écrivain Romain Rolland, prix Nobel de littérature en 1915, développa les symptômes de la grippe espagnole, le personnel de l’hôtel refusa d’entrer dans sa chambre. Sans les soins dévoués de sa vieille mère, venue lui rendre visite en Suisse, il n’aurait vraisemblablement pas survécu.

On serait tenté de condamner l’insensibilité des membres du personnel mais, en réalité, leur conduite a probablement limité la diffusion de la maladie et peut-être même sauvé des vies; car, sans le savoir, c’est un véritable petit cordon sanitaire, très localisé, qu’ils imposèrent autour du malheureux Romain Rolland.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
benlebbenleb   09 février 2019
Le journal italien le plus important, le Corriere della Sera, adopta une posture originale en décidant de publier le nombre de décès quotidien causés par la grippe, jusqu'au moment où les autorités l'obligèrent à mettre fin à ce décompte, sous prétexte qu'il entretenait l'anxiété parmi les citoyens.

Apparemment, les autorités ne se rendirent pas compte que le silence observé à partir de ce moment par le quotidien sur la question provoqua une angoisse encore plus forte. Après tout, les gens n'assistaient-ils pas jour après jour au défilé macabre des corps morts dans leurs rues et leurs villages ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Laura Spinney (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laura Spinney
Lecture par Michel Olivier, libraire à la librairie La Boîte à Livres
de "La Grande Tueuse" de Laura Spinney Editions Albin Michel, 2018. Traducteur : Patrizia Sirignano
" Histoire de la grippe espagnole, de tous ses dégats, de toutes les personnes qu'elle a touché dans le monde, comment elle s'est propagée. Un livre d'Histoire qui peut éclairer notre présent ".
Comment un virus H1N1, dont la source et le nom demeurent troubles, a-t-il pu faire plus de ravages encore que la Peste noire du XIVe siècle ? À l'heure du 100e anniversaire de la pandémie de grippe espagnole, et alors que nous sommes à nouveau confrontés à de violentes épidémies – Ebola, SIDA, ZIKA –, Laura Spinney ravive la mémoire collective de cet événement inouï et adopte une approche narrative pour le restituer dans toute sa complexité. Elle revient aux origines de la maladie, étudie sa composition et ses particularités génétiques, reconstitue étape par étape le déroulement de la catastrophe au fil de tragédies individuelles poignantes, révèle la surprenante virulence, l'extrême étendue et la foudroyante rapidité de l'infection, et considère son impact non seulement sur les sociétés de l'époque, mais aussi sur la naissance des futures politiques de santé. Cette enquête entraîne le lecteur bien au-delà de l'Europe déchirée par la Première Guerre mondiale, des États-Unis à l'Iran, de l'Inde à l'Alaska, de la Russie à la Chine, en passant par le Brésil et l'Afrique du Sud, à mesure que sont tirés de l'oubli les témoignages de personnages, célèbres comme anonymes, confrontés à la maladie. À l'échelle du globe, avec ses 50 à 100 millions de morts, la grippe espagnole fit plus de victimes que les deux guerres mondiales réunies, et fut sans doute la plus grande pandémie que l'humanité ait jamais connue.
+ Lire la suite
autres livres classés : grippe espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Laura Spinney (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2426 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre