AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Émile Saisset (Traducteur)Laurent Bove (Éditeur scientifique)
EAN : 9782253067511
320 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (19/06/2002)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Entre Machiavel (auquel le "Traité Politique" rend explicitement hommage) et Marx, Spinoza (1632-1677) prend place comme le philosophe qui fait entrer dans la réflexion politique la question même de la multitude, des masses. La puissance de la multitude c'est, en effet, cet "être infini" comme "affirmation absolue de l'existence d'une nature quelconque" (Éthique I, 8 sc. 1), que le "Traité Politique" (1677) place, pour la pre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Chri
  09 novembre 2015
Après avoir dépossédé le clergé du droit divin, Spinoza détrône le roi pour laisser la place à la démocratie et au droit positif.
Mais le changement, s'il doit avoir lieu, doit se faire en douceur au point qu'on pourrait croire un instant à un modèle de monarchie qui ressemblerait à une démocratie couronnée ou encore à un modèle d'aristocratie pérenne. En réalité Spinoza s'ingénie à faire progresser l'idée que les décisions au niveau de l'Etat doivent toujours être prises en assemblée.
Cependant « On n'ira pas caresser l'illusion qu'il serait possible d'amener la masse, ni les hommes engagés dans les affaires publiques, à vivre d'après la discipline exclusive de la raison. Sinon, l'on rêverait un poétique Age d'or, une fabuleuse histoire ». Ainsi l'institution des assemblées doit être accompagnée d'une démarche systématique de limitation de la puissance de chaque fonctionnaire pour garantir la puissance de tous quel que soit le régime.
L'individu qui ne peut préserver efficacement son être à l'état de nature pourra passer à l'état de société en augmentant sa liberté en définitive dans le meilleur des régimes. Toute l'oeuvre de Spinoza le démontre, il ne fait aucun doute qu'il s'agit de la démocratie même si le dernier chapitre qui lui est consacrée dans le Traité de l'autorité politique reste inachevé. On doit noter malheureusement, comme mot de la fin, que l'ébauche d'institution démocratique exclut directement les femmes du gouvernement.
Le chemin des lumières est décidemment long mais toutes les formes de pouvoir qui portent atteinte aux libertés fondamentales des individus ont raison de craindre la révolte de la masse. Les tenants des régimes monarchiques et aristocratiques auront d'ailleurs beaucoup de mal à éviter une fin lamentable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Shakespeare
  05 septembre 2017
A ne pas confondre avec le traité théologico-politique, le traité politique est la dernière oeuvre de Spinoza. Cette dernière reste d'ailleurs inachevée.
Le philosophe commence par revenir sur le droit naturel, qui correspond au droit de chaque être humain de disposer de sa vie comme il l'entend - dans le cadre de ses déterminations - au sens où il pense que les actions qu'il effectue sont bonnes pour lui.
Il s'intéresse ensuite au droit des pouvoirs souverains, ou droit civil, qui englobe le droit naturel sans le détruire, puis à la meilleure condition possible pour un Etat, qu'il soit monarchique, aristocratique ou démocratique. C'est ce dernier point qui reste inachevé.
L'ouvrage combine habilement l'étude de l'homme et de la société tels qu'ils sont (sociologie) et la normativité philosophique du meilleur gouvernement possible (philosophie). Les consignes délivrées par Spinoza sont précises, détaillées et constituent une référence pour qui veut penser le gouvernement des humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ChriChri   03 novembre 2015
peut-être Machiavel at-il voulu montrer qu'une masse libre, doit à tout prix, se garder de confier son salut à un seul homme. Car celui-ci, à moins d'être excessivement vaniteux et de s'imaginer qu'il lui est possible de plaire à tous ses sujets, craindra sans cesse des embûches. Il sera donc contraint de se tenir sur ses gardes et de tendre lui-même le premier des embûches à la masse - au lieu de veiller, comme il le devrait, aux intérêts généraux. Cette dernière intention est quant à moi, celle que je serais porté à prêter à notre auteur. Car il est certain que cet homme si sagace aimait la liberté et qu'il a formulé de très bons conseils pour la sauvegarder.

(ch. V §7 Traité de l'autorité politique. Paragraphe manquant dans la traduction hollandaise des Nagelate Shriften : "attitude réticente que paraissent avoir adoptée certains éditeurs, en présence de l'inpiration foncièrement démocratique du Tractatus Politicus")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ChriChri   09 novembre 2015
Les intelligences humaines ne sont pas assez pénétrantes pour tout saisir du premier coup, mais au cours de délibérations, d’examens d’autres avis et de discussions, elles corrigent leur maladresse initiale. A force de réfléchir à toutes les solutions, elles finissent par trouver celles qui rencontreront une approbation unanime et auxquelles personne jusque-là n’avait jamais pensé.

ch.IX §14 Traité de l'autorité politique - édition oeuvres complètes - Bibliothèque de la Pléiade)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
FaeruneFaerune   24 février 2015
La cité dont la paix dépend de l'inertie des sujets, conduits comme du bétail, n'apprenant qu'à servir, mérite plutôt le nom de solitude que de cité.
Commenter  J’apprécie          191
ChriChri   03 novembre 2015
Celui que la masse a nommé roi cherche (...) des généraux, des conseillers, des amis. Si bien que la prétendue monarchie absolue est bien plutôt, dans la pratique, une aristocratie, non avouée sans doute, mais, pour cette raison précisemment, du genre le plus mauvais.
(ch.VI §5 Traité de l'autorité politique - édition oeuvres complètes - Bibliothèque de la Pléiade)
Commenter  J’apprécie          30
Jean-DanielJean-Daniel   09 octobre 2019
… je me suis soigneusement abstenu de tourner en dérision les actions humaines, de les prendre en pitié ou en haine ; je n'ai voulu que les comprendre.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Spinoza (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Spinoza
Amélie Nothomb, morte ? Elle ne se souvient de rien. Voici pourtant qu?une dénommée Plectrude lui annonce la sinistre nouvelle. Elle lui révèle également qu?une identité posthume est attribuée à chacun au terme d?une cérémonie. L?un ira au paradis des cinéastes et l?autre au paradis des boulangers, par exemple. L?éternité est moins longue lorsqu?on échange autour d?une passion commune... Amélie s?attend donc à retrouver Stendhal et Virginia Woolf au paradis des écrivains. Stupeur ! Elle se retrouve au paradis des philosophes, aux côtés de Platon et de Nietzsche ! S?agit-il d?une erreur ? En faisant appel de cette décision, Amélie va subir un drôle de Jugement dernier au cours duquel viendront témoigner les illustres gloires de la philosophie, depuis Spinoza jusqu?à Sartre.
Écrit « à la manière » d?Amélie Nothomb, ce conte philosophique de Marianne Chaillan est un voyage aussi drôle que méditatif qui invite le lecteur à découvrir autrement l??uvre de la romancière mondialement célèbre.
https://www.albin-michel.fr/ouvrages/ainsi-philosophait-amelie-nothomb-9782226397140
+ Lire la suite
Dans la catégorie : L'EtatVoir plus
>Science politique>Science politique (politique et gouvernement)>L'Etat (45)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
309 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre