AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Roland C. Wagner (Traducteur)
ISBN : 2290325775
Éditeur : J'ai Lu (01/06/2004)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Il fallait oser. Dans Bleue comme une orange, le grand maître de la SF et pilier de la contre-culture exilé à Paris qu'est Norman Spinrad imagine une Terre au climat réchauffé, où crocodiles et perroquets pullulent sur les berges de la Seine– et où les États ont disparu au profit de groupements économiques de tout poil. Bien sûr, l'écart s'est encore creusé entre les gagnants et les perdants... Car si les eaux ont monté et les déserts progressé à toute allure, si Ne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
finitysend
  15 février 2017
Une sacrée ballade dans un paris tropical ...
J'ai quelquefois du mal avec Spinrad ( un auteur américain qui vit en exil à paris devant notre dame ) ...
Il est parfois entre le commercial racoleur ou le trop politisé frisant légèrement la caricature ou la farce sérieuse un peu grosse , ou bien à fond en train de beugler dans un tiers-mondisme pathétique .
Un peu comme un taureau en rut dans un prés de Normandie . Mais pas toujours , il affiche une production littéraire de SF , protéiforme et souvent assez neutre idéologiquement .
Cependant il écrit bien et ses personnages sont convaincants et ses univers sont souvent saisissants et solides . Il affiche un sens éprouvé de l'intrigue , de la mise en scène et dans le cas de ce roman :
dans la mise en place d'un univers tangible , saisissant et effarant.
Dans ce bouquin la Seine ressemble plus à l'amazone qu'au fleuve que nous connaissons ..
Paris est une ville tropicale et les crocodiles ne sont plus confinés au zoo de Vincennes .
La ville lumière héberge une conférence sur le climat alors que la terre est au bord de bouleversements climatiques irréversibles et mortels ( rien moins que la condition de venus ! ) .
L'économie et le politique sont dominés par de grands cartels internationaux qui ne sont pas nécessairement occidentaux .
Avec des populations paupérisées et fragilisées ( donc dureté et âpreté ) .
Bref : des drames , de la corruption , des rivalités politiques locales et internationales , du sang , du crime organisé à grande échelle , des services secrets .
Cette conférence est donc le lieu de tous les enjeux et dangers avec des modélisations du climat et les répercussions économico- géopolitiques .
Sinon pour ce qui est du refroidissement de la planète : qui fait quoi ? et comment ? et à quel prix ? et même les mafias s'impliquent …. Il faudra bien assurer la sécurité de tout ce gratin et de tous ces malfaiteurs et agents de renseignement .
Le contexte technologique du bouquin et les aspects prospectifs sont vraiment pas mal . Une réussite sur toute la ligne en fait que cette réflexion climatique et politique de SF , concernant un avenir assez proche .
Un thriller ( non dénué d'humour ) sur fond d'apocalypse annoncée et bien avancée .
Un incontournable roman SF pur jus : Bleue comme une orange
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
LaSalamandreNumerique
  02 septembre 2019
« Bleue comme une orange » nous propose un futur proche (fin du XXIe siècle), après un réchauffement climatique conséquent. La montée des eaux a fait disparaître certaines régions, en a désertifié d'autres. La Sibérie est devenu une des régions les plus riches et productives de la planète.
Dans le même temps les états se sont largement effacés au profit des cartels. Deux idéologies s'affrontent : les bleus qui estiment que le réchauffement climatique risque de détruire la terre et de mener à un emballement la rendant inhabitable : la « condition Vénus » et les verts qui considèrent que l'évolution est naturelle et qu'il faut donc laisser se produire.
Chacun des blocs agit par idéologie mais aussi voire surtout pour en obtenir des avantages financiers. Nous suivons tout particulièrement deux personnages : Monique Calhoun agissant au nom de la « grande machine bleue » cartel qui tente de vendre, fort cher en en usant de n'importe quels artifices, le refroidissement artificiel de la planète et le prince Eric qui, au nom des « mauvais garçons » (une entreprise de mafieux relativement sympathiques même si avides d'argent), cherche à s'opposer aux intrigues de cette multinationale.
Une conférence d'une ONU largement dépourvue de tout pouvoir est convoquée au sein d'un Paris que le réchauffement a radicalement transformé. La Seine habite des crocodiles, les perroquets volent au sein de jardins tropicaux, le tout baigne dans un folklore cajun qui tente de compenser le fait que la Louisiane est sous les eaux. Ce sera l'occasion de confrontations, comme de plans plus ou moins sophistiqués visant à faire triompher ses idées mais aussi à s'enrichir.
*
Spinrad est un digne représentant de la New Wave en science-fiction. Ce mouvement, avant tout actif entre 1965 et 1980, cherche à donner plus de vie à ce genre. Cela se traduit par de nouvelles thématiques, plus politiques, par le fait d'aborder des sujets plus polémiques et/ou de société, par l'intégration du sexe dans un type de fiction jusqu'ici plus que frileux sur ce sujet mais aussi par un regard qui se veut plus psychologique et une approche littéraire et psychologique. « Bleue comme une orange » est une publication tardive pour ce courant puisque de 1999.
*
Ce livre aurait pu être un très grand roman de science-fiction. Les thématiques sont riches, entre une réflexion nécessaire sur un phénomène qui nous impacte tous, deux personnages que nous voyons grandir au fil du roman et la dénonciation des intérêts particuliers et autres manipulations cyniques des cartels. Un Paris adoré par l'auteur qui y vit depuis des années et transformé en lieu tropical est à la fois sympathique et dépaysant. Diverses scènes de sexe fort explicites ponctuant une histoire d'amour contrariée qui se construit entre les principaux protagonistes aurait pu achever de rendre cet ouvrage intensément vivant, sans oublier un couple de sibériens atypiques et au grand coeur semblant sortir d'un folklore littéraire russe.
Mais non.
- En effet le Paris tropical est attractif mais il est trop peu développé et a avant tout un aspect « carte postale".
-Les intrigues et autres « plans dans les plans » chers à Herbert peuvent possiblement perdre certains lecteurs, elles sont surtout très superficielles et donnent l'impression que les protagonistes, loin d'être de brillants manoeuvriers, sont au mieux d'une grande naïveté et au pire largement stupides. Contrairement à « Dune » où l'aspect mythologique rend cela sympathique ici le sentiment d'irréalisme l'emporte ce qui pose problème. En effet l'ouvrage se voudrait une réflexion lucide sur les manipulations effectives des cartels et autres intérêts particuliers.
- Les personnages secondaires, à commencer par les sibériens, sont plus grotesques et peu crédibles qu'attachants.
- le sexe explicite fera peut-être fantasmer un préadolescent mais, pour un lecteur plus averti, c'est le sentiment de ridicule qui l'emporte très vite. Or cette dimension est très présente dans ce livre.
*
Pour autant j'ai apprécié la tentative d'un roman « total », même si le résultat est loin d'être parfait. Spinrad est un bon écrivain et « Bleue comme une orange » se laisse lire sans déplaisir. Paris tropical, même peu convaincant, fera sourire les amoureux de cette cité et, surtout, ce livre de la fin du XXe siècle attire déjà l'attention sur divers aspects du réchauffement climatique (inégalités, régions inhabitables, modification des équilibres géostratégiques, risque que notre monde devienne impropre à toute vie humaine à terme entre autre). L'auteur analyse, avec une justesse certaine selon moi, le fait que différents groupes d'individus pourraient spéculer sur ces changements au lieu de vouloir veiller sur notre monde dans son ensemble. de là à, par exemple, imaginer un président des États-Unis qui voudrait acheter le Groenland il n'y a qu'un pas, même si cette divagation personnelle est sans doute outrancière. Pardonnez-moi, dans un excès de passion je m'égare.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
cmpf
  01 octobre 2019

J'avais envie de voir ce que la littérature pouvait produire au sujet du réchauffement climatique. Bien que datant un peu, ce livre correspond à mon attente.
Fin du XXIe siècle, l'Afrique est morte, la Sibérie est un eldorado, bien des pays ont disparus sous les eaux, le capitalisme est dépassé, les frontières aussi. Les consortiums réunissants des citoyens-actionnaires ont désormais le pouvoir. Une conférence sur le réchauffement climatique qui auparavant se déroulait chaque année dans les Terres des Damnés va se passer à Paris, ville devenue tropicale. avec alligators dans la Seine et plantes luxuriantes.
Monique Calhoun du consortium de relations publiques Panem & Circenses est engagée pour s'occuper des sommités de la Conférence. mais son rôle va bientôt au-delà.
J'ai dû m'accrocher pour lire les premières pages mais après cet effort j'ai été entraînée.
Commenter  J’apprécie          190
lael8
  15 décembre 2010
J'ai pris ce livre pour deux raison : connaître l'auteur du Rêve de Fer et de Jack Barron et l'éternité, et voir ce que la SF a pu prédire pour ce thème d'actualité qu'est le réchauffement climatique.
Bon autant dire tout de suite que la new wave vue par Spinrad donne un genre très spécial, et peut être aurais je dû me renseigner sur ce mouvement avant de lire son livre pour être moins déboussolée. La New Wave se place dans le renouvellement des arts des années 60-70 : des auteurs comme Michael Moorcock -Elric le necromancien-, Brian Aldiss, James Ballard, John Brunner (on peut rajouter Silverberg -l'oreille interne- et Zelazny -les princes d'Ambre- en marge) et Spinrad donc, vont revisiter la SF (et la Fantasy) en cherchant du côté des sciences humaines, dont la psychologie : finit les futurs radieux promit par l'Age d'Or, les futurs décrits sont plus proches, et surtout plus probables.
Leurs thèmes sont l'économie et ses multinationales omnipotentes, la guerre, la surpopulation, le consumérisme, le saccage de l'environnement... Et finit les tabous : la SF parles cul, devient violente, ose. de même au niveau du style : la SF New Wave va chercher plus dans la littérature que la science, et va jusqu'à l'écriture quasi expérimentale comme John Brunner dans Tous à Zanzibar.
Alors si Spinrad reste ici très sage au niveau de son écriture, on est tout à fait dans les thèmes de la New Wave. Bleue comme une orange (qui est une citation de Paul Eluard. Spinrad dédicace d'ailleurs ce livre "pour le peuple et l'exception français" -la faute n'est pas de moi) parle d'espionnage industriel, de cartels tout puissants, de sexe, et d'environnement bien sûr. Les personnages ont leurs états d'âmes, la psychologie est bien là.
Bon, c'est bien gentil tout ça, mais si la sauce prend, elle se lève bien mollement, et autant dire qu'elle a un goût très... ennuyant. Parce qu'on ne peut pas parler d'action, quand tout le livre se résume à des dialogues entres personnages et aux réflexions de ceux ci... le pire c'est peut être que les magouilles politico-économiques sont très obscure à mon goût, j'ai dû m'y reprendre à deux fois pour commencer ce livre, et ce sans saisir certains éléments primordiaux (j'ai finit par laisser tomber).
C'est un livre qui demande vraiment un effort de la part du lecteur, on ne peut pas dire que Spinrad soit clair dans ses explications. Pourtant, on finit par entrer dans l'intrigue, et la conclusion de son histoire est pas mal. Je trouve très convaincant ce futur qui pourrait bien être en effet à la fin de ce siècles, et même surement avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Cacha
  13 octobre 2015
Livre assez obscur sur une terre profondément réchauffée, au mains de consortiums capitalistes qui ne reculent devant rien pour leurs profits.
Il est aussi question d'une vague histoire d'amour et d'érotisme.
Je ne sais pas pourquoi j'ai encore pris d'autres livres de cet auteur après le premier que j'ai lu et qui m'avait déplu...
Commenter  J’apprécie          143
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
gillgill   13 octobre 2012
Fin du XXI° siècle. Un réchauffement accéléré de la planète a précipité la montée des eaux, éradiqué certains espaces de la carte, transformé les régions chaudes en déserts et la Sibérie en une nouvelle...Californie.
La Terre est-elle réellement sur le point d'atteindre la condition Vénus, c'est à dire de se transformer en un territoire inhabitable ?
C'est à Paris, devenue une cité tropicale colonisée par les perroquets, les alligators et les bougainvillées, que l'ONU décide d'y consacrer un congrès. Où l'on soupçonne bientôt la grande machine bleue, un puissant cartel, de provoquer délibérément des bouleversements climatiques pour vendre sa technologie...
(quatrième de couverture du volume paru aux éditions "J'ai Lu" en 2004)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Th0uar_V1kTh0uar_V1k   09 septembre 2012
« Qu’est-ce qu’un spécialiste de l’histoire climatique de Mars vient faire à une conférence sur la stabilisation du climat de notre planète ? » dit-il avec un haussement d’épaules après avoir présenté les faits bruts de l’assèchement de Mars.
Il sourit comme un gamin en dépit de son âge.
« Ma foi, qui pourrait résister à un voyage gratuit à Paris ? Mais, pendant que j’y suis, je pourrais mettre en avant l’évidence. La Terre est une planète. Mars est une planète. Sur Terre, la vie a commencé à évoluer dans la soupe d’une mer. Elle a commencé de la même manière sur Mars. Elle aurait pu réussir. Elle aurait pu évoluer jusqu’à des créatures intelligentes, jusqu’à une salle pleine de diplômés supérieurs comme nous. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Norman Spinrad (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Norman Spinrad
Avec Valérie Mangin, Vincent Bontems, Norman Spinrad et Colin Pahlisch
autres livres classés : thriller écologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2954 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre