AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811126066
Éditeur : Karthala (14/02/2019)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
L’auteur expose ici douze « thèses » pour aider les croyants d’aujourd’hui à reformuler leur foi. Avec cet ouvrage qui conclut sa carrière d’écrivain, l’évêque Spong continue à conjuguer une tradition intellectuelle rigoureuse et la recherche d’une foi chrétienne innovante. Son approche incite les chrétiens et autres croyants à entrer dans des perspectives qui donnent sens.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Enroute
  22 février 2019
L'ouvrage est très intéressant pour comprendre la pensée américaine : raisonnement par la négative permanent (je vous dis ce qui n'est pas, je conteste des vérités qui ne sont que celles que je tiens pour établies ou que je prétends être dominantes), tout est ramené à de la matière, à des choses, y compris Dieu (car il n'est pas un vieux monsieur barbu qui habite au-delà des nuages, non, non), les conclusions scientifiques, toujours les mêmes (galilée, newton, Darwin), sont des évidences indépassables et toute référence de la vérité n'est jamais que scientifique (sans perspective de tout ce que la science à encore à découvrir), les mots désignent des choses (d'où la difficulté d'un propos abstrait) et ne sont que leur stricte définition, je ne parle que de moi et de ma réussite, qui n'est bien sûr que sociale, donc relative, sans que je m'en rende compte, et, en général, une incapacité flagrante (ou un refus radical) d'exprimer une pensée théorique. L'ensemble paraît être écrit avec les capacités de réflexion et les connaissances d'un enfant de huit ans.
A parler de Dieu sans abstraction et à s'interdire de rapporter la complexité de son expérience personnelle puisque l'on écrit sans prêter aux mots la capacité de créer un sens qui les dépasse, on ne dit finalement rien. La conclusion est que l'auteur a fait l'expérience de Dieu -ce qui n'est pas parler de Dieu et, comme il l'écrit lui-même, laisse envisager qu'il n'existe pas - de trois manières : il est vie, amour et être. On aurait aimé une tentative d'expression de cette triple expérience, mais l'auteur s'y refuse : c'est comme un cheval qui fait l'expérience de l'humain et ne saurait transmettre la valeur de cette expérience à un autre cheval. L'auteur semble oublier que le cheval peut toujours hennir ou donner des coups de pattes et peut-être plus subtil, sait-on jamais, l'être humain employer lui aussi son langage. A part ça, il ne croit ni en la réincarnation, ni en la prière, ni en Dieu donc, ni, ni, ni, ... Mais il est chrétien puisqu'il le revendique. Pas de quoi fonder une théologie, surtout quand on expose sa pensée en citant Freud, Marx et Sartre.
Le seul point positif pour l'auteur, en parallèle donc, pour le lecteur, de l'exposition très claire d'un mode de pensée très américain, est qu'il cite un roman, ce qui laisse envisager qu'il puisse développer l'idée que les mots sont capables, si l'auteur a"travaillé à choisir soigneusement son vocabulaire" (p.71), de transmettre ce qui n'a pas de mot mais se vit pourtant : la valeur d'une expérience. Il s'agit des Misérables.
Je mets deux étoiles car l'ouvrage synthétise vraiment bien à mon goût la pensée analytique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Kalzennig
  02 mars 2019
Merci à la Masse Critique pour m'avoir permis de lire cet ouvrage.
L'évêque anglican John Shelby Spong souhaite démontrer par son ouvrage le décalage entre la foi transmise depuis des siècles et celle accessible aux hommes et femmes d'aujourd'hui.
A partir de l'état des lieux qu'il constate, il écrit lui-même : « je suis donc partisan d'une prise de risque pour l'avenir, ce qui implique une pensée radicalement nouvelle, un réexamen de chaque symbole de notre passé religieux, pour le remplacer ou le reconfigurer. » Il s'appuie sur cette citation du poète James Russell Lowell : « le temps rend inconvenant ce qui jadis convenait ».
Sa démonstration repose sur une litanie de références bibliques difficiles à suivre pour des lecteurs lambda comme moi. Il s'appuie en particulier sur l'évolution avec Newton, Copernic, Galilée, Darwin et Freud et s'intéresse à 12 thèses : Dieu, Jésus-Christ, le péché originel, la naissance virginale, les miracles, la théologie de la rédemption, Pâques, l'Ascension, l'éthique, la prière, la vie après la mort et l'universalisme.
Lui-même écrit au début de son ouvrage : « la reconstruction est toujours plus difficile que la déconstruction, mais elle est beaucoup plus importante … ». Il me paraît difficile de juger le contenu du texte car si certains arguments peuvent me convaincre, d'autres me paraissent particulièrement subjectifs et concernant en priorité des personnes avertis, ayant étudié la Bible de façon approfondie. L'aspect « déconstruction » rend la lecture déroutante, austère et sombre également.
Toutefois, certains passages s'approchent d'un aspect moins technique, sur le plan des textes bibliques comme, en particulier, la thèse sur l'éthique ou la prière où le lecteur sans formation spéciale peut trouver de l'intérêt. L'auteur écrit en particulier : « Prier, c'est partager l'être, partager la vie et partager l'amour. Cette expérience à l'hôpital est devenue pour moi un point de départ quant au sens de la prière. ». La fin du livre gomme l'aspect « déconstruction » des premières thèses et renvoie à un avenir du christianisme plus accessible.
Il me semble que ce livre s'adresse principalement à des lecteurs ayant une bonne connaissance de la Bible et que l'éclairage de cet évêque de l'Eglise épiscopalienne des Etats Unis intéresse. Je mets une note moyenne sans me sentir à ma place pour faire un tel jugement, très subjectif donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
EnrouteEnroute   22 février 2019
Je ne peux pas vour dire qui est ou ce qu'est Dieu. Personne ne peut le faire.
Commenter  J’apprécie          20
KalzennigKalzennig   02 mars 2019
Prier, c’est partager l’être, partager la vie et partager l’amour. Cette expérience à l’hôpital est devenue pour moi un point de départ quant au sens de la prière.
Commenter  J’apprécie          00
EnrouteEnroute   22 février 2019
Il nous faut commencer par des affirmations négatives parce que nous, les humains, sommes incapables de dire ce qu'est Dieu.
Commenter  J’apprécie          00
KalzennigKalzennig   02 mars 2019
La reconstruction est toujours plus difficile que la déconstruction, mais elle est beaucoup plus importante …
Commenter  J’apprécie          00
EnrouteEnroute   22 février 2019
J'ai essayé d'être complet et clair, sans demander aux mots ce qu'ils ne peuvent pas dire.
Commenter  J’apprécie          00
Video de John Shelby Spong (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Shelby Spong
Interview de John Shelby Spong réalisée le 17 juin 2015 lors de la tournée de promotion de son ouvrage Né d'une femme (Editions Karthala, 2015) à la librairie Les oiseaux rares, Paris 13ème.
autres livres classés : ScepticismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
279 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre