AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jeannie Carlier (Traducteur)
EAN : 9782251390031
204 pages
Les Belles Lettres (15/01/1991)
3.33/5   3 notes
Résumé :
" Les vices sont les actes par lesquels un homme nuit à sa propre personne ou à ses biens.
Les crimes sont les actes par lesquels un homme nuit à la personne et aux biens d'autrui. L'argumentation est serrée, implacable. Sa base est juridique, ses implications politiques et morales. Ce court traité plein de bon sens a été écrit par Lysander Sponner (1808-1887) dans la seconde moitié du XIXè siècle. " Art Press " Dans Outrage à chefs d'Etat, Lysander Spooner, ... >Voir plus
Que lire après Outrageà chefs d'EtatVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Lysander Spooner est un peu le chaînon manquant entre la critique radicale de l'Etat proposée par les anarchistes et le projet libertarien du Tea Party. Au sortir de la guerre de sécession, il entreprend de démontrer que, pour des raisons juridiques évidentes, la Constitution ne peut s'appliquer à l'ensemble des citoyens.Puisqu''ils n'ont pas marqué leur volonté de s'y soumettre, personne ne peut la leur imposer. La démonstration est assez simple et tous les enfants la font un jour où l'autre en se demandant quelle est la légitimité des devoirs qu'on leur impose alors même qu'ils ne s'y sont aucunement engagés. Il n'en reste pas moins que, niant l'existence d'un quelconque contrat social et exigeant pour lui et les autres la liberté absolue de décider de son sort, Spooner met le doigt sur quelques-unes des difficultés qui émaillent notre vivre ensemble. Evidemment, il nie la solidarité au nom d'une croyance naïve aux vertus d'une liberté que rien ne viendrait contrarier. Ce n'est pas le modèle de société que je soutiens mais, de temps en temps, devant une belle lettre de l'administration fiscale, j'ouvre ce petit livre et je ne peux m'empêcher de penser tout haut "c'est bien chié!"
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Comme l'impôt est obligatoire pour tous, qu'ils votent ou non, une large proportion de ceux qui votent le font sans aucun doute pour éviter que leur propre argent ne soit utilisé contre eux; alors que, en fait, ils se fussent volontiers abstenus de voter, si par là ils avaient pu échapper ne serait-ce qu'à l'impôt, sans parler de toutes les autres usurpations et tyrannies du gouvernement. Prendre le bien d'un homme sans son accord, puis conclure à son consentement parce qu'il tente, en votant, d'empêcher que son bien ne soit utilisé pour lui faire tort, voilà une preuve bien insuffisante de son consentement à soutenir la Constitution. Ce n'est en réalité aucunement une preuve.

Puisque tous les hommes qui soutiennent la Constitution en votant (pour autant qu'il existe de tels hommes) le font secrètement (par scrutin secret), et de manière à éviter toute responsabilité personnelle pour l'action de leurs agents ou représentants, on ne saurait dire en droit ou en raison qu'il existe un seul homme qui soutienne la Constitution en votant.

Puisque tout vote est secret (par scrutin secret), et puisque tout gouvernement secret est par nécessité une association secrète de voleurs, tyrans et assassins, le fait général que notre gouvernement, dans la pratique, opère par le moyen d'un tel vote prouve seulement qu'il y a parmi nous une association secrète de voleurs, tyrans et assassins, dont le but est de voler, asservir et -- s'il le faut pour accomplir leurs desseins -- assassiner le reste de la population. Le simple fait qu'une telle association existe ne prouve en rien que "le peuple des Etats-Unis", ni aucun individu parmi ce peuple, soutienne volontairement la Constitution.

Les partisans visibles de la Constitution, comme les partisans visibles de la plupart des autres gouvernements, se rangent dans trois catégories, à savoir: 1. Les scélérats, classe nombreuse et active; le gouvernement est pour eux un instrument qu'ils utiliseront pour s'agrandir ou s'enrichir; 2. Les dupes -- vaste catégorie, sans nul doute, dont chaque membre, parce qu'on lui attribue une voix sur des millions pour décider ce qu'il peut faire de sa personne et de ses biens, et parce qu'on l'autorise à avoir, pour voler, asservir et assassiner autrui, cette même voix que d'autres ont pour le voler, l'asservir et l'assassiner, est assez sot pour imaginer qu'il est "un homme libre", un "souverain"; assez sot pour imaginer que ce gouvernement est "un gouvernement libre", "un gouvernement de l'égalité des droits", "le meilleur gouvernement qu'il y ait sur terre", et autres absurdités de ce genre; 3. Une catégorie qui a quelque intelligence des vices du gouvernement, mais qui ou bien ne sait comment s'en débarrasser, ou bien ne choisit pas de sacrifier ses intérêts privés au point de se dévouer sérieusement et gravement à la tâche de promouvoir un changement.

Le fait est que le gouvernement, comme un bandit de grand chemin, dit à un individu: "La bourse ou la vie." Quantité de taxes, ou même la plupart, sont payées sous la contrainte d'une telle menace.
Commenter  J’apprécie          10

Dans la catégorie : L'EtatVoir plus
>Science politique>Science politique (politique et gouvernement)>L'Etat (45)
autres livres classés : despotismeVoir plus
Les plus populaires : autre Voir plus


Lecteurs (12) Voir plus



Quiz Voir plus

Le Trône de Fer, Tomes 1 & 2

Quelles familles s'opposent particulièrement dans ces tomes ?

Lannister et Tully
Tully et Stark
Stark et Lannister
Lannister et Targaryen

6 questions
873 lecteurs ont répondu
Thème : Le Trône de Fer - Intégrale, tome 1 : A Game of Thrones de George R.R. MartinCréer un quiz sur ce livre

{* *}