AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de michfred


michfred
  02 janvier 2020
Le consentement n'est pas un témoignage de plus  sur les ravages de la pédophilie.

Il n'est pas non plus la dénonciation à scandale d'un prédateur sexuel célèbre et même célébré,  doublé d'un pervers narcissique , que son prix Renaudot a récemment remis sur le devant de la scène littéraire après un sérieux purgatoire médiatique.

 Il ne surfe pas sur la lame de fond d'une très récente libération de la parole des victimes d'abus sexuels.

Le consentement est d'abord un livre.
Très bien écrit, très bien pensé, très bien "envoyé".

  Le consentement est  un tombeau  et une réhabilitation.

Le tombeau littéraire d'un ogre qui a voulu se faire passer pour prince charmant.

Le tombeau d'une époque où dans les milieux artistiques,  au nom du "jouir sans entrave " cher à 68, on a bien  voulu confondre la liberté sexuelle des adolescents avec l'impunité triomphale des adultes qui en tiraient profit.

Le tombeau de cette impitoyable condamnation des victimes au nom d'un "consentement" qui les voue -ou les vouait ?- au silence, à l'opprobre , au mieux à  ĺ'incrédulité. 

Le tombeau,  aussi , de ces livres que nous lisons, aimons, dévorons, et qui sont parfois le pire des poisons,quand ils ne deviennent pas des instruments de torture, des armes létales qui renvoient toute réalité au rang de pure fiction.

Prologue brillant, epilogue magistral,  le Consentement, écrit sans le moindre voyeurisme (amateurs de témoignages graveleux passez votre chemin!), dans une langue toute classique est truffé de références litteraires entre lesquelles , comme dans une galerie des glaces, la jeune V.se faufile comme une petite Alice au pays des horreurs.

Car il s'agit pour elle de retrouver qui elle est dans ce pays de faux-semblants où les présidents de la République sont les garants de moralité des abuseurs d'enfants, où les plus grands philosophes se font les avocats du Diable , où ĺes animateurs les plus connus reçoivent avec les honneurs le Loup escorté de son petit Chaperon rouge de service.

 Il s'agit pour l'ecrivain Vanessa S.  de  réhabiliter la petite nymphette V. aux yeux du monde et surtout à ses propres yeux. Il s'agit pour celle dont un manipulateur sans scrupule a fait son objet sexuel pour sa plus grande gloire littéraire, de prendre,  après s'être réconciliée avec les livres trompeurs -elle est devenue directrice d'une grande maison d'édition- les mêmes armes que lui pour lui donner enfin l'estocade finale.

Se réhabiliter,  réhabiliter les livres et réhabiliter Le  Livre comme parole empreinte de vérité.

 Pour effacer enfin l'emprise et  l'empreinte jusqu'alors indélébiles qui la souillaient.

Mission accomplie. La petite V.peut recoudre comme Peter Pan son ombre au talon blessé de son enfance.  

Bravo,  Vanessa S.

Une seule femme, Denise Bombardier, auteure québécoise,    avait osé, en 1990 , vous défendre en "apostrophant" vigoureusement votre bourreau. J'ose espérer qu'elles seront unanimes à vous défendre en lisant votre très beau livre qui fait honneur à la littérature.
Commenter  J’apprécie          13945



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (112)voir plus