AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de alouett


alouett
  05 novembre 2012
Décembre 1997. Philippe Squarzoni est l'un des premiers membres d'ATTAC (Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne). Mais son engagement n'est pas le fruit du hasard.

A plusieurs reprises, Squarzoni est allé en Croatie (à Pakrac) afin d'aider les habitants (serbes et croates) à reconstruire leur village détruit par le conflit. Son premier voyage date de 1994. Dès lors, il y retournera tous les 6 mois, toujours dans le cadre du volontariat pour mener à bien un projet initié par une ONG. Mais il témoigne également de ses engagements en France, en Angleterre et au Mexique.

Garduno, en temps de paix et Zapata, en temps de guerre relatent son combat contre la mondialisation, la manipulation de l'opinion publique par les politiques, les délocalisations, le libre-échange… Edité pour la première fois en 2002 par Les Requins Marteaux (2003 pour Zapata).

Très vite, le lecteur est associé à la réflexion de l'auteur. En transmettant ce travail d'investigations et de mobilisation sur le terrain, Squarzoni éprouve son style narratif que l'on retrouvera dans ses autres documentaires (Torture blanche, Saison brune, DOL). le scénario alterne voix-off et dialogues. La voix-off contient à la fois les concepts idéologiques (économique, politique, sociologique…) que l'auteur combat et une argumentation étayée qui développe son opinion personnelle. Les dialogues donnent quant à eux une dynamique à l'ensemble. Ils sont plus spontanés et incitent le lecteur à la réflexion.

Côté graphique, on est face à un mélange entre réalité et métaphore. Cette dernière donne un côté souvent ironique (parfois cynique) aux propos tenus dans la même case. Philippe Squarzoni se met en scène dans son quotidien, qu'il soit privé, professionnel ou militant. En parallèle, et comme je l'avais déjà plus longuement expliqué dans mon article sur Saison brune, le dessinateur fait intervenir des visuels issus de l'imagerie collective : contes, slogans publicitaires, références cinématographiques, courbes d'évolution… des coupures de presse et des photos de journalistes viennent compléter le tableau. L'ensemble permet au lecteur d'entendre tous les sous-entendus inhérents à certains constats. Malgré la lourdeur du thème abordé et le sérieux des propos, la lecture est fluide… J'ai pourtant ressenti le besoin de faire plusieurs pauses.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
Commenter  J’apprécie          50



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (5)voir plus