AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2954834609
Éditeur : VPS (01/05/2014)

Note moyenne : 2.62/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Au début du printemps 1975, à 12000 kilomètres du Sud-Est de la France, un jeune étudiant de vingt ans, originaire de Phnom Penh et issu d'un milieu militaire, quitte sa ville natale pour se rendre chez ses amis au Laos. Pour ce faire, il doit parcourir 800 kilomètres en autocar, partant de la région Nord-Ouest du Cambodge pour rejoindre Vientiane.
Un mois plus tard, les maquisards communistes "Khmers rouges" envahissent les villes du pays, et en très peu de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  29 novembre 2014
Tout d'abord, je voudrais remercier Livraddict ainsi que les éditions VPS pour l'envoi de ce très beau roman et surtout l'auteur qui m'a gentillement dédicacé son ouvrage.
C'est un roman que j'ai beaucoup apprécié, j'ai voyagé avec le narrateur, l'ai suivi dans son périple et son combat. Je dois dire qu'il est plutôt attachant. J'ai aimé les descriptions des plats exotiques et des différents endroits, dont voici un exemple parmi tant d'autres :
"En attendant le prochain départ, je trainai ma petite valise (avec le logo "bon voyage") un peu partout autour d'un marché en plein air. [...] Par soucis d'économies et par manque de temps, je déjeunai rapidement dans un stand de traiteur qui se trouvait à proximité de la gare routière. Je me régalai de ce plat unique, composé de petits morceaux de boeuf rissolés avec des pousses de bambou et des oeufs durs, le tout bien assaisonné et parsemé de feuilles de citronnelle. Cette nourriture, comme la plupart des cuisines "thaï", était très épicée. Mais cela ne me gêna presque pas. Les spécialités culinaires du coin s'appelaient plutôt le riz gluant, le "Som Tam" ou la salade de papaye, le "Gai yang" ou poulet grillé, et bien entendu les féroces piments locaux. "
Le roman est très documenté et j'ai apprécie les notes de l'auteur qui m'ont permise de comprendre davantage la situation.
L'écriture de l'auteur est très agréable, fluide et le roman se lit très vite.
C'est malgré tout un premier roman avec quelques petites imperfections : j'ai regretté déjà de ne pas avoir une carte pour pouvoir suivre les aventures du jeune homme, le Cambogde , la Thailande et le Laos sont malheureusement pas des pays que j'ai pu visiter et j'ai parfois eu du mal a me représenter ses déplacements.
Et surtout la dictature des Kmers rouges est malheureusement juste effleuré mais au final, je me rends compte que j'en ai peu appris. Ce livre a malgré tout eu l'art de titiller ma curiosité et je vais vite aller me documenter d'avantage.
D'un autre point de vue, je comprend le choix de l'auteur de ne pas avoir développé d'avantage la dictature des Kmers rouges car c'est a l'image du roman, tout est écrit avec délicatesse et pudeur.
C'est en tout cas un roman que j'ai beaucoup apprécié et que je vous recommande vivement.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Bazart
  31 octobre 2014
Mars 1975, à vingt ans plein d'espoir, Zsumara quitte Phnom Penh pour se rendre au Laos chez des amis. Pour ce jeune intellectuel, ce premier voyage en solitaire sans sa famille à un frais parfum de liberté. le jeune homme ne le sait pas encore mais ce voyage d'agrément sera le début de l'exil.
Avril 1975, les Khmers rouges envahissent le Cambodge, Zsumara ne peut plus rentrer chez lui, sa maitrise de la langue Française lui permet d'obtenir un laisser-passer pour la France. Paris, le rêve pour un jeune étudiant étranger, mais loin du rêve, la réalité tricote parfois de belles rencontres et c'est dans la bonne ville de Troyes que le jeune homme vert fera l'apprentissage de l'amitié et de la solidarité.
du Viet-Nam à la Champagne, ce témoignage, vivant, tendre et poétique est un document. Un document à la première personne, PhisethSrun écrit dans un style simple et familier, qu'il décrive la vie au Cambodge d'avant les Khmers rouges ou le quotidien de réfugiés dans un foyer de jeunes travailleurs d'une ville de province, il garde une fraicheur et une spontanéité qui nous touche.Le regard qu'il porte sur les choses et les gens qui l'entourent est tout simplement sincère et émouvant".
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
sebito
  27 novembre 2014
'ai voulu chroniquer ce récit car la couverture et la 4ème de couverture me laissait envisager un voyage prometteur au Cambodge.
Ce récit, qui a pour point de départ l'arrivée des Khmers Rouges dans la capitale cambodgienne, ne tient, hélas, pas du tout ses promesses. Je n'ai jamais été transporté jusqu'en Asie: la description des lieux, du quotidien des personnages n'est en fait qu'une succession de phrases très neutres, de type encyclopédique. L'auteur n'a fait que reprendre des informations de guides et d'articles de Wikipédia. Il n'y a rien de personnel, rien qui transporte le lecteur, qui le fait voyager. Quant à l'action elle-
même, il n'y en a pas ! Certes, le narrateur émigre vers la France. Mais il a déjà quitté le Cambodge quand les Khmers arrivent au pouvoir, ce qui fait qu'il n'y a aucun élément perturbateur. Les Khmers sont évoqués, de façon lointaine. le narrateur prend le bus vers la Thailande, puis vers le Laos, puis un avion vers la France. Mais pendant ce voyage, il ne se passe rien. le narrateur attend son prochain transport... et le lecteur attend aussi et s'ennuie, en espérant qu'il se passera enfin quelque chose dans ce récit. (Je peux "spoiler": il ne reste à rien d'espérer, il ne se passe rien jusqu'à la fin !).
L'auteur n'a aucune qualité littéraire. L'écriture est scolaire à l'extrême: un adjectif pour chaque nom, des adverbes "en veux-tu ? - en voilà !",... L'écriture est donc très fade et artificielle. Aucun intérêt. Les dialogues n'ont aucune saveur et sont eux aussi complètement artificiels.
Pour se rendre compte du contenu du livre, il suffit de lire le dialogue p.241: cela donne un très bon aperçu du contenu du livre et du style de l'auteur.
Pour tout vous dire, ce livre est tellement mauvais que je me suis dit que c'était de l'auto-édition (je me suis déjà fait avoir de cette manière avec un livre reçue lors d'une masse critique de Babelio: un soi-disant éditeur monte une "fausse" petite maison d'édition pour promouvoir en fait son livre auto-édité en se cachant derrière l'écran d'une maison d'éditions fictive... et, bizarrement, ces petites maisons d'édition ne commercialisent qu'un livre... celui de leur créateur !).
Et, bingo ! Une courte recherche internet a confirmé mes doutes: VPS éditions n'est qu'un prétexte pour écouler un livre auto-édité !
( je vous invite à cliquer sur ce lien: http://www.copy-media.net/couvertures/14191-editions-vps/)
Verdict sans appel: récit sans intérêt, auteur sans aucune qualité littéraire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LydieetsesLivres
  27 novembre 2014
J'avais hâte de commencer ce livre dont la couverture est à elle seule une invitation au voyage. Question voyage, ce livre est plutôt un itinéraire gourmand à travers l'Asie du Sud Est. Zsunara pour échapper à l'horreur de l'invasion kmer rouge au Cambodge va traverser la Thaïlande et le Laos et chaque étape de son périple est pour nous l'occasion de découvrir la gastronomie locale. Un vrai régal ! Cependant, je suis un déçue de ne pas avoir pu visualiser davantage les magnifiques paysages traversés par le héros mais comme il le dit lui même, nous ne sommes pas là pour faire du tourisme.
J'ai beaucoup aimé le personnage principal qui endosse également au cours du récit le rôle du narrateur. Zsunara est un jeune homme d'une vingtaine d'années qui fuit son pays pour survivre. Un jeune homme calme, serein qui affronte les mauvaises nouvelles et les embuches administratives avec une zénitude impressionnante. Un état d'esprit que je lui ai souvent envié. Il fait également preuve d'une gentillesse extraordinaire et d'une admirable fidélité envers ces compatriotes. J'ai adoré le suivre lors de son voyage et je m'interroge aujourd'hui sur ce qu'il est devenu car il nous quitte bien trop tôt dans sont récit.
C'est avec un langage simple mais envoutant que Phiseth Srun nous décrit assez originale l'échappée de Zsunara. Dans son récit on trouvé de nombreuses notes mêlées au corps du texte. Ces notes expliquent au lecteur, qui n'est pas un spécialiste de l'Asie du Sud Est, les conditions de vie ou les évènements politiques des lieux visités. Elles ont été pour moi bienvenues et m'ont aidés à mieux saisir les mots de l'auteur.
Maintenant quelques petits défauts car il en faut bien. D'une part, j'ai regretté la description de la ville de Troyes (Aube, France) qui me m'a pas tellement dépaysé. D'une part, j'image facilement l'aventure que représente tout quitter pour traverser le monde et refaire sa vie à l'autre bout du monde, le périple de Zsunara m'a paru bien calme, j'aurai apprécié ressentir davantage les difficultés suscitées par un telle expédition.
Lien : http://mesexperiencesautourd..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
shao69
  16 janvier 2015
Voilà un roman que je voulais lire depuis pas mal de temps. Et j'ai eu la chance sur le second partenariat d'être sélectionné ;-)
J'ai aimé ce livre, c'est un appel au voyage. On commence la lecture par son arrivée à Paris, ses premiers pas pour retrouver de la famille. Puis il y a un retour en arrière sur sa vie d'avant.
On découvre Zsunara avec les siens au Cambdoge, ses rêves d'avenir, ce qui l'a poussé à partir jusqu'au Laos. Les descriptions des paysages et de la vie que rencontrait Zsunara lors de son périple sont enivrantes. J'ai surtout beaucoup apprécié la (grosse) partie du livre qui traite justement de cette expédition du Cambodge jusqu'au Laos en passant par la Thaïlande. Cette traversée se fait au fil de l'invasion des Khmers Rouges, l'auteur y fait plusieurs fois allusions, peut être qu'un peu plus de détails sur cette part de l'histoire méconnue aurait été un plus. Néanmoins cela ne gène nullement la progression de l'histoire. On découvre un jeune Zsunara très bien dans ses baskets, qui n'hésite pas à aider son prochain comme à garder la tête sur les épaules malgré le fait de quitter son foyer et sa famille. On le sent débrouillard. C'est doucement que l'on va voir son avenir changer, d'un départ pour les études il va finir par fuir un régime oppressif. La France deviendra sa terre d'exil face à la prise de pouvoir des Khmers Rouges.
On revient ensuite à son adaptation en France, les rencontres qu'il fait. Il parle de comment est sa vie au foyer d'accueil, comment se passe son quotidien. C'est pas les meilleurs passages en termes d'intérêt mais ils sont formidablement humains.
Ce qui ressort de cette lecture c'est surtout le calme. On est absorbé par une attitude zen et nonchalante de Zsunara. Il ne paniquera réellement qu'une fois, lorsque qu'il a perdu le chemin de son hôtel. C'est un livre découverte que j'ai apprécié tant par l'histoire que par le style de l'auteur très doux et attachant.
Mon petit point positif :
La couverture est superbe, elle est tout à fait adapter au roman par sa profondeur et sa simplicité.
Lien : http://www.tamisier.eu/loeuk..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   27 novembre 2014
En attendant le prochain départ, je trainai ma petite valise (avec le logo "bon voyage") un peu partout autour d'un marché en plein air. [...] Par soucis d’économies et par manque de temps, je déjeunai rapidement dans un stand de traiteur qui se trouvait à proximité de la gare routière. Je me régalai de ce plat unique, composé de petits morceaux de bœuf rissolés avec des pousses de bambou et des œufs durs, le tout bien assaisonné et parsemé de feuilles de citronnelle. Cette nourriture, comme la plupart des cuisines "thaï", était très épicée. Mais cela ne me gêna presque pas. Les spécialités culinaires du coin s’appelaient plutôt le riz gluant, le "Som Tam" ou la salade de papaye, le "Gai yang" ou poulet grillé, et bien entendu les féroces piments locaux
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : cambodgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
894 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..