AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743629754
Éditeur : Payot et Rivages (18/02/2015)

Note moyenne : 3.31/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Gavin, jeune journaliste new-yorkais, perd son emploi et se voit contraint de retourner dans sa Floride natale. Une photo le met sur la piste d'une petite fille qui pourrait être la sienne et qui court sans doute de graves dangers.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
charlitdeslivres
  02 novembre 2016
Je ne vais pas vous mentir, cet avis ne sera pas objectif…Voilà, c'est dit passons à autre chose. Un dernier détail, si vous ne le savez pas encore je suis tombée sous le charme des écrits de cette auteure. « Dernière nuit à Montréal » était une merveille et « Station Eleven » l'énorme coup de coeur de cette rentrée littéraire. A partir de ce constat on peu rentrer dans le vif du sujet !
Avec ce récit je suis tout de même un peu plus mitigée que dans mes précédentes lectures. J'ai trouvé ma lecture un peu inégale. Avec un démarrage très long, on a du mal à rentrer dans cette histoire comme dans les précédentes lectures. On se questionne où va nous amener l'auteure et puis petit à petit la vérité se dévoile à nous et très vite, vous en pourrez plus le lâcher. Dès ce moment, le démarrage n'est plus long, mais seulement nécessaire pour pénétrer l'atmosphère si oppressante que nous livre Emily St. John Mandel à chaque fois !
Un démarrage long, une intrigue intéressante et une fin folle. Je vous l'avoue le texte est fort et encore une fois, l'auteure nous fait pénétrer dans son monde bien à elle.
Dans ce texte entre policier et roman noir on appréciera la panoplie de personnages abîmés par la vie, abîmé par leurs choix et par leurs erreurs passés. Tout dans le texte nous hurle au visage de nous enfuir. On comprend le dénouement et cela n'a pas d'importance. Car très rapidement on réalise l'impact de nos erreurs sur notre vie à venir. Mais on ne pourra s'empêcher de les commettre. Alors on plonge dans des vies insipides, des moments qui nous rappellent que nos chemins ne sont jamais tracés et que le moindre écart de route pourrait être fatal.
Ce texte est fort pour faire monter en puissance une situation classique. Avec ce démarrage très long, on comprend difficilement où nous emmène l'auteure. Puis de même que les degrés vont grimper à travers la Floride, notre intérêt pour nos personnages également. Dans ce texte c'est encore une fois le passé qui est à l'honneur. Ces moments de vies passés qui reviennent nous hanter. Des questions tout du long vont peaufiner notre lecture, car comme nos jeunes protagonistes nous vivons tous nos derniers instants. A partir de cela que ferons nous ? Que deviendrons-nous ? Je suis ravie d'avoir découvert d'autres de ses romans mais jusqu'où va-t-elle nous emmener ?
Lien : https://charlitdeslivres.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ratdeschamps
  07 novembre 2016
Après lecture, je qualifierais l'auteure de "Marcel Proust" du roman noir. Un roman noir, oui, sans doute, d'une lenteur déconcertante, l'histoire ne décolle vraiment que dans les 70 dernières pages.
A la fin de la première partie, quand j'ai cru avancer dans l'intrigue, nooooon, l'intrigue est repartie à zéro avec le point de vue d'un autre personnage. Idem à la fin de la deuxième partie, idem.... j'exagère à peine.
Toutefois, ce livre est plein de qualités, magnifiquement écrit, qui amène le protagoniste principal à une -lente- découverte de ce qu'il soupçonnait déjà : pourquoi et où a disparu sa petite amie du temps de son adolescence, est-il père, qu'est ce que cela change dans sa vie, dans sa façon de l'appréhender? Alors que quelques questions posées franchement, quelques éclaircissements apportés auraient dénoué le tout promptement? Rhaaaaaah.... mais bon. Mon grief majeur tient plus à l'état d'esprit dans lequel lire ce livre : j'étais en mode roman noir, pas en mode Proust. du coup, je devrai le relire pour vraiment en savourer toutes les nuances...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2
  19 août 2016
Les vies qui sont et celles qui auraient pu être. Un somptueux thriller de la vie aveugle.
Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2016/08/19/note-de-lecture-les-variations-sebastian-emily-st-john-mandel/
Lien : http://charybde2.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          30
BobPolar
  09 août 2015
L'auteure a de la tendresse pour ses personnages et c'est tout simplement beau, émouvant et mélodieux.
La suite sur : http://bobpolarexpress.over-blog.com/2015/08/jeunesse-vagabonde.html
Lien : http://bobpolarexpress.over-..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   19 août 2016
Dix ans plus tard, en février, la douche de la salle de bains de Gavin commença à fuire. Cela tombait particulièrement mal. Sa rédactrice en chef lui avait confié un reportage sur le problème posé par la faune exotique en Floride et il quittait New York le lendemain matin. Désemparé, il resta un moment à regarder l’eau chaude goutter à un rythme régulier. C’était le genre de complication dont Karen se serait occupée, avant qu’elle ne le quitte, et il s’aperçut tout à coup qu’il ne savait même pas où était le numéro de téléphone du propriétaire. Sur un papier quelque part, mais les papiers avaient envahi son bureau et dégringolé en avalanche sur le plancher du salon a cours des trois semaines qui avaient suivi le départ de Karen. Au bout d’une demi-heure, il tomba sur un carton de vêtements pour bébé qu’il avait oublié de porter chez Goodwill, après quoi il n’eut plus envie de chercher. Il battit en retraite dans sa chambre et se remit en quête de chaussettes propres. Il n’aurait qu’à appeler le propriétaire à son retour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   19 août 2016
Jack pensait à un film qu’il avait vu naguère. Il ne se souvenait pas du titre, mais l’histoire se passait au XVIIIe siècle sur un navire : un marin qui avait déçu ses compagnons sautait par-dessus bord, un boulet de canon dans les bras. Fermant les yeux, Jack vit le matelot s’enfoncer, pâle silhouette dans l’eau sombre, un nuage de bulles argentées autour de lui, le poids du boulet l’entraînant vers les grands fonds. « La vérité, déclarait le capitaine lors des funérailles du marin, c’est que nous ne devenons pas toujours les hommes que nous avions espéré devenir. » Ou une phrase dans ce goût-là. Jack n’était pas sûr de se la rappeler précisément. – C’est vrai, dit-il à son reflet dans la fenêtre obscurcie, en réponse au capitaine du film. C’est exactement ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   06 octobre 2015
Ce qu’il y avait de mieux, dans le service de nuit, c’était le silence. Parfois, elle sortait fumer une cigarette au moment le plus paisible, entre trois et quatre heures du matin, seule à la lisière des ombres, derrière le diner, et elle écoutait. Bien sûr, le silence n’était jamais absolu – cigales, grenouilles dans le canal de l’autre côté de la rue, frôlements dans les buissons, un camion ou une voiture de temps à autre – mais dans la journée, c’était une véritable cacophonie en comparaison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   06 octobre 2015
C’étaient des hommes qui avaient connu la guerre de tranchées et s’étaient retrouvés, endurcis et à demi brisés, dans le glamour et le tumulte du monde de l’entre-deux-guerres ; des hommes qui n’étaient plus à leur place, plus de leur temps, des hommes dont l’âme cabossée ne tenait plus qu’à un fil. Les détectives étaient honorables, mais ils en avaient trop vu pour être bons. Les plus durs d’entre eux en avaient trop vu pour avoir peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2Charybde2   19 août 2016
Mais pour les victimes d’Alkaitis, le désastre continue ses ravages. Amy Torres et son mari ont perdu les économies de toute une vie. « J’ai l’impression de vivre un mauvais rêve, dit-elle de l’escroquerie d’Alkaitis. C’est comme un cauchemar dont on n’arrive pas à se réveiller. J’ai le sentiment qu’il y a moins de bon dans le monde que je ne le croyais. C’est difficile à accepter, pour tout vous dire. Je ne sais pas comment je vais pouvoir payer les frais médicaux de ma mère, à présent. »
– Sacrée citation, lui dit Julie quand ils se croisèrent le lendemain matin dans la cuisine réservée au personnel.
Gavin prenait sa troisième tasse de café. Il n’avait pas dormi de la nuit.
– Merci, dit-il.
Il regagna son bureau en ayant l’étrange sensation de flotter. Personne ne pourrait prouver qu’aucun épargnant ne lui avait tenu ces propos ; néanmoins, ça lui donnait la nausée chaque fois qu’il y pensait. Amy Torren était le nom du professeur d’anglais qu’il avait eu en première.
Voyant les jours s’écouler sans incident, il en conclut que ce mensonge et celui de la voisine de Floride qui ne se prénommait pas Chloe étaient passés inaperçus. Mais le problème, Gavin en avait conscience, n’était pas de savoir si la femme qui était montée dans le taxi avec Lander était une épargnante, ni même de savoir s’il pourrait échapper aux conséquences de l’avoir présentée comme telle en lui écrivant un dialogue sur mesure et en lui inventant un nom. Le problème, c’était que Gavin avait ouvert une porte, juste un peu, et qu’il pouvait voir par l’entrebâillement la disgrâce et les ombres tapies de l’autre côté. Dès lors que vous dites un mensonge, il est facile d’en dire un autre. Un abîme s’ouvre subitement sous vos pieds. Le soir, de retour chez lui, il regardait la vacillante lueur bleutée de la télévision et il ne ressentait presque rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Emily St. John Mandel (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emily St. John  Mandel
Entretien avec Emily ST. John Mandel.
autres livres classés : florideVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1821 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre