AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le Loup dans la bergerie (28)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
cannibalector
  07 septembre 2015
2 Folio achetés, un troisième gratuit: bonne initiative même si le choix du livre offert est trés limité: je prends le seul polar.

Ce roman a été écrit en 1977 et débute la série des aventures du détective privé norvégien Varg Meum: son nom se traduit littéralement" le loup dans le sanctuaire" et signifie "le proscrit"

C'est le détective classique: pas de client, bureau vide sauf la pile de factures qui s'amoncelle, cynique mais bon ,légérement alcolo ( à l'aquavit) et evidemment sensible à la gente féminine (fatale de préference): bref, rien de nouveau sous la neige

Juste aprés avoir refusé à un avocat de suivre sa femme infidèle, le frère de cette derniere lui fait la même proposition et il accepte. Cette femme est assassinée quelques jours plus tard.

Je ne sais pas trop quoi vous dire; c'est pas mal; ça se laisse lire: en fait, il n'y a aucune surprise, ni bonne ni mauvaise.

Mais ce n'est que mon humble avis
Commenter  J’apprécie          370
missmolko1
  25 avril 2015
J'ai ,cette fois, posé mes valises en Norvege et fait la connaissance de Varg Veum, le célèbre détective privé né sous la plume de Gunnar Staalesen. C'est un personnage vraiment intéressant et complexe, quelque peu cynique. Il m'a souvent fait sourire et je me suis vite attachée a lui. Je l'ai suivi lors de son enquête. Un homme veut espionner sa femme puis quelques jours après un frère veut espionner sa femme, Varg Veum découvre qu'il s'agit de la même femme est se décide a enquêter.
Forcement, le lecteur se prend vite au jeu, on se surprend a aimer espionner la vie de cette femme. Qui est-elle ? Que fait-elle? L'auteur nous y amène doucement.

J'ai adoré cette enquête, j'ai presque eu un coup de coeur mais j'ai trouvé que Varg Veum arrive un peu trop facilement a la résoudre. Comment arrive-t-il a faire le lien entre tous les protagonistes ? Je pense qu'il s'agit de sa propre intuition mais ça arrive un peu trop rapidement en tout cas. Malgré ça, je suis conquise et je pense vite lire la suite des aventures du détective.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
euphemie
  09 août 2015
Il fait si froid et si sombre en Norvège, que tout est bon à lire? Ou bien !!! Après mettre régaler avec Jo Nesbo, vla que j'ai essayé, d'avaler cette prose.....Mais je laisse tomber, je me croyais en rupture de matière première...alors je m'acharnais, cela va démarrer, le type en a publié dix, tout de même....non !! Mais, je viens de voir que le Silmarililon m'attendait sur l'étagère...rangé avec "les lus"...Tant pis adieu détective Veum, je ne veux plus... faire du mal à mes petits yeux, j'ai horreur de m'ennuyer avec un livre .
Épaté, ou plutôt "espanter" comme ils disent en Provence, de lire maintenant des critiques élogieuses sur Babelio...voir dithyrambique !! le style, l'humour, l'humanité du personnage....n'en jetez plus la cour est pleine, en tous les cas la mienne...Le style, niveau collège, d'une platitude à regretter les montagnes russes, l'humour!! oû siou plé ? l'humanité, euh woui le narrateur est un homme...Bon peut être que dans le "jus d'origine", avec un verre d'Aquavit...on est tous frères, je suis d'accord..... hélas je ne parle pas le norvégien....trois fois hélas d'ailleurs parce que j'aime beaucoup la Scandinavie, et les loups de tout poils....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
edwige31
  25 octobre 2013
Varg Veum, ancien salarié à la protection de l'enfance de la ville de Bergen en Norvège, est devenu détective privé après avoir eu une approche un peu trop impulsive sur un proxénète. Plus prés d'une épave que de Mike Hammer, car ne supportant pas son divorce et aimant un peu trop l'aquavit, Varg Veum a tout de même certains principes : refuser les constats d'adultères ou tout autre affaire sentimentale. Pourtant, il sera amené à s'y intéressé malgré un premier refus auprès du mari, avocat de renom. Il acceptera au nom du frère de cette jeune femme, pour soi disant une affaire d'héritage. Il va être alors entrainé dans un meurtre, en tant que témoin principal et dans une folle histoire de trafic de drogues dans la campagne norvégienne. Varg Veum ne se fera pas encore des amis dans la police, qui cherche à tout prix à l'impliquer.

C'est un polar agréable à lire, ne manquant pas d'humour et d'action. Je ne savais pas la campagne norvégienne, lieu de tous les vices ; drogues, prostitution, trafic ect… Il y a de nombreux rebondissements et fausses pistes tout au long du récit. Plus que l'intrigue, qui est assez convenue ainsi que les personnages secondaires, c'est la personnalité de Veum qui fait tout l'attrait du livre. Ses blessures, ses faiblesses, sa lucidité cruelle sur ses relations avec son ex femme et son fils sont touchants. Son humanité lui permet d'aborder l'enquête sous un aspect moins robotisé, plus prés des personnes que des apparences. le style de l'écriture est attrayant, nerveux mais avec une belle sensibilité.

un bon moment qui se lit d'un seul trait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Val88
  15 mai 2013
Varg Veum est devenu détective privé après s'être fait jeté de la protection de l'enfance pour une affaire qui a mal tournée. Son agence n'est cependant pas des plus florissante et les factures s'entassent sur son bureau jusqu'au jour où Maître William Morberg, un avocat de renom, fait appel à lui pour faire suivre sa femme. Une affaire bienvenue qui pourrait régler quelques dettes. Seulement, Varg Veum a des principes et les affaires d'adultères, depuis son divorce, ce n'est pas son truc. Rien de bien exceptionnel jusque là, mais peu de temps après, un homme du nom de Ragnar Veide frappe à la porte de l'agence de détective et demande à Varg Veum de suivre Mme Morberg, la femme de Maître Morberg, mais aussi sa soeur dont il a perdu la trace depuis un moment. En bon détective, Varg Veum file la jeune femme. Planques devant sa maison, virées en ville lors de son shopping ou ses escapades nocturnes…, il ne la lâche pas d'une semelle afin de faire un rapport détaillé à son client. Malheureusement, l'affaire se complique lorsque Margrete Morberg est retrouvée morte à son domicile, dans sa voiture. Qui a tuer Margrete Morberg et pourquoi? Ce n'est biensûr pas moi qui vais vous le dire. Si j'ai suivi avec plaisir Varg Veum dans son raisonnement pour retrouver le coupable, j'ai plus été déroutée par sa façon de procéder pas toujours très orthodoxe. Cela dit, comme il a des principes, il essaye de ne pas trop enfreindre la loi, mais sa façon de faire le mène parfois dans des situations assez dangereuses et l'on se demande si il va réussi à s'en sortir. L'histoire en soit m'a plu mais ça n'a pas non plus était un vrai coup coeur. Et puis, j'ai eu l'impression de rester sur ma faim en finissant le livre puisque, même si Veum résoud l'énigme, la police n'apparaît pas pour clore l'affaire. C'est uniquement suggéré et c'est un peu dommage. Dans le genre "policier" j'aime assez quand les faits sont évoqués de façon précise et là il manquait une dernière pièce à mon puzzle. Malgré tout, j'ai fait la connaissance de Varg Veum, un personnage solitaire avec un humour parfois grinçant. Je ne peux pas dire qu'il m'ait particulièrement séduite mais je le retrouverai volontiers dans une prochaine enquête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
RomansNoirsEtPlus
  18 septembre 2015
Je dois avouer que j'avais quelque peu délaissé les auteurs scandinaves pour me concentrer sur les romans francophones ces derniers temps . Eh bien il était temps pour moi de réparer cette injustice et de découvrir cet excellent auteur norvégien et son héros récurrent : le détective privé Varg Veum . le voici confronté ici à une enquête sur des meurtres mystérieux et à différents trafics qui mêlent prostitution et vente de stupéfiants . Un personnage qui nous est immédiatement sympathique et dont l'inimitié proverbiale que lui montre le commissaire Muus est comparable à la pile de factures qui s'étale sur son bureau poussiéreux .
Aucun temps mort pour ce récit qui vaut les meilleurs polars français ou les pionniers ricains de la Série Noire . de la verve , de la truculence , un humour décapant complété par un scénario plein de rebondissements vous fera passer , j'en sui sûr , un excellent moment en compagnie de Gunnar Staalesen .





Commenter  J’apprécie          70
Sharon
  29 octobre 2018
Ne vous fiez pas à la date donnée parfois, par l'éditeur : ce roman date des années 70, et le fait de le savoir d'entrée de jeu empêche certaines déconvenues. Et oui, le privé ne peut pas se servir de son portable pour prévenir les secours, puisqu'il n'en a pas. Il ne peut pas faire une recherche rapide sur Internet pour tout savoir sur ses clients potentiels – et ses dossiers sont désespérément vides parce qu'il n'a pas d'affaires, non parce qu'il a tout informatisé. de même, une femme qui veut changer d'apparence ne testera pas une nouvelle coupe de cheveu, une nouvelle coloration : elle portera une perruque.
Il y a du Nestor Burma, l'un de mes détectives préférés,dans ce Varg Véum. Lui aussi pratique une ironie mordante, y compris envers lui-même. Lui aussi a un léger souci pour régler ses factures, qui s'entassent les unes sur les autres avec une régularité confondante. Aussi, quand une affaire se présente, il est étonnant de le voir refuser cette manne providentielle, au nom de son éthique. Il est encore plus étonnant de le voir se faire proposer la même affaire, quelques jours plus tard, non plus par le mari de la jeune femme, mais pas son frère. Là, Varg cède, parce qu'il est un tendre, au fond – et parce que les factures ne se règleront pas toutes seules.
Naïf, Varg ? Un peu seulement. Pas au point de se rendre compte qu'il s'est mis lui même dans un beau guépier, lui que la police n'apprécie guère. Pas au point de ne pas tout tenter pour trouver le vrai coupable. Au passage, il découvrira ce qui se cache derrière la respectabilité de certaines façades, bien que lui n'avait plus guère de doute, après son passage à la protection de l'enfance. Il restait peut-être encore quelques illusions au lecteur.
Le loup dans la bergerie est une très belle rencontre livresque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Errant
  12 août 2018
Ce roman policier n'est pas mauvais mais est assez convenu. L'intrigue est assez bien ficelée, mais le reste est d'une banalité plutôt décevante.Pour un premier tome d'une série, je ne suis pas certain que ce livre incite à poursuivre car il ne démarque pas des très nombreux autres polars nordiques. Bref une lecture qui ne marque pas sans être pénible non plus. Est-ce que ça vaut le détour? Pas vraiment, il y a tellement de choix dans ce genre.
Commenter  J’apprécie          60
Bellonzo
  25 janvier 2014
le privé Vrag Veum mérite de rejoindre le Wallander de Mankell et le héros de l'Islandais Indridason, dont j'ai oublié le nom,devenus des célébrités dans le petit monde du norpolar(quel barbarisme). L'enquête qu'il mène dans sa Norvège natale est certes de facture classique mais bien ficelée et d'une lecture aisée. Ce roman a été publié en Norvège il y a quand même trente ans,ce qui lui donne l'avantage de ne pas crouler sous une overdose de technologie parfois fatiguante.

Dans les rues norvégiennes la filature se fait à l'ancienne dans une petite voiture discrète et toussotante. Veum sait faire la planque pendant des heures et ne roule pas sur les couronnes.L'intrigue n'est pas bouleversante d'originalité mais allez donc tuer de manière inédite de nos jours.Une villa,une maison avec une porte verte qui s'ouvre sur l'horreur,de cette horreur qui hante hélas nos quotidiens.Et l'éternelle et universelle rivalité souvent haineuse entre le flic et le privé,qui nous fait toujours un peu marrer.Humour présent aussi à travers quelques portraits de sous-fifres ou de spadassins.Au pays de Sam Spade et Philip Marlowe bienvenu à l'ami norvégien Varg Veum qui carbure raisonnablement à l'aquavit, version septentrionale de la gnôle,fidèle amie de l'enquêteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Clarol215
  26 octobre 2015
Un bon polar, bien écrit, avec un certain humour. On va jusqu'au bout sans s'ennuyer.
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La nuit, tous les loups sont gris" de Gunnar Staalesen.

Quel est la manie de Hjalmar Nymark ?

il tape du poing sur la table
il donne un coup de pied dans la table
il donne un coup de journal sur la table

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : La nuit, tous les loups sont gris : Une enquête de Varg Veum, le privé norvégien de Gunnar StaalesenCréer un quiz sur ce livre