AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2814505629
Éditeur : publie.net (01/01/1900)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
(édition numérique)

Germaine de Staël, qui signe "Necker, baronne de Staël-Holstein" a vécu la Révolution française aux toutes premières loges – si elle échappe au massacre, elle connaîtra l'exil, puis la haine privée de Napoléon Bonaparte, et n'aura que trois brèves années pour profiter de son retour en France.

Et quelle rage, chaque fois qu'on lit quelque chose qui la concerne, de constater une fois de plus que sa vie de femme, voire ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
brigetoun
  20 novembre 2011
Suicide envisagé d'un point de vue chrétien. Dans les deux premières parties envisagé uniquement comme réaction à une douleur morale ou physique. Une petite gêne, en dialogue muet avec elle : son incapacité à penser qu'il ne peut y avoir sincérité (pour le remords par exemple) spiritualité sans croyance en une divinité, en un secours hors de l'homme – son optimisme religieux qui lui fait croire aussi que toute disgrâce, tout échec immérité sera réparé sur terre par intervention divine ou à défaut compensé après la mort pour les âmes qui les auront supportés.
Le suicide stoïque est balayé ensuite un peu rapidement, ou du moins par un raisonnement qui appellerait discussion – suivi d'un tour d'Europe de la propension au suicide basé sur une vision tranchée, et donc assez distrayante, des différents peuples – et comme exemple de fermeté, de l'histoire de Jane Grey.
Elle ne m'a pas persuadée, je dois manquer de fermeté d'esprit, tel qu'elle l'entend, mais j'ai un goût pour la fermeté de ses phrases, leur construction qui disent la raison, l'oeuvre, l'exigence, et donnent envie de la suivre... et les traces d'exaltation dignes de son époque sont un sourire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   20 novembre 2011
Les motifs qui déterminent à se donner la mort changent tout-à-fait la nature de cette action ; car lorsqu’on abdique la vie pour faire du bien à ses semblables, on immole, pour ainsi dire, son corps à son âme ; tandis que quand on se tue par l’impatience de la douleur, on sacrifie presque toujours sa conscience à ses passions.
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   20 novembre 2011
Ce qu’il faut donc le plus soigner parmi nos moyens de bonheur, c’est la puissance de la contemplation.
Commenter  J’apprécie          40
brigetounbrigetoun   20 novembre 2011
Les anciens élevaient leur âme par la contemplation de leurs propres forces, les chrétiens ont un témoin, et c’est devant lui qu’il faut vivre et mourir ; les anciens voulaient glorifier la nature humaine, les chrétiens ne se regardent que comme la manifestation de Dieu sur la terre ; les anciens mettaient au premier rang des vertus la mort qui soustrait au pouvoir des oppresseurs, les chrétiens estiment davantage le dévouement qui nous soumet aux volontés de la Providence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
brigetounbrigetoun   20 novembre 2011
Les guerriers appellent ce sentiment la confiance dans son bonheur, les hommes religieux, l’espoir dans le secours de la Providence ; mais les uns et les autres trouvent dans cette disposition intérieure de l’âme un genre d’appui qui fait juger plus clairement les circonstances mêmes de cette vie, tout en donnant des ailes pour y échapper.
Commenter  J’apprécie          00
brigetounbrigetoun   20 novembre 2011
Ce qu’on fait pour soi-même peut avoir une sorte de grandeur qui commande la surprise ; mais l’admiration n’est due qu’au sacrifice de la personnalité, sous quelque forme qu’elle se présente.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Madame de Staël (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Madame de Staël
Piques & répliques de l'Histoire - Stéphane Bern .« le cardinal vient de rendre son âme à Dieu », annonce-t-on à la Cour lorsque Mazarin s?éteint, le 9 mars 1661. « Je doute que Dieu l?ait acceptée » réplique un courtisan. À Madame de Staël qui lui demande son avis sur l?un de ses ouvrages, le célèbre Rivarol lui répond : « Je fais comme vous Madame, je ne pense pas »? « Comment ! Vous allez épouser ce laideron ? L?avez-vous au moins regardée de face ? » s?exclament les amis du séduisant Boni de Castellane en apprenant ses noces avec la très riche mais fort laide américaine Anna Gould. « C?est vrai, vue de face elle n?est pas belle, mais elle est irrésistible vue de dot », rétorque l?aristocrate sans-le-sou? Souvent féroces mais savoureux, les bons mots font aussi l?Histoire de France, avec cette touche de malice qui ne pouvait laisser indifférent Stéphane Bern. En esprit curieux de tout et de tous, il nous en offre ici un florilège : 400 piques et répliques irrésistibles, où l?anecdote laisse filtrer quelques insolentes vérités. http://www.albin-michel.fr/ouvrages/piques-repliques-de-l-histoire-9782226397935
+ Lire la suite
autres livres classés : exilVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
234 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre