AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Éric Stalner (Illustrateur)
EAN : 9791037500625
144 pages
Les Arènes (04/03/2020)
3.75/5   34 notes
Résumé :
« Pot-bouille » : cuisine ordinaire, tambouille médiocre des familles.
Tout juste arrivé à Paris, Octave Mouret emménage rue de Choiseul dans un immeuble bourgeois au cœur d’une capitale en pleine transformation haussmannienne. Derrière la façade policée, il découvre l’envers du décor : basses intrigues et adultères à tous les étages ! Chacun fait sa petite cuisine peu ragoûtante pour s’acheter une place dans la société du Second Empire. Avec l’appétit d’un j... >Voir plus
Que lire après Pot-Bouille (BD)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 34 notes
5
7 avis
4
3 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis
"Pot-Bouille" est le dixième tome des Rougon-Macquart d'Émile Zola, adapté ici en bande dessinée par Éric Stalner et Cédric Simon. J'ai récemment fait la connaissance de ce duo avec "La curée", adapté du second tome des Rougon-Macquart. Je le retrouve ici avec plaisir, dans cette très belle adaptation graphique.

Dans "Pot-Bouille", Zola met en scène Octave Mouret qui vient de débarquer à Paris, s'installant dans un immeuble bourgeois de la rue de Choiseul. À travers ses ambitions à vouloir s'élever socialement et ses plans de séduction qui lui permettront d'arriver à ses fins, nous faisons la connaissance des différents acteurs vivant dans cet immeuble, voisins de Mouret. Entre apparences bien sous tout rapport et envers du décor, Zola a sa façon bien à lui de dénoncer « la bassesse d'une société sans âmes », celle de la bourgeoisie, qu'on aurait pu appeler « cochon & compagnie » comme le résume si bien l'une des domestiques en fin de cet ouvrage.

Éric Stalner et Cédric Simon ont mis un point d'honneur à retranscrire parfaitement ce petit monde bourgeois, tel que Zola l'a décrit. On y retrouve sans défaut les magouilles des uns, les mauvaises langues des autres, leur cupidité, leur radinerie et leur hypocrisie, et ce derrière le faste des belles apparences, des dîners mondains et des belles tenues. C'est cruellement bien dépeint et ne dénature en rien l'oeuvre de Zola.

Aucunement on ne s'attache aux personnages, pourtant si bien campés dans ce Paris en pleine transformation. Ils sont plus détestables les uns que les autres, même Mouret ne déroge pas à la règle, alors que je le trouve plutôt touchant dans "Au bonheur des dames" (onzième tome des Rougon-Macquart). Chacun y met du sien pour arriver à ses fins, sans le moindre scrupule quant aux conséquences sur les uns et les autres. Chacun se sert des faiblesses de son voisin pour obtenir ce qu'il veut (alcoolisme, adultère, folie, migraines à répétition, deuil). Des unions se forment et se défont au gré des objectifs à atteindre. C'est pitoyable, révoltant, dégoûtant, au point de prendre plaisir à chaque fois qu'un malheur ou un drame touche les uns ou les autres.

Les graphismes qui illustrent cette pathétique histoire sont superbes et en adéquation avec la vie parisienne de l'époque. Les dessins sont fins et détaillés, colorés et fastueux, et remplacent dignement les descriptions précises de Zola. J'ai particulièrement apprécié que chaque famille soit associée à une couleur en particulier, nous permettant de les identifier facilement. Les protagonistes sont en effet plutôt nombreux, mais aisément repérables grâce à ce "code couleur".

Le dossier en fin d'ouvrage est fort intéressant. Relativement complet, il se découpe en plusieurs parties, chacune abordant un thème sur le Paris du XIXe siècle : la vie parisienne des années 1860, les travaux haussmaniens, l'origine du surnom "la ville lumière", les (nouveaux) quartiers bourgeois et populaires, les quartiers déshérités et ouvriers, la cohabitation dans les immeubles, etc. Accompagné en plus de cela de photographies et divers dessins et croquis, ce fut très instructif.

Je suis à nouveau tombée sous le charme du travail de Stalner et Simon, un duo que je compte désormais suivre plus assidûment.

Un très beau roman graphique.
Commenter  J’apprécie          5724
"Pot-bouille": cuisine ordinaire, tambouille médiocre des familles.

Sous le titre mystérieux et argotique qu'Emile Zola a donné à son roman, dixième tome des Rougon-Macquart, c'est bien un vrai pot qui se cache. Pot de chambre, pot à tambouille ou pot à ordures, c'est cette boîte de Pandore aux relents fétides que le jeune Octave Mouret, jeune arriviste aux dents longues débarqué de sa Provence, ouvre en franchissant le seul d'un immeuble haussmannien de la rue de Choiseul. de la grande bourgeoise à la servante, du commerçant aisé au concierge aigri, c'est un portrait naturaliste sans concession que brosse le grand écrivain.

Cédric Simon et Eric Stalner signent ici une superbe adaptation de ce roman complexe très visuel où chatoient les étoffes, les cristaux des salons et les apparences toujours trompeuses. L'oeuvre du Maître a été comprise, analysée et retranscrite avec talent tandis que les dessins enchantent l'oeil et comblent l'imagination. Regards en dessous, sourires carnassiers, coups bas, petits arrangements entre "amis", la plume et le crayon ont su rendre vivante cette réalité crasse sur laquelle surnagent tant bien que mal l'amour, l'ambition, la naïveté et la détermination des esprits éclairés.

Coup de chapeau haut-de-forme aux deux auteurs.


Challenge des 50 objets 2020 - 2021
Commenter  J’apprécie          310
Cette adaptation du roman d'Emile Zola est très réussie.
On va suivre le parcours d'Octave Mouret, jeune homme très ambitieux qui va se faire une place au sein de la bonne société parisienne.
En venant habiter dans un bel immeuble bourgeois de la capitale, il va faire des rencontres qui vont lui ouvrir bien des portes, professionnelles et personnelles.
Mais cette belle société va se révéler bien moins reluisante qu'elle ne le paraît.
L'adultère y est presque la règle, tout le monde, ment, manigance, triche, manipule…
Les mères tentent de refourguer leurs filles à marier au plus offrant, les hommes veulent prendre du bon temps sans engagement, les domestiques sont le jouet de tous…
L'argent est le nerf de la guerre, tout se vend, tout s'achète pour peu qu'on y mette le prix.
Cette bonne société est loin de faire envie, les sentiments n'y ont aucune place, seul le désir de s'élever au dessus des autres anime tous les personnages.
Les dessins sont très agréables, les appartements luxueux y sont merveilleusement représentés, ainsi que les tenues de chacun qui rivalisent de chic.
Commenter  J’apprécie          190
Pot-bouille se veut une réflexion sur la bourgeoisie parisienne au temps du second empire. C'est surtout une chronique d'immeuble comme on peut les voir sur la chaîne M6 mais à une époque bien plus reculée. Cependant, on remarque que certaines choses chez l'être humain dans son comportement n'évolue guère.

En vérité, je n'ai pas trop aimé ce marivaudage bourgeois qui donne parfois la nausée au niveau des valeurs véhiculées. Certes, c'est le reflet d'une époque où Haussmann avait refaçonné Paris pour l'offrir à des gens plus fortunés. On croisera le magasin « Au bonheur des Dames » par exemple et sa bonne société parisienne vivant dans l'opulence et le mépris des sans-dents.

Pour le reste, c'est assez bien dessinée au niveau des appartements luxueux mais pour moi, un bon graphisme ne suffit pas. Il faut que le récit me passionne ce qui était loin d'être le cas. Sans doute, j'aurais mieux apprécié si j'étais un littéraire féru des oeuvres d'Emile Zola ce qui n'est pas vraiment mon cas en toute honnêteté.
Commenter  J’apprécie          170
Mon oeil a d'abord été attiré par la superbe et lumineuse couverture de ce roman graphique, et quand j'ai vu qu'il s'agissait d'une adaptation en BD de Pot-Bouille, le roman de Zola pour lequel j'ai une tendresse particulière, je n'ai pas hésité une seconde à l'acheter!
Bien sûr, il y a toujours la crainte d'être déçue par l'adaptation, surtout quand on aime beaucoup le roman d'origine, mais cela n'a pas du tout été le cas ici car l'adaptation est tout simplement excellente. C'est même un tour de force que d'adapter un roman de Zola en si peu de pages, mais l'auteur a réussi son pari haut la main.
On retrouve dans cet album tout l'esprit de Pot-Bouille, et le dessin permet de se représenter encore mieux la vie dans cet immeuble bourgeois. Les gros plans sur les personnages permettent quant à eux de saisir leurs personnalités tout aussi efficacement qu'une longue description. C'est vraiment du grand art et cela donne un ensemble très réussi.
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
- Depuis dix ans je tiens des fiches, cher monsieur. Je dépouille les catalogues officiels du salon de peinture. Pour chaque tableau exposé, j'indique le nom du peintre sur mes fiches.. une besogne très ardue.
- Vous vous interessez aux arts ?
- Non, pas du tout. Je n'y connais rien. Et cela ne m'intéresse pas du tout. Ce qui m'importe, ce sont les statistiques ! Vous comprenez ? Les statistiques !
Commenter  J’apprécie          20
Mon cher, à Marseille, nous profitons, nous n'épousons pas !
Commenter  J’apprécie          50
La bourgeoisie c’est cochon et compagnie.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Éric Stalner (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Stalner
Vidéo de Éric Stalner
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (65) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5257 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}