AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Pierre Deshusses (Traducteur)
EAN : 9782267051094
200 pages
Christian Bourgois Editeur (09/03/2023)
3.65/5   55 notes
Résumé :
« Mon travail, c’est de rassembler et d’ordonner. Je laisse à d’autres le soin d’interpréter le monde. »

Ancien documentaliste, le narrateur passe son temps à découper et archiver des articles de presse, qu’il entrepose dans sa cave – tous soigneusement rangés dans des dossiers, eux-mêmes rangés dans des rubriques et sous-rubriques. L’un d’entre eux est dédié à Franziska, alias Fabienne, une ex-chanteuse de variété à succès. Il ne pèse pas moins de d... >Voir plus
Que lire après Les archives des sentimentsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,65

sur 55 notes
5
3 avis
4
6 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis
« Les archives ne renvoient pas au monde, elles sont une copie du monde, un monde en soi. Et à la différence du monde réel, elles ont un ordre, tout y a une place déterminée, et avec un peu d'entraînement on peut facilement tout retrouver très vite. La véritable finalité des archives c'est être là et créer un ordre. »
Le narrateur , bizarre documentaliste d'un journal , licencié il rachète les archives papier vouées à la destruction qu'il a scrupuleusement découpées toute une vie, pour les rapatrier dans sa cave. Créer un ordre artificiel dans un monde chaotique où l'être vie constamment dans la peur de la solitude, l'abandon, et la perspective d'un lendemain incertain est pour cet homme vital. Car dans les archives de sa propre vie, il n'y a aucun ordre, c'est un amoncellement d'événements, de rencontres, de décisions qui se sont suivies de façon plus ou moins aléatoire et qui ont laissé leurs traces. Ce n'est que brume, incertitudes, même dans sa relation avec l'amour de sa vie, un amour non consumé , apparemment non réciproque pour Franziska, un bazar total , déroutant , le narrateur changeant constamment de perspectives de façon anachronique sur le sujet. Il n'est à l'aise qu'avec la matière, beaucoup moins avec les personnes et les sentiments .
Peter Stamm est le champion des romans denses où l'ambiguïté dans les relations et les sentiments humains sont au coeur du récit ici de même pour cette histoire d'archives 😊. Les archives de l'Histoire reflètent sa complexité, on ne peut rien y éliminer, car les rapports et conséquences des événements sont tous liés, « Ça n'a aucun sens d'éliminer au petit bonheur la chance des choses et des personnes, tout est lié, même le pire peut conduire à quelque chose de bon. ….. », car «  Dieu n'a pas non plus créé le monde en un jour ». Quand aux archives des sentiments , elles reviennent sur une thématique courante chez Stamm, la complexité du sentiment amoureux, « Je devrais dire maintenant que je l'aime encore, mais je ne suis pas certain que ce soit vrai, si c'est elle que j'aime ou les souvenirs que j'ai d'elle ». La solitude est toujours présente, un peu peut-être bien dû au contexte du pays, la Suisse, un pays froid qui me semble sans âme que je connais relativement bien. le monde de Stamm où les protagonistes vivent davantage dans des mondes inventés que dans le monde réel, essayant de les combiner selon leur désir 😊, n'est pas toujours facile à pénétrer; un monde complexe à l'image du Monde 😊, mais une fois qu'on y a accès il est fascinant, du moins pour moi.

« J'ai toujours été l'Étant-là. J'ai été ce que j'ai toujours été. Je suis celui que je suis. Un vide. »
Commenter  J’apprécie          889


"Je n'ai pas cherché la vie que je mène, elle s'est faite comme ça, sur la base de mes aptitudes, de rencontres de hasard et d'événements fortuits."

Le narrateur vit seul dans la maison de sa mère depuis le décès de celle-ci. Tout est resté ‘dans son jus', même la chambre qu'il occupait adolescent. Ancien documentaliste pour un journal, il a en récupéré toutes les archives lors de son licenciement et la fermeture de son service. Il passe ses journées à couper, trier, classer selon un rituel. Rien ne pourrait le détourner de cette tache. Il n'a par ailleurs rien d'autre à faire de ses journées. Peu à peu, il va repenser au passé. Les événements se bousculent dans un ordre incertain, parfois dans une brume. Les femmes qu'il a aimées – mais les aimait-il - puis quittées. Ses pensées reviennent sans cesse à Franziska, une ancienne copine d'école devenue chanteuse célèbre en son temps. Cet amour jamais avoué. S'adressait-elle à lui lorsqu'elle chantait les chansons de Barbara, en particulier Dis quand reviendras-tu. L'aimait-elle ? L'aurait-elle aimé ? le temps perdu ne se rattrape plus, mais est-il encore temps de lui avouer qu'il l'a toujours aimé ?

Peter Stamm dissèque avec justesse l'âme humaine et les sentiments. Et m'a une nouvelle fois touchée en plein coeur.



Commenter  J’apprécie          475
Dans sa peur de l'oubli et son désir de mettre de l'ordre dans sa psyché et dans sa vie, un quinquagénaire solitaire classifie, range, inventorie tout ce qui fait le quotidien du monde.

Une habitude prise dans son ancien travail d'archiviste au sein de la rédaction du journal local. Des kilos de documents prennent la poussière dans le sous-sol de sa maison dont l'énorme dossier «Franzisca» qui en est le coeur.

Il, le narrateur dont on ne saura jamais le nom, parle à son amour d'enfance, Franzisca, devenue Fabienne, une chanteuse de variété adulée puis tombée dans l'oubli. Fabienne dont il a suivi la carrière durant trente ans. Mais, aujourd'hui, est-ce vraiment une bonne idée de lui écrire après un si long silence?

de quelles vérités sont faits nos souvenirs et surtout quelles réalités doit-on leur accorder ? Peut-on classer et organiser sa mémoire comme un banal cabinet d'archives ?

Souvenirs incomplets dans un cerveau thésaurus, Il, tendrement, nous raconte sa vie, une vie à moitié ratée, à moins que ce ne soit une vie à moitié réussie.
L'écriture, d'une incroyable douceur, de Peter Stamm nous entraîne dans une comédie romantique mélancolique mais jamais triste.

"Dis, Quand reviendras-tu ?" « Les archives des sentiments » comme un long poème élégiaque où l'on semble entendre la voix pure et fragile de notre chère Barbara.

« Si tu ne comprends pas qu'il te faut revenir. Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs. Je reprendrai ma route , le monde m'émerveille. J'irai me réchauffer à un autre soleil. »

Un sacré beau moment de littérature qui touche au coeur.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          321
Une vie qui s'écrit au subjonctif

Dans son nouveau roman Peter Stamm met en scène un archiviste au chômage qui retrouve un fichier consacré à une chanteuse dont il était éperdument amoureux et avec laquelle il aimerait renouer des liens. Mélancolique et tendre, sur l'air de «Dis, quand reviendras-tu» de Barbara.

«Le plus clair de mon temps, je le passe à traiter les journaux et les magazines auxquels je suis abonné, je découpe les articles intéressants, je les colle, leur attribue une référence avant de les mettre dans les dossiers correspondants, travail pour lequel j'étais payé autrefois et que je continue pour moi tout seul depuis que j'ai été licencié, parce que sinon je ne saurais pas comment occuper mon temps. Comme son épouse Anita a préféré le quitter, le narrateur – qui n'est jamais nommé – occupe désormais sa solitude à gérer les archives du journal qui l'employait et qu'il a réussi à faire rapatrier dans sa cave lorsque le service a été supprimé. Un peu maniaque, il cherche à mettre de l'ordre dans sa vie en triant et en créant de nouveaux dossiers. Il ne sort plus guère de son domicile, si ce n'est pour de longues marches durant lesquelles il peut ressasser son triste sort mais aussi convoquer des souvenirs et laisser son imaginaire vagabonder.
C'est ainsi qu'il se voit cheminer avec Franziska, son amour de jeunesse qu'il a perdu de vue lorsqu'elle a entamé une carrière de chanteuse sous le nom de Fabienne et aimait réinterpréter les airs de Barbara. En fait, il ne l'a jamais oublié, en témoigne un dossier de plusieurs kilos rassemblé au fil de la carrière de l'artiste. Une façon discrète de partager encore un bout de chemin avec elle, lui qui n'a jamais osé lui avouer son amour, y compris lorsque le hasard des rencontres les mettait en présence l'un de l'autre. Ils ont même partagé une fois une chambre d'hôtel, mais sans que ce rapprochement physique ne débouche sur autre chose qu'un sage baiser.
À quarante-cinq ans, il se dit qu'il ne risque rien à essayer de contacter Franziska, maintenant qu'un ancien collègue a réussi à la localiser.
Peter stamm raconte alors la douce métamorphose d'un homme qui se rapproche de l'être aimé et plus il avance dans sa quête, moins il se soucie de ses archives.
Peter Stamm le mélancolique a concentré dans ce roman ses thèmes de prédilection, la solitude, l'errance, le doute qui déjà habitaient le narrateur de L'un l'autre ou cette exploration du passé comme dans Tous les jours sont des nuits. Avec la même langue, limpide comme un ruisseau de montagne, il capte l'attention du lecteur qui ne peut s'empêcher – pour peu qu'il ait un certain âge – de repenser lui aussi à son premier amour, à ce qu'il aurait pu être, à ce qui pourrait advenir si le hasard le mettait à nouveau sur sa route…
Alors la vie s'écrit au subjonctif.


Lien : https://collectiondelivres.w..
Commenter  J’apprécie          260
Peter StammLes Archives des Sentiments – Traduit de l'Allemand (Suisse) par Pierre DeshussesChristian Bourgeois éditeur – 2021-Allemand- 2023 Français – 192 pages

Le héros rêve Littéralement de la séduisante compagnie Franziska – mais elle ne veut pas de Lui (pour l'instant) –

« X voudrait savoir si j'avais été amoureux » (plus maintenant) (alors : ) « On mangeait sur le pouce, on couchait ensemble et je repartais. C'était la relation la moins compliquée que ne n'ai jamais eu. Sans doute parce que nous nous aimions bien mais nous n'étions pas amoureux l'un de l'autre. »

Alors là aussi je vais êtres assez méchant. Si dut d'écrire un Livre, beaucoup plus dur d'en écrire un bon, qui tienne sur la longueur.

On appelle « Vanille » les relations amoureuses « simples » sans « oh mon amour je décrocherais la lune pour toi » en somme.

Je n'ai pas internet à l'heure où j'écris ces lignes mais j'imagine que le lectorat est certainement féminin.

Peut-on reprendre une histoire d'amour là où on l'avait laissé cinq ou dix ans auparavant. Je réponds oui avec certitude. Je connais des gens à qui c'est arrivé.

Si vous aimez les romans dits « de cocote » celui-ci vous plaira si vous être un chrétien monstrueux assoiffé de sang comme moi (je rigole tout seul ! ).
Ce n'est que mon humble avis, je ne détiens pas un quelconque vérité absolue, peut-être même que mon avis n'est pas parmi les justes.

J'ai juste envie de dire : voyez par vous-même.

***/5

Phoenix
++
Lien : https://linktr.ee/phoenixtcg
Commenter  J’apprécie          2315


critiques presse (7)
LeFigaro
24 avril 2023
Le narrateur du formidable nouveau livre de Peter Stamm est un homme curieux. Quelqu’un capable de s’intéresser tout à la fois aux insectes, aux bruits de l’eau de la rivière ou à celui des oiseaux en vol, avec un besoin de décrire et de fixer les choses.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeMonde
11 avril 2023
Tout devient possible dans le monde magique qui vient de se créer. Même de tout recommencer et de partir au loin, là où Franziska attend, peut-être.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaCroix
30 mars 2023
Dans un superbe roman, le douzième traduit en français, le grand romancier suisse Peter Stamm fait revivre les souffles et les ombres des romantiques allemands.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LesEchos
21 mars 2023
L'écrivain suisse étonne une nouvelle fois avec « Les Archives des sentiments », roman vertigineux qui met en scène un ex-documentaliste obsédé par sa passion pour une ancienne camarade de lycée devenue chanteuse. Le récit hypnotique d'une dérive existentielle, doublé d'une magnifique histoire d'amour.
Lire la critique sur le site : LesEchos
OuestFrance
21 mars 2023
L’auteur suisse a l’art de nous émouvoir avec cette histoire d’amour avortée qui rejaillit des décombres du passé.
Lire la critique sur le site : OuestFrance
LaTribuneDeGeneve
13 mars 2023
Peter Stamm se dédouble dans cet observateur indécrottable, bien conscient que décrire «les plus grands moments d’effervescence affective» permet de les mettre à distance. Et d’en souffrir un peu moins.
Lire la critique sur le site : LaTribuneDeGeneve
LesInrocks
02 mars 2023
Dans “Les Archives des sentiments”, un archiviste compulsif se demande si on peut ranger l’amour dans un dossier. La réponse oscille entre panique mélancolique et humour fou, par le Suisse Peter Stamm.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Si tu ne comprends pas qu'il te faut revenir. Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs. Je reprendrai ma route, le monde m'émerveille. J'irai me réchauffer à un autre soleil. Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin. Je n'ai pas la vertu des femmes de marins... (pp. 162-163)
Commenter  J’apprécie          51
Je passe en revue les différents rayonnages, les fais avancer et reculer, sors des dossiers, les remets. Je m’arrête à la Science politique et aux Idéologies politiques. J’élimine le fascisme et le national-socialisme et, après un bref moment d’hésitation, le communisme aussi. Le socialisme et l’anarchisme ont le droit de rester, les idéologies à tendance religieuse doivent dégager. Je trouve Mussolini, Hitler et Staline dans la partie Histoire européenne, XXe siècle, eux aussi doivent dégager. En fait j’aimerais bien détruire ces dossiers sur-le-champ, les brûler, pour ne plus jamais être obligé de les revoir, mais je n’ai pas de cheminée et je n’ose pas faire un feu dans le jardin. Il y a toujours un voisin pour se plaindre ou même appeler directement la police. En même temps, il y a quelque chose de réconfortant à imaginer que même ces horreurs vont rester dans le circuit, seront effacées, recyclées et serviront de base à des choses nouvelles, des idées nouvelles, des individus nouveaux, une histoire nouvelle.
Commenter  J’apprécie          262
Aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai toujours douté de mes sentiments, et même dans les plus grands moments d’effervescence affective, j’ai toujours été un peu à distance de moi-même, en train de m’observer. Je me souviens que, quand j’étais enfant, je pouvais me mettre dans des rages folles et en même temps regarder l’effet que ma colère faisait sur les autres.
Commenter  J’apprécie          340
Ces gens n'ont jamais compris le véritable but des archives, ils n'ont vu que les coûts que cela entraînait et les ont divisés par le nombre de recherches effectuées pour en conclure que ça n'était pas rentable. Mais qu'est ce qui est rentable ? Les archives ne renvoient pas au monde, elles sont une copie du monde, un monde en soi. A la différence du monde réel, elles ont un ordre, tout y a une place déterminée, et avec un peu d'entraînement on peut facilement tout retrouver très vite. Voilà la véritable finalité des archives. Etre là et créer un ordre.
Commenter  J’apprécie          223
J'aime la lente décrépitude de la maison, la peinture des volets qui s'écaille, les joints des fenêtres qui s'effritent. J'aime les toiles d'araignée dans les coins des pièces, la poussière sur les livres dont la plupart appartenaient à mes parents. J'aime l'odeur des vieilles reliures en tissu et d'une façon générale l'odeur indéfinissable de la maison, qui ne change que lentement avec les saisons. Les odeurs des saisons, encore un dossier qu'il faudrait faire.
Commenter  J’apprécie          220

Videos de Peter Stamm (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter Stamm
Ancien documentaliste, le narrateur passe son temps à découper des articles de presse qu'il archive dans sa cave – tous soigneusement rangés dans des dossiers. L'un d'entre eux est dédié à Franziska, alias Fabienne, une ex-chanteuse de variétés à succès. Il ne pèse pas moins de deux kilos, un poids à la mesure de l'amour que le narrateur lui porte depuis l'enfance. Ils se sont connus sur les bancs de l'école et ont même été de proches amis. le temps passant, ils se sont perdus de vue. Mais un jour, le narrateur décide de reprendre contact avec elle et, après s'être procuré son adresse mail, lui envoie un message.
Avec humour et tendresse, la voix du narrateur se déploie ici pour déjouer les codes du roman sentimental, et nous conter une histoire d'amour singulière. Est-il possible de conserver intacts les sentiments pour l'être aimé, de les mettre à l'abri du temps comme on classe un dossier? La réponse à ces questions ne manque ni de charme ni de poésie.
« Les Archives des sentiments » de Peter Stamm Traduit de l'allemand (Suisse) par Pierre Deshusses
EN LIBRAIRIE
+ Lire la suite
autres livres classés : DocumentalistesVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (169) Voir plus



Quiz Voir plus

Le Temps des miracles

En 1992, Koumaïl et Gloria habitent dans:

l'Usine
l'Immeuble
le Bâtiment
la Gare

15 questions
175 lecteurs ont répondu
Thème : Le temps des miracles de Anne-Laure BondouxCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..