AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266268570
Éditeur : Pocket (12/01/2017)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Dans un futur lointain, les humains sont connectés via des implants à un réseau commun. Ensemble, ils forment un organisme unique, le « Vivant ». La mort n’y existe pas : dès qu’un individu est « mis sur pause », son code génétique renaît dans un nouveau corps. Le nombre d’humains est constant – trois milliards.

Le Vivant vacille sur ses bases lorsque l’impensable survient : un homme naît. Il est sans code, sans patrimoine, il n’est la réincarnation d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
LuMM
  07 juin 2017
Je ressors de cette lecture très frustrée…
J'ai adoré le démarrage brillant, où l'auteur construit une société complexe, hyper-connectée et déshumanisée. C'est intelligent et dérangeant, ce genre de textes qui vous oblige à vous poser des questions.
Malheureusement, le dernier tiers du livre m'a déroutée, puis a fini par me perdre complètement. Je ne suis même pas certaine d'avoir saisi la fin.
Frustration…
Mais trois étoiles quand même, parce que je ne regrette pas une seconde cette lecture et que la première partie m'aura vraiment bousculée.
Challenge Multi-défis 2017
Commenter  J’apprécie          250
albumsdelucie
  03 juin 2015
Imaginez-vous un monde nouveau au coeur duquel la communication entre les hommes n'est plus que virtuelle. Un monde composé de strates immersives dans lesquelles les êtres se plongent, s'informent ou se divertissent. Une planète sous tutelle du Vivant, organisme monstrueux et captivant tout à la fois. Les hommes ne sont que des ouvriers prêts à tout pour le servir, ils sont une partie de lui, vivent, procréent et meurent pour lui. Sur cette planète ; trois milliards d'êtres se soumettent aux lois du Code et de la réincarnation. Mais l'harmonie connait son trouble, une anomalie au sein du Système, un individu nommé Zéro et dont les gènes n'ont jamais connu d'antécédents.
Les strates sont des extensions des êtres, un prolongement de leur esprit sous forme de réseau social permanent. Relié directement à leur cerveau, la déconnexion est rare et de quarante minutes maximum, la dépendance quant à elle, est extrême. Des logiciels à la technologie hyper-avancée permettent aux hommes de se divertir, de se détourner d'eux-mêmes au profit du Vivant, de ne pas réfléchir à leur condition d'esclaves. Chaque être connait une pause lorsqu'il parvient à la trentaine, rares sont ceux qui peuvent prétendre atteindre les soixante car pour que le Vivant demeure un organisme sain, les corps faibles et vieillissants doivent être éliminés. Cet arrêt momentané de vie est une pause de quelques secondes avant que l'homme ne se réincarne en un corps jeune et vigoureux. Celui-ci effectuera la même fonction qu'il avait l'habitude d'honorer, car les strates sont aussi des castes très difficiles à contourner. La pause n'est pas douloureuse et la mort n'existe pas (leitmotiv entêtant du régime). du moins, le Vivant se donne un mal immense à le faire croire. Il y a pourtant bien quelques dissidents qui se souviennent par vagues bribes leur souffrance passée, mais ceux-ci sont cordialement invités à se rendre en zone de pause, ignominieuse celle-ci, pour avoir osé nier la suprême beauté du Vivant.
Le monde crée par Anna Starobinets est absolument terrifiant, elle y anéantit toute possibilité de liberté humaine au profit d'une dictature informatique. Un roman visionnaire, peut-être, très inspiré pour le moins d'une société toujours plus rivée sur ses écrans, lancée dans cette quête frénétique du divertissement. Des sociétés qui sont de plus en plus régies par des hastags, des « j'aime » ou du nombre de vues, créant un système nouveau. L'auteure bâtit ce monde, invente les codes et le vocabulaire qui le compose pour offrir une illusion proche de la perfection. Une immersion qui demande concentration et accroche mais qui devient très rapidement fluide. Les différents chapitres naviguent et dévoilent des intériorités diverses, individu Zéro, planétarien, membre du conseil des Huit, tous ont droit d'être connectés à nos yeux dévorateurs. La lecture est incroyablement prenante et on se laisse guider docilement par l'auteure qui nous mène sur des sentiers biaisés, impossible à prédire. Un monde qui ne vous quitte plus, même après avoir refermer le livre. Une lecture qui vous happe doucement et vous entraine dans ses plus sombres méandres. Troisième lecture Mirobole et ce n'est rien que pur délice.
Lien : http://www.undernierlivre.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
Apikrus
  13 juin 2015
La communauté du Vivant est constituée d'exactement 3 milliards d'humains. Chaque membre du Vivant est remplacé avant que sa sénescence ne le rende trop dysfonctionnel, se réincarnant dans une enveloppe corporelle rajeunie. La vie et la reproduction humaine sont donc sous contrôle, ce qui n'interdit pas les jeux sexuels en mode « luxure ». Les rencontres sont d'ailleurs facilitées par le Socio, un vaste système sur lequel chacun peut se connecter. La naissance de « zéro » révèle cependant des dysfonctionnements du Vivant : zéro est un surnuméraire, apparu à l'insu du Vivant et par ailleurs totalement déconnecté du Socio. Zéro et le dysfonctionnement à son origine, ainsi que l'existence de dissidents ne mettent-ils pas en danger la survie même du Vivant ?
Cette dystopie m'a souvent fait penser à l'excellent roman d'Aldous Huxley 'Le meilleur des mondes'. Le propos y est encore plus original, et les techniques imaginées par l'auteur prennent en compte des évolutions technologiques récentes. Ce monde imaginaire est prétexte à des réflexions sur le savoir et sur la place de l'individu dans la société.
La première moitié du roman est captivante. Je me suis d'autant plus senti impliqué que l'identification avec le personnage zéro est facilitée par sa ressemblance avec les hommes « de l'Antiquité » - « l'Antiquité » désignant le monde d'aujourd'hui. Il est dommage que le roman traîne ensuite en longueur, à tel point que j'ai trouvé les cent dernières pages plutôt laborieuses. Quelques concepts un peu trop flous à mes yeux (les strates) ont aussi gâché le plaisir de cette lecture.
Un roman original et imaginatif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
BlackWolf
  12 juin 2018
En Résumé : J'ai passé u très bon moment de lecture avec ce roman qui nous offre une vision futuriste de notre société glaçante, réaliste et dérangeant. C'est d'ailleurs cette construction de l'univers qui est, je trouve, le gros point fort du récit, offrant quelque-chose de crédible, de plausible tout en soulevant de nombreuses questions et réflexions que ce soit aussi bien d'un point de vue sociale, humaine ou politique. Cette utopie où l'humanité a accepté de ne devenir qu'un simple outil va peu à peu montrer ses faiblesses, principalement à cause de Zéro, l'homme sans code. Il est un personnage très intéressant et captivant à suivre et à découvrir, lui qui d'une certaine façon ne cherche qu'à avoir une vie normale, mais qu'on va idéaliser ou être effrayé par lui. C'est ainsi dans on évolution, dans sa découverte de société qu'il va rapidement nous happer. Les autres personnages sont plus ou moins marquants, certains ne servant que l'intrigue, mais dans l'ensemble ils sont solides et plutôt efficaces. Je regretterai par contre un léger voile entre eux et le lecteur. Par contre c'est un roman qui va demander de ne pas tout comprendre directement, d'accepter qu'Anna Starobinets prenne son temps pour bien dévoiler son univers et le chemin qu'elle prend, pour ma part je n'ai pas trouvé cela bloquant, mais cela pourra en déranger certains.Par contre je regretterai un légers soucis dans la gestion des parties certaines m'ayant paru trop longues, là où d'autres auraient mérité d'être plus développées. J'ai aussi trouvé que la relation entre Cléo et Zéro qui était intéressante au début, perdait de son intérêt dans le dernier, mais au final rien de trop frustrant. Au final j'ai trouvé que ce roman ne laissait pas indifférent, bien construit et intelligente le tout porté par une plume efficace et percutante.

Retrouvez la chronique complète sur le blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
caro_line
  03 janvier 2018
"Le Vivant" est un livre étrange. Déroutant parfois, mais pertinent et créatif. J'ai rapidement accroché à l'histoire, qui fait froid dans le dos...
On découvre un système, "le Vivant", où tout est sensé être stable, parfait, équilibré, en harmonie, grâce au contrôle du nombre de vivants... jusqu'à ce qu'arrive Zéro... Mais je ne vais pas expliquer l'histoire, juste relever quelques éléments qui m'ont marquée.
Anna Starobinets nous propose de plonger dans un monde dans lequel les gens communiquent principalement de façon virtuelle, grâce à une connexion permanente au réseau social commun : le "Socio".
Tout se vit dans ce monde virtuel qui régit tous les pans de la vie : relations humaines, loisirs, TV, pub, etc. Des "applications" en tous genre existent pour faire vivre des expériences aux gens : par exemple, l'application "chien" permet d'avoir un animal de compagnie virtuel,
"Le Vivant" est un système dans lequel les gens seraient libérés de la peur et de la mort, mais où aucune liberté n'existe réellement ... il dévoile également la déshumanisation de cette société : .
L'auteure a crée un vocabulaire propre à cet univers futuriste et hyper-technologique, qui fait écho à nos réseaux sociaux actuels (notamment Facebook). Je pense que cette façon d'écrire peut être déroutante pour les personnes qui ne sont pas adeptes des moyens de communications actuels (les dialogues similaires aux "tchats", les mails qui surgissent d'un coup, tels des fenêtres pop-up qui s'afficheraient sur nos ordis...).
Certains éléments de vocabulaire manquaient d'explications à mon goût : il m'était difficile de m'imaginer par exemple les codes couleurs "disponible", "jaurai de la chance" etc... D'autres éléments ne m'ont pas plu, pas indispensables selon moi (ex: Jpap, Jsié, Vezp... le lexique décrit ces expressions mais ne les explique pas...).
Mais cela ne m'a pas empêché de m'immerger dans cet univers et d'apprécier la lecture (une fois que les "codes" étaient intégrés), et de trouver le récit est captivant. Jusqu'à un certain point : j'ai été déçue par la dernière partie, la fin m'a parue un peu étrange - pas sûre d'avoir tout compris...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
XSXS   21 mars 2017
ma publicité : ce monde… mon monde en première strate… si beau, si varié, si vivant. la nature l’alimente en air frais et en lumière solaire. les architectes l’emplissent de constructions extraordinaires, les paysagistes sculptent des jardins à vous couper le souffle…
Ef : couper la publicité
REQUETE INVALIDE
IL EST IMPOSSIBLE DE « COUPER LA PUBLICITE »
ma publicité : … les architectes l’emplissent de constructions extraordinaires, les paysagistes sculptent des jardins à vous couper le souffle, les urbanistes conçoivent des rues charmantes et enchanteresses, les peintres cherchent des combinaisons chromatiques intéressantes, tout cela rien que pour moi…
Ef : interdire « ma publicité »
IL EST IMPOSSIBLE D’ « INTERDIRE MA PUBLICITE »
IL SEMBLE QUE VOUS SOYEZ EN TRAIN DE COMMETTRE UN ACTE LEGEREMENT INCORRECT
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
XSXS   12 mars 2017
Interlocutrice 3678 : L’enfant a été conçu pendant le festival régional d’Aide à la nature, la nuit de la dernière nouvelle lune, dans le cadre du programme de contrôle de la population, en lien avec la loi sur la plannif…
Agent du SOP : Seriez-vous en mesure d’identifier le père ?
Interlocutrice 3678 : Vous plaisantez ?
Commenter  J’apprécie          50
lehibooklehibook   17 juillet 2019
Nous savons que , là-bas, de l'autre côté des collines bleu-gris , là où s'arrêtent les repères laissés par les animaux sur les troncs des arbres , derrière la ligne qui unit le ciel et la terre, vit le Dieu mort.
Commenter  J’apprécie          10
XSXS   07 mai 2017
La tête et le cul ne peuvent vivre dans les mêmes conditions.
Commenter  J’apprécie          60
euphemieeuphemie   07 février 2017
Présentateur à Assistant, tapa-t-il sur son clavier. Inviter l'utilisateur Guérisseur à venir me voir d'urgence à la Résidence.S'habiller en "j'aurai de la chance" : on fera des prises de vue pour l'émission
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Anna Starobinets (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anna Starobinets
Conférence Récits de terreur... Romans d?horreur enregistrée aux Imaginales 2018 Avec Anna Starobinets, Arnaud Huftier, Rod Marty et Patrick Senécal
autres livres classés : transhumanismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2954 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre