AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 275785545X
Éditeur : Points (05/11/2015)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 10 notes)
Résumé :
D’où viennent la tristesse profonde, le désespoir, le délire, la fureur, le suicide ?

Contre ceux qui invoquaient une cause surnaturelle ou une punition divine, la pensée médicale a fait prévaloir, dès l’Antiquité, une cause naturelle, une humeur du corps : la bile noire, c’est-à-dire la mélancolie. Sa noirceur, souvent comparée à celle du charbon ou de l’encre, était l’indice de son pouvoir maléfique. Cette humeur n’existait pas. Mais n’est-ce pas av... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
colimasson
  07 janvier 2014
Si Jean Starobinski est surtout connue pour être un critique littéraire érudit, la seconde face de ses intérêts intellectuels est moins réputée. Avant de se former à l'étude et au professorat des textes, Starobinski suit des études de médecine et de psychiatrie qui s'achèvent par la publication d'une thèse sur « L'histoire du traitement de la mélancolie ». le présent ouvrage s'ouvre d'ailleurs sur cette thèse synthétique et richement documentée publiée en 1960. En guise d'introduction, on suivra l'évolution des considérations portées sur la mélancolie en elle-même ainsi que les différents curatifs proposés pour en débarrasser ses victimes. L'exercice paraît trivial –d'ailleurs, on se demande s'il n'a pas déjà été effectué par un étudiant moins connu que Jean Starobinski. Pourtant, il faut se détacher de nos conceptions modernes pour retrouver cet état de virginité psychiatrique qui caractérisa l'histoire avant le 18e siècle et la désignation de la « nostalgie » en tant que terme médical. Dans cette perspective, il s'agit de comprendre les textes anciens au-delà des mots et de retrouver, sous d'autres termes, sous d'autres définitions, derrière des images et des concepts en abondance, ce qu'on finira par regrouper derrière une symptomatologie d'ailleurs très mobile. L'impossibilité de figer un état mental apparaît d'ailleurs très bien dans l'évolution de l'usage des mots et souligne une nouvelle fois la difficulté de l'entreprise de Jean Starobinski.

« Hofer eut la main heureuse : à l'aide de retour (nostos) et de douleur (algos), il créa nostalgia, mot dont la fortune fut telle que nous en avons complètement oublié l'origine. Il nous est si familier que nous l'imaginons mal de formation récente et surtout de formation savante. Ce néologisme pédant a été si bien accepté qu'il a fini par perdre son sens primitivement médical et par se fondre dans la langue commune. Il est entré tard dans le Dictionnaire de l'Académie : 1835. Son succès l'a dépouillé de toute signification technique : il est devenu un terme littéraire (donc vague). C'est là souvent le sort des vocables qui désignent des maladies mentales en vogue : pareille aventure est advenue au mot « mélancolie » (dont les psychiatres du XIXe siècle ne voulaient plus, tant il était galvaudé) et n'est pas loin d'advenir au mot « schizophrénie », autre néologisme formé en Suisse. »

On acceptera donc le panorama littéraire, philosophique et médical de Jean Starobinski comme une vue non exhaustive de la psychologie humaine depuis qu'elle détient l'art de la parole et de l'écriture. D'ailleurs, Starobinski ne s'est pas contenté de cette seule « Histoire du traitement de la mélancolie » -pliant ses recherches sitôt ses études terminées. S'ensuivent une « Anatomie de la mélancolie » et une « Leçon de la nostalgie » qui complètent ces premières observations, les renforcent et les approfondissent sous l'angle d'étude de différents textes et personnages. Les contradictions inhérentes au trouble semblent des constantes qui ne datent pas d'hier. Pourquoi la mélancolie, que certains considèrent comme une débilité d'esprit, fut-elle également galvanisée comme preuve de la supériorité et du génie de l'âme ? Ainsi Esquirol écrivait-il déjà très sérieusement que « plus l'intelligence est développée, plus le cerveau est mis en activité, plus la monomanie est à craindre », ce que d'autres développeront en termes plus littéraires et personnels des siècles plus tard.

Si Jean Starobinski semble parfois dépassé par l'ampleur du sujet qui l'intéresse, il finit par se concentrer essentiellement sur ce dernier aspect paradoxal pour dresser des analyses orientées des oeuvres de quelques auteurs ciblés. La question qu'il se pose est d'une évidence telle qu'on se la sera déjà posée plusieurs fois, sans jamais avoir essayé de répondre : si la mélancolie est l'état d'âme caractérisé par l'impuissance d'agir et la disparition de toute volonté, comment se fait-il qu'elle ait toutefois réussi à se sublimer en oeuvres chez certaines de ses victimes ? A travers l'étude des contes folkloriques, d'E. T. A. Hoffmann et de Kierkegaard, Starobinski émet l'hypothèse d'un « Salut par l'ironie ». Position paradoxale par excellence, « l'ironie connaît la puissance du non-savoir, qui éclaire de façon égale le savoir et le non-connaissable » (Wilhelm Szilasi). En autres recours, et en se référant aux oeuvres de Baudelaire, de Gérard de Nerval et de Bandello, Jean Starobinski décline ensuite la mélancolie comme « Rêve et immortalité mélancolique », dans un balancement incessant entre répulsion et attrait pour la vie –ou pour la mort.

Au bout des 600 pages qui constituent ce regroupement de réflexions sur le thème de la mélancolie, il semble que Jean Starobinski n'a toujours pas fini ses recherches et que nous, lecteurs, n'avons toujours pas apaisé notre soif de questionnements. L'encre de la mélancolie se présente peut-être comme l'achèvement d'une réflexion personnelle car, à l'âge de 93 ans, il serait étonnant que son auteur la poursuive encore de manière décisive. Pourtant, la lecture de cet ouvrage très dense nécessite du temps, une méticulosité d'étude et des références culturelles déjà bien installées. Jean Starobinski semble avoir tranché : entre la médecine et la littérature, ce sont les aspects essentiellement littéraires qui retiennent ici notre attention et qui constitueront les difficultés de lecture les plus dangereuses. En effet, comme pour toute analyse littéraire, celle-ci ne devient intéressante qu'à partir du moment où le lecteur en connaît ne serait-ce que les grandes lignes –ce qui n'est pas toujours le cas dans cette étude fouillée qui nous perdra à maintes reprises. La difficulté de rentrer immédiatement dans l'analyse de Starobinski tient aussi, peut-être, à l'écriture sèche et rigoureuse qui le caractérise. D'un premier abord très scolaire, effectuant parfois la paraphrase plus qu'il n'est nécessaire, elle se révèle toutefois plus illuminante qu'il n'y paraît. On découvrira ainsi que les traitements médicaux chers à notre 20e siècle existaient déjà en germe depuis des siècles, et que ses premières critiques n'avaient pas attendu l'arrivée de l'antipsychiatrie pour se manifester (« […] Que devenir, si celui dont on attend le secours a lui-même besoin de secours ? »).

En citant Nietzsche, Kierkegaard ou Baudelaire, en se concentrant sur leur peine à être sincère, sur leur déception de n'avoir pas mené une vie à leur convenance , le premier écrivant que « notre sincérité habituelle est un masque qui n'a pas conscience d'être masque » et le second poursuivant en disant que sa « vie présente est comme une contrefaçon rabougrie d'une édition originale de mon moi », Jean Starobinski mérite lui-même de devenir un objet d'étude mélancolique à part entière.
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          334

critiques presse (4)
NonFiction   28 février 2013
L’Encre de la mélancolie retrace le parcours intellectuel de J. Starobinski et propose un voyage dans son œuvre critique. Dans le volume de plus de six cents pages s’ajoute à sa thèse et la bonne vingtaine d’articles publiés en revues de 1962 à 2008 et distribués en cinq sections.
Lire la critique sur le site : NonFiction
LaViedesIdees   25 janvier 2013
L’Occident révèle sa puissance de mélancolie dans cette histoire sémantique et imaginaire où Jean Starobinski décrit les mythologies scientifiques que suscita l’affection entre le Ve siècle avant J.-C. et l’orée de la psychanalyse.
Lire la critique sur le site : LaViedesIdees
Lhumanite   07 janvier 2013
Jean Starobinski rassemble en un volume ses travaux sur l’histoire de la « bile noire », et son rôle dans une certaine idée de la psyché humaine.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Lexpress   19 octobre 2012
Un gai savoir de la mélancolie, trop souvent décrite comme une maladie ou une folie.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   31 août 2014
Démocrite, figure emblématique de la mélancolie à la Renaissance, rit et s’isole pour chercher le secret de la maladie en disséquant des animaux. Hippocrate le trouvera sain et plus sage que lui. La question initiale de Montaigne serait : « Une fois que la pensée mélancolique a récusé l’illusion des apparences, qu’advient-il ensuite ? » Dans l’Anatomie de la mélancolie (1621), « synthèse géniale » et « encyclopédie complète » du sujet, Robert Burton, savant bibliothécaire d’Oxford, s’avance déguisé en « Démocrite junior ». Si La Rochefoucauld, qui disait souffrir d’une mélancolie « assez supportable et assez douce », ne quitte pas la vie mondaine, c’est pour démontrer, comme le proclame l’épigraphe de ses Maximes, que « nos vertus ne sont le plus souvent que des vices déguisés ». Baudelaire, « l’expert suprême en mélancolie », s’en sert comme emblème et métaphore pour réfléchir au statut de l’art et de la littérature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
colimassoncolimasson   17 janvier 2014
Feuilletez le grand inventaire que Burton nous en donne : vous verrez que l’arsenal thérapeutique de la mélancolie mobilise des ressources empruntées à toutes les parties de l’univers.
Une telle richesse de médicaments devrait rassurer et ragaillardir le mélancolique, lui donner le sentiment d’être entouré, protégé, prémuni. Il peut y trouver l’image d’une Nature aussi foisonnante que bienveillante. Tout se passe comme si les médecins de la Renaissance s’ingéniaient à offrir au mélancolique, jusque dans la multiplication des drogues, le spectacle d’une diversité heureuse et d’une inépuisable productivité. N’est-ce pas là un bienfait pour l’existence mélancolique, qui est monotone, et qui s’enferme dans la conviction de sa pauvreté et de sa stérilité ? Sans que les thérapeutes y aient véritablement songé, leur polypharmacie et leur polypragmasie réalisaient une sorte d’antidotisme psychique, opposant les trésors d’un vaste univers au dénuement du mélancolique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
colimassoncolimasson   17 août 2014
Et le sujet mélancolique attend que lui soit adressé un message d’apaisement, qui réparerait le désastre intérieur et lui ouvrirait les portes du futur. Mais il n’a autour de lui que des êtres qui lui ressemblent, et il désespère de ce déni du regard. Ou plutôt : il ne désespère ni n’espère, il souhaite obscurément avoir l’énergie de désespérer.
Commenter  J’apprécie          250
colimassoncolimasson   13 janvier 2014
Dans le monde chrétien, il devient infiniment plus important de distinguer la maladie de l’âme et celle du corps. La maladie de l’âme, si la volonté y a consenti, sera considérée comme un péché et appelle une punition divine, tandis que la maladie du corps, loin d’entraîner une sanction dans l’au-delà, représente une épreuve méritoire. Il n’est pas toujours facile de savoir si l’on a affaire à l’une ou à l’autre. Et les affections dépressives constituent un problème particulièrement épineux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
colimassoncolimasson   10 juin 2014
Peut-on parler de guérison chez un mélancolique ? demande J. Luys. Non. « La maladie est toujours latente chez lui, et, sous l’influence d’une cause occasionnelle, il est capable de retomber de nouveau. »
Commenter  J’apprécie          290
Lire un extrait
Videos de Jean Starobinski (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Starobinski
Il a révolutionné l'interprétation de Proust, Stendhal, Rousseau, Ramuz. Il a initié à la littérature des générations de lecteurs. Jean Starobinski vient de mourir. Voici ses 6 leçons pour devenir un parfait lecteur.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
autres livres classés : mélancolieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
303 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre