AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782800129723
72 pages
Éditeur : Dupuis (25/10/2000)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 53 notes)
Résumé :
Dépenaillé, les yeux brûlants de fièvre, Déogratias erre dans les rues de Butare, au Rwanda. Déogratias, pauvre fou, a besoin d'urwagwa, toujours plus d'urwagwa, la bière de banane. Pour oublier. Pour oublier qu'il n'est plus qu'un chien terrorisé par la nuit. Pour oublier les cauchemars qui le hantent. Pour oublier que lui, le Hutu, a lâchement assassiné les femmes Tutsi qu'il aimait. Mais peut-on effacer de son esprit et de son corps la trace poisseuse du sang et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  04 mai 2013
C'est l'histoire d'un petit garçon, prénommé Déogratias. C'est un Hutu. Il a l'air perdu dans son village, un peu fou, traumatisé par le génocide rwandais qui a eu lieu en 1994 et qu'il a vécu, il en gardera des séquelles. Alcoolique, ne jurant que par l'urwagwa, une bière locale, il erre dans les rues à la recherche de ce breuvage. Au gré de ses rencontres, il se souvient du drame qui a secoué son pays, de l'horreur de cette épuration ethnique à laquelle il n'a pas eu d'autres choix que d'y participer...
Stassen nous fait revivre à travers les yeux de ce petit garçon le massacre qui s'est déroulé en 1994 et qui a fait un million de morts, n'épargnant ni femmes ni enfants. Il nous raconte cette histoire habilement construite, à l'aide de flash-back, la vie de Déogratias, avant et après le conflit.
A mi-chemin entre le conte et la réalité, on se prend d'affection pour cet enfant qui a dû subir ce génocide. Stassen s'est lui-même rendu sur les lieux en 1997 afin de rendre plus crédible son histoire.
Ses dessins, en parfaite adéquation avec le propos, sont parfaitement maîtrisés.
Déogratias.... au coeur du conflit....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
oblo
  06 juin 2019
Rwanda, 1994. Entre avril et juillet de cette année, 800 000 personnes sont massacrées ; Tutsis pour la grande majorité, elles sont tuées par leurs propres compatriotes rwandais, de l'ethnie Hutu. Dire l'indicible est un oxymore insoluble. Pourtant, c'est ce à quoi s'emploie Jean-Philippe Stassen dans cet album. Témoigner, donner la mesure de l'horreur, un aperçu tout du moins, tant chaque meurtre est épouvantable, tant chaque exaction commise répugne.
Stassen ne heurte pas frontalement le génocide rwandais. Dans Deogratias, il le contourne, en montre les causes, en déplore les conséquences et, seulement à la fin de l'album, en expose sa cruauté et son ignominie. Pour cela, Stassen se met à hauteur d'hommes : la statistique, si impressionnante soit-elle, ne parle pas. L'expérience humaine, elle, permet l'identification, ouvre à des sensations tels que le dégoût, la tristesse, la colère, la consternation. Deogratias, le personnage qui donne son nom à l'album, est un jeune Hutu (mais Rwandais avant tout, comme il le précise) qui aide à la mission catholique. Un peu gouailleur, un peu rêveur, un peu dragueur aussi, Deogratias est amoureux d'Apollinaire et, à défaut d'en être aimé en retour, séduit sa soeur, Bénigne. Si certaines émissions radios qualifient déjà les Tutsis de cancrelats, si les professeurs d'école pointent avec froideur les différences ethniques du pays, aucune violence physique n'est encore à déplorer. Mais après l'assassinat du président, les massacres commencent. D'eux, on ne verra rien : parti pris de l'auteur qui peut étonner (parler d'un génocide et ne pas le montrer) mais trouve sa justification dans la construction de l'oeuvre.
Car la narration se construit justement sur la comparaison entre l'avant et l'après génocide. Deogratias est devenu fou : il erre dans les rues de sa ville, quémandant de la bière de banane, rencontrant et empoisonnant les hommes qu'il a croisés durant les mois de tuerie. Deogratias délire, se sent persécuté par les chiens qui dévorent le ventre des gens, se sent même devenir chien à la nuit tombée. Stassen, ici, ne se contente pas de la métaphore littéraire : on voit physiquement Deogratias se transformer en chien : preuve effrayante de la perte d'humanité, constat terrible de l'homme fait bête. La folie, comme la boisson (cette quête continuelle de l'urwagwa), sont le refuge de Deogratias. C'est la peur qui l'habite et le dirige après le génocide. Car Deogratias n'en a pas été seulement le témoin : il en a été l'acteur.
Sans doute manque-t-il - et c'est là le principal manque de la bande-dessinée - des éléments pour comprendre comment Deogratias, qui se dresse d'abord contre ces bandes de tueurs pour sauver Bénigne qu'il cache, commet les actes odieux qui le conduisent à la folie. Sans doute les menaces de mort qu'il reçoit le convainquent-elles, et peut-être la propagande radio joue-t-elle aussi un rôle. Toujours est-il que, pour sauver sa vie, Deogratias abandonne son humanité. Il n'est pas le seul. Les hommes d'Eglise fuient, eux aussi, laissant le pays à ses démons. On observe aussi avec impuissance le rôle ambigu des armées occidentales qui laissent faire, à l'image de ce lieutenant ou adjudant que retrouvera Deogratias après les événements. Il y a donc, tant dans l'armée que dans l'Eglise, ce double discours, antinomique, de la prétention paternaliste qui se transforme en fuite éhontée ou en indifférence sitôt que les massacres commencent.
Graphiquement, Stassen use d'un trait rond et appuyé, à la manière, en quelque sorte, des comics. La couleur, toutefois, ajoute une profondeur qu'il convient de ne pas négliger. Certaines cases sont magnifiques, notamment quand Stassen travaille sur le ciel à l'aube ou au coucher. Les nombreux détails finissent de solidifier le décor d'un Rwanda déchiré par ses habitants. Oui, les drames se jouent parfois dans de vertes vallées, et le firmament ne se teint pas plus de noir si ce qu'il observe est terrifiant. A défaut d'être exhaustive - mais c'est là un défi bien colossal et probablement irréalisable -, la bande-dessinée garde en mémoire ces événements marquants de la fin du 20ème siècle, et ouvre des pistes de réflexion multiples. C'est par cela, et aussi parce qu'elle rappelle avec acuité et émotion ce que furent ces cent jours de malheurs au Rwanda, que Deogratias est une bande-dessinée précieuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ohfom
  08 juillet 2017
Il m'a fallu beaucoup d'années avant de me décider à lire Déogratias. Quelques pages aux couleurs bien sombres, feuilletées au hasard de librairies, ne m'y avaient guère incité. Maintenant que c'est chose faite, je pense qu'il faut prendre le temps d'entrer dans l'histoire, suivre son rythme assez lent que retardent en effet de nombreux flash-backs (aisément repérables , car les vignettes concernées ne sont pas encadrées par un trait noir comme les autres). Prendre d'autant plus son temps que plusieurs éléments ne s'éclairent que dans les toutes dernières pages. Et ne pas hésiter à relire, à revoir chaque vignette dans ses détails souvent fouillés, révélateurs du pays et du moment d'histoire en cause. Ne pas attendre non plus une explication ou une fresque du génocide : ce n'est qu'un conte, mais un conte terrible, autour d'une poignée de personnages emblématiques de l'époque et de ses protagonistes. Un détour préalable par les livres de Jean Hatzfeld ne serait pas superflu pour qui voudrait aller au coeur du génocide. Mais l'on peut tout aussi bien suivre le cours imparable d'une tragédie où sont entraînés une poignée d'humains dérisoires de fragilité ou bassesse. Humanité poignante des victimes, laideur des coupables, et puis ce personnage halluciné et hallucinant mi- humain, mi-chien, rendu fou par l'horreur. Un grand, grand ouvrage, écrit à peine six ans après les faits, au ton juste, très bien informé, en bref la BD dans toute sa magnificence (des images paradoxalement très belles), la BD dans toute son importance, car levant le voile sur un pan peu glorieux de la fin du 20e siècle et dans lequel la France n'est pas exempte de lourds soupçons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fofie64
  11 août 2019
J'ai lu cette BD pour un projet sur les génocides au 20e siècle avec une classe de 3e. J'ai trouvé cette BD à la médiathèque mais elle ne sera pas dans la liste des ouvrages à lire car trop sombre à mon goût. Je l'évoquerai.
J'ai eu un peu de mal à la lire, je venais de lire plusieurs livres sur le sujets. je l'ai trouvé sombre.
Malgré tout, cette BD est à lire car elle témoigne de ce qui s'est passée en 94 au Rwanda.
Commenter  J’apprécie          30
philteys
  18 mars 2017
Un dessin somptueux (même si les personnages semblent parfois un peu figés) qui traite du génocide rwandais à travers les yeux hallucinés de Deogratias, jeune vagabond accro à la bière locale. A l'image de ce héros mystérieux, l'horreur se dévoile peu à peu, vous entraînant vers une histoire glauque aux relents sombres de vengeance.
Commenter  J’apprécie          21

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LadydedeLadydede   12 mai 2013
- Déogratias, quelle est la signification de ce...rite ? Pourquoi a-t-elle goûté l'Urwagwa avant de nous le donner ?
- Pour nous montrer qu'il n'est pas empoisonné, pardi !
- Empoisonné ?
- Et de la même façon, quand nous quitterons cet endroit en demandant à la cabaretière qu'elle remplisse la bouteille vide, que nous avons apportée, elle goûtera le breuvage afin de nous prouver qu'il ne contient nul poison et que nous pourrons nous en délecter chez nous en confiance.
- Mon Dieu ! Quelle étrange habitude !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
miladomilado   17 janvier 2013
- ...Hutu, Tutsi... ce sont les blancs qui ont inventé ces différences entre nous ! ils ont inscrit ces mots sur nos cartes d'identité ! ...
Commenter  J’apprécie          200

Lire un extrait
Videos de Jean-Philippe Stassen (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Philippe Stassen
Jean-Philippe Stassen - I comb Jesus .A l'occasion du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre 2015, rencontre avec Jean-Philippe Stassen autour de son ouvrage "I comb Jesus" aux éditions Futuropolis. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/stassen-jean-philippe-comb-jesus-autres-reportages-africains-9782754811750.html Note de Musique : "Punch It" (by UncleBibby) - Free Music Archive. www.mollat.com Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : rwandaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2071 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre