AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de laraemilie


laraemilie
  07 juillet 2013
A l'aube de la révolution russe, Zoya, une jeune cousine du tsar se voit obligée de fuir son pays avec sa grand-mère. Toutes deux gagnent Paris, où elles doivent s'habituer à une existence en tout point différent du luxe qu'elles ont connu auparavant. Heureusement, la force de caractère de la jeune fille lui permettra de survivre et de se construire une vie agréable, entre la France et New York.
Zoya retrace le portrait d'une jeune fille incroyable, qui fera preuve d'une capacité d'adaptation inimaginable. N'ayant rien connu d'autre que le luxe de la haute société jusqu'à ses dix-sept ans, la révolution la force à découvrir un monde tout différent, dans lequel elle doit travailler pour assurer sa subsistance et celle de sa grand-mère. Traumatisée par le sort de sa famille en Russie, elle se relèvera pourtant à chaque échec, poursuivant son rêve de bonheur. Et, comme dans toute fiction romantique qui se respecte, elle rencontrera l'amour.
Je dois admettre que, à ma grande surprise, j'ai été transportée sur les pas de l'héroïne sans même m'en rendre compte et j'ai apprécié ce roman qui me laissait au départ sceptique. Il est vrai que les romances ne sont pas vraiment mon genre, mais j'ai décidé de tenter ma chance avec Zoya en raison du contexte de la révolution russe, qui m'intéresse beaucoup. C'est donc sans surprise que je dirai que la première partie a été ma préférée : on y découvre Zoya dans son enfance et son adolescence, on entrevoit la beauté des palais de la famille royale et les paysages d'hiver de ce pays, bientôt détruit par de sanglants combats.
La deuxième partie est située à Paris et offre un contraste marqué avec la première. Fini le luxe, Zoya et sa grand-mère ne sont plus rien. Dans la misère, toutefois, la jeune fille fait preuve d'un courage sans pareil et se rend très attachante de par son fort caractère. C'est là qu'elle rencontrera l'amour, une histoire touchante, mais bien trop romancée et rapide à mon goût.
Voilà donc l'héroïne partie pour New York, où elle fera à nouveau partie des personnes influentes. Cela signifie une fois de plus un changement, et le fait qu'elle doive s'adapter à un nouveau système, mais elle le fait naturellement, sans problème visible. le bonheur est toutefois de courte durée en raison de la crise de 1929, auquel son mari ne survivra pas. Zoya, elle, s'en sortira, tout comme ses enfants, et quelques années plus tard, elle rencontrera à nouveau l'amour. Bien qu'ayant apprécié cette partie, j'ai trouvé que l'auteur basculait trop dans les clichés, et qu'on passait trop souvent d'un moment de pur bonheur à un instant de profond désespoir, où les évènements tragiques s'enchaînent à une vitesse incroyable.
Malgré ces extrêmes, l'histoire m'a plu, sans aucun doute grâce à Zoya elle-même. Si les autres personnages manquent de profondeur, elle est tout simplement admirable. le contexte y est aussi pour beaucoup, car Zoya a non seulement traversé la révolution russe, mais aussi la première guerre mondiale, le krach économique de 29 et la seconde guerre mondiale. Oscillant entre la haute société et les couches plus pauvres, elle nous donne un aperçu de la vie à cette époque historique importante et nous emmène par la même occasion dans le monde de la mode.
Zoya plaira donc aux amateurs de belles histoires d'amour. Elle est sans conteste l'héroïne idéale pour un tel roman de par son caractère et le contexte dans lequel elle évolue. J'aurais toutefois aimé avoir davantage de détails historiques et un peu moins de clichés, mais ce fut néanmoins une lecture agréable.
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox