AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782702420652
Le Masque (28/02/2007)
3.17/5   18 notes
Résumé :
Qui, sous la signature du Dragon vert, veut extorquer la coquette somme de cinquante mille dollars à Herbert Aboody, directeur d'une affaire d'import-export à Shanghai ? Somme d'ailleurs doublée quand le détective Wenceslas Vorobeïtchik, alias M. Wens, échoue dans son premier essai pour répondre à la question, ce qui l'oblige à passer avec son client la nuit du 12 au 13, ultime délai pour qu'Aboody paie ou meure.
Peu après minuit, des coups de feu éclatent da... >Voir plus
Que lire après La nuit du 12 au 13Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Roman policier belge écrit en 1931 plus réédité en 1949 et 1990 aux éditions club des Masques de la librairie des Champs Élysées .
Le ton et l'ambiance sont donnés dès les premières pages et le vocabulaire utilisé fera fuir un primo lecteur des années 2020 car on retrouve pèle mêle les mots tels que " obèses " , " jaunes et blanc" ainsi qu'une transcription avec accents de dialogues tenus par les autochtones chinois en omettant sciemment les "r".
Reste un guet-apens assez bien construit qui nous fait quelques surprises au cours des 150 pages et découvrir où re-découvrir un pan de vie disparu dans les tourments de l'Histoire, et où s'egrènent des citations pleine de sens de Confucius.
Commenter  J’apprécie          180
Au vu de certains avis, je pense qu'il est bon de rappeler que ce roman est paru pour la première fois en 1931. il faudrait donc peut-être que certains *** arrêtent de le lire comme si c'était le dernier de je ne sais quel auteur BCBG des années 2020. Oui, l'auteur caractérise l'accent de ses personnages chinois en éludant certaines lettres. Ça peut déplaire. Mais n'abusons pas. Ils ne parlent pas pour autant « petit nègre ». Ces personnages parlent un bon français (des années 1930) et l'auteur a voulu les différencier du francophone moyen qui constitue la base des personnages principaux. Où est le mal ?

Maintenant, l'histoire. Sympa, mais sans plus. Ce n'est pas le meilleur de Steeman. Et si M. Wens, le célèbre détective privé de S.-A. S. , est présent son rôle est quelque peu accessoire et ne justifie pas que les éditions Marabout aient intégrer ce roman à leur ensemble de 3 volumes intitulés « Ici M. Wens » Non. le véritable enquêteur est l'inspecteur Malaise.À part ça, qu'en dire ? Que la trame m'a paru quelque peu embrouillée. Que les rebondissements ne sont là que pour faire de la page. Car il est évident, pour le lecteur habitué aux polars de Steeman, que l'assassin est.... mais non, je ne vais pas vous le dire. ;-) Bref, une fois présentés les différents protagonistes, je n'ai pas été long à savoir qui été coupable de quoi. La véritable intrigue est pourquoi ce prologue ? Pour justifier le Happy-end ? Enfin pas Happy pour tout le monde. Il ne faut pas exagérer.

En bref : Je n'ai pas encore lu toutes les oeuvres de cet écrivain, mais je peux dire que pour l'instant, celui-ci est loin d'être mon préféré. Et à propos de préféré, j'ai plus apprécié le film que le roman.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
Commenter  J’apprécie          120
Steeman propose, avec ce roman, une tentative d'humanisation du récit policier d'énigme : il veut donner de la consistance à ses personnages et s'éloigner du « simple » problème à la façon d'un puzzle. Une première version du bouquin date de 1931 mais Steeman le réécrit à la fin des années 40 en vue de son adaptation cinématographique sous le titre de « Mystère à Shanghai ». A l'époque il était impossible d'envisager un trafic de drogues à Anvers (hum !) et l'écrivain déplace donc l'action de son récit à Shanghai. Une bonne idée puisque l'atmosphère très « péril jaune / Fu Manchu » du livre constitue une de ses réussites.
Le début se montre par conséquent classique : un homme d'affaires, Herbert Aboody, établi à Shanghai, est menacé par le Dragon Vert, un maitre chanteur qui exige 50 000 dollars…sinon Aboody sera abattu durant la nuit du 12 au 13. le secrétaire d'Aboody, Steve, requiert l'aide du fameux détective Mr Wens qui se propose d'exercer la fonction de garde du corps pendant la nuit fatidique. En parallèle, le commissaire Malaise essaie de démanteler un trafic d'opium…Diverses aventures trouveront leur résolution au fil des pages.
Avis mitigé concernant ce roman qui commence bien mais se perd un peu en route : si l'intrigue de base est assez simple, Steeman brouille ensuite les pistes en ajoutant au chantage des sous-intrigues concernant des bijoux volés, de l'opium, etc. L'auteur donne aussi dans le méli-mélo amoureux à base d'adultère et de trahisons diverses. Malheureusement tout cela accentue le côté daté des péripéties.
De son côté, Mr Wens occupe peu l'espace, il passe la majeure partie du roman hospitalisé après avoir été gravement blessé…Le roman est donc une curiosité, servi (ou desservi selon les opinions) par des dialogues travaillés et souvent amusants mais qui ne sonnent guère réalistes, avec souvent un argot ayant fatalement vieilli (« être poivre » veut donc dire être ivre !).
Très théâtral, LA NUIT DU 12 AU 13 ne retrouve pas le charme de L'ASSASSIN HABITE AU 21 ou la construction ingénieuse de SIX HOMMES MORTS. Cette lecture reste plaisante mais peut donc, également, décevoir ce qui, à mon humble avis, me conforte dans l'avis que Steeman peut, selon son inspiration, se montrer excellent, tout juste passable ou, comme ici, simplement moyen.

Lien : http://hellrick.over-blog.co..
Commenter  J’apprécie          61
Ce roman policier pose beaucoup de problèmes. D'abord il y a l'écriture pas toujours compréhensible. Ensuite l'intrigue beaucoup trop tordue pour être crédible et enfin : l'énorme racisme tapissé d'erreurs factuelles qui hante ce bouquin ! En gros : les "jaunes " sont soit "méchants", soit fourbes ou soit idiot. On y apprend aussi qu'à Shanghaï, le judo est fort répandu et que les chinois, entre eux, se parlent en "petit négre"! Les blancs eux sont des experts en marques de whiskies et fine cigarette et autre produits de "bon goût". Une caricature difficilement supportable tout au long de la lecture.
Commenter  J’apprécie          00
A éviter

Le contexte du Shangaï international et cosmopolite des années 30 était séduisant.
Mais encore une fois Steeman m'a déçu. L'écriture est outrancièrement théâtrale et les dialogues caricaturaux semblent interprétés par des personnages qui n'y croient pas un instant.

Je serais curieux de voir le film qui en a été tiré...

Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Floriane recula jusqu’à ce qu’elle sentit dans son dos la barre d’appui de la fenêtre ouverte. Derrière elle, toute proche, la rade de Cherbourg sortait lentement de la brume qui l’ouatait depuis le matin.
Allons enfants de la patrie,
Le jour de gloire est arrivé !
Elle dit :
— Un pas de plus et je me jette par la fenêtre !
Jicky - l’homme à qui Floriane avait donné à le nom de Jicky - n’était plus qu’exaspération, nerfs à fleur de peau.
— Je pourrais te prendre de force ! dit-il d’une voix rauque, une voix qu’il ne contrôlait plus.
Floriane pâlit et ses yeux virèrent au gris :
— Essaie ! ... Je ne m’en jetterai pas moins dans la rue après !... Et de plus haut !...
Jicky arrêta brutalement la radio :
— Écoute-moi, à la fin ! ... Christine et moi sommes de simples amis d’enfance... Je t’ai déjà parlé d’elle,....
Commenter  J’apprécie          20
Remettez cinquante mille dollars au mendiant qui stationne devant votre porte, ou vous ne passerez pas la nuit du 12 au 13
P.S: vous ne tirerez rien du mendiant les dieux lui ont refusé la vue et les japs lui ont pris la langue.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Stanislas-André Steeman (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stanislas-André Steeman
Stanislas-André Steeman l'autre Simenon du polar belge.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (51) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2784 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}