AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782351785805
Éditeur : Gallmeister (07/09/2017)
3.97/5   59 notes
Résumé :

Publié en 1987, soit six ans avant la mort de l'écrivain, c'est le dernier des grands romans de Stegner - son finale... en sourdine. Deux couples d'enseignants à l'âge de la retraite, qui se connaissent depuis les années trente. se retrouvent pour des vacances dans une maison perdue au milieu des forêts. Passé et présent Jouent à cache-cache. cependant que la mort rôde en fond de décor... A la sortie ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 59 notes
5
9 avis
4
5 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

pompimpon
  28 février 2021
"Nous partagions tous ce même état d'esprit. C'est certain. Car, arrêtés devant leur portail avant de remonter en voiture, nous nous embrassâmes, hilares, en une étreinte à quatre, tant nous étions heureux de nous connaître et heureux de ce que les milliards de hasards de l'univers nous aient amenés au même moment dans la même ville et la même université."
Un petit matin d'août 1972 à Battell Pond, autour d'un lac du Vermont à quelques kilomètres de la frontière canadienne, haut lieu de villégiature pour les Lang, Ellis et leurs amis…
Larry, arrivé la veille avec son épouse Sally, sort de la maison d'amis faire quelques pas alentour, dans les chemins si souvent pacourus durant des années.
"Tel il était, tel il est, ce lieu où, pendant la meilleure époque de notre vie, l'amitié avait son domicile et le bonheur son quartier général."
Une amitié indéfectible. Larry et Sally, Sid et Charity. Les Morgan et les Lang.
Deux couples qui se rencontrent en 1937 à l'université du Wisconsin, à Madison, où Larry et Sid ont tous deux décroché un poste d'assistant.
C'est un coup de foudre immédiat entre les deux couples, les prémices d'une amitié que rien ne parviendra à entamer réellement, ni les choix et contraintes professionnels, ni l'éloignement géographique, ni les défauts des uns et des autres, ni les coups durs, ni le passage des ans.
Les souvenirs reviennent, et de la première année partagée à Madison aux vacances à Battell Pond, des années de guerre au séjour à Florence, différents moments essentiels de la vie de ces quatre êtres dessinent les contours de leur amitié si précieuse et si particulière, nourrie tant par les qualités indéniables des uns et des autres que par leurs travers.
Cette journée d'août 1972 court souterraine derrière l'évocation des quarante années qui la précèdent ; Larry passe d'une époque à une autre, passe les ans pour revenir sur ses pas, raconte aussi Sid et Charity avant leur rencontre avec Sally et lui, pour mieux revenir à cet attachement si profond qui les unit.
Comme des rides plissant la surface du lac, les évènements esquissent un schéma plus contrasté, ombré d'incompréhensions, d'agacements, d'envie aussi, qui amène à ce dernier jour d'août 1972, sans pour autant remettre en cause les sentiments partagés.
Malgré les accrocs et les blessures du temps, cette amitié est fabuleusement séduisante.
Wallace Stegner lui donne tous les chatoiements, l'enserre dans de superbes paysages, l'entoure d'une tribu, celle des Ellis, dans un lieu unique, Battell Pond.
Il évoque avec finesse ce qui pourrait remettre en cause l'attachement entre les deux couples, la force que cet attachement nourrit autant qu'il s'en nourrit.
J'ai été emportée par l'enthousiasme et le plaisir d'être ensemble de ces quatre amis, leurs aventures et mésaventures, et ce lien que rien ne peut défaire.
C'est un très beau roman dont je n'oublierai ni les personnages ni les lieux, en particulier Battell Pond et les environs du lac où se rassemblent année après année les Ellis, Lang et amis, "la bibliothèque ouverte à tous et emplie d'ouvrages salutaires au nombre desquels j'ai noté le Vent dans les saules, le Manuel du boy-scout, toute la série des Winnie l'Ourson, le Cheval et l'Enfant, Les Quatre Filles du docteur March, Jody et le Faon. Sans compter des piles de National Geographic" du cottage de Tante Emily dans les années 1930, à laquelle fait écho "l'alcôve, où, disposés de part et d'autre d'un oriel, des meubles et des rayonnages croulaient de livres, de cubes, de poupées, de modèles réduits de voitures et de camions, de jeux de société, pour les visites impromptues des petits-enfants" de Charity et Sid quarante ans plus tard.
Sans parler des lectures de Tante Emily à tous ces petits enfants, "d'innombrables cousins, neveux et nièces,
petits-neveux et petites-nièces, petits voisins, enfants d'invités ou de gens en visite", surtout celle de Hiawatha de Longfellow, qu' "Elle lit d'une voix forte afin de se faire entendre malgré le crépitement de la pluie."
"Tous les petits Indiens rangés en demi-cercle autour de Tante Emily reçoivent une empreinte qui leur restera toute la vie. le son de sa voix en train de lire conditionnera leur vision d'eux-même et du monde. Cela s'inscrira pour partie dans l'ambiance chérie de Battell Pond, trait de lumière dans l'émerveillement chromatique de leurs jeunes années. Ces sensibilités enfantines ne se départiront jamais des images de forêts obscures et de lacs étincelants."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
ivredelivres
  14 février 2012
Comment sait on dès les premières lignes que l'on vient d'ouvrir un très bon roman ?
L'histoire avance lentement mais vous ne remarquez pas cette lenteur, vous êtes suspendu aux mots, ils vous tiennent en haleine. En quelques paragraphes les héros semblent faire partie de votre univers depuis toujours.
Un roman sans armes à feu, sans passions exacerbées, sans divorce, sans drogue, rien de spectaculaire ici.
Des vies pleines, riches, parfois difficiles, une amitié qui repose sur de fortes différences et qui pourtant ne vacille pas même dans la tempête.

Il est temps de faire connaissance avec les deux couples d'universitaires car vous allez passer la moitié d'un siècle avec eux.
Dans les années trente, Larry Morgan, le narrateur, vient d'épouser Sally qui attend un bébé.
Il a obtenu un poste à Madison, Wisconsin, ils sont désespérément fauchés et Larry s'acharne à l'écriture de nouvelles qu'il espère vendre à des magazines.
La rencontre avec Sid et Charity Lang va changer le cours de leur vie. le couple Lang représente la notoriété, la richesse, les relations mondaines. C'est une véritable adoption plénière qui va avoir lieu, ils vont tout partager : Les soirées à parler littérature, les espoirs des uns et des autres, les pique-niques qui deviennent un rituel mémorable, les naissances, les vacances dans le Vermont, la guerre, les échecs.
Des liens fort se créent qui gomment les différences et font accepter les contraintes de la vie quotidienne.
Tout n'est pas parfait, Sid rêve d'écrire de la poésie mais pragmatique et ambitieuse Charity le pousse à écrire des articles et livres pour servir sa carrière, elle organise tout, est indispensable à tous, mène d'une poigne de fer toute sa tribu et les Morgan très vite en font partie. Larry regimbe parfois devant tant d'autorité mais toujours les quatre amis sont soudés face aux réussites joyeuses comme aux accidents de l'existence. L'amitié encaisse tout les chocs car dit Larry :
« Mon sentiment pour eux est une part de moi-même avec laquelle je ne me suis jamais querellé, même si mes rapports avec eux ont pu être plus d'une fois quelque peu raboteux. »
En plusieurs retour vers le passé Wallace Stegner décrit à merveille la vie qui s'écoule, le partage permanent, la mémoire des instants heureux. Voilà ce qu'il dit de ses intentions à la parution de ce qui fut son dernier roman :
« Je voulais faire toucher du doigt une vérité moins fardée encore que d'habitude, une vérité vraiment nue. Faire entendre une musique qui ne remuerait que de tout petits bruits, mais dont les échos iraient un peu plus loin. » , il tient parole je vous l'assure.

Un roman pour lequel un critique américain parle de « rasade de sagesse » j'aime bien l'expression. Un livre qui est une belle méditation sur l'amitié, la création littéraire, la compassion et l'amour entre les êtres, servi par une écriture sans effet, dépouillée
mais jamais mièvre.
Vous pouvez le trouver sur les sites de livres d'occasion, je viens de le relire avec un plaisir intact, je vous propose de lui faire une place dans votre bibliothèque.

Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
afriqueah
  25 décembre 2019
Mais c'est qu'il se moque de nous, dans son dernier roman, ce Wallace Stegner. Il nous émiette quelques phrases, disant depuis le début qu'un drame est arrivé mais on ne sait pas pourquoi ni dans quelles circonstances. On ne peut qu'essayer de deviner, on se dit que l'on n' a pas été attentif, on relit, on ne comprend pas plus. Puis , sans plus, il commence en revenant en arrière, à la première personne, le récit d'un stagiaire à l'Université de Madison, puis écrivain, son mariage, leur rencontre avec un autre couple, la forte amitié qui les lie tous les quatre. En d'autres termes, Stegner nous laisse en plan, et il essaie de se rappeler le passé sans être sûr de sa mémoire, et de le faire revivre pour nous, en nous laissant dans l'incompréhension.
C'est à la page 213, alors que nous sommes toujours dans l'expectative, que l'auteur se moque encore plus de nous, avec une jubilation que nous partageons : « C'est ici, écrit-il, l'emplacement idéal pour lâcher des sous-entendus et semer des indices, le moment idéal pour cacher derrière le piano ou dans la bibliothèque des révélations que, par la suite, à la grande satisfaction du lecteur, je mettrai triomphalement au jour. Cela, si je cultivais le rebondissement dramatique. » Qu'il pratique, le petit malin. Puis il énumère quelques hypothèses sur la suite à donner à ce quatuor, qu'il écarte avec ironie : puisque c'est une amitié, on peut penser à un pourrissement de celle-ci, ou à un échange de partenaires, y compris les 2 hommes ensemble, ce serait vraiment moderne. Hypothèses rejetées. Car la reconnaissance et une amitié partagée lie ces deux couples durant presque 40 ans.
En lieu sûr, c'est aussi le récit d'un écrivain qui écrit, mais ne pourrait écrire cette histoire, dit il à la fin du roman, trop intime pour lui. Autre jubilation. Autobiographie déguisée, ou fiction, peu importe, car les descriptions de la nature du Wisconsin sont remarquables, la prose belle et simple, l'analyse d'une amitié qui dure ( et plus encore l'amitié entre les deux femmes, l'une « belle, élancée, exotique et exubérante », l'autre sage, douce, féminine :bravo , Stegner, tu t'es moqué de nous, mais tu nous donnes une humanité réelle et haute) et puis la vie au paradis qu'ils partagent, ah, et qui dit paradis dit serpent.
Autre ressort stylistique : Larry Morgan, le locuteur écrivain, écrit à la première personne, sauf quand il se moque de lui même et devient « il », souvent pour dire sa déception de ne pas être un grand écrivain : « Fin du rêve secret de Morgan de voir son petit roman non annoncé épater des dizaines de milliers de lecteurs par son ironie, son empathie et sa sensibilité, et les déposer, son épouse et lui, en carrosse-citrouille dans Pinacle Street. » Ironie, empathie et sensibilité : les trois énormes qualités du roman. Et la psychologie de l'autre couple, un mélange d'esclavage consenti et mutuel, la rivalité latente entre les quatre, la jalousie non exprimée des deux hommes quant à leurs atouts différents, et le soleil, qui vient apaiser les coeurs mais n'annihile pas le serpent. Ce serpent dresse sa queue à propos de rien, et il n'apparaît pas pas fortuitement, par une intrusion à l'intérieur de ce paradis, en fait il fait partie du paradis.
Citant Tchekhov et ses ressorts stylistiques , Stegner cite aussi beaucoup d'écrivains ou poètes américains, que malheureusement je ne connais pas :Swinburne, Spenser, Gabriel Harvey, et plein d'autres, dont Henry Adams « le chaos est la loi de la nature : l'ordre est le rêve de l'homme », phrase que Stegner reprendra à la fin de son livre : « L'ordre est , de fait, le rêve de l'homme, mais le chaos, autrement dit le hasard aveugle, insensé, reste la loi naturelle ». Livre tellement riche que j'ai du mal à conclure, mais dire quand même que le livre contient des pages inoubliables sur le Christ ressuscité de Piero della Francesca à Sansepolcro. Et puis les femmes qui souffrent, et la compassion à leur égard de l'auteur/ locuteur, y compris quand il nous les as présentées tyranniques et égoïstes. Livre complet, d'un érudit, j'arrête , je ne sais dire que : chef d'oeuvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Matatoune
  29 octobre 2017
A la faveur d'une ré-édition en format Totem (comme poche) chez GALLIMEISTER, BABELIO m'a proposée cet ouvrage en échange d'une critique ! Sans cette opportunité, je ne sais pas si je l'aurais lu. La quatrième couverture le présente comme le récit d'une amitié de longue durée entre deux couples qui arrivés à l'âge de la retraite se retrouvent. le roman couvre une bonne partie du XX siècle et se situe aux États-Unis. Lorsque j'ai reçu ce choix, j'ai pensé que BABELIO aurait pu être plus délicat et ne pas me renvoyer ainsi à mon actualité de façon aussi brusque! Mais, bonne élève, je m'y suis collée … Autre chose encore, je ne connaissais rien de cet auteur. J'ai filé vite sur la toile et découvrît mon inculture crasse! J'appris au passage qu' « En lieu sûr » était son dernier roman après avoir goûté la gloire et enseigner l'art d'écrire.
Le récit de cette amitié pourrait, à elle seule suffire, à nous embarquer. Deux couples, que tout pourrait opposer, vont à la faveur du hasard apprendre à se connaitre et à s'apprécier. « Et c'est ainsi que, suivant des voies aussi détournées qu'imprédictibles, nous convergeons vers le centre du continent pour nous rencontrer à Madison, et qu'aussitôt, par l'effet d'une attirance réciproque, une amitié se tresse et se noue. » Ils vont traverser de longues années en consolidant cet amour par les épreuves, les joies et les dissensions que la vie réserve. Bien sûr, le couple que forme Charity et Sid m'a semblé un peu trop caricatural (grands bourgeois universitaires). Quelque fois, la description de l'autorité de Charity m'a fait bondir, mais cette maîtresse femme nous enseigne la dignité !
La nature est présente comme un personnage à part entière. « Remontant au travers d'un entrelacs de rêves et de souvenirs, me tordant telle une truite à travers les cercles de précédents réveils, je fais surface. » Les récits de randonnées, de ballades, de canoés, de baignades, de pique nique se succèdent. Les personnages connaissent parfaitement le nom de la flore et de la faune du coin. Mais, capté par le récit de ces vies, j'ai traversé ces descriptions certainement trop rapidement.
Car, le coeur de ce roman devient rapidement la littérature : « Laisser notre marque sur le monde. Au lieu de cela, c'est le monde qui nous a laissé des marques. Nous avons avancé en âge. La vie s'est chargée de nous assagir, en sorte qu'aujourd'hui nous gisons dans l'attente de mourir ou marchons avec des cannes ou séjournons sur des galeries où jadis les fluides de la jeunesse circulaient puissamment, et nous nous sentons vieux, mal fichus et désemparés ! » le narrateur, Larry marié à Sally, nous explique comment il va tout au long du livre se consacrer à l'écriture. « Où se trouvent les éléments dont se saisissent les romanciers et qu'attendent lesdits lecteurs ? » de l'écriture de thèses à celle de romans, Larry va subsister aux besoins de sa famille en se consacrant, un peu par hasard, au métier d'écrivain. Il ne ménage pas ses recherches. « Comment, à partir d'existences aussi paisibles que celles-ci, faire un livre qui trouverait des lecteurs ? » Ces questions reviendront comme un leitmotiv tout au long du roman: « Où se trouvent les éléments dont se saisissent les romanciers et qu'attendent lesdits lecteurs ? Où sont la grande vie, le gâchis criant, la violence, la dépravation, le désir de mort ? « . le témoignage de Larry est précieux pour mieux connaître l'auteur. Enseignant, il a transmis des connaissances, des évidences et des recettes à ses étudiants pour qu'ils deviennent de bons écrivains. On entend dire l'enseignant qu'il devait être: « L'art et la littérature ont de ces modes ! Pourquoi ne laisses-tu pas de côté tous ces trucs auxquels s'intéressent tant d'auteurs contemporains ? » Mais, le héros du dernier livre exprime les doutes et les questionnements qui demeurent au soir d'une vie pour l'écrivain enseignant qu'il a été. « Quoique j'aie été occupé, peut-être surmené, toute ma vie durant, il me semble aujourd'hui que j'ai accompli bien peu de choses importantes, que mes livres n'ont jamais été à la hauteur de ce que j'avais en tête, et que les gratifications – revenu confortable, célébrité, prix littéraires et titres honorifiques – n'ont été que du clinquant et rien dont un homme fait doive se contenter. » Il nous rappelle qu'une vie ne se joue pas dans la fiction! Que c'est dans la nature, les rapports des autres avec soi que notre vie satisfait! « Pourquoi ne pas écrire quelque chose sur un être humain bon, gentil, présentable, qui mènerait une existence normale dans un environnement normal et s'intéresserait à ce à quoi s'intéressent la plupart des gens ordinaires ? » En posant la question, Wallace STEGNER nous chuchote une réponse ! Une dernière fois, comme un dernier point d'enseignement qu'il transmet!
Alors qu'en pensez-vous? Est-ce une histoire normale avec des personnages normaux dans un environnement normal ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cmpf
  16 septembre 2019

Un couple est invité à traverser les Etats Unis pour retrouver un couple d'amis qu'ils n'ont pas vu depuis quelques années. C'est l'époux Larry qui raconte non seulement le présent mai les souvenirs tels qu'ils lui reviennent. D'une famille assez modeste, il a perdu ses parents jeune et devenu prof d'université a été nommé pour son premier poste à Madison dans le Wisconsin. Lui et son épouse Sally, également orpheline, ont très vite fait la connaissance d'un autre couple, Sid et Charity Lang qui non seulement sont riches mais ont une familles et des amis importants socialement. Lui est également un jeune prof, les deux femmes sont enceintes. Très vite l'amitié est absolue. Les Lang soutiennent les Morgan sans arrière-pensées. Soirées et sorties en pleine nature, en particulier dans le Vermont où ils possèdent une propriété se multiplient. C'est lors d'une randonnées qu'un drame survient mais ne se découvre que lentement. le narrateur n'a pas besoin de préciser, il sait lui de quoi il parle. C'est le naturel de ses pensées et souvenirs que j'ai apprécié, ainsi que l'omniprésence de la nature. Les Lang n'ont pas non plus été complètement épargnés par la vie, il y a d'ailleurs eu une rupture dans les relations lorsque les Morgan ont changé de région sans que l'on connaisse exactement les circonstances. C'est la vie, avec ses hauts et ses bas, au commencement sur fond de Dépression et de seconde guerre mondiale jusqu'au début des années 70. Les réussites sont diverses.
Ce livre semble en grande partie autobiographique. Il parle d'amitié, de relations dans le couple, ses difficultés et son étrange alchimie, des milieux universitaire et éditorial, et beaucoup de la nature.
C'est mon second Wallace Stegner, ce ne sera pas le dernier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
pompimponpompimpon   25 février 2021
Une semaine plus tôt, sur un coteau situé de l'autre côté de Middleton, je les ai regardées, elle et l'aristocratique épouse d'un prof associé irlandais, faire une descente en luge. L'Irlandaise s'y est allongée sur le ventre comme une enfant de dix ans. Au moins Charity a-t-elle eu le bon sens de s'y asseoir et de diriger avec les pieds, même si elle n'a pas eu celui de ne pas faire la course. Elles se sont mises à dévaler la pente de concert en poussant des cris aigus. Passant sous un grand chêne, elles ont abordé une zone de poudreuse. Les patins se sont enfoncés, les luges se sont arrêtées et ces dames sont parties en glissade, l'Irlandaise à plat ventre, Charity pesamment sur le derrière. "Mordiou !" a, me semble-t-il, lancé la première. S'essuyant le visage, faisant tomber la neige de leurs moufles et, à grandes claques, de leurs vêtements, riant à perdre haleine, elles ont remonté péniblement la pente en remorquant leurs luges pour faire une nouvelle descente.
p.83
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
pompimponpompimpon   28 février 2021
Soudain, une fraîcheur vaporeuse nous souffla au visage, des bruits d'eau montèrent jusqu'à nous, en stéréophonie, en de nombreuses tonalités et parcourus d'échos. Une faille s'ouvrait devant nous et nous plongeâmes le regard dans un ravin fantastique, chatoyant d'ombre et de lumière, où le torrent apparaissait, disparaissait et réapparaissait au long de trous et de cavités aussi lisses et sinueux que le toboggan d'une piscine de parc d'attraction. À nos pieds, sur la droite, l'eau jaillissait du rocher et tombait de trois ou quatre mètres dans une cuvette céladon. Des bulles opalescentes fuyaient le long de la paroi, des courants brassaient l'eau du bassin et, la soulevant par-dessus une lèvre vernissée, la précipitaient dans une deuxième chute, qui échappait à notre vue, mais dont nous voyions l'arc-en-ciel. En aval de ce second bassin, le torrent serpentait, tantôt visible, tantôt masqué.
- Seigneur ! lança Sid. Se peut-il qu'un tel endroit existe ?
p.250
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
pompimponpompimpon   28 février 2021
Jetant un œil sous le capot, j'ai vu qu'il ne s'agissait pas d'un douze cylindres en ligne, comme je me l'étais toujours figuré, mais d'un V-16. Ce moulin aurait tracté une pompe à incendie. À chaque temps un flux d'essence gros comme le doigt devait gicler dans le carburateur. Elle haletait à notre adresse avec le chuchotement whisky-et-emphysème d'une douairière d'Edith Wharton. "Dollar-dollar-dollar-dollar-dollar", faisait-elle.
p366
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
NadaelNadael   21 octobre 2017
« Laisser notre marque sur le monde. Au lieu de cela, c’est le monde qui nous a laissé des marques. Nous avons avancé en âge. La vie s’est chargée de nous assagir, en sorte qu’aujourd’hui nous gisons dans l’attente de mourir ou marchons avec des cannes ou séjournons sur des galeries où jadis les fluides de la jeunesse circulaient puissamment, et nous nous sentons vieux, mal fichus et désemparés. Il m’arrive parfois d’affirmer d’un ton chagrin que nous nous sommes tous fait piéger, alors que bien évidemment piégés, nous ne le sommes pas plus que la majorité des gens. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
djathidjathi   07 janvier 2018
" Les écrivains sont-ils reporters, prophètes, agitateurs, amuseurs, prédicateurs, juges, quoi d autre encore ? Qui les nomme porte-parole ? Et s'ils s'autoproclament tels, ce qui est manifestement le cas , quelle est la validité de ce mandat ? Si, comme le pensait Anatole France, c'est exclusivement la durée qui fait les chefs-d'oeuvre, alors les grands écrits ne sont que tâtonnements ayant surmonté l'épreuve du temps ; et , s'ils se ramènent à cela , il faut par-dessus tout qu' ils soient libres, qu' ils procèdent du talent et ne résultent pas de contraintes extérieures. Le talent est sa propre justification, et l'on ne saurait dire avec certitude, avant le pourvoi devant la postérité, s'il vaut vraiment quelque chose ou bien n'est que l'expression éphémère d'un engouement ou d'une tendance, l'expression d'un stéréotype."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21

Videos de Wallace Stegner (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wallace Stegner
Wallace Stegner Quotes
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1217 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..