AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Les Raisins de la colère (454)

rougetnoir
rougetnoir   07 janvier 2011
Si vous qui possédez les choses dont les autres manquent, si vous pouviez comprendre cela, vous pourriez peut-être échapper à votre destin. Si vous pouviez séparer les causes des effets, si vous pouviez savoir que Paine, Marx, Jefferson, Lénine furent des effets, non des causes, vous pourriez survivre. Mais cela vous ne pouvez pas le savoir. Car le fait de posséder vous congèle pour toujours en "Je" et vous sépare toujours du "Nous".

Tout simplement Géant !
Commenter  J’apprécie          1330
litolff
litolff   31 mai 2011
Alors des hommes armés de lances d'arrosage aspergent de pétrole les tas d'oranges, et ces hommes sont furieux d'avoir à commettre ce crime et leur colère se tourne contre les gens qui sont venus pour ramasser les oranges. Un million d'affamés ont besoin de fruits, et on arrose de pétrole les montagnes dorées.
Et l'odeur de pourriture envahit la contrée.
On brûle du café dans les chaudières. On brûle le maïs pour se chauffer - le maïs fait du bon feu. On jette les pommes de terre à la rivière et on poste des gardes sur les rives pour interdire aux malheureux de les repêcher. On saigne les cochons et on les enterre, et la pourriture s'infiltre dans le sol.
Il y a là un crime si monstrueux qu'il dépasse l'entendement.
Il y a là une souffrance telle qu'elle ne saurait être symbolisée par des larmes. Il y a là une faillite si retentissante qu'elle annihile toutes les réussites antérieures. Un sol fertile, des files interminables d'arbres aux troncs robustes, et des fruits mûrs. Et les enfants atteints de pellagre doivent mourir parce que chaque orange doit rapporter un bénéfice. Et les coroners inscrivent sur les constats de décès: mort due à la sous-nutrition - et tout cela parce que la nourriture pourrit, parce qu'il faut la pousser à pourrir.
Les gens s'en viennent armés d'épuisettes pour pêcher les pommes de terre dans la rivière, et les gardes les repoussent; ils s'amènent dans de vieilles guimbardes pour tâcher de ramasser quelques oranges, mais on les a arrosées de pétrole. Alors ils restent plantés là et regardent flotter les pommes de terre au fil du courant; ils écoutent les hurlements des porcs qu'on saigne dans un fossé et qu'on recouvre de chaux vive, regardent les montagnes d'oranges peu à peu se transformer en bouillie fétide; et la consternation se lit dans les regards, et la colère commence à luire dans les yeux de ceux qui ont faim. Dans l'âme des gens, les raisins de la colère se gonflent et mûrissent, annonçant les vendanges prochaines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1042
najnaje
najnaje   27 août 2013
Ne laisse pas s'envoler trop tes espérances, pour n'avoir pas à ramper comme un ver de terre.
Commenter  J’apprécie          680
Kassuatheth
Kassuatheth   04 mai 2014
Y a que ça qui compte. Si tu barbotes ce pneu on te traite de voleur, mais si tu essaies de te refaire de quatre dollars sur un pneu percé, on appelle ça une bonne affaire.
Page 168
Commenter  J’apprécie          430
Luniver
Luniver   26 août 2013
Quelqu'un qui a un couple de chevaux et qui leur fait tirer la charrue ou la herse ou le rouleau, il ne lui viendrait pas à l'idée de les chasser et de les envoyer crever de faim parce qu'il n'a plus de travail pour eux.

Mais ça c'est des chevaux ; nous on est des hommes.
Commenter  J’apprécie          391
mellah
mellah   13 mars 2013
- On en apprend tous les jours , dit t-elle , mais il y a une chose que je sais bien , à force . Quand on est dans le besoin , ou qu'on a des ennuis -ou de la misère - c'est aux pauvres gens qu'il faut s'adresser . C' est eux qui viendrons en aide - EUX SEULS.
Commenter  J’apprécie          380
belette2911
belette2911   17 septembre 2013
Les planchers se couvrirent d'une poussière où seuls la souris, la belette ou le chat imprimaient leurs traces.
Commenter  J’apprécie          373
tamara29
tamara29   16 février 2013
Les femmes observaient les hommes, guettaient leurs réactions, se demandant si cette fois ils allaient flancher. Et lorsque les hommes s'attroupaient, la peur s'effaçait de leurs visages pour faire place à la colère. Alors les femmes poussaient un soupir de soulagement, car elles savaient que tout irait bien. Les hommes n'avaient pas flanché ; tant que leur peur pouvaient se muer en colère, ils ne flancheraient pas.
Commenter  J’apprécie          370
mellah
mellah   09 mars 2013
On est dans un pays libre, tout de même .
Eh bien tâcher d'en trouver, de la liberté .Comme dit l'autre ,ta liberté dépend du fric que t'as pour la payer.
Commenter  J’apprécie          360
Under_the_Moon
Under_the_Moon   16 février 2014
Tout le monde se pose la même question. Où allons-nous? Il me semble que nous n'allons jamais nulle part. On va, on va. On est toujours en route. Pourquoi les gens ne réfléchissent-ils pas à tout ça? Tout est en mouvement, aujourd'hui. Les gens se déplacent. Nous savons pourquoi et nous savons comment. Ils se déplacent parce qu'ils ne peuvent pas faire autrement. C'est pour ça que les gens se déplacent toujours. Ils se déplacent parce qu'ils veulent quelque chose de meilleur que ce qu'ils ont. Et c'est le meilleur moyen de l'avoir. Du moment qu'ils en veulent et qu'ils en ont besoin, ils iront le chercher. C'est à force de recevoir des coups que les gens sentent l'envie de se battre.
Commenter  J’apprécie          340




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Les raisins de la colère - John Steinbeck

    Comment s'appelle la famille au centre du récit ?

    Les Johnsson
    Les Joad
    Les Andrews
    Les Creek

    10 questions
    30 lecteurs ont répondu
    Thème : Les Raisins de la colère de John SteinbeckCréer un quiz sur ce livre