AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Magdeleine Paz (Autre)
EAN : 9782070367870
224 pages
Éditeur : Gallimard (02/07/1976)
4.01/5   405 notes
Résumé :
La Rue de la Sardine, à Monterey en Californie, c'est un poème ; c'est du vacarme, de la puanteur, de la routine, c'est une certaine irisation de la lumière, une vibration particulière, c'est de la nostalgie, c'est du rêve.
La Rue de la Sardine, c'est le chaos. Chaos de fer, d'étain, de rouille, de bouts de bois, de morceaux de pavés, de ronces, d'herbes folles, de boîtes au rebut, de restaurants, de mauvais lieux, d'épiceries bondées et de laboratoires.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
4,01

sur 405 notes

viou1108
  31 décembre 2020
"La Rue de la Sardine, à Monterey en Californie, c'est un poème ; c'est du vacarme, de la puanteur, de la routine, c'est une certaine irisation de la lumière, une vibration particulière, c'est de la nostalgie, c'est du rêve."
Et pourtant ce quartier pauvre, où la vie est rythmée par l'industrie de la pêche à la sardine, ne vend pas beaucoup de rêve. Dans ses rues malfamées et puantes, les habitants vivotent comme ils peuvent. Certains travaillent, comme l'épicier chinois, ou Doc, le propriétaire du laboratoire de biologie, ou encore Dora et ses "filles" au bordel du coin. D'autres tirent au flanc sans vergogne mais sans aucune méchanceté, tels Mack et ses potes bras cassés, qui dépensent leur énergie à trouver comment se remplir la panse et le gosier sans se fatiguer, c'est-à-dire sans travailler. Ce petit monde vit en bonne entente, entre les petites escroqueries et les grosses castagnes, dont les uns se repentent aussitôt et que les autres pardonnent aussi vite, puisque de toute façon elles partaient d'une bonne intention.
"Rue de la Sardine" est une chronique de la vie ordinaire d'un quartier pauvre de Californie dans les années 30. Comme dans "Tortilla Flat", Steinbeck fait la part belle à la farce et à des personnages hauts en couleurs qui enchaînent les mésaventures rocambolesques et improbables. de prime abord plein d'humour et de dérision, ce court roman est aussi une fresque sociale douce-amère dans laquelle Steinbeck met en scène des traîne-misère, personnages qui lui sont chers. Au-delà de ces cocasseries, il fait preuve à leur égard, comme toujours, d'empathie, de tendresse et d'une profonde humanité.
Empathie, tendresse, humanité... et santé: mes meilleurs voeux à vous pour 2021!
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          707
Crazynath
  19 avril 2017
Je continue tranquillement ma découverte de l'oeuvre de Steinbeck avec cette Rue de la Sardine.
La Rue de la Sardine, c'est avant tout une fresque sociale, un instant volé au temps dans un quartier pauvre de Monterey.
Steinbeck, raconte avec beaucoup de tendresse une tranche de vie de certains acteurs de ce quartier plutôt mal famé. Ici, ce sont les rois de la débrouille qui côtoient les filles de mauvaise vie et on ne peut s'empêcher de les trouver attachants .
Le personnage central, Doc, un homme empreint d'humanité et de respect envers ses congénères humains concentre autour de lui une belle brochette de personnages tous plus pittoresques les uns que les autres. La bande de Mack et de ses tire-au-flanc remporte la palme dans la catégorie sourire. Comment rester sérieuse quand Steinbeck nous raconte une improbable et fort pittoresque chasse à la grenouille ?
Cette Rue de la sardine est une histoire beaucoup plus riche qu'en apparence. On ne peut s'arrêter à l'humour certes présent dans ce livre, car la vison de Steinbeck du monde qui l'entoure et surtout celui des petites gens est pleine de réalisme même s'il y souffle un vent d'optimisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          472
sylvaine
  30 juillet 2018
Rue de la sardine Monterey, publié en 1945.
Monterey est un port californien connu pour ses conserveries de sardines . C'est la pêche , les bancs de sardine qui rythment la vie de Monterey . Comment vous parlez mieux que l'auteur de cette Rue à nulle autre pareille: "La rue de la Sardine, à Monterey en Californie, c'est un poème; C'est du vacarme, de la puanteur, de la routine, c'est une certaine irisation de la lumière, une vibration particulière, c'est de la nostalgie, c'est du rêve. " le décor est planté reste à faire la connaissance des habitants . L'épicier Lee Chong celui chez qui on trouve tout ce dont on a besoin, surtout celui à qui toute la rue doit de l'argent. A côté Mack et ses amis habitent le Palais des coups, de l'autre côté du terrain vague Dora tient le Drapeau de l'ours lieu de rencontres incontournable , et puis de l'autre côté de la rue habite Doc le propriétaire du Laboratoire Biologique de l'Ouest. Les temps sont durs, l'argent manque à tous mais avec alcool, bonne humeur et joie de vivre il semblerait qu'on vive pas si mal que cela Rue de la Sardine. ... Alors bien sur dans ce court roman Steinbeck use et abuse d'un ton enjoué, de péripéties cocasses mais ne vous y fiez pas trop , Steinbeck une fois de plus nous parle des plus pauvres, des démunis . Quelle plume , quel roman !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Myriam3
  23 avril 2021
Venez les potes, venez les copains, les filles, les paumés, venez chiens, chats, grenouilles qui croassent la nuit, venez même ceux qu'on connait pas à la fête de Doc, rue de la Sardine! Et pis si on se connait pas et que ça s'passe mal, on se foutra sur la gueule, Mack s'en charge, y sera pas seul de toute façon car chez les filles, y'en a quelques-unes pleines de courage, sans parler des potes, et même Doc, oui même lui pourrait s'y mettre s'il est de bonne humeur!
Rue de la Sardine, c'est pas dur à trouver: Californie - Monterey. A l'aéroport, louez ou empruntez (c'est mieux) une vieille camionnette cabossée et laissez-là vous mener à travers les rues jusqu'à ce que petit-à-petit les mauvaises herbes envahissent les trottoirs, que les grandes maisons cossues laissent la place à des cabanes et des bâtiments croulants. La plage n'est pas loin, une plage encore sauvage aux embruns salés où vivent toutes sortes de petites bestioles qu'on vient ramasser pour Doc. C'est le soir, des rires et des éclats de voix sortent d'une grange, vous descendez de la camionnette et jetez un oeil: des hommes sont affalés sur de vieux canapés éventrés, jetant des morceaux de viande à une jolie petite chienne enthousiaste. Vous êtes arrivés: la lumière solitaire qui brille, un peu plus loin, c'est chez Doc, et cette silhouette derrière la fenêtre qui va-et-vient tranquillement un livre à la main, c'est lui, le scientifique de la rue de la Sardine, un homme un peu spécial et aimé de tous. Il se prépare pour son anniversaire-surprise. Courez lui acheter un cadeau chez Lee Chong, c'est la caverne d'Ali-Baba chez lui et si en route vous croisez les filles de Dora, celles du bordel, faites-leur un gentil sourire, elles les méritent!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          401
Allantvers
  18 juin 2017
Un livre doudou, à lire et relire en ronronnant les jours de grisaille.
"La rue de la sardine" est un univers entier, et par commodité je le range dans un monde parallèle affranchi du temps afin de pouvoir le réactiver à loisir : un climat de bout du monde et de bord de mer, un bazar foutraque fait d'hommes dolents et jouisseurs, de grenouilles et whisky, de beuveries joyeuses et de noblesse d'âme, où l'épicerie De Lee contient toutes les besoins matériels et où le bordel de Dora tient lieu d'église.
Toute l'humanité douce amère de Steinbeck dans ce petit livre qui fait du bien.
Commenter  J’apprécie          310

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
VALENTYNEVALENTYNE   12 avril 2019
Mack avait tout son temps. Tôt ou tard, Doc tomberait dans le filet ; il attendait. Si seulement Doc pouvait le premier lui fournir l’occasion, il se méfierait moins. En règle générale, c’était la tactique de Mack.
« Il y a longtemps que je n’ai pas vu Hazel. Il n’est pas malade, au moins ?
– Il n’en a pas envie. » Là il prit l’offensive : « Non, Hazel va très bien. Seulement, lui et Hughie, y sont en train de se chamailler. Y a huit jours que ça dure. Moi je me tiens à carreau, pasque j’y connais rien, pas plus qu’y s’y connaissent rien ; en attendant, y se font la gueule…
– À propos de quoi ?
– Et bien voilà ! Hazel, il est tout le temps en train de fouiner dans les calendriers, enfin les machins sur les astres, les jours de chance, les trucs comme ça… Hughie, y dit qu’il est maboul et Hazel y répond que si vous connaissez le jour qu’un type est né, vous pouvez dire ce qui va lui arriver… Hughie, lui ça le fout en rogne, y dit qu’Hazel est une nouille, qu’il est en train de se faire avoir. Pasque vous comprenez, il les paye, Hazel, les papelards. Moi, tout ça, je m’en balance,. Vous, Doc, qu’est-ce que vous en pensez?
– Je serais plutôt du côté d’Hughie … »
Doc commençait à injecter le liquide bleu.
« Oh ! Mais, hier soir, c’est que ça chauffait ! Y m’ont demandé quand j’étais né. Ben, le douze avril, que je leur ai dit. Alors Hazel, il est allé acheter un de ces papelards, et y m’a lu ma destinée. Y avait pas mal de choses vraies, enfin je veux dire, surtout ce qu’est bon. Au fond, je trouve que chaque type est assez grand pour le savoir, quand il a quelque chose de bon ! Y disaient sur le papelard, que j’étais chic, et un brave type, épatant avec les amis… Hazel, y trouve que c’est la vérité… Vous, Doc, quand c’est que c’est, votre anniversaire ? »
Au terme de ce long discours, la question paraissait toute simple. Pourquoi diable aurait-elle caché une arrière-pensée ? Si Doc n’avait été rompu aux astuces de Mack, Il eût tout bonnement répondu : « le 18 décembre. » Comme il le connaissait, il répliqua : « le 27 octobre… Demander donc à Hazel ce que cette date signifie…
–Tout ça, c’est probablement de la blague ! poursuivit Mack. Mais Hazel prend ça sérieusement, vous pouvez pas imaginer ! Je vais lui demander de regarder… »
Lorsque Mack eut fermé la porte, Doc se demanda à quoi rimait la comédie. C’était bien son style habituel, et sa technique. Doc fit sa découverte un peu plus tard, quand la rumeur prit consistance. Pour le moment, il éprouvait un soulagement, car il avait redouté le pire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
viou1108viou1108   12 décembre 2020
-Regardez-les, dit Doc. Les voilà, les vrais philosophes! Ils savent tout ce qui s'est passé en ce bas monde, et vraisemblablement tout ce qui se passera. Ils sont mieux adaptés pour survivre que la plupart des gens. A une époque où l'ambition, la convoitise et la nervosité mettent les êtres en lambeaux, ils musent. Tous ceux qui ont réussi, de notre temps, sont des malades, malades du côté de l'estomac et malades du côté de l'âme; Mack et les gars sont sains, étrangement propres. Ils font ce qu'ils ont envie de faire, ils satisfont leurs appétits sans les décorer de grands noms.
[...]
- Je crois, contesta Richard Frost, qu'ils font partie de l'espèce commune. Ce sont tout bonnement des gens qui n'ont pas le sou.
- Ils pourraient en avoir. Ils pourraient se gâcher la vie et gagner de l'argent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
viou1108viou1108   13 décembre 2020
- Ce qui m'a toujours frappé, dit Doc, c'est que les choses que nous admirons le plus dans l'humain: la bonté, la générosité, l'honnêteté, la droiture, la sensibilité et la compréhension, ne sont que des éléments de faillite, dans le système où nous vivons. Et les traits que nous détestons: la dureté, l’âpreté, la méchanceté, l’égoïsme, l'intérêt purement personnel sont les éléments mêmes du succès. L'homme admire les vertus des uns et chérit les actions des autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
goodgarngoodgarn   20 septembre 2012
- Ce qui m'a toujours frappé, dit Doc, c'est que les choses que nous admirons le plus dans l'humain: la bonté, la générosité, l'honnêteté, la droiture, la sensibilité et la compréhension, ne sont que des éléments de faillite, dans le systèmeoù nous vivons. Et les traits que nous détestons: la dureté, l'apreté, la méchanceté, l'égoisme, l'intérêt purement personnel sont les éléments mêmes du succès. L'homme admire les vertus des uns et chérit les actions des autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
AllantversAllantvers   14 juin 2017
Quelqu'un devrait se décider à écrire un essai sur les effets moraux, physiques et esthétiques du modèle T sur la nation américaine. Deux générations d'Américains en savent davantage sur les engrenages de la Ford que sur le clitoris, sur le système planétaire de son changement de vitesse que sur le système solaire des étoiles.
Chez nous, le modèle T a modifié pour une grande part la notion de propriété. Les clefs anglaises ont cessé d'être un objet personnel, et une pompe pour gonfler les pneus appartient désormais à celui qui l'a ramassée en dernier. U très grand nombre des bébés de l'époque a été conçu dans un modèle T, et beaucoup y sont nés. La fameuse théorie du "home" anglo-saxon a été tellement bouleversée qu'elle ne s'en remettra jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Videos de John Steinbeck (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Steinbeck
Agnès Desarthe lit « Nevermore » de Cécile Wajsbrot.
Lecture suivie d'un dialogue sur la re-traduction avec Élise Lépine.
Elle-même traductrice et auteur de trois re-traductions – La chambre de Jacob de Virginia Woolf, Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout, d'Alice Munro et Des souris et des hommes, de John Steinbeck (à paraître), Agnès Desarthe donnera une lecture de Nevermore, le roman de Cécile Wajsbrot qui met en scène une traductrice aux prises avec une nouvelle version de To the Lighthouse. Dans ce texte, la narratrice/personnage/traductrice remet sans cesse sur le métier le roman de Virginia Woolf qu'elle connaît par coeur et qui génère, outre un éventail de phrases et d'interprétations qui se déploient à partir de l'original dans une quête éperdue de l'exactitude, une réflexion vivante et multiforme autour de la disparition.

À l'occasion de la 6e édition du Printemps de la traduction – Les traducteurs parlent aux lecteurs.
À lire – Agnès Desarthe, Ce coeur changeant, éd. Points, réédition 2021 – 2015.
+ Lire la suite
autres livres classés : Californie (États-Unis)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Des souris et des hommes

En quelle année est paru ce roman de John Steinbeck ?

1935
1936
1937

10 questions
775 lecteurs ont répondu
Thème : Des souris et des hommes de John SteinbeckCréer un quiz sur ce livre