AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2852483068
Éditeur : Triades éditions (24/03/2009)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
« Ce petit écrit présente, sous forme aphoristique, quelques descriptions des parties du monde et de l’être humain que l’on contemple lorsque la connaissance franchit le seuil qui sépare le monde des sens du monde de l’esprit. J’ai tenté de le présenter de telle façon qu’il puisse être lu pour lui-même, même si l’on ne connaît pas mes autres livres. Par des écrits comme celui-là, je voudrais aider ceux qui prennent au sérieux la quête de l’esprit. On y trouvera auss... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
colimasson
  21 septembre 2014
Rudolf Steiner commence son ouvrage en nous suggérant une expérience d'immersion : vous vivez un événement. Plus tard, vous vous souvenez de cet événement en le visualisant sous la forme d'un souvenir. « Souvenir » : ce mot simple est utilisé pour définir une série d'évocations sensorielles qui n'appartiennent qu'à l'individu propre, sans possibilité de transmission exacte. Imaginons maintenant un souvenir qui ne provienne plus de l'individu mais qui arrive à l'individu depuis l'extérieur : on commence alors à entrevoir la possibilité d'une compréhension du monde spirituel.

Les pensées englobent plus généralement le phénomène des souvenirs dans le domaine du monde physique –ce monde dans lequel nous avons un corps de chair et dans lequel nous débattons depuis des millénaires pour savoir si corps et âme ne font qu'un ou sont duels. Aux images-souvenirs du monde directement supérieur (éthérique) correspondent des êtres et des forces ambiants qui vivent avec et dans l'âme. Que l'on considère la force que doit déployer l'individu physique pour s'éloigner de ses pensées, et que l'on imagine à présent l'effort supérieur nécessaire à l'individu éthérique pour garder son indépendance vis-à-vis de ces êtres, et l'on comprendra qu'on ne peut pas franchir le seuil du monde spirituel sans une préparation minimale.

Tout individu possède cette force, mais il ne le sait pas forcément consciemment. Il peut le soupçonner, mais craindre d'en faire l'usage s'il ne se sent pas prêt. Ainsi expliquerait-on les critiques violentes et acharnées des partisans d'un rationalisme qui ne laisse pas de place aux hypothèses spirituelles.

La force que doit développer l'individu qui souhaite reconnaître le monde spirituel est une force d'autonomie. En développant son sentiment du moi, les forces et les êtres ambiants extérieurs ne pourront plus exercer les influences négatives que peut provoquer une mauvaise compréhension de leur nature. A ne pas confondre avec un égoïsme exacerbé, cette force du moi doit permettre de prendre conscience du noyau de son individu. Dans le monde physique, l'occultiste qui se sent prêt à franchir le monde spirituel doit deviner l'être éthérique qui subsiste derrière ses pensées. Même si Rudolf Steiner n'évoque pas le karma, cet être éthérique semble être celui qui traverse les différents états incarnatoires de l'âme.

Rudolf Steiner s'adresse ici à des lecteurs déjà aguerris à la topographie lexicale de son anthroposophie. Ses affirmations occultes proposent une vision cosmique séduisante qui réussit peut-être à susciter l'approbation par leur grande finesse psychologique. En d'autres termes, et dans la poursuite de sa construction cohérente de l'anthroposophie, Rudolf Steiner cherche particulièrement à exacerber les forces individuelles de ses lecteurs/auditeurs en leur faisant prendre conscience d'une nouvelle forme de monadisme, fortement intégrée aux forces totales de l'univers. Il répond ainsi à la grande angoisse des derniers siècles matérialistes : comment concilier mon individualité avec la totalité ? En réalisant un travail de prise de conscience mené à son rythme et selon ses possibilités (qui sont peut-être nulles ?), l'individu peut se préparer à intégrer le monde éthérique en fournissant à son corps éthérique suffisamment de matière personnelle pour qu'il ne se fasse pas happer, comme le serait une âme inconsistante qui a cherché à éviter toutes ces interrogations au cours de son existence physique.

Que veut dire « se préparer » ? Sans doute doit-on ouvrir le grand ouvrage de la Science occulte de Rudolf Steiner pour s'en faire une idée… l'autonomie a ses limites. Ici, l'obéissance est justifiée par la clairvoyance. Et la clairvoyance semble être la capacité donnée aux individus les plus avancés dans la perspective karmique. Libre à soi de trouver dans cette théorie un moyen d'évolution exaltant ou un soliloque exalté relevant du charlatanisme –mais alors que les sceptiques ne laissent rien d'autre que des territoires stériles derrière eux, on ne peut retrancher à Rudolf Steiner la vertu dynamique et puissante de ses conceptions.
Lien : http://colimasson.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   09 octobre 2014
Les phénomènes et les êtres spirituels se manifestent à l’homme quand son âme est préparée à les percevoir, mais la façon dont ils se manifestent n’est pas celle des faits et des êtres physiques. On peut se faire une idée de cette différence essentielle en portant son attention sur la nature du souvenir. On a été, par exemple, il y a quelque temps, mêlé à un événement. Ce dernier, à un moment donné, émerge de la subconscience. On sait que ce qui émerge ainsi correspond à un événement réel et on l’y rapporte. Mais ce qui est présent, au moment du souvenir, c’est uniquement l’image souvenir du dit événement. Qu’on se représente maintenant, surgissant dans l’âme, une image semblable, il est vrai, à une image-souvenir, mais exprimant toutefois un contenu étranger à l’âme, c’est-à-dire quelque chose ne provenant pas d’expériences faites antérieurement – et l’on aura compris comment, dans une âme dûment préparée, le monde spirituel commence d’apparaître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
colimassoncolimasson   13 octobre 2014
Combien de personnes, pour être convaincues de la réalité de la réincarnation, s’empressent de rapporter aux expériences d’une vie terrestre antérieure certaines images surgissant dans leur âme ! On devrait toujours se méfier quand ces images semblent indiquer des vies précédentes telles qu’elles ressemblent sous certains rapports à la vie actuelle ou qu’elles se manifestent de telle façon que la vie actuelle puisse être intellectuellement comprise par ces soi-disant vies antérieures. Quand, dans une véritable expérience occulte, la vraie impression de la vie précédente ou d’incarnations antérieures surgit, elles apparaissent comme fort différentes de tout ce que l’imagination, les désirs et les aspirations orientés vers la vie actuelle eussent jamais été capables ou désireux de produire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
colimassoncolimasson   18 juin 2015
Par contre, l’amour véritable, la vraie bienveillance sont en même temps des expériences de l’âme qui augmentent les forces de la conscience en favorisant la clairvoyance. Si l’on dit avec raison que l’âme doit passer par une préparation avant d’être à même de faire des expériences dans le monde supérieur, on peut bien ajouter aussi que la vraie capacité d’amour, le penchant pour une réelle bienveillance humaine et pour la sympathie sont au nombre de ces moyens préparatoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
colimassoncolimasson   06 février 2019
Sous une forme schématique on peut, d’après ce qui précède, considérer l’ensemble de l’être humain comme suit :
I. Le corps physique dans l’ambiance physique sensible. Par lui l’homme prend conscience de lui-même comme d’une individualité indépendante (le moi). Ce corps physique, issu du cosmos, s’est formé, dans son premier germe, durant un état saturnien, très reculé, de la terre et est devenu, par son développement à travers quatre transformations planétaires, ce qu’il est actuellement.
II. Le corps éthérique, subtil, dans l’ambiance élémentaire. Par lui l’homme se reconnaît comme un élément du corps éthérique terrestre. Issu de l’existence cosmique générale, il s’est formé dans son premier germe durant un état solaire de la terre, très lointain, et est devenu par son développement à travers trois transformations planétaires ce qu’il est actuellement.
III. Le corps astral dans l’ambiance spirituelle. Par lui l’homme est membre d’un monde spirituel. En lui réside « l’autre moi » de l’homme qui se manifeste dans les vies terrestres successives.
IV. Le « vrai moi » dans un monde supraspirituel. Dans celui-ci l’homme se trouve lui-même comme être spirituel, même quand toutes les expériences des mondes sensible, élémentaire et spirituel, c’est-à-dire toutes celles provenant des sens et des facultés de penser, de sentir et de vouloir, tombent dans l’oubli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   17 octobre 2014
Dans l’organisme éthérique de l’homme les forces et phénomènes de l’ambiance pénètrent aussi intimement que les pensées dans l’organisme physique. Mais ils ne se comportent pas comme des pensées, ils vivent avec et dans l’âme comme des êtres. Il s’ensuit que la connaissance occulte requiert une force intérieure supérieure à celle qui permet à l’âme de se maintenir indépendante en face des pensées. La préparation à la vraie clairvoyance consiste principalement dans un renforcement de l’âme, de sorte que l’individualité n’est pas seulement garantie en face des pensées, mais elle l’est aussi en face des forces et des êtres du monde élémentaire apparaissant dans sa conscience comme faisant partie d’elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Video de Rudolf Steiner (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rudolf Steiner

RUDOLF STEINER Artiste et enseignant - L'art de la transmission - Céline Gaillard
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=37325 Rudolf Steiner, tout comme Kandinsky, Klee ou encore Beuys furent tout à la foi...
autres livres classés : karmaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les couples célèbres

Qui étaient "les amants du Flore" ?

Anaïs Nin et Henri Miller
Elsa Triolet et Aragon
Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
Paul Verlaine et Arthur Rimbaud

9 questions
7299 lecteurs ont répondu
Thèmes : couple , roman d'amourCréer un quiz sur ce livre