AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253000493
Éditeur : Le Livre de Poche (27/08/2014)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 347 notes)
Résumé :
Un corps est retrouvé sur une plage de l'île de Sandhamn, au large de Stockholm. Suicide ? Noyade ? L'inspecteur Thomas Andreasson est chargé de l'enquête. Habitué de ce lieu de villégiature, il s'y voit proposer une aide inattendue : celle de Nora Linde, une amie d'enfance, jeune avocate à la perspicacité redoutable.

Leur été vire au cauchemar quand une femme est assassinée dans sa chambre d'hôtel. Et si, désormais, plus personne n'était à l'abri ? A... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (113) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  28 septembre 2018
Si vous souhaitez vous rendre en vacances sur l'île de Sandhamm et que le Guide du Routard dédié à cette région est épuisé, emportez dans votre valise La reine de la Baltique qui vous fournira toutes les informations touristiques nécessaires, avec en supplément, une intrigue policière.

Certes, Viveca Sten ne révolutionne pas le filon scandinave mais parvient à faire entendre sa petite voix gentille et charmante. Il s'agit d'une enquête classique ; il faut quand même noter que dans le décor paradisiaque de Sandhamm où la population est restreinte, les morts tombent comme à Stalingrad. Thomas Andreasson est chargé de retrouver le fauteur de troubles. C'est un policier sympathique un peu falot qui traîne son lot de douleurs personnelles, sans grande originalité. Fort opportunément, son amie d'enfance Nora Linde va lui apporter toute l'aide possible, tout en déplorant le temps désormais révolu où Sandhamm n'était pas livré au tourisme de masse.

Au final, il s'agit d'un roman qui se lit sans déplaisir, laissant dans son sillage un souvenir périssable. Le style est lisse, les personnages sans aspérité, l'intrigue avance à un train de sénateur vers un épilogue convenu. Le gros point positif est que la lecture de ce guide touristique donne envie d'aller faire un tour de ferry ou de voilier entre les îles enchanteresses de la Mer Baltique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          622
Titania
  20 avril 2016
C'est l'été en Suède, un été ensoleillé mais frisquet, la température de l'air et celle de l'eau sont bien pires que dans les Côtes d'Armor.
Toutefois sur l'île de Sandhamn, la perle de la Baltique, une île qui ressemble un peu à l'île de Ré pour sa sociologie, les passions des hommes débordent largement de la bienséance et du cadre légal et s'échouent en cadavres boursoufflés sur les plages, ou assassinés à la mort au rat, dans leur chambre d'hôtel.
Depuis l'arrivée de Lisbeth Salander comme personnage noir et transgressif dans la littérature policière nordique, on sait que les Vikings sont loin d'être aussi "rationnell" que leur mobilier. De la passion couve sous la glace !
Viveca Sten nous campe un binôme d'enquêteurs originaux en cours de formation, c'est leur première enquête. Thomas, le grand policier blond aux yeux bleus, qui a du mal à surmonter la mort de sa fille et son divorce récent retrouve pour une enquête sur l'île son amie d'enfance Nora, mère de Simon et d'Adam en pleine crise conjugale . Sa belle famille l'insupporte et Henrik, son mari s'intéresse plus à ses régates qu'à son désir d'évolution professionnelle. La tension entre ces trois là est palpable . Nora, la juriste fait preuve d'une grande intuition et d'un sens de la déduction logique pour aider son ami . Il est vrai que les vacances d'été perturbent le fonctionnement des services et ralentissent l'enquête .
On n'a ni le côté sombre de Wallander, ni la transgression assumée de Lisbeth Salander, ce polar suédois est un peu soft et trop politiquement correct à mon goût . Je ne vais pas dire que c'est gentillet, mais presque.
Toutefois la carte postale est réussie. On dirait que l'auteur roule pour l'office de tourisme de Sandhamn, célèbre pour ses rassemblements nautiques, August Strindberg, le dramaturge....et les brioches à la cannelle ( on les trouve aussi à Ikea, si ça vous tente) . Elle regrette la spéculation immobilière qui affole les prix, augmente le nombre de résidences secondaires et dépeuple l'île l'hiver, un peu comme chez nous d'ailleurs.
Voyageurs en quête d'une destination originale pour cet été, préparez vos petites laines, nous vous conseillons donc la Suède , en espérant que la houle n'y pousse pas trop de cadavres sur les plages.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
missmolko1
  16 avril 2018
Une fois n'est pas coutume, c'est ma collègue suédoise ainsi la série télé Meurtres à Sandhamn diffusée, il y a quelques années sur Arte qui m'ont donné envie de découvrir les livres de Viveca Sten. Et tout comme la série, j'ai eu un vrai coup de coeur pour ce premier tome d'une saga qui s'annonce très prometteuse.
Nous faisons la connaissance d'un duo d'enquêteurs très sympathiques : Thomas, un flic qui a perdu sa petite fille et dont le mariage n'a pas survécu et puis son ami Nora qui est mariée et mère de famille et qui vit sur l'île paisible de Sandhamn. Paisible jusqu'au jour où on retrouve un corps sur une plage. Tout porte à croire que cette personne s'est noyée, mais quand sa cousine est retrouvée morte quelques jours plus tard sur la même île, la police commence à avoir des soupçons.
« - de la mort-aux-rats, répéta Nora. Drôle de façon de faire.
- D'un autre côté, ajouta Henrik, il est assez facile de s'en procurer. Pour un empoisonneur amateur qui n'a pas accès aux poisons plus classiques qu'on trouve dans le circuit médical, ça peut sembler efficace. Demandez à M. Tout-le-monde, la grande majorité des gens sont persuadés qu'on peut l'utiliser comme poison. »
Il avait captivé l'attention de Thomas.
« Qu'est-ce que tu veux dire par « poison plus classiques » ? demanda celui-ci en se penchant en avant.
- de l'arsenic, par exemple, ou de la digitale, qui est une fleur très courante. On l'utilise pour soigner les problèmes de coeur, mais c'est mortel à haute dose. Les moines se servaient autrefois de cette fleur pour camoufler des assassinats, car la substance laisse peu de traces. »
Henrik se tut, prit encore quelques chips et continua.
« La morphine fonctionne de la même façon. Un peu de morphine soulage la douleur, trop tue. Beaucoup de médicaments deviennent des poisons mortels s'ils sont mal dosés. »
L'enquête est vraiment bien menée et l'on prend plaisir à la suivre et à enquêter à notre tour. Thomas et Nora sont très attachants et apporte beaucoup au roman. Et puis le dépaysement est total et l'on a qu'une envie, c'est de prendre le premier avion pour Stockholm puis prendre le bateau pour aller se reposer sur l'île. « le petit-déjeuner terminé, Nora avait sorti le sac de plage, les maillots et les draps de bain. Simon des pelles et des seaux en plastique multicolores. Ils avaient pris les vélos, longé les tennis, puis traversé la forêt jusqu'à Trouville.
Adam s'était plaint qu'ils ne roulaient pas assez vite, mais Simon pédalait de toutes les forces de ses petites jambes. Nora n'avait pas le coeur de lui demander d'accélérer.
Au bout de deux Kilomètres, la route obliquait vers la droite. Deux cents mètres plus loin, on était sur la plage.
Les touristes de Stockholm n'étaient pas encore arrivés. Quand ils débarquaient du direct de onze heures, il y avait foule. Mais comme il était à peine plus de dix heures, ils purent choisir leur emplacement.
Nora ne contestait absolument pas aux touristes leur droit de profiter de l'archipel, mais elle ne pouvait s'empêcher de songer combien c'était agréable, quand elle était petite et que les visiteurs arrivaient encore au compte-goutte, comparé aux flots qui se déversaient aujourd'hui.
En voyant les foules qui débarquaient des ferries en juillet, on se demandait si l'île n'allait pas sombrer sous le poids. »
Bref c'est une excellente découverte et je pense vite me plonger dans les tomes suivants !
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
christinebeausson
  11 novembre 2014
Pour commencer, je crois qu'il faut laisser tomber la quatrième de couverture même si la description de la trame de l'histoire n'est pas fausse, elle donne un style au roman, thriller, qui n'est pas vraiment le sien et se lance dans une course publicitaire pas vraiment appropriée. Sommes nous devant une grande voix du polar nordique, euh.... La grande rivale de Camilla, euh.... Un roman exceptionnel, euh.... C'est à dire que nous lecteur, on s'en fout.
Nous découvrons, une nouvelle venue dans le monde du polar nordique certes, mais pourquoi en rajouter trois tonnes. Dans une chorale, ce qui fait la force du chant, ce n'est pas la ou le soliste, qui certes nous apporte un brin d'émotion, mais ce soliste ne serait rien, si les autres membres du choeur ne nous permettaient pas d'atteindre l'harmonie de la musique. Heureusement que dans le monde du polar, comme dans la vraie vie, il n'y a pas que la vedette, ni qu'une seule réussite, il y a des hommes et des femmes, qui selon notre humeur, vont nous parler, nous faire ressentir des émotions auxquelles nous n'aurions pas forcément réfléchies.
Nous partons découvrir, la baie de Stockholm, nous allons visualiser l'île de Sandhamn, celle de Harö et bien sûr le phare de Grönskär. Cette localisation géographique est plutôt agréable et donne des envies de visite, plutôt bonne impression !
Le style est un peu simplet, pas trop de recherche, juste descriptif peut être un peu maladroit mais efficace et jamais ennuyeux !
Nous faisons connaissance de personnages qui nous semblent au début un peu caricaturaux, le policier malheureux, replié sur lui et son mal de vivre, l'amie d'enfance débordée par une vie de famille un peu envahissante et qui se pose des questions sur son rôle dans la société et se retrouve mêlée à une enquête policière, et puis la petite secrétaire qui se découvre un attrait pour le beau policier. Alors bien sûr, raconté comme ça, on doute très fort, on se dit encore les mêmes recettes, peut être un peu éculées !
Mais vous verrez, que vous aussi allez finalement vous laissez prendre, et tourner un peu plus vite les pages pour vérifier que votre pressentiment était bien le bon!
Vous verrez que finalement vous allez avoir une vraie sympathie pour Thomas, Nora et Carina, et vous aurez certainement plaisir à les retrouver dans ce tableau charmant de la baie de Stockholm.
Il faut accepter qu'à côté de Camilla Läckberg, Stieg Larsson, Erik Axl Sund et beaucoup d'autres encore peut être inconnus, d'autres voix viennent chanter de nouveaux couplets.
Viveca Sten, une autre voix de la norditude suédoise, oui, je sais ça ne veux rien dire, mais ça me fait sourire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Axelinou
  04 février 2018
Un énorme succès avec plus d'un million de lecteurs, conseillé par un collègue, je l'en remercie.
Enfin un policier suédois sans hémoglobine, juste ce qu'il faut pour découvrir trois cadavres.
Nous sommes à Sandhamn, une île de l'archipel de Stockholm, près du vieux phare de Grönskär, qu'on appelle aussi la ‘Reine de la Baltique'.
C'est l'été, la saison touristique bat son plein. Un premier cadavre échoue sur la plage. L'inspecteur Thomas se jette dans l'enquête corps et âme, aidé par son amie d'enfance Nora.
L'enquête se déroule de manière fort classique et bien rythmée, avec quelques incursions dans le trafic d'alcool, les problèmes de couple, le boom immobilier, les îliens.
Viveca Sten nous propose un bon polar propret et politiquement correct, dont la lecture est très agréable. J'ai déjà acheté le suivant : ‘Du sang sur la Baltique'.
Lecture conseillée !
Commenter  J’apprécie          240

critiques presse (2)
Actualitte   18 novembre 2013
Au risque cruel de décevoir le genre policier et la collection « spécial suspense » auxquels le roman appartient, on est quand même assez loin des préoccupations du lecteur-enquêteur mais l'ensemble ne manque pas de charme pour autant et se démarque assez peu, au final des romans de Camilla Läckberg.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Lexpress   19 septembre 2013
Un équipage chaleureux, un scénario bien ficelé, et surtout le portrait ingénieux de ces îliens du Nord. Pas de doute, Viveca Sten devrait se frayer une belle place dans les bibliothèques françaises.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
CallieTourneLesPagesCallieTourneLesPages   03 décembre 2018
Nora se tourna vers son mari, assis dans le fauteuil de jardin, occupé à faire une épissure sur une amarre. L'art presque oublié de réparer les cordages effilochés. La version masculine de la dentelle au fuseau, si l'on veut.
Commenter  J’apprécie          40
missmolko1missmolko1   12 avril 2018
Le petit-déjeuner terminé, Nora avait sorti le sac de plage, les maillots et les draps de bain. Simon des pelles et des seaux en plastique multicolores. Ils avaient pris les vélos, longé les tennis, puis traversé la forêt jusqu’à Trouville.
Adam s’était plaint qu’ils ne roulaient pas assez vite, mais Simon pédalait de toutes les forces de ses petites jambes. Nora n’avait pas le cœur de lui demander d’accélérer.
Au bout de deux Kilomètres, la route obliquait vers la droite. Deux cents mètres plus loin, on était sur la plage.
Les touristes de Stockholm n’étaient pas encore arrivés. Quand ils débarquaient du direct de onze heures, il y avait foule. Mais comme il était à peine plus de dix heures, ils purent choisir leur emplacement.
Nora ne contestait absolument pas aux touristes leur droit de profiter de l’archipel, mais elle ne pouvait s’empêcher de songer combien c’était agréable, quand elle était petite et que les visiteurs arrivaient encore au compte-goutte, comparé aux flots qui se déversaient aujourd’hui.
En voyant les foules qui débarquaient des ferries en juillet, on se demandait si l’île n’allait pas sombrer sous le poids.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
missmolko1missmolko1   15 avril 2018
Nora poussa le joli portail à deux battants qui conduisait à la villa Brand. Elle gravit les quelques marches du perron et frappa.
À Sandhamm, on ne connaissait pas les sonnettes. Soit la porte était ouverte et il fallait alors prendre la précaution de s’annoncer en criant : «Il y a quelqu’un ?» avant d’entrer, soit on frappait bien fort à la porte. Les deux façons étaient admises, pourvu qu’on signale clairement son arrivée.
Signe vint ouvrir vêtue de son éternel tablier, que Nora l’avait toujours vue porter. Parfois elle se demandait si elle n’en avait pas toute une panoplie, tous identiques, qu’elle jetait à mesure qu’ils s’usaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
emi13emi13   07 novembre 2014
Sur les rocher, quelques touches de neige qui n'avait pas encore fondu. Quelques canards ponctuaient le ciel où le soleil était encore bas.
« Aidez-moi ! cria-t-il. Aidez-moi, pour l'amour du ciel ! »
L'amarre qu'on lui lança formait une boucle. Dans l'eau glaciale, il se la passa gauchement autour du corps.
« Remontez-moi ! » haleta-t-il en s'agrippant au bord du bateau de ses doigts déjà gourds.
Quand l'ancre attachée à l'autre bout de la corde fut jetée par-dessus bord, il eut surtout l'air étonné, comme s'il n'avait pas compris que son poids allait bientôt l'entraîner par le fond.
Qu'il n'avait plus que quelques secondes à vivre avant que son corps suive la lourde masse d'acier.
La dernière chose qu'on vit de lui fut sa main qui battit la surface, emmêlée dans le filet. Puis l'eau se referma sur lui avec un imperceptible bruit de succion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
missmolko1missmolko1   10 avril 2018
Thomas aperçut Kicki Berggren avant même d’être descendu à l'accueil du commissariat de Nacka.
Elle portait une veste de jean blanche à rivets brillants. Un jean délavé, un top rose moulant et des sandales à talons complétaient le tableau. De derriere, elle avait une allure juvénile - mince, des hanches de garcon. Quand elle se retourna, il vit qu'elle était pourtant dans la force de l'âge, plus proche de cinquante ans que de quarante. Ses cheveux blonds étaient trop longs pour lui aller. Leurs racines plus sombres trahissaient la fausse blonde. Un fin réseau de rides sur la lèvre supérieure annonçait une grosse fumeuse. Elle était très bronzée, presque tannée.
Il se demanda si elle avait pu bronzer ainsi en Suède. Il remarqua aussi qu'elle tapotait nerveusement un sac à main en toile de jean. On voyait bien qu'elle brûlait d'envie d'allumer une cigarette, mais le panneau au mur était très clair : INTERDIT DE FUMER.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Viveca Sten (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Viveca Sten
Chronique de Pascale Frey sur onlalu à propos de l'ouvrage "Les secrets de l'île", de Viveca Sten, paru aux éditions Albin Michel en mai 2016. résumé, roman policier, polar scandinave
autres livres classés : suèdeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1506 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..