AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Les nuits de la Saint-Jean (65)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
mariecloclo
  18 septembre 2015
Je ne connaissais pas cet auteur et apparemment, il vaut mieux commencer par "la reine de la Baltique" qui est le premier d'une trilogie.
C'est un polar suédois, l'action se passe sur l'ïle de Sandhamn, qui fait partie de l'archipel de Stockholm. Une jeune femme a disparu, on retrouve un de ses bras. le policier chargé de l'enquête s'appelle Thomas, il est aidé par son amie juriste, Nora, native de l'ïle.
Paralèllement, il y a une antre intrigue qui est développée et qui remonte aux années 1920, sur cette même ïle.
J'ai bien aimé cette ambiance insulaire, les personnages attachants, mais cet univers est très proche de celui de Camilla Lackberg. C'est agréable mais pas original.
Commenter  J’apprécie          120
Didier_Tr
  02 février 2018
Troisième opus de la série de Viveca Sten. L'île de Sandhamn, dans l'archipel de Stockholm, un peu au large, a l'air charmante, mais sans vouloir trop m'avancer, je trouve tout de même qu'on y meurt un peu trop de mort violente ! Cette fois c'est une jeune fille qui a disparu et dont on retrouve un bras plusieurs mois plus tard. Thomas et Nora vont se retrouver mêlés à l'enquête, et devoir remonter l'histoire pour arriver à tout expliquer.

Alors que la vie conjugale de Thomas a l'air de reprendre le "bon" chemin, pour Nora, ça ne va pas fort du tout du tout !!!

Un très bon polar suédois, peut-être plus pertinent que les deux premiers que j'avais déjà lus avec plaisir. Celui-ci me semble un peu plus achevé.

Lire un polar nordique en plein hiver n'est pas très gai, mais c'est tout de même un très bon livre.

Et vu que Viveca est très prolifique, j'espère que Thomas va se réveiller.
Commenter  J’apprécie          110
fannyvincent
  13 juin 2016
Sur l'île de Sandhamn, des enfants découvrent des restes humains dans un sac caché sous la neige. Pourrait-il y avoir un rapport avec la disparition d'une jeune fille, Lina Rosén, quelques mois plus tôt ?

Voilà bien un polar typiquement scandinave : l'histoire est solide, quoiqu'un peu lente. L'écriture est assez neutre, factuelle, excessivement détaillée parfois. Mais qu'est-ce que l'ambiance est lourde, plombée. Aux chapitres consacrés à l'enquête autour de la disparition de la jeune fille, se mêlent des chapitres relatant la vie de Gottfrid et de sa famille, dans la première moitié du XXeme siècle. Une histoire de plus en plus triste, dont on ne découvre le lien avec la disparition de Lina qu'en fin de roman. Pas vraiment de coin de ciel bleu dans ces nuits de la St Jean, le premier roman de Viveca Sten que je lis.
Commenter  J’apprécie          110
Aela
  12 juillet 2015
C'est le troisième roman de Viveca Sten ayant pour cadre la charmante petite île de Sandhman ("Port de sable" en suédois), petite île qui fait partie de l'archipel de Stockholm.
Nous retrouvons nos sympathiques personnages que nous avions découverts dans le roman précédent " du sang sur la Baltique", roman qui avait été adapté avec beaucoup de succès par la télévision suédoise. Nous avons pu découvrir avec beaucoup de bonheur la série télévisée suédoise récemment sur Arte.
Nous retrouvons l'enquêteur Thomas, qui est toujours en deuil de sa petite fille disparue tragiquement à l'âge de trois mois, ainsi que Nora son amie de coeur.
Thomas s'est séparé de sa femme depuis ce deuil si douloureux.
Nora quant à elle continue ses activités de juriste bancaire mais souffre de plus en plus du comportement grossier et indélicat de son mari Henrik, radiologue réputé.
Nora va encore une fois collaborer avec son ami Thomas pour découvrir qui a pu commettre lors de la dernière Toussaint un crime épouvantable commis sur une jeune fille de dix-huit ans.
A première vue l'enquête partirait sur une piste de meurtre rituel selon des rites issus de la mythologie nordique mais l'enquête va vite bifurquer.
On retrouve l'atmosphère oppressante d'une petite île où tout le monde se connaît.
Intrigues, héritages, vieilles haines familiales qui ressurgissent plusieurs générations après, tous les ingrédients sont là pour avoir un bon polar digne de Simenon ou Agatha Christie.
Deux récits vont se croiser: celui de l'enquêteur Thomas et celui d'un jeune garçon Thornwald qui vit dans les années 20 dans un milieu pauvre et brutal.
Une histoire tragique de violence familiale inspirée par des faits réels.
L'auteure n'a pas son pareil pour nous restituer la Suède des années 20 à l'époque où la Suède comptait parmi les pays les plus pauvres d'Europe.
Elle nous montre aussi une société suédoise actuelle très "provinciale" bien plus conservatrice que l'image que l'on pourrait en avoir.
Une société où finalement la femme suédoise n'a pas l'air d'avoir une place beaucoup plus enviable que chez nous...Si cela peut consoler...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
motspourmots
  27 juin 2016
Je ne sais pas si, comme le proclame le bandeau de "une", Viveca Sten est la nouvelle Camilla Läckberg. Jusqu'à ce jour, je n'avais lu ni l'une ni l'autre. Ce que je sais par contre, c'est que la dame a du métier et que son polar est sacrément efficace. Pas forcément surprenant, on est sur une facture assez classique, mais suffisamment bien ficelé pour qu'on n'ait absolument pas envie de le poser avant de connaître le fin mot de l'histoire.

Aucun problème pour ceux qui, comme moi prendraient la série en cours (l'auteure a déjà publié deux précédentes aventures mettant en scène ses deux héros), on est très vite dans l'ambiance et on se sent rapidement proche des personnages. Notamment le duo composé de l'inspecteur de la police de Stockholm, Thomas Andreasson et de son amie d'enfance, Nora Linde, juriste de profession mais surtout dotée d'une intuition phénoménale. Troisième personnage et non des moindres, l'île de Sandhamn, sorte de havre de paix à quelques encablures de la capitale, d'où ils sont originaires. Nora y possède une maison de famille et connaît ses moindres recoins... même s'il semble que l'île et ses habitants regorgent de secrets bien enfouis, propices aux pires drames et aux enquêtes les plus complexes.

Les nuits de la Saint-Jean est bâti autour de l'enquête sur la disparition d'une jeune fille sur l'île, en plein hiver, alors que seuls les habitants permanents sont présents, à peine une centaine de personnes. Une enquête relancée lorsque quelques mois après, les enfants de Nora déterrent par hasard dans la neige un bras enfermé dans un sac en plastique. Est-ce celui de Lina Rosen ? Qui aurait bien pu lui en vouloir ? Pendant que Thomas et ses équipiers mènent l'enquête et interrogent les habitants, Nora tente de surmonter ses déboires conjugaux tout en s'intéressant à des vieux carnets trouvés dans la maison dont elle a hérité. Il s'agit d'un journal intime retraçant des événements survenus au début du XX ème siècle, qui pourraient bien expliquer ceux d'aujourd'hui.

Grâce à des allers-retours entre passé et présent, le rythme est tonique et on suit avec autant d'intérêt l'évolution de la vie personnelle de nos deux héros quarantenaires (lestés de quelques failles et de quelques drames) et celle de l'enquête rendue plus palpitante par l'exploration du passé de l'île. Tout en se laissant lentement envelopper par le paysage glacial de l'archipel en février dont le rendu contribue nettement à la réussite du roman.

Une ambiance réussie, un duo convaincant et une intrigue bien menée. de quoi passer un bon moment, servi par un style sans fioriture à la sobriété de bon aloi (ces derniers temps j'ai vu passer des polars tellement mal écrits que ça fait du bien, la sobriété). Idéal pour se rafraîchir cet été lorsque la chaleur sera enfin là !
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Goupilpm
  29 juillet 2018
Avec Les Nuits de la Saint-Jean, son troisième roman, l'auteure nous projette une fois de plus sur l'île de Sandhamn pour nous faire retrouver ses personnages fétiches l'inspecteur Thomas Andreasson et son amie Nora Linde.

Nora qui apprends que son mari la trompe part se réfugier dans sa maison de Sandhamn avec ses enfants. C'est en jouant à cache-cache dans la forêt que l'un de ses fils se prend le pied dans un trou. Un trou contenant un sac plastique noir dans lequel se trouve un bras humain. Thomas Andreasson dépêché sur place avec sa collègue Margit relient immédiatement cette affaire avec la disparition quelques mois plus tôt d'une jeune fille Lina Rosèn.

L'enquête avance lentement, entrecoupée avec les problèmes conjugaux de Nora, les retrouvailles de Thomas avec son ex-femme, leurs introspections à tous deux, et un récit parallèle qui nous transporte dans le passé. Ces retours dans le passé nous plonge au début du 20éme siècle et nous font découvrir la vie d'un enfant martyr victime d'un père convaincu que la justice de Dieu doit s'appliquer en toutes circonstances. Des scènes fortes qui nous font découvrir la dureté de la vie difficile de cette époque. Et s'il ne semble par avoir de corrélation entre les faits entre ces deux époque c'est au dénouement qu'apparaît le lien comme il est habituel dans la manière de procéder de l'auteure.

L'intrigue avec une histoire de vengeance manque d'originalité et passé le suspense du début l'affaire est presque au point mort : les recherches n'avancent pas tout comme les interrogatoires qui n'apportent rien de concret. L'histoire familiales de deux protagonistes principaux reléguant presque l'enquête à un rôle secondaire. Quand au dénouement c'est une fois de plus Nora qui va solutionner la situation avec un détail presque banal.

Si l'ambiance hivernale est plutôt bien réussie, il n'en est pas de même avec les protagonistes principaux qui se révèlent fades et peu attachants. le côté policier de l'inspecteur ne prenant pas assez le dessus sur les cotés annexes du récits quand à sa collègue est n'est pas du tout mise en avant. Les personnages du passé apparaissent plus travaillés et le lecteur se focalise plus sur ce récit alors qu'en principe c'est l'enquête qui devrait occuper le premier plan.

Malgré cela la narration de l'auteure faite de chapitres courts et d'alternance passé-présent offre une bonne dynamique de lecture.

Au final un roman policier pas inintéressant et sans prise de tête qui permet tout de m^me de passer un bon moment de lecture.
Lien : http://imaginaire-chronique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
corally4
  26 octobre 2017
Ce troisième livre de Viveca Sten, nous ramène à Sandhamn, petit ile suédoise, très froide en hiver où Nora est venue passée quelques jours de vacances avec ses garçons – crise conjugale oblige-, et Thomas, le policier, ami d'enfance lui aussi fait le point sur sa vie….Une centaine de personnes vivent là en hiver, et tout le monde se connait depuis longtemps, tout le monde sait tout sur l'autre… MAIS c'est là en plein hiver que disparaît Lina, 18 ans, après avoir passé la soirée chez une amie.
Les fils de Nora font hélas la découverte macabre de membres cachés dans un trou dans la forêt…De qui ? ET que c'est il réellement passé ? Nora, et son ami Thomas cherchent, enquêtent et l'on découvre la vie sauvage, bestiale de certains habitants et aussi leurs tourments.
Aventure qui se lit vite, et j'ai eu réellement froid durant quelques pages !!!! le suspense est maintenu ; peut-être, un peu déjà vu, mais cela reste pour moi, un livre agréable qui peut se lire sans avoir pris connaissance des autres ouvrages.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Gaoulette
  14 août 2017
Alors c'est de loin le meilleur tome de la saga policière de Viveca Sten. Un tome qui plonge dans le passé de cette île et les aventures de ses héros.
On retrouve avec plaisir Thomas et Nora qui comme on s'est aperçu avant ont une vie personnelle plus que chaotique. Ils se retrouvent cette fois ci en hiver sur l'île de Standham pour la disparition d'une jeune fille du village.
Comme à son habitude, l'auteur nous offre un polar en deux temps. Et cette fois ci c'est un plongeon dans l'histoire de Standham et ses habitants au début du XXème siècle. ET tout au long de cette lecture on se demande où est le lien entre le présent et le passé.
Comme dans le premier tome, Viveca Sten arrive à garder le mystère plus de la moitié du roman et des pistes se faufilent sans avoir de grosses certitudes. Comme à son habitude, Viveca Sten nous offre un polar plus que réaliste où les méchants sont loin d'être évident. Tout le monde se connait et pourtant un meurtrier se cache parmi eux.
Ce que j'ai adoré dans ce roman, les personnages sont encore plus présents et surtout leur vie personnelle est bien mise en évidence. On en oublie parfois le côté polar. D'ailleurs quand on y réfléchie Viveca Sten est une scénariste avant tout et ce roman a été une série télé. Et ce qui nous rend addict dans ce genre de série c'est l'évolution de personnages, rentré dans leur vie. Ce tome annonce un grand revirement dans vie de Nora et Thomas. Et cette fin, une ouverture à toutes suppositions.
Nora/Thomas un tandem évident et efficace et j'espère que l'auteur va le garder comme cela.
La suite au mois prochain et cette fois-ci LC à 4.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          63
ArlieRose
  19 septembre 2017
J'ai lu les deux premiers romans de Viveca Sten et je crois bien que celui-ci, le troisième, est celui dont j'ai préféré l'histoire. L'alternance entre présent et passé ajoute de l'intérêt et j'ai beaucoup aimé la description de la vie en Suède sur cette île, hier et aujourd'hui. On compare Viveca Sten à Camilla Läckberg, dont j'aime aussi les bouquins, je ne suis pas vraiment d'accord, chacune a sa façon propre de parler de son pays, j'aime les deux. Une série agréable à suivre.
Commenter  J’apprécie          50
Kaya
  30 octobre 2018
J'ai craqué ! Me voilà à nouveau plongée dans la saga de Viveca Sten, et honnêtement, je n'ai qu'une envie, c'est de me plonger dans le suivant ! Mais je saurai me faire violence et vous offrir ici la critique d'autres bouquins avant de m'autoriser à lire le tome prochain… Ou pas ?

Cette fois encore, je me suis précipitée comme une bleue sur des indices qui n'en étaient pas et je n'ai absolument pas deviné qui était le meurtrier de la jeune Lina. Il faut dire que ce roman ressemblait plus que jamais à la façon d'écrire de Camilla Lackberg, autre auteure suédoise, qui a pour coutume de mêler des histoires du passé à celles du présent afin de brouiller les pistes. Viveca Sten a utilisé le même procédé dans ce troisième tome de sa saga policière. Sans être dérangeant, l'effet de « déjà vu » était un peu décevant.

A part cela, rien de bien nouveau sous le ciel de Suède, j'ai toujours autant apprécié suivre Nora, enfin en voie d'être débarrassée de son horrible macho de mari et j'ai été très heureuse de voir réapparaitre le personnage de Pernilla, qui n'était alors qu'évoquée.

Quand je m'interroge sur le succès de Lackberg et Sten, il me semble que c'est le cocktail famille+mystère qui fait mouche. D'une part, un livre uniquement consacré aux déboires familiaux et sentimentaux d'Erica (chez Lackberg) ou de Nora (chez Sten) n'aurait aucun intérêt. D'autre part, les enquêtes policières de ces deux romancières sont assez médiocres en comparaison d'autres romans noirs. Pourtant, avides de découvrir le coupable et l'issue des soucis de tous les jours de ces familles, on tourne la page, encore et encore. En cela, ces deux auteures se distinguent de Stieg Larsson et sa saga « Millénium », dont les enquêtes sont beaucoup plus abouties et l'histoire privée des personnages sensiblement moins mièvres.

Enfin, je trouve que ce roman est parfait pour cette période de l'année que sont les congés de Toussaint : le temps appelle à se lover dans le canapé avec un petit polar enneigé, avec une boisson chaude et un ou deux (ou trois…ou six) chats à ses côtés. Il y a de ces livres qui sont comme des petites sucreries que l'on s'autorise entre deux tâches plus conséquentes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1709 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre