AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226318232
Éditeur : Albin Michel (30/05/2018)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Le lendemain de Noël, alors qu'une tempête de neige fait rage sur l'île de Sandhamm, le cadavre de la correspondante de guerre Jeanette Thiels, connue pour ses prises de position virulentes contre certaines personnalités d'un parti conservateur, est retrouvé sur la plage. Le meurtre pourrait être politique, mais il pourrait aussi avoir été commis pour des raisons plus personnelles.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  15 octobre 2018
Sixième tome d'une série venue du froid , mettant en scène, l'inspecteur Thomas Andreasson épaulé (parfois), par son amie d'enfance , l'avocate, Nora Linde.
Bien que j'ai pris cette série en cours de route à partir du 3° tome, je me suis attachée à ces personnages récurrents et à leurs petites familles. le dosage entre l'enquête, le suspens et la vie privée de ces amis est bien dosé; ainsi que le dépaysement.
Tout commence sur l'île de Sandhamn, (où Nora a hérité de deux maisons), , un cadavre est trouvé sur la plage le 25 Décembre… obligé de bouleverser leurs vacances, tout le commissariat où travaille Thomas est en effervescence. La morte est une journaliste engagée, correspondante de guerre, elle laisse une adolescente de 13 ans…
Cette enquête se déplace sur la terre ferme, et l'île n'a qu'un "rôle secondaire". A la différence de certains tomes que j'ai pu lire, celui-ci est de facture plus classique, ce sont uniquement les policiers qui enquêtent, Nora étant empêtrée dans des problèmes d'ordre professionnel (corruption, paradis fiscaux) et privés (son ex mari a l'air de vouloir revenir vers elle, après l'avoir bien fait morfler !) . Reviendra-t-il, ou pas ? Vous verrez bien…
Si la vie familiale de nos personnages est présente, l'auteur aborde des thèmes plus vastes et profonds. On sent que le parti d'extrême droite qui monte, qui monte , en Suède , l'inquiète au plus haut point , ainsi que le sort réservé aux émigrés.
Malgré la gravité des idées, je me suis sentie "confortable" dans cet épisode.
Ce qui est assez prodigieux de la part de l'auteur qui nous assène (sans pitié !) , des températures extérieures de -18° et la nuit noire dés 15h ...
C'est ce qui est bien dans les séries , on a l'impression de fréquenter des amis de longue date, qu'on voit peu mais dont on se soucie …

Challenge Mauvais Genres 2018/19.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          494
Cigale17
  07 mars 2019
J'avais lu et bien aimé les deux premiers tomes de la série (La Reine de la Baltique et du sang sur la Baltique) et je n'avais pas retrouvé les personnages récurrents de la série depuis lors. Non par désintérêt, seulement parce qu'il y a tant de livres à lire… et que, pour dire vrai, je me suis lassée des polars nordiques ! Pourtant, j'ai retrouvé avec plaisir l'île de Samdhamn et celle d'Harö, les aller-retour en ferry, les contraintes de la vie sur des îles, et l'hiver, assez froid pour que gèle le bord de la Baltique ; du plaisir aussi à retrouver Thomas et Nora.
Thomas Andreasson, le policier récurrent dans les romans de Sten, enquête sur la mort suspecte de Jeannette Theils, célèbre grande reporter, habituée des sujets brûlants, connue pour ses opinions ancrées à gauche et son acharnement à défendre les victimes d'exaction de toutes sortes. Son employeur principal le confirme : elle préparait un grand sujet ; mais non, le journal ne sait pas sur quoi elle travaillait, car elle avait demandé un long congé. Secondé par sa collègue Magrit, Thomas va se retrouver à devoir suivre plusieurs pistes pour trouver l'assassin, des plus évidentes à la plus inattendue. Pour sa part, Nora Linde n'accompagne pas Thomas dans ce tome, contrairement à ce qui se passe dans les deux premiers. Elle se débat dans des problèmes personnels et professionnels, les derniers ne sont d'ailleurs pas résolus à la fin de cette histoire.
J'ai trouvé Viveca Sten, l'auteure de Retour sur l'île, nettement plus engagée socialement que dans les romans précédents. Il se trouve que l'intrigue permet d'aborder différents problèmes de société et donne à voir une Suède bien éloignée du modèle que ma génération affectionnait ! Les problèmes professionnels de Nora donnent l'occasion à l'auteure de traiter de l'évasion fiscale (pardon, de l'optimisation fiscale) et des arrangements des banques et des grands groupes avec les lois. Entre harcèlement sexuel, abus de pouvoir et chantage à l'emploi, l'ambiance est délétère dans la boîte où travaille Nora... Les différentes pistes que suivent Thomas et Magrit vont les mettre en contact avec une femme aussi impitoyable que charmante en apparence, et un garde du corps d'origine américaine au passé assez trouble. Elle dirige un parti d'extrême droite dont il est le factotum. Comme toujours, Thomas prend son enquête très à coeur, au risque même de négliger sa famille pendant cette période de Noël 2008. Il faut dire que les idées du parti Nouvelle Suède le hérissent encore plus qu'avant, si c'est possible, depuis que son collègue Aram, d'origine irakienne, lui a fait des confidences sur son enfance dans l'Irak en guerre et son statut de réfugié à son arrivée en Suède. Ce ne sont là que deux des thèmes traités ou effleurés ; on peut y ajouter la difficulté d'élever des enfants au sein d'une famille monoparentale, l'anorexie, l'homosexualité, l'éthique dans certaines professions, et j'en oublie assurément.
L'enquête est parfaitement indépendante des autres tomes de la série, mais j'ai été soumise à un rattrapage d'enfer en ce qui concerne la vie des personnages récurrents… ce qui m'incite à combler les lacunes en lisant les tomes précédents, et probablement le suivant !
Challenge multi-défis 2019 # 34
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Gaoulette
  08 novembre 2018
Encore une fois Viveca Sten nous offre un polar réaliste et humain. Elle continue de mettre en avant le duo Thomas/Nora même cette fois ci Nora passera en second plan. L'auteure se consacre plus à la vie de famille de Thomas qui se pose beaucoup de questions sur le parallèle travail/vie perso et les conséquences sur sa vie de famille. Pas d'enquêtes en duo cette fois ci. Thomas va agir seul sur la capitale suédoise malgré que la victime ait été trouvé sur l'ile. La victime, une grande reporter, cinquantenaire. Un large panel de coupable car le reporter avait de grandes enquêtes en cours et ne s'était pas fait des amis dans le milieu.
Encore une fois, avec Viveca Sten les apparences sont trompeuses. Une enquête qui avance au fil de l'eau, des protagonistes qui se profilent et ne souhaitent pas parler et qu'on pourrait facilement soupçonner. On regarde les agissements de tout le monde et on attend.
Viveca Sten a la manie de mettre en avant la vie privée de ses héros qui interagie sur leur vie professionnelle. Chacun apporte son expérience personnelle qui peuvent influencer leur vision sur le crime.
Viveca Sten a l'art et la manière de tout faire passer en douceur. Pas de violence, d'hémoglobine, de tueur sanguinaire. Un meurtre murement réfléchi sans chichi…
Viveca Sten en profite avec son polar et je l'en félicite, de dénoncer certains partis politiques qui poussent aux racismes et à la violence gratuites.
Viveca Sten est pour moi une auteure qui plaira à un large public. C'est plutôt un polar familiale qu'elle nous offre. Elle n'oublie pas de mettre des chapitres sur Nora pour qu'on sache où en est sa vie malgré qu'elle ne participe pas à l'enquête. Je me suis même demander si c'était une porte ouverte pour un prochain opus où Nora va devoir demander de l'aide à Thomas.
Ce qui est super avec l'auteure, c'est qu'on a complétement intégré Nora et Thomas dans notre quotidien. Je comprends mieux l'idée de la série car c'est un parfait scénario. Il est vrai que j'attends toujours les parutions de Viveca Sten plus pour l'évolution des héros que les enquêtes criminelles.
Ce n'est pas mon tome préféré mais il se laisse lire facilement. Toujours agréable de sortir un Viveca Sten de la bibliothéque et de la faire avec ma binôme Missneffer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Missnefer13500
  08 novembre 2018
Me voilà de retour sur l'île de Sandhamm ! C'est un plaisir toujours renouvelé de tome en tome d'y retrouver les personnages récurrents de Vivica Sten. Dépaysement assuré avec ce décor hivernal de -18 degrés dans lequel on risque la mort sous ces températures polaires.
Brr ! C'est beau. le décor est bien brossé, mais je préfère découvrir l'archipel Suédois sous des températures plus clémentes et son flots de couleurs dont et le rouge de Falun ! Et à 15 h il fait presque nuit ! Très peu pour moi. Un vrai choc culturel, renforcé par l'ambiance festive des fêtes de Noël, de ses gourmandises etc...
D'emblée l'histoire est intrigante. Comment Jeanette a-t-elle pu mourir assassinée sur le bord de plage Sandhamm ? Sa décision de s'y rendre ayant été prise sur un coup de tête. de plus rien ne laisse supposer au prime abord qu'elle a été victime d'un meurtrier impitoyable. Et pourtant à la découverte de son corps, enfoui sous la neige, une enquête est diligentée.
Ignorant les modes de fonctionnements suédois on peut pas savoir si ceci est cohérent. Il faut prendre probablement en compte le statut de la victime : journaliste d'investigation qui a dénoncé des crimes graves. Jeanette parcourt la planète et rencontre les victimes de tortures dans n'importe quel pays du monde. Une de ses futures révélations est-elle la raison de son assassinat ?
Une fois encore, l'auteure nous entraîne sur différentes pistes probables. Toutes aussi plausibles les unes que les autres. Cependant le mobile va nous surprendre. L'identité du coupable se profile doucement et l'on n'est pas vraiment étonné quand éclate la vérité.
Contrairement aux auteurs anglo-saxons l'intrigue n'est pas menée tambour battant. Viveca Sten prend son temps, développe certains sujets contemporains et des problématiques propres à son pays ( mais du notre aussi) tels que la xénophobie, la montée du parti d' extrême droite, l' immigration. Elle nous dépeint le contexte social de son pays, ce qui rend ce récit un peu intimiste, tant on perçoit à travers ces lignes ses propres inquiétudes pour l'avenir de son lieu de vie, et des relations humaines, qu'elle aime à développer dans ses romans.
Elle s'attache, donc, à nous faire partager l'intimité des protagonistes. Nous retrouvons donc Nora en proie à ses problèmes personnels, professionnels et familiaux. Cette fois-ci Nora n'est pas impliquée dans l'intrigue. Mais c'est un plaisir de la retrouver. Sa présence donne un autre sens à l'aventure policière avec ces personnages récurrents auxquels je me suis attachée au fil de leurs aventures. Ici, encore ses traits de caractère sont mis en avant, avec son sens de l' éthique et son intégrité dans son métier. Son devenir semble incertain. Mais l'on devine qu'elle va agir en fonction de ce qu'elle pense juste. À travers Nora, l'auteure soulève des thèmes en lien avec les affaires, l'évasion fiscale, la corruption, etc..
De la même manière, elle nous fait partager la vie de Thomas, ses questionnements intérieurs, sa relation familiale, ces interactions avec les membres de son équipe. L'auteur dévoile un pan de vie personnel de certains d'entre eux, en particulier celui d' Aram, qui de par ses origines et par la couleur de sa peau va se trouver lié à cette intrigue et en devenir une victime collatérale.
Et j'apprécie la plume et le mode narratif de Viveca Sten, avec cette ambiance un peu feutrée, ses sujets, ses personnages auxquels l'on peut s'identifier avec leurs problèmes personnels qui ressemblent aux nôtres. Et l'on réalise que n'importe où sur la planète, nos préoccupations sont les mêmes.
C'est ce que j'aime dans cette approche qui donne un sentiment de crédibilité avec ces personnages fictifs qui semblent si réels.
Cet opus date de 2013, nous sommes donc bien en retard par rapport à la publication suédoise, j'ai lu dans sa biblio que 3 autres tomes sont parus, hâte de les découvrir, car c'est toujours un très agréable moment de lecture, même si ce tome n'est pas un coup de coeur. J'ai vu aussi que Viveca Sten et sa fille se sont lancé dans l'écriture d'une saga fantastique jeunesse : L'île des disparus.
Je pense que ma binôme et moi allons nous pencher bientôt sur ce roman.
Lien : http://missneferlectures.ekl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LesReveriesdIsis
  30 juillet 2018
Je suis les romans de Viveca Sten depuis quelques années déjà. le premier m'avait laissée un peu sur ma faim parce que le duo Nora / Thomas n'allait pas sans me rappeler Patrick et Erika – que j'adore- (chez Camilla Läckberg) mais il ne m'avait pas pleinement emportée. Et puis j'ai lu le deuxième. A partir de là, le duo avait pris suffisamment d'ampleur pour moi : sa saveur et sa singularité me conviennent à merveille.
Dans ce sixième opus, une journaliste est retrouvée morte sur Sandhamn, en pleine période de Noël, elle gît sur la plage. Comme elle ne s'était pas fait que des amis dans son travail, la charge pour les enquêteurs est colossale. Les pistes semblent mener à des culs de sac… et un autre meurtre s'ajoute. Thomas et ses collègues tentent de dénouer cette inextricable pelote.
Comme vous vous en doutez, j'ai retrouvé avec bonheur ces personnages que j'affectionne. C'est une sensation étrange que celle d'ouvrir un livre et de se sentir à la maison, de baisser la garde et de seulement savourer… et ce fut encore le cas : la magie a opéré. Pour dire un mot du duo : Thomas est policier, tandis que Nora est juriste. Ne vous attendez pas à une enquête conjointe comme chez Camilla Läckberg, ici, nos deux personnages s'épaulent, s'apportent une aide ponctuelle et se soutiennent de manière indéfectible. Il s'agit plus d'une écoute commune, que d'un travail en complémentarité, même si cela arrive aussi. D'où la singularité du binôme. D'ailleurs, Nora est très effacée dans ce tome. Elle n'intervient pas dans l'enquête, mais ce qui lui arrive pose des jalons pour le prochain tome et cela me tient déjà en haleine.
J'ai en réalité une tendresse toute particulière pour les personnages principaux : Thomas et Nora sont deux êtres cabossés par la vie, qui se reconstruisent, buttent, se relèvent et recommencent. Au fil des tomes, ils ont acquis une réelle consistance et j'aime voir leur évolution. L‘auteure a réussi à me les cheviller au corps et au coeur. Comme d'habitude chez Viveca Sten, on trouve une alternance entre l'enquête et la vie de ses personnages, ce qui me ravit. J'ai également beaucoup aimé l'apparition d'un nouveau collègue, Aram, à qui on fait la part belle : un policier doté d'un réel flair, terriblement humain et touchant par son histoire. J'espère qu'il gagnera en ampleur dans les prochains tomes car il me plaît déjà et je serais déçue de le perdre de vue.
L'atmosphère du roman est douce et feutrée. Amateurs de polars pleins de rebondissements rapides et échevelés et/ou empreints de violence : passez votre chemin. Rien de sanguinolent, de brutal et de trash dans ce polar. Il y a des meurtres, oui. Mais la violence reste ténue, comme en toile de fond. L'enquête se déroule lentement, doucement, elle piétine parfois, mais elle avance, les intuitions des uns ne sont pas toujours prises au sérieux, faute de preuves tangibles, des suspects parfaits sont peut-être moins coupables qu'il n'y paraît. Les suppositions et déductions des enquêteurs se modifient au fil des éléments, des mensonges révélés aussi, et nous assistons à la lente maturation de l'enquête. Ce rythme permet aux lecteurs de réfléchir eux aussi et de tenter de démasquer l'assassin. du coup, je me suis fourvoyée et j'ai suspecté la mauvaise personne durant les trois quarts du livre! La chute n'en a été que plus agréable.
Enfin, si certains se posent la question, il est bien entendu possible de lire les enquêtes dans le désordre, puisque l'auteure fait des rappels des éléments clefs lorsque c'est nécessaire. Néanmoins, à titre personnel, je pense qu'il vaut mieux les lire dans l'ordre, justement parce que la vie privée des personnages est relativement étoffée et forme un fil conducteur sous la surface.
Une fois encore, la plume de Viveca Sten m'a conquise. J'ai adoré cette nouvelle enquête et j'ai refermé à regret mon roman, déjà pressée de retourner à Sandhamn.
Lien : https://lesreveriesdisis.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   02 mai 2018
Viveca Sten, une avocate de Stockholm devenue une des stars du polar suédois au cours des dernières années, ne s’imaginait pas du tout connaître pareil succès avec ses romans, ni voir ses personnages évoluer au petit écran.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   15 octobre 2018
- " Pourquoi as-tu décidé de devenir policier ? " avait-il plutôt demandé.
Aram avait baissé les yeux, l'air gêné.
" Je crois que c'était par gratitude, avait-il fini par dire. Pas pour me faire remarquer ou quoi… je n'essaie pas de jouer les héros. Mais je voulais en somme… remercier d'avoir pu venir ici, que ma famille ait trouvé un havre de paix.
Commenter  J’apprécie          160
iris29iris29   13 octobre 2018
Il lui fallut quelques secondes avant de se reconnaitre. Elle avait de grands cernes sombres autour des yeux, le teint gris. de profondes rides entre le nez et la bouche.
J'ai l'air d'une vieille femme, pensa- t' elle. Où est passé le temps ?
Commenter  J’apprécie          190
iris29iris29   14 octobre 2018
Annoncer un décès deux jours après Noël, c'était dur. Désormais, cette fête serait pour la fille [ 13 ans ] à jamais associée à la mort de sa mère.
Commenter  J’apprécie          230
iris29iris29   14 octobre 2018
Elle entendit par la fenêtre le bruit de l'Audi qui sortait du garage. Il faisait déjà nuit noire, alors qu'il était à peine trois heures de l'après-midi.
Commenter  J’apprécie          132
Mary63Mary63   30 novembre 2018
Maman aimait la lavande, elle avait un bain moussant parfumé aux fleurs violettes. Il y en avait toujours une bouteille dans sa salle de bains. Maman.
Soudain son cœur se brisa. Alice se laissa tomber sur le sol de la salle de bains, cala son front contre le bord de la baignoire et fondit en larmes, les deux mains sur le visage.
"Maman" chuchota t-elle.
Elle aurait tout fait pour pouvoir de nouveau la serrer dans ses bras. Ne serait-ce qu'une seule fois.

Elle se blottit contre le mur, hoqueta et gémit jusqu'à ce que sa voix s'épuise. Une plainte qui venait du plus profond d'elle-même, lui serrait la gorge et ne lui apportait aucun soulagement.

Maman ne reviendrait jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Viveca Sten (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Viveca Sten
Chronique de Pascale Frey sur onlalu à propos de l'ouvrage "Les secrets de l'île", de Viveca Sten, paru aux éditions Albin Michel en mai 2016. résumé, roman policier, polar scandinave
autres livres classés : littérature suédoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1601 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..