AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michel Crouzet (Préfacier, etc.)
EAN : 9782080700490
382 pages
Éditeur : Flammarion (07/01/1993)
3.79/5   136 notes
Résumé :
Mortimer revenait tremblant d'un long voyage ; il adorait Jenny ; elle n'avait pas répondu à ses lettres. En arrivant à Londres, il monte à cheval et va la chercher à sa maison de campagne. Il arrive, elle se promenait dans le parc ; il y court, le cœur palpitant ; il la rencontre, elle lui tend la main, le reçoit avec trouble : il voit qu'il est aimé. En parcourant avec elle les allées du parc, la robe de Jenny s'embarrassa dans un buisson d'acacia épineux. Dans la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 136 notes
5
2 avis
4
2 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

Lestempsmodernes
  04 juin 2013
« Avec Balzac, Stendhal est certainement l'un des grands fondateurs du réalisme, mais ils opèrent de manière très différente, voire opposée, observe Jacques Dubois. Là où le premier veut tout dire d'une société qu'il enveloppe dans un large mouvement de fresque, le second est un écrivain de la suggestion, du détail, du rapport indirect. Ces qualités, il les met au service de deux options : le politique d'une part, et ce que j'ai appelé l'érotique de l'autre. Lui-même considérait qu'il n'était guère possible de les associer sans qu'ils ne se confrontent… Or, tout au contraire, j'ai essayé de montrer que lorsque l'engagement politique n'est plus possible, il existe encore chez Stendhal l'amour, qui est une autre forme d'engagement dans le politique. le va-et-vient entre ces deux pôles parfois contradictoires ne se fait pas sans écartèlement, ni ruptures… Mais Stendhal y apporte une vivacité d'esprit, un sens de l'humour, qui font que chez lui l'amour épouse, si j'ose dire, les forces de la rébellion individuelle contre l'ordre social dominant. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ylambert7
  30 janvier 2021

De l'amour est l'un des livres à la fois les plus célèbres et les moins bien compris De Stendhal. Pour en saisir la signification, la valeur intrinsèque et la portée, il est indispensable de connaître l'époque de la vie de l'auteur où il a été conçu, le texte biographique étant indissoluble de sa genèse et de sa structure.
Il a noyé le personnel dans l'impersonnel. C'est une collection de faits et de raisonnement, un livre sur la psychologie de l'amour.
De l'amour est donc foncièrement une confession et Stendhal qui est un moraliste, passe en revue les phases de l'amour-passion. D'ailleurs « l'amour-passion » que nous reprenons tous à notre compte c'est bien lui qui est à l'origine de cette fusion.
De la naissance de l'amour, des différences de l'amour entre les deux sexes, de la première vue, de l'engouement, des coups de foudre, de la pudeur, tous renferment des aperçus et qui sont dictés à l'auteur par sa propre expérience et qui, en même temps, transcendent son cas individuel.
On y trouvera alors la cristallisation de l'amour. Je ne vous cache pas que c'est par ce joli mot associé que j'ai souhaité découvrir ce livre. Car, là, encore, c'est Stendhal qui en est à l'origine de ce mot. Et je vous livre ce petit secret :
Quand on plaît à orner de mille perfections une femme de l'amour de laquelle on est sûr ; on se détaille tout son bonheur avec une complaisance infinie. Cela se réduit à s'exagérer une propriété superbe, qui vient de nous tomber du ciel, que l'on ne connaît pas, et de la possession de laquelle on est assuré. Laissez alors la tête d'un amant travailler pendant 24 heures, et voici ce que vous trouverez : aux mines de sel de Salzbourg, on jette, dans les profondeurs abandonnées de la mine, un rameau d'arbre effeuillé par l'hiver ; deux ou trois mois après on le retire couvert de cristallisations brillantes ; les plus petites branches, celles qui ne sont pas plus grosses que la patte d'une mésange, sont garnies d'une infinité de diamants, mobiles et éblouissants ; on ne peut reconnaître le rameau primitif. Ce qu'appelle alors cristallisation, c'est l'opération de l'esprit, qui tire de tout ce qui se présente la découverte que l'objet aimé a de nouvelles perfections.
Merci Stendhal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ntmymtoxic
  16 juin 2013
Il y a un peu plus de dix ans, je découvrais cette célèbre cristallisation au travers de Stendhal. Une lecture surprenante !
« le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point. » - B. Pascal.
Que sait-on vraiment de ce sentiment d'amour ? Il s'agit d'une mécanique psychologique, dont les rouages peuvent parfois réserver des surprises aux amoureux qui s'ignorent. L'amour rend aveugle dit-on, non, il est question de cette fameuse cristallisation expliquée dans ce livre. Est-ce "de l'amour" ou serait-ce une maladie mentale ?
Commenter  J’apprécie          80
Dareel
  24 novembre 2013
Ce n'est donc pas d'un roman qu'il s'agit là, mais bien d'un essai. de L'amour m'a tout d'abord intriguée du fait que Stendhal soit connu pour son romantisme au sein de ses romans. Alors pourquoi ne pas se lancer dans un essai ?
Les premiers chapitres sont criants de vérité, on se surprend à marmonner « Mais oui, mais trop ! Exactement ! » Stendhal a bien cerné le processus d'amour, du moins c'est ce qu'il en ressort… Tout au long de ce livre, il étaye ses idées par des fragments de journaux intimes, des lettres, etc.
Certaines choses peuvent choquer, il faut juste se rappeler qu'il ne s'agit pas de la même époque. Ainsi, quand on voit le style d'éducation donné aux femmes et la façon dont Stendhal en parle, on pourrait penser qu'il soutient cette forme de misogynie. Il n'en est rien, on apprend au fur et à mesure de l'essai que Stendhal serait pour mettre sur un même pied d'égalité les hommes et les femmes en ce qui concerne l'éducation du moins.
J'ai été surprise d'apprendre que Stendhal se considère comme un piètre auteur.
En résumé, ce livre est un peu longuet puisque sur la fin il se présente comme les célèbres Pensées de Pascal, des bribes d'idées nous sont exposées. Tous les exemples ne semblent pas pertinents, mais les premiers chapitres sont magiques et très réalistes. Je le recommande aux courageux et aux passionnés de classiques !
Lien : http://www.chroniques-livres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Cularo
  12 janvier 2012
Dans ce livre différent des autres oeuvres de Stendhal il fait une analyse remarquable du sentiment amoureux;lire le phénomène de cristallisation en étant soit même amoureuse on a l'impression que c'est notre coeur qui est disséqué sous la plume de Stendhal.
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
ileanaileana   05 septembre 2018
[La cristallisation]
Laissez travailler la tête d'un amant pendant vingt-quatre heures, et voici ce que vous trouverez :
Aux mines de sel de Salzbourg, on jette dans les profondeurs abandonnées de la mine un rameau d’arbre effeuillé par l’hiver : deux ou trois mois après, on le retire couvert de cristallisations brillantes.
Les plus petites branches, celles qui ne sont pas plus grandes que la patte d’une mésange, sont garnies d’une infinité de diamants mobiles et éblouissants. On ne peut plus reconnaître le rameau primitif.

Ce que j’appelle cristallisation, c’est l’opération de l’esprit qui tire de tout ce qui se présente, la découverte que l’objet aimé a de nouvelles perfections. [ ]
En un mot, il suffit de penser à une perfection pour la voir dans ce que l’on aime. [ ]
Et comme en amour, on ne jouit que de l’illusion qu’on se fait … [ ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
arnaud_marnaud_m   16 juin 2015
Je viens de voir, cette après-midi, 17 février 1790, (...), une cérémonie de famille, comme on dit, c'est-à-dire des hommes réputés honnêtes, une société respectable, applaudir au bonheur de Mlle de Marille, jeune personne belle, spirituelle, vertueuse, qui obtient l'avantage de devenir l'épouse de M. R., vieillard malsain, repoussant, malhonnête, imbécile, mais riche, et qu'elle a vu pour la troisième fois aujourd'hui en signant le contrat.
Si quelque chose caractérise un siècle infâme, c'est un pareil sujet de triomphe, c'est le ridicule d'une telle joie, et, dans la perspective, la cruauté prude avec laquelle la même société versera le mépris à pleines mains sur la moindre imprudence d'une pauvre jeune femme amoureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
arnaud_marnaud_m   16 juin 2015
Tout grand poète ayant une vive imagination est timide, c'est-à-dire qu'il craint les hommes pour les interruptions et les troubles qu'ils peuvent apporter à ses délicieuses rêveries. C'est pour son attention qu'il tremble. Les hommes, avec leurs intérêts grossiers, viennent le tirer des jardins d'Armide, pour le pousser dans un bourbier fétide, et ils ne peuvent guère le rendre attentif à eux qu'en l'irritant. C'est par l'habitude de nourrir son âme de rêveries touchantes, et par son horreur pour le vulgaire, qu'un grand artiste est si près de l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LestempsmodernesLestempsmodernes   03 juin 2013
Je fais tous les efforts possibles pour être sec. Je veux imposer silence à mon coeur qui croit avoir beaucoup à dire. Je tremble toujours de n'avoir écrit qu'un soupir, quand je crois avoir noté une vérité. Chapitre IX p.40
Commenter  J’apprécie          140
AelaAela   16 février 2011
Ce que j'appelle cristallisation, c'est l'opération de l'esprit, qui tire de tout ce qui se présente la découverte que l'objet aimé a de nouvelles perfections.
Commenter  J’apprécie          151

Videos de Stendhal (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Stendhal
Stendhal et le Beylisme : Analyse spectrale de l'Occident (1964 / France Culture). Diffusion sur France Culture le 18 avril 1964. Par Pierre Sipriot. Portrait de Marie-Henri Beyle, dit Stendhal, peint par Olof Johan Södermark en 1840. Avec Julien Cain (haut-fonctionnaire), André Bourin (critique littéraire, producteur, écrivain), Jean Dutourd (écrivain), Marie-Jeanne Durry (universitaire, poétesse), André Maurois (romancier, biographe, conteur, essayiste), Henri Guillemin (critique littéraire, historien, conférencier, polémiste, homme de radio et de télévision), Pierre Moreau (linguiste et théoricien de la littérature), Hubert Juin (poète, romancier, essayiste, critique littéraire) et Christian Murciaux (écrivain). Lectures par Silvia Monfort, René Clermont, Jean Leuvrais et Renaud Mary. Henri Beyle, plus connu sous le pseudonyme de Stendhal (prononcé [stɑ̃.dal]), né le 23 janvier 1783 à Grenoble et mort d'apoplexie le 23 mars 1842 dans le 2e arrondissement de Paris, est un écrivain français, connu en particulier pour ses romans "Le Rouge et le Noir" et "La Chartreuse de Parme". Stendhal aurait voulu consacrer sa vie à la rêverie, à la « chasse au bonheur », aux arts et à l'amour ; bien malgré lui, il a eu une vie mouvementée. Après la mort d'une mère trop aimée, il souffre d'une enfance étouffante à Grenoble auprès d'un père qu'il méprise et d'un grand-père qu'il adore. Il trouve refuge dans la littérature avant de partir de Grenoble, en 1799, pour aller étudier à Paris. En réalité, il s'est découvert une vocation, et abandonne ses études : il veut être "comic bard", il rêve d'écrire des comédies. Ses cousins Daru le forcent à entrer au ministère de la Guerre. C'est ainsi qu'il est envoyé à Milan en mai 1800. Il découvre, émerveillé, en même temps la guerre, l'Italie, l'opéra, l'amour et le bonheur. Il ne cessera de retourner en Italie entre ses missions administratives. De tempérament timide et romanesque, souffrant de l'hypocrisie de la société de son temps, il invente pour lui-même une « méthode pratique du bonheur », le beylisme. Perdant son emploi au moment de la chute de l'Empire, il se consacre à ses passions : l'Italie, la musique, la peinture. Il écrit un ouvrage dont on résume le titre en "Vie de Haydn, Mozart et Métastase", puis il écrit "Histoire de la peinture en Italie", dont il perd le premier manuscrit dans la Retraite de Russie, et "Rome, Naples et Florence", journal de sensations plutôt que guide touristique. En 1819, son chagrin d'amour pour Matilde Dembowski lui fait écrire un traité, "De l'amour", tentative d’analyse du sentiment amoureux, paru en 1822, dont à peine quarante exemplaires seront vendus. C'est à partir de 1827, à l'âge de quarante-quatre ans, qu'il se lance dans le roman, avec "Armance", mal compris de ses contemporains ; puis c'est "Le Rouge et le Noir", paru juste après la Révolution de Juillet 1830, qui lui confère une certaine notoriété, dont il ne profite pas, ayant été nommé consul à Civitavecchia par le gouvernement de Juillet. Malgré l'ennui dans lequel le plongent ses nouvelles fonctions, Stendhal ne cesse d'écrire : il commence des autobiographies ("Souvenir d'égotisme", "Vie de Henry Brulard") et des romans ("Lucien Leuwen", "Lamiel"), qu'il n'achève pas. Lors de l'un de ses congés à Paris, il écrit "La Chartreuse de Parme", qui suscite l'admiration d'Honoré de Balzac. Il meurt à Paris le 23 mars 1842, à la suite d'une crise d'apoplexie survenue en pleine rue quelques heures auparavant. Ses romans de formation "Le Rouge et le Noir" (1830), "La Chartreuse de Parme" (1839) et "Lucien Leuwen" (inachevé) ont fait de lui, aux côtés de Balzac, Hugo, Flaubert ou Zola, un des grands représentants du roman français au XIXe siècle. Dans ses romans, caractérisés par un style économe et resserré, Stendhal cherche « la vérité, l'âpre vérité » dans le domaine psychologique, et campe essentiellement des jeunes gens aux aspirations romantiques de vitalité, de force du sentiment et de rêve de gloire.
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Pratiques sexuellesVoir plus
>Sciences sociales : généralités>Culture et normes de comportement>Pratiques sexuelles (242)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La chartreuse de Parme

De quel pays est originaire le héros du roman ?

France
Italie
Espagne
Allemagne

10 questions
190 lecteurs ont répondu
Thème : La Chartreuse de Parme de StendhalCréer un quiz sur ce livre

.. ..