AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Victor Del Litto (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070308200
Éditeur : Gallimard (13/05/2005)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Féder, devenu veuf après un court mariage d'amour, s'installe à Paris, prêt à tout pour conquérir le monde et faire fortune. Séduite par sa mélancolie et son ambition, la belle Rosalinde, célèbre danseuse, devient sa maîtresse et le lance comme peintre à la mode. Le succès ne tarde guère. Un jour, un riche provincial demande à Féder de faire le portrait de Valentine, sa jeune épouse...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Laureneb
  05 mai 2019
Stendhal dépeint à nouveau l'évolution des sentiments amoureux avec une grande finesse dans cette courte nouvelle, dont le principal défaut est sa fin si abrupte que le récit semble inachevé - je n'ai pas trouvé l'information, en tout cas ce récit est publié de façon posthume au XXème siècle.
Car finalement, on ne sait pas ce qu'il advient de Féder et de Valentine, même si plusieurs indices suggèrent que leur passion adultère est condamnée, par la dévotion de Valentine ou la jalousie du mari.
Il ne faut pas oublier d'autres histoires d'amour, toutes tragiques, dans ce texte : celle de Féder pour sa première femme qui lui fait commettre des folies, celle de Rosalinde qui sacrifie tout à Féder qui ne la voit que comme un moyen pour s'élever socialement et profite de l'amour qu'elle lui porte pour obtenir une possession sociale.
Car il y aussi une étude de l'hypocrisie, des manières à adopter pour se faire accepter de la bonne société. Féder revêt un masque et joue un rôle, au sens propre. En ce sens, le personnage de de Boissiaux, le mari, en plus d'être l'inverse de la délicatesse sensible de l'artiste Féder pour Valentine, est l'exemple d'un parvenu nouveau riche ridicule qui veut acheter une distinction et une élégance par sa fortune - d'où le titre. Il y a donc beaucoup d'humour et d'ironie spirituelle dans ce texte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
athena1
  04 octobre 2010
Que dire après la lecture de cette nouvelle si ce n'est : "Chapeau bas monsieur Stendhal".
Dans Féder, Stendhal nous démontre une fois de plus qu'il est un chirurgien du sentiment amoureux et, plus particulièrement, des bouleversements émotionnels dont sont si souvent victimes les femmes bourgeoises au 19ième siècle.
Tout au long de cette lecture, il m'a semblé être proche de Féder et Valentine, à tel point que, parfois, j'ai eu peur que ma présence puisse les gêner ...
Stendhal, orfèvre des sentiments humains, est aussi un immense écrivain. Quel plaisir de voir couler ces mots sur le papier. Avec Stendhal le mot est juste, la phrase équilibrée, la syntaxe parfaite... Chaque mot occupe une place essentielle qui outre le sens donne à la phrase une émotion.
Commenter  J’apprécie          30
Lavieestunlongfleuvetranquille
  13 novembre 2014
Ah ! Quel talent !
Du très bon Stendhal avec ce vaudeville qui ne prend pas une ride.
Que dire de la description savoureuse des repas raffinés de Mr. Boisseaux ? Que dire de sa passion équivoque pour les livres ? Enfin, que dire de cet amour si désarmant…
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
athena1athena1   03 octobre 2010
Le lecteur, s'il est de Paris, ne sait peut-être pas qu'en Province ce qu'on appelle être aimable, c'est de s'emparer exclusivement de la conversation, parler fort haut, et raconter une suite d'anecdotes remplies de faits improbables autant que de sentiments exagérés, et dont, par surcroît de ridicule, le narrateur se fait toujours le héros.
Commenter  J’apprécie          40
athena1athena1   03 octobre 2010
Vous vous présentez sans armes et la poitrine découverte à des gens prudents avant tout et qui ne descendent dans l'arène qu'après s'être bien assurés qu'ils sont couverts de fer et que leur vanité est invulnérable. si vous n'étiez pas si jolie, et si, grâce à moi, M. Boisseaux ne donnait pas des dîners irréprochables, on vous prêterait des ridicules.
Commenter  J’apprécie          20
athena1athena1   03 octobre 2010
toute son âme était occupée à résoudre cette question assez embarrassante : "Si Féder n'est pas un homme aimable, qu'est-il donc ? Faut-il le ranger dans la classe des ennuyeux ?"
Commenter  J’apprécie          30
athena1athena1   03 octobre 2010
Quant au gouvernement, n'est-il pas évident que tout homme qui a des idées ou qui y prétend peut être tourné à l'opposition par le premier bavard effronté qui l'empoignera ? Donc l'homme à idées ne va pas au gouvernement.
Commenter  J’apprécie          20
LaurenebLaureneb   02 mai 2019
Son père, Allemand fort moral et de plus riche négociant depuis longtemps établi à Marseille, maudissait vingt fois par jour Voltaire et l’ironie française ; et ce qui l’indigna peut-être le plus, dans l’étrange mariage de son fils, ce furent quelques propos légers à la française par lesquels celui-ci essaya de se justifier.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Stendhal (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Stendhal
Présentation du livre "Panorama de nos moeurs politiques. Quand les romanciers d'hier chroniquent le monde d'aujourd'hui".
Ambitions personnelles, manoeuvres électorales, règlements de comptes internes aux partis, suspicion portée sur toute une classe politique du fait des malversations avérées de certains de ses membres, mondanités parisiennes, fascination pour l'homme fort ou providentiel, pour la vie privée des dirigeants aussi, rébellions contre l'arrogance de la caste au pouvoir, contre les taxes, contre la censure, exigence de plus de démocratie, insurrections embrasant la rue, irrépressible voix des foules… Assurément, nous n'avons rien inventé : ce panorama de nos moeurs politiques est trait pour trait celui qu'ont dessiné les écrivains du XIXe siècle, qui dans ce paysage neuf d'une république naissante ont tout décrit de ce qui fait notre actualité.
On se souvient de Lucien Leuwen et d'Eugène de Rastignac, d'Eugène Rougon et de Bel-Ami, mais au-delà de ces figures emblématiques c'est toute la société de leur temps, et tous les rouages de la démocratie représentative que Stendhal, Balzac, Zola ou Maupassant, ces pionniers du roman politique, ont impitoyablement analysés.
Pour qui veut comprendre les mouvements sociaux d'aujourd'hui, le discrédit de la parole publique, les mensonges des uns, la révolte des autres, il n'est que de lire L'Argent ou le Député d'Arcis…
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La chartreuse de Parme

De quel pays est originaire le héros du roman ?

France
Italie
Espagne
Allemagne

10 questions
182 lecteurs ont répondu
Thème : La Chartreuse de Parme de StendhalCréer un quiz sur ce livre