AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782330059262
299 pages
Actes Sud (04/11/2015)
3.65/5   48 notes
Résumé :
Au milieu de l'Océan Atlantique se cache une petite île dont les services de renseignement américains et européens ont gardé l'existence secrète depuis la Première Guerre mondiale. En janvier 1989, un homme se réveille nu dans un hangar sur l'île. Sa peau est grisâtre, son corps froid, ses membres lourds et engourdis. Il ne sait ni où il se trouve, ni comment il a atterri là. Fait encore plus troublant : il n'a aucune idée de qui il est?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,65

sur 48 notes
5
2 avis
4
5 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
1 avis

Souri7
  23 septembre 2016
J'ai eu envie de découvrir le monde « zombie » ou dans le cas de ce roman « le peuple lafonien »
Ce livre se présente sous la forme d'un docu-fiction. Vous avez avant chaque chapitre un historique des faits et de l'autre, vous suivez Johannes nouvel habitant de l'île.

En ce qui concerne l'intrigue… je ne sais si vous l'avez lu, mais il ne se passe quasi rien… enfin, quand je dis « quasi rien » c'est juste que l'action avance lentement, banalement sans grand cataclysme, effet… On a juste une sorte de récit distant des faits… Par contre, c'est bien écrit donc on est pris au piège de continuer sa lecture.

Ce que j'ai beaucoup aimé c'est le message véhiculé dans ce livre : la peur de l'autre car différent ou incompris. Les lafoniens ne désirent que vivre comme tous les autres êtres de la planète, mais ont leur retire ce droit voire même, on tente de les faire disparaître que cela soit socialement, géographiquement voire physiquement. La recherche de Johannes va le conduire à comprendre que le plus important n'est pas ce que l'on est ou aurait été, mais ce que l'on désire être.

Un roman court et plein de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          700
Le_chien_critique
  29 janvier 2016
Le narrateur Johannes van der Linden nous conte l'histoire et sa vie en Labofnia.
Pays étrange, perdu dans le pacifique, inconnu du monde entier, qui fait environ 2km2 de superficie.
Ses habitants, les Labofniens, surgissent adulte dans ce pays. Pas d'enfants, de jeunes ou de vieillards Les nouveaux arrivants se réveillent sans souvenirs, sans émotions, sans aucunes sensations. Leur corps leur semble distant, leur peau est blafarde et couverte de taches verdâtres et bleuâtres. Ils se déplacent difficilement, les deux bras en avant pour ne pas tomber, s'expriment par grognements.
Certains se rappellent certaines choses, que ne rien ressentir n'est pas naturel, que si on est mort, on a du être vivant, une sorte d'instinct, inné, d'une autre vie, d'une autre réalité.
« Si seulement il avait su à quel point j'aurais aimé comprendre ce qu'il éprouvait ! À quel point j'aurais aimé ressentir ce qu'il ressentait ! »
Le narrateur est Johannes van der Linden, numéro d'identité nationale 2202198917. Il nous conte son arrivée et sa vie sur cette île perdue, son travail d'archiviste qui lui a permis d'en connaitre beaucoup sur cette île.
Le roman alterne entre chapitre sur l'histoire secrète du pays et celle de son narrateur.
Ici, pas de sang, pas de mangeurs de chair fraiche, pas d'apocalypse. Tout est introspection.
Comment se réapproprier son corps, ses émotions, son passé, comment se sentir vivant ?
Ce livre de Øystein Stene est une fable politique, sur la traite des esclaves, la shoah, l'immigré, l'Autre, que nous reléguons dans des territoires invisibles.
Certains épisodes font clairement allusion à la shoah.
« À cette occasion, une cérémonie grandiose serait organisée dans le nouveau palais des sports et des congrès qui sortait de terre à Green South. Tous les Labofniens y seraient réunis, […]
Auparavant, nous aurons constitué un fichier de l'ensemble de la population. […]
Des studios de photographe seront installés un peu partout dans la ville. Tous les habitants recevraient une convocation pour s'y rendre. On les photographierait de face et de profil pour compléter le fichier. »
D'autres épisodes font allusion à l'esclavage et sa traite, à La controverse de Valladolid : les indiens ont-ils une âme ?
D'autres à la colonisation et à l'utilisation des habitants des pays occupés comme chair à canon.
Certaines phrases relatives à l'administration m'ont déplu, y voyant une critique binaire de ces fainéants de fonctionnaires de nos sociétés, même si je pense que l'idée de l'auteur était de faire allusion à l'aveuglement de certains fonctionnaires et leurs dévouements un peu trop zélés durant les périodes sombres de notre histoire.
Une légère baisse de régime en troisième partie, mais rien de bien grave pour apprécier ce texte.
Une note humoristique sur la mode médiatique et littéraire des zombies à la fin de ce roman que je vous laisse découvrir.
Sombre, documenté, réaliste (malheureusement), stylé : à vos libraires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Maks
  22 mars 2016
Dans le quatrième de couverture il est dit : "Roman existentiel, fable sensorielle et conte morbide tout à la fois, Zombie nostalgie est un véritable ovni du genre."
C'est exactement ça, les pensées d'un être ni humain ni vraiment mort qui se demande ce qu'il fait sur terre et pourquoi il existe.
Un bon bouquin, qui change du roman de zombie habituel, ici ne vous attendez pas à de l'action ni à une invasion à la Romero (malgré qu'on en parle dans le roman) ou à du Walking dead, on est plus sur comment ressentir des sentiments et des sensations et savoir qui l'ont est et d'où l'ont viens quand on est amnésique, léthargique et empoté.
J'ai passé un agréable moment de lecture avec Zombie Nostalgie et en prime la fin est surprenante et excellente !
Commenter  J’apprécie          110
Rebka
  19 septembre 2016
Ceux qui ont vu The Walking Dead comprendront : ce livre commence pareil mais dans l'autre sens. Je m'explique : à la place d'avoir un type qui se réveille dans un hôpital et découvre son monde envahi par les zombies, on a ici un type qui se réveille à poil dans un entrepôt et en fait, c'est un zombie. Pas mal le pitch non ? Eh ben ouais, pas mal du tout cette idée, ça change vraiment, ce livre est un véritable ovni. Rien à voir avec les histoires de zombies habituelles, pas de scènes d'action, pas d'invasion, non, ici on rentre dans les pensées d'un être ni vivant ni mort mais dont les questions existentielles n'ont rien à nous envier : il se demande ce qu'il fait sur terre, pourquoi il existe, il aimerait ressentir des choses, avoir des émotions, des désirs et des souvenirs. En fait - c'est même le côté pathétique de sa condition - il a clairement conscience de ses manques surtout lorsqu'il se compare aux humains. Parce que oui, dans ce livre il y a d'un côté les zombies (appelé Labofniens) cantonnés sur leur île au milieu de l'océan Atlantique et de l'autre, notre monde à nous, les humains. Et je vous laisse deviner qui a le pire rôle dans cette histoire, qui a peur de la différence (pas forcément à tort d'ailleurs mais je n'en dévoilerai pas trop) et qui cherche à se débarrasser de l'autre… Au fil des pages, on comprend que les services secrets des grandes puissances mondiales ont connaissance de l'existence de l'île de Labofnia et on peut observer les comportements des uns et des autres dans les relations qui se tissent entre les “cultures”. C'est vraiment intéressant de ce point de vue que l'on peut qualifier d'ethnologique.
Evidemment, il a aussi un petit loufoque dans ce roman, par exemple ce qui est marrant c'est qu'on se rend compte avant le narrateur de ce qu'il est en réalité, c'est aussi de voir quels efforts les Labofniens doivent consentir ne serait-ce que pour parvenir à se mouvoir à peu près normalement ou pire encore pour prononcer autre chose que des sons désarticulés. Édifiant ! Bref, en tant qu'amatrice de zombie je dois dire que j'ai passé un bon moment de lecture et j'ajoute qu'à se mettre dans la peau d'un mort-vivant, il faut reconnaître que ce n'est pas une sinécure !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PostTenebrasLire
  10 décembre 2016
Pas de zombies qui poursuivent des vivants en grognant dans ce roman.
Un “homme” Johannes van der Linden s'éveille sur une île.
Enfin un “homme”…
Un être sans passé, sans émotion ou plutôt habité par la seule émotion celle d'un manque. Manque de sa propre histoire, de sensations, de vie.
L'île est peuplée de gens comme lui des zombies. Ils forment une société exclue du monde et qui par certains côtés ressemble à un théâtre. On y joue la pièce “Faisons comme les humains”. Mais comme tous ne sont pas vivants et n'ont que de très très vagues souvenirs alors la pièce est pathétique.
Johannes van der Linden va essayer de savoir comment on en est arrivé là et comment lui est arrivé là. A-t-il un passé ? Peut-il s'échapper et parcourir le monde ?
La question de fond posée par le roman est : qu'est-ce qui fait de vous un être humain. Vos souvenirs ? Ils n'en ont pas. Vos émotions ? Ils en ont très peu ?
Johannes est à sa manière vivant. Il est vivant, car il veut savoir, il veut (re)découvrir son passé s'il y en a eu un. Il est en quête de réponses contrairement à la plupart des autres.
Point de vue intéressant pour ce roman, mais je reste mitigé :
Certaines questions restent absolument sans réponse. Johannes entame un voyage initiatique à la recherche de son hypothétique passé. Que les zombies aient un passé ou pas : Qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Ils ne peuvent pas apparaître comme ça sur une île en plein milieu de l'océan. non ?
le récit subit aussi le contre-coup d'être raconté par un zombie. Il nous narre son histoire comme s'il était le passager d'un corps étrange et un peu apathique. C'est un peu froid et détaché. D'un autre côté, je ne m'attends pas à trouver de la chaleur humaine…
Lien : https://travels-notes.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   08 décembre 2016
Une porte fermée à clé serait plus riche en promesses qu’une porte ouverte. Une porte fermée à clé signifierait qu’on me gardait prisonnier. Qu’on ne voulait pas que je m’évade. Que cela valait la peine de me séquestrer. Que de l’autre côté il y avait quelque chose que je ne devais pas découvrir. Être emprisonné aurait un sens ; une porte fermée à clé impliquerait des causes, une cohérence, une logique
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MaksMaks   21 mars 2016
Ma propre voix me parut terriblement monocorde. Typiquement Labfoniene. Plate, sans la moindre inflexion mélodieuse. Quand il parlait, on devinait des bibliothèques entières de poésie derrière ses mots. Tandis que les miens, lourds et grossiers, tombaient par terre comme des pierres.
Commenter  J’apprécie          50
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   07 décembre 2016
Pour lui, le plus ennuyeux n’était pas qu’il soit mort. Ni qu’il soit obligé de séjourner dans cet endroit abandonné des dieux. Certes, c’était pénible. Mais le pire, c’était la bureaucratie labofnienne
Commenter  J’apprécie          60
GabylarvaireGabylarvaire   27 juillet 2020
Quand il parlait, on devinait des bibliothèques entières de poésie derrière ses mots. Tandis que les miens, lourds et grossiers, tombaient par terre comme des pierres.
Commenter  J’apprécie          70
GabylarvaireGabylarvaire   26 juillet 2020
Et je sentis des odeurs : celle des bouleaux en été, des galets sur le rivage, de l'herbe fraîchement coupée au printemps. J'eus l'impression de toucher une soie fine, une feuille morte, un brin d'herbe ployant sous le vent. Je vis des arbres qui s'élevaient jusqu'au ciel, des nuages qui dansaient, des mouettes qui me saluaient du battement de leurs ailes, une mer qui respirait au rythme de la lune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : zombiesVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
132 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre