188 contes à régler par Jacques Sternberg

Roland Topor (Illustrateur)
EAN : 9782070404162
377 pages
Gallimard (24/03/1998)
4.09/5   39 notes
Résumé :
Les extraterrestres ? Trop différents de nous pour qu'une quelconque communication soit possible, ou trop semblables à nous pour exciter notre curiosité.
Les planètes étrangères ? Piégées. Les objets ? Suspects. Le temps et l'espace ? Sujets à d'étranges sautes d'humeur. Les humains ? Pollueurs, prétentieux, belliqueux, avides de profits et de records, vulgaires, rongés par l'ennui, mortels dans tous les sens du terme. Et Dieu dans tout ça ? Tranquillement sa... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique

Une écriture originale qui mêle une efficacité extrême à une acidité impitoyable.

On passe d'une méchanceté si gratuite qu'elle en devient reposante à l'utopie caustique avec beaucoup de facilité : un petit recueil bien agréable situé aux confins de science-fiction et du réalisme bukowskyen.

Commenter  J’apprécie          80

188 nouvelles en 350 pages, Fredrik Brown a trouvé son maître !

Les plus grandes nouvelles font 3-4 pages, la plus courte fait une ligne, on navigue entre fantastiques et SF avec, toujours, beaucoup de cynisme et d'humour noir.

Un lecture fort agréable et tout à fait recommandable !

Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
L'invention
Il avait inventé une petite antenne portable qui supprimait radicalement les pensées parasites du cerveau humain.
Il l'essaya avec succès sur sa propre personne. A peine avait-il donné le contact qu'il ne pensait plus qu'à la mort, à l'inutilité de toute entreprise, à la vanité d'avoir mis au point cet engin révolutionnaire. Le temps de penser à couper le contact, il s'était suicidé.
Commenter  J’apprécie          322
La loterie
Les affaires comme l'industrie allaient de plus en plus mal, les entreprises étaient acculées à la faillite, beaucoup de magasins fermaient à jamais leurs portes et trouver un emploi, même sous-payé, devenait problématique.
C'est alors que le gouvernement fit un coup double en lançant à grand tapage une loterie nationale dotée quotidiennement d'un même prix pour dix gagnants seulement : un emploi stable de fonctionnaire dans un des innombrables bureaux de chômage, ceux-là même qui proliféraient un peu partout, à une cadence accélérée.
Commenter  J’apprécie          170
Les Politiciens
On aurait voulu donner aux élections présidentielles un éclat tout particulier, mais l'imagination n'avait jamais été au pouvoir et elle n'était pas le point fort des politiciens.
La campagne électorale se déroula, dans un climat de fausse fébrilité entretenu à grands frais par la publicité. Qui se donnait beaucoup de mal pour innover, mais retombait dans les clichés usés depuis presque un siècle. D'autant qu'à quelques détails près, la gauche avait les mêmes options que la droite.
Voilà pourquoi un des candidats avait choisi comme slogan : IL FAUT UN PRESIDENT A LA FRANCE. L'autre souriait à son public sous le slogan : C'EST LE PRESIDENT QU'IL NOUS FAUT.
Alors on se décida à élire les deux candidats. Un pour la France, l'autre pour les Français.
Commenter  J’apprécie          40
Même si cela paraissait difficile à admettre, on comprit que ces créatures inexprimablement différentes de nous tentaient de communiquer, non pas avec les humains qui les entouraient, mais uniquement avec les engins motorisés ou électroniques qu'elles devaient prendre, non sans logique, pour les seuls responsables intelligents et les maîtres de cette planète.
Commenter  J’apprécie          80
Topor était un mortel exemplaire : effroyablement conscient de l'horreur d'une fin impossible à éviter et triomphalement, insolemment en vie dans un débordement de vitalité pour oublier le mieux possible cette répugnante condition.
Jacques Sternberg, préface à l'édition Folio de 1998.
Commenter  J’apprécie          70

Video de Jacques Sternberg (6) Voir plusAjouter une vidéo

Cinéma
- Robert BENAYOUN, Jean Louis BORY, Georges CHARENSOL, Pierre MARCABRU, débatent des films suivants : - "Le Point de non retour", de John BOORMAN - "Le Cameraman", de Buster KEATON - "Je t'aime, je t'aime", d'Alain RESNAIS (le co-scénariste du film Jacques STERNBERG prend la parole et répond aux critiques) - "Le Rapace", de José GIOVANNI - "Phantasmes", de Stanley...
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus






Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4270 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre