AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782207500156
256 pages
Denoël (22/06/1990)
3.33/5   24 notes
Résumé :
Par une belle journée de février 1998, les microbes contenus dans les tuyauteries du monde entier se mettent .à proliférer. Il faut abandonner la Terre... et l'espace n'est guère accueillant. Les conséquences de la pollution décrites dès 1956 par l'un de nos grands satiristes.

Source : Présence du Futur, Denoël
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique

Le style d'écriture est excellent, le genre qu'on a envie de lire à haute voix pour savourer la musique des mots, le rythme des phrases, le mouvement des émotions.

L'histoire est originale: un matin l'humanité se réveille devant de l'eau contaminée par des microbes gigantesques, largement visibles à l'oeil nu, voraces, agressifs, dévorant tout ce qui se trouve à portée. Hors l'eau est partout ou presque.

Alors les humains fuient en masse les villes puis les campagnes, et ceux qui le peuvent rejoignent des déserts où des fusées seront construites en hâte pour sauver ce qu'il reste de notre espèce.

Jacques Stemberg nous dépeint un monde sur ces derniers jours et une humanité qui cherche à conquérir l'espace pour ne pas disparaitre. Cette humanité n'est pas encensée (ce que je craignais car l'affrontement espace/aliens hostile VS humanité qui mérite d'être sauvée est déjà largement vu et revu), mais mise face à ces faces sombres. L'auteur ose aller dans l'obscurité, dans notre noirceur, tout en avançant à pas feutrés dans cette direction.

Ce livre m'a beaucoup fait réfléchir, en cela j'ai retrouvé ce que j'adore chez Asimov, mais sans la bienveillance et la douceur de ce dernier. Stemberg est âpre, dur, il vient imposer l'interrogation en force, brutalement; là où Asimov suggère avec grâce et délicatesse.

Ce livre de SF est excellent: style d'écriture (tout particulièrement), histoire, suspense, réflexion, etc. Mais je comprends qu'on puisse ne pas l'apprécier. Tout en montrant peu ou pas de violence physique, il est pourtant assez dur psychologiquement, émotionnellement.

Il est pessimiste, et pourtant au vu des conséquences de l'anthropocène, je lui trouve un côté étonnamment réaliste.

Nous aurions peut être dû lire plus de livre comme celui-ci qui nous auraient fait culpabiliser à juste titre plus tôt et changer notre comportement.

Commenter  J’apprécie          30

Ce roman est très ancien et je le découvre tardivement. C'est une sorte de "space opera" à rebours. Alors que, d'ordinaire, cette SF est plutôt optimiste, ce livre est empreint du plus noir pessimisme. L'espèce humaine est présentée sous les traits les plus défavorables et semble mériter la triste destinée qu'imagine l'auteur.

A la fin du XXème siècle, une catastrophe frappe sans préavis toute l'humanité: des microbes géants prolifèrent dans l'eau, rendant la vie rapidement impossible. A la hâte, des fusées sont construites pour évacuer quelques humains hors de la Terre. Une sinistre odyssée commence pour les exilés: d'abord une escale sur Mars, puis de brefs séjours sur d'autres planètes du système solaire, toutes présentant de grands dangers ou étant inhabitables. Ils atterrissent finalement sur Orchide, où ils rencontrent des êtres d'apparence humaine: les Sconges, Ceux-ci leur semblent très froids et en même temps très bienveillants: ils proposent aux survivants de s'installer sur leur planète, qui est située très loin dans l'espace. Les Terriens acceptent.et découvrent un monde idéal.

Au final, j'ai trouvé désespérante l'ambiance qui règne dans ce roman; les conceptions de Sternberg sont celles d'un misanthrope. C'est un livre rendu assez intéressant par l'imagination de l'auteur, mais très peu agréable à lire.

Commenter  J’apprécie          40

Ce livre m'a donné des cauchemars du début à la fin.

Que ce soit l'absurdité cruelle de ce qui arrive sur terre en premier lieu, les horreurs des réactions humaines - oh, si réalistes, et on n'arrive pas à détester les personnages pour autant, la fin serait moins désespérante - les délires surréalistes et meurtriers que sont toutes les planètes qu'ils visitent, et surtout la fin... je dois avouer que je n'ai pas tout lu. Très vite, je me suis mise à feuilleter à la place, lisant un paragraphe par-ci, par-là, parce que je ne voulais pas m'arrêter en plein milieu, ça aurait été trop horrible, je voulais savoir, mais je n'étais pas sûre de vouloir lire non plus.

L'auteur a, indéniablement, du talent. Un livre médiocre ne peut pas faire tant d'effet. Mais il n'est pas fait pour moi. J'en resterai à ses nouvelles, tout aussi brillantes, et où le sentiment de malaise reste à un niveau acceptable, le plus souvent.

Commenter  J’apprécie          40

Voilà un ouvrage bien curieux et est plutôt original de part le fond et la forme. Les formes de vie qui viennent à bout de l'humanité ne sont pas une race supérieure ni par la force ni par l'esprit puisqu'il ne s'agit que des microbes qui prennent des tailles surdimensionnelle ce qui rend l'eau impropre à la consommation. Il s'en suit une terrible bataille pour la survie (tant sur le plan physique que mental) qui a des allures du dystopie tout aussi optimiste que ravage de Barjavel. Ensuite les rares survivants partent dans l'espace, sur des planètes tout aussi effroyables les unes que les autres. Vous l'aurez comprit ce livre aborde différent thème de la S.F sans se cantonner à un seul: récit d'invasion, dystopie, space opéra mais toujours avec pessimisme... En terminant ce livre je me suis dis que pour écrire un livre aussi triste l'auteur avait dû être marqué par la guerre et profondément désespéré. Ce livre est triste et c'est peu de le dire, il se termine mal et en prime dans la souffrance (celle qui vous prend aux tripes pas de mélo), aucun humain ne survie. On en retient une image négative de l'Homme qui ne trouvera nulle part ou aller car il a tout gâché ici bas.

Ne perdez pas de temps à vous suicider en lisant ces quelques lignes car comme nous le comprenons à la lecture de ce bouquin: il n'y aura pas de paradis pour aucun d'entre nous.

Heureusement c'est un très bon livre, bien écrit, bien fait vraiment bouleversant et il ne peut laisser indemne le lecteur.

http://sfsarthe.blog.free.fr


Lien : http://sfsarthe.blog.free.fr
Commenter  J’apprécie          30

Et il l'a prise très rapidement !

Abandon.

Commenter  J’apprécie          12

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
la politique, fille de la diplomatie et de l'escroquerie courtoise.
Commenter  J’apprécie          322
A force de prendre les choses comme elles venaient, on finissait par leur trouver certains avantages insoupçonnés.
Commenter  J’apprécie          80
Mais pour tous ceux qui, depuis de longues années avaient pensé à l'absurdité gangrenée de cet énorme Luna-Parc qui était devenu le monde quotidien des hommes, pour tous ceux qui avaient toujours refusé de l'accepter, il devait y avoir une espèce d'ivresse à la pensée de l'écroulement qui menaçait à présent l'ensemble de l'édifice.
(page 47)
Commenter  J’apprécie          20
Et l'homme s'en tirait comme il pouvait avec les moyens dont il avait toujours disposé : gagner sa vie en la perdant sans se révolter à cette idée et payer son confort à la sueur de son corps. Les quelques instruments qu'on lui avait accordés n'y changeait rien. Au contraire, tenir le coup devenait de plus en plus difficile, mais l'homme heureusement n'avait rien perdu de sa surprenante faculté de s'aveugler à bon compte.
(page 13)
Commenter  J’apprécie          00
La mouche qui veut échapper au piège ne peut être plus en sûreté que sur le piège lui-même.
G. Lichtenberg
Commenter  J’apprécie          30

Video de Jacques Sternberg (6) Voir plusAjouter une vidéo

Cinéma
- Robert BENAYOUN, Jean Louis BORY, Georges CHARENSOL, Pierre MARCABRU, débatent des films suivants : - "Le Point de non retour", de John BOORMAN - "Le Cameraman", de Buster KEATON - "Je t'aime, je t'aime", d'Alain RESNAIS (le co-scénariste du film Jacques STERNBERG prend la parole et répond aux critiques) - "Le Rapace", de José GIOVANNI - "Phantasmes", de Stanley...
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4270 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre