AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Charles-Albert Reichen (Traducteur)
173 pages
Marabout (01/12/1970)
3.81/5   144 notes
Résumé :
Le docteur Jekyll est un médecin londonien, précurseur des tendances de la médecine psychanalytique moderne.
Ayant diagnostiqué deux éléments de sa personnalité, il les dissocie grâce à des poudres chimiques. D'où deux personnages distincts : le praticien distingué, le docteur Jekyll, estimé de la haute société, et le monstre abject et dépravé, Mr Hyde. Croyant se libérer ainsi de ses cruelles angoisses, Jekyll tombe en fait sous la domination absolue de Hyde... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,81

sur 144 notes
5
1 avis
4
15 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

lalyM
  28 octobre 2021
Biensur, comme tout le monde (je pense) je connais l'histoire de Dr Jekyll et Mr Hyde ! Mais je n'avais jamais lu le livre ... Cette histoire sortie tout droit de la tête de Robert Louis Stevenson est juste diabolique ^^ L'ambiance malsaine règne tout au long de la lecture pour mon plus grand plaisir !!! j'aime cette ambiance noire très angoissante !
Un classique /fantastique à découvrir ou à redécouvrir ... vraiment ❤
Commenter  J’apprécie          130
Blog_Oceane
  18 octobre 2021
J'ai lu du 15/10/2021 au 18/10/2021.
J'ai décidé de le lire cette année dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge. Je l'avoue, je connaissais l'histoire auparavant - qui ne la connait pas après tout ? - mais je ne suis pas fan d'horreur. C'est pourquoi je l'ai longtemps évité. Je ne regrette pas d'avoir franchi le pas et maintenant car je ne pense pas que j'aurais apprécié à sa juste valeur auparavant.
Il est clair qu'il s'agit d'un coup de coeur et que je ne trouve pas le livre aussi effrayant qu'on nous laisse croire. Il est assez accessible et l'aspect horreur et l'angoisse se jouent à travers plusieurs mécanismes. Tout d'abord, l'histoire impose plusieurs points de vue. Dans les 2 derniers chapitres, nous avons les lettres de Jekyll et d'un ami proche connaissant le secret qui lie jekyll et Hyde. Sinon, nous suivons la vie du notaire et ami proche de Jekyll. Dès lors, nous n'avons que les informations dites par la presse, par les commérages et les indices laissés qu'a notre notaire en sa possession. Ainsi, on a une certaine angoisse car on apprend les méfaits de Hyde et de son inhumanité. Quand il s'enfuira, on a toujours cette tension car il est dans les parages mais où ? Bref, j'ai adoré ce stratagème très efficace pour nous créer une certaine terreur. Ce roman n'est pas uniquement un roman "d'horreur" mais il est aussi un roman policier car nous devon mener l'enquête sur le lien unissant nos protagonistes. Pourquoi sont-ils des amis alors qu'ils n'ont pas le même mode de vie ? Tellement de questions qui nous poussent à la réflexion jusqu'au moment de la révélation par Jekyll à la fin.
En tout cas, je suis totalement sous le charme des choix stratégiques de Stevenson, du rythme palpable causé par sa plume. Il nous plonge très bien dans une ambiance lugubre, mystérieuse et intense. C'est donc une histoire angoissante et fascinante d'une certaine façon.
Enfin, on s'attache aux personnages malgré eux car ils nous sont mystérieux et étonnants. L'un est un monstre, l'autre une victime. Je dois dire que le rapport que nous avons avec l'un comme l'autre est étonnant car on arrive à les comprendre, à avoir un certain attachement même. Puis, ce roman est aussi philosophique car il est question d'identité, de la double-personnalité de l'être humain. On peut se reconnaître en eux car on a tous un monsieur ou une madame Hyde qui sommeille en nous.
Pour conclure, je suis agréablement surprise par la psychologie, la richesse de ce roman qui nous fascine, nous effraie, nous envoûte. Tout est réfléchi dans les moindres détails pour être des marionnettes se questionnant sur nous-même. J'ai juste adoré !
Ma note : 9/10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JabyOby
  04 août 2022
Un court roman qui n'a plus besoin d'être présenté, et pourtant le lire reste une découverte.
Il est toujours amusant dans ces livres un peu vieillis, en particulier ceux de la littérature britannique, de voir les personnages, tous très guindés et dans la retenue, exprimer leurs sentiments passionnés d'amitié. C'est tellement trop et peu naturel qu'ils en deviennent comique !
Mais passons, car le style reste agréable et l'intrigue à suspense fonctionne, et ce même quand on connaît la fin.
La figure du monstre intérieur est très intéressante à développer. On pourrait croire qu'il s'agit une dichotomie Bien / Mal, mais ce n'est pas du tout le cas. Il s'agit de la dichotomie entre les aspirations à la réputation et au plaisir. Jekyll n'a l'air de prendre du plaisir à faire des bonnes oeuvre que si ses actions sont récompensées par de la notoriété, ce qui est assez opposé à l'idée du « Bien »... Et pourtant il essaie de se placer en victime de l'histoire !
Tout comme Dracula ou Frankenstein, ce sont des histoires que tout le monde connaît (ou croit connaître), mais les lire en vrai reste un bon moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cialanma
  05 janvier 2022
Adolescente j'avais vu le film de V.Fleming de 1941 avec I.Bergman et j'avais été quelque peu impressionnée. Plus tard j'étais allée voir au cinéma (dans les 90's) Mary Reilly de S.Frears avec J.Roberts et J.Malkovitch et j'avais aimé cette libre interprétation.
Et là je me suis décidée à lire le roman de R.L Stevenson (bon...faut dire que je suis tombée sur un exemplaire à ma médiathèque préférée). J'avouerai que j'avais certaines appréhensions pour ne pas dire préjugés : écrit au XIXème siècle n'est-ce pas un peu dépassé dans le style, l'écriture etc...?
Eh bien non ! plutôt l'inverse, j'ai trouvé le roman quasi éternel dans le sens R.L. Stevenson a écrit une histoire qui reste très moderne et qui peut être adaptée, réadaptée, renouvelée à l'infini car :
les personnages sont vraiment bien écrits. On imagine sans mal cette transformation du docteur en son double ignoble.
Il y a une vraie atmosphère malsaine, pesante que le.a lecteur.trice perçoit, ressent bien au fil de la lecture.
Le style est clair et élégant même. La construction de l'histoire se déroule de façon très fluide.
A découvrir ou redécouvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
tibwalovesstory
  25 mai 2021
Ce mardi 25 mai 2021, j'ai enfin lu pour la toute première fois le grand classique de Robert Louis Stevenson : L'étrange cas du Dr Jekyll et de M. Hyde.
Mieux vaut tard que jamais, me direz-vous. Encore une fois, mon côté trouillarde m'a fait attendre la dernière minute acceptable pour se plonger dans ce chef-d'oeuvre.
Résultat : J'ai adoré! Tant l'histoire que la construction du récit. Et c'est étrange de l'avouer quand on connaît le sujet et qu'on sait que je ne suis pas friande de ce genre à la base.
Seulement ici, ce formidable roman - qui n'a plus besoin d'être présenté - m'a captivée parce qu'il dépasse de loin sa dimension fantastique pour explorer les tréfonds de l'âme humaine.
Eh oui mesdames et messieurs, nous devons tous admettre que nous avons en nous un M. ou une Mme Hyde qui sommeille, prêt(e) à envahir la nuit et laisser libre cours à ses pulsions les plus viles. Ceux qui sont assez fous pour laisser le mal en eux prendre le dessus inspirent des oeuvres fantastiques et les plus grands artistes. Des artistes qui, justement, ont trouvé une alternative pour conserver leur image fédératrice et bankable : se créer un alter ego qu'ils pourront blâmer en cas d'excès. C'est fun, c'est hype, ça crée le buzz et ça rapporte.
Quand aux plus prudents, dont j'espère que vous et moi faisons partie (hum,hum), ils se contenteront de laisser sortir M. ou Mme Hyde pour un petit tour de piste contrôlé un soir de beuverie entre amis ou - soyons couillus - lors d'un pétage de câble nécessaire de temps à autres pour rappeler que si nous nous évertuons à être bons, nous n'en sommes pas pour autant des saints ni des paillassons.
Car malheureusement, nous n'avons pas tous la liberté, l'indépendance financière et le talent des artistes stars pour agir à notre guise. Et beaucoup d'entre nous, une fois adultes, ont bien vite compris qu'être « dix fois plus pervers, dix fois plus méchant, dix fois plus esclave du péché originel » ne marche qu'un temps, ne vous en déplaise...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
AuroraeLibriAuroraeLibri   10 octobre 2021
Je me mis à réfléchir plus sérieusement que je ne l’avais encore fait aux conséquences possibles de ma double vie. Cette partie de moi-même que j’avais le pouvoir de projeter au-dehors, avait en ces temps derniers pris beaucoup d’exercice et de nourriture ; il me semblait depuis peu que le corps d’Edward Hyde augmentait de taille et que j’éprouvais, sous cette forme, un afflux de sang plus généreux. Le péril m’apparut : si cette situation se prolongeait, je risquais fort de voir l’équilibre de ma nature détruit de façon durable ; et, le pouvoir de transformation volontaire aboli, la personnalité d’Edward Hyde remplacerait la mienne, irrévocablement. 

Chapitre 10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cegeglyxcegeglyx   02 mars 2022
Telle est, je pense, la raison pourquoi Edward Hyde était tellement plus petit, plus mince et plus jeune que Henry Jekyll. Tout comme le bien se reflétait sur la physionomie de l’un, le mal s’inscrivait en toutes lettres sur les traits de l’autre. Le mal, en outre (où je persiste à voir le côté mortel de l’homme), avait mis sur ce corps une empreinte de difformité et de déchéance. Et pourtant, lorsque cette laide effigie m’apparut dans le miroir, j’éprouvai non pas de la répulsion, mais bien plutôt un élan de sympathie. Celui-là aussi était moi. Il me semblait naturel et humain. À mes yeux, il offrait une incarnation plus intense de l’esprit, il se montrait plus intégral et plus un que l’imparfaite et composite apparence que j’avais jusque-là qualifiée de mienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AuroraeLibriAuroraeLibri   10 octobre 2021
Pour ma part, suivant la nature de ma vie, je progressai infailliblement dans une direction, et dans celle-là seule. Ce fut par le côté moral, et sur mon propre individu, que j’appris à discerner l’essentielle et primitive dualité de l’homme ; je vis que, des deux personnalités qui se disputaient le champ de ma conscience, si je pouvais à aussi juste titre passer pour l’un ou l’autre, cela venait de ce que j’étais foncièrement toutes les deux ; et à partir d’une date reculée, bien avant que la suite de mes investigations scientifiques m’eût fait même entrevoir la plus lointaine possibilité de pareil miracle, j’avais appris à caresser amoureusement, tel un beau rêve, le projet de séparer ces éléments constitutifs. Il suffirait, me disais-je, de pouvoir caser chacun d’eux dans une individualité distincte, pour alléger la vie de tout ce qu’elle a d’insupportable : l’injuste alors suivrait sa voie, libéré des aspirations et des remords de son jumeau supérieur ; et le juste s’avancerait d’un pas ferme et assuré sur son chemin sublime, accomplissant les bonnes actions dans lesquelles il trouve son plaisir, sans plus se voir exposé au déshonneur et au repentir causés par ce mal étranger. C’est pour le châtiment de l’humanité que cet incohérent faisceau a été réuni de la sorte – que dans le sein déchiré de la conscience, ces jumeaux antipodiques sont ainsi en lutte continuelle. N’y aurait-il pas un moyen de les dissocier ? 

Chapitre 10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AuroraeLibriAuroraeLibri   10 octobre 2021
(...) le pire de mes défauts était cette vive propension à la joie qui fait le bonheur de beaucoup, mais que je trouvais difficile de concilier avec mon désir impérieux de porter la tête haute, et de revêtir en public une mine plus grave que le commun des mortels. Il résulta de là, que je ne me livrai au plaisir qu’en secret, et lorsque j’atteignis l’âge de la réflexion, et commençai à regarder autour de moi et à me rendre compte de mes progrès et de ma situation dans le monde, je me trouvais déjà réduit à une profonde dualité d’existence. Plus d’un homme aurait tourné en plaisanterie les licences dont je me rendais coupable ; mais des hauteurs idéales que je m’étais assignées, je les considérais et les dissimulais avec un sentiment de honte presque maladif. Ce fut donc le caractère tyrannique de mes aspirations, bien plutôt que des vices particulièrement dépravés, qui me fit ce que je devins, et, par une coupure plus tranchée que chez la majorité des hommes, sépara en moi ces domaines du bien et du mal où se répartit et dont se compose la double nature de l’homme. 

Chapitre 10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AuroraeLibriAuroraeLibri   10 octobre 2021
Tout comme le bien se reflétait sur la physionomie de l’un, le mal s’inscrivait en toutes lettres sur les traits de l’autre. Le mal, en outre (où je persiste à voir le côté mortel de l’homme), avait mis sur ce corps une empreinte de difformité et de déchéance. Et pourtant, lorsque cette laide effigie m’apparut dans le miroir, j’éprouvai non pas de la répulsion, mais bien plutôt un élan de sympathie. Celui-là aussi était moi. Il me semblait naturel et humain. À mes yeux, il offrait une incarnation plus intense de l’esprit, il se montrait plus intégral et plus un que l’imparfaite et composite apparence que j’avais jusque-là qualifiée de mienne. Et en cela, j’avais indubitablement raison. J’ai observé que, lorsque je revêtais la figure de Hyde, personne ne pouvait s’approcher de moi sans ressentir tout d’abord une véritable horripilation de la chair. Ceci provenait, je suppose, de ce que tous les êtres humains que nous rencontrons sont composés d’un mélange de bien et de mal ; et Edward Hyde, seul parmi les rangs de l’humanité, était fait exclusivement de mal. 

Chapitre 10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Robert Louis Stevenson (69) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Louis Stevenson
« Toute lecture digne de ce nom se doit d'être absorbante et voluptueuse. Nous devons dévorer le livre que nous faisons, être captivés par lui, arrachés à nous-mêmes, et puis sortir de là l'esprit en feu, incapable de dormir ou de rassembler ses idées, emporté dans un tourbillon d'images animées, comme brassées dans un kaléidoscope. » Cette citation de Robert Louis Stevenson, l'auteur de L'Île au Trésor, est le début d'un texte qui célèbre l'art du roman épique, et que l'on peut retrouver dans une série d'Essais sur l'art de la fiction, passionnante somme de réflexions sur la littérature d'aventures. Un genre dans lequel excelle notre invité du jour, Pierre Lemaitre, que nous avons eu la chance de recevoir à Dialogues à l'occasion de la parution de son roman le Grand Monde. Au fil de notre échange, il nous fait entrer dans son atelier d'écrivain, évoque la façon dont se construisent ses romans, et nous livre même quelques conseils de lectures ! Et pour terminer cet épisode, nous partons à la rencontre de nos libraires, qui nous parlent de quelques romans d'aventures inoubliables à avoir absolument dans sa bibliothèque.
Bibliographie :
- le Grand Monde, de Pierre Lemaitre (éd. Calmann-Lévy) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20145088-le-grand-monde-pierre-lemaitre-calmann-levy
- Les Rougon-Macquart, d'Émile Zola (éd. Gallimard) https://www.librairiedialogues.fr/livre/247912-les-rougon-macquart-1-le-ventre-de-paris-his--emile-zola-gallimard
- Les Buddenbrook, de Thomas Mann (éd. le Livre de poche) https://www.librairiedialogues.fr/livre/288802-les-buddenbrook-le-declin-d-une-famille-le-d--thomas-mann-le-livre-de-poche
- U.S.A., de John Dos Passos (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/15821178-1-usa-42e-parallele-trilogie-u-s-a-i-john-dos-passos-folio
- Blackwater, de Michael Mc Dowell (éd. Monsieur Toussaint Louverture) https://www.librairiedialogues.fr/serie/blackwater/84979/
- Les Misérables, de Victor Hugo (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/11354695-les-miserables-victor-hugo-folio
- Les Trois Mousquetaires, d'Alexandre Dumas (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/60125-les-trois-mousquetaires-alexandre-dumas-gallimard
- Vingt ans après, d'Alexandre Dumas (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/133400-vingt-ans-apres-alexandre-dumas-folio
- le Vicomte de Bragelonne, d'Alexandre Dumas (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/502953-1-le-vicomte-de-bragelonne-alexandre-dumas-folio
- Ce qu'il advint du sauvage blanc, de François Garde (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/4134896-ce-qu-il-advint-du-sauvage-blanc-francois-garde-folio
- Les Cormorans, d'Édouard Jousselin (éd. Rivages) https://www.librairiedialogues.fr/livre/16461698-les-cormorans-edouard-jousselin-rivages
- Méridien de sang, de Cormac McCarthy (éd. de l'Olivier) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18431135-meridien-de-sang-ou-le-rougeoiement-du-soir-dan--cormac-mccarthy-editions-de-l-olivier
- Michel Strogoff, de Jules Verne (éd. le Livre de poche) https://www.librairiedialogues.fr/livre/476214-michel-strogoff-jules-verne-le-livre-de-poche
+ Lire la suite
autres livres classés : classiqueVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'ILE AU TRESOR

Au début de l'histoire, le vieux flibustier arrive a l'auberge avec

une brouette
un sac
un coffre
un cheval

10 questions
414 lecteurs ont répondu
Thème : L'Ile au trésor de Robert Louis StevensonCréer un quiz sur ce livre