AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Laili Dor (Traducteur)Mélisande Fitzsimons (Traducteur)
EAN : 9782844850560
64 pages
Éditeur : Allia (15/05/2003)
3.68/5   39 notes
Résumé :
?Aujourd'hui, chacun est contraint, sous peine d'être condamné par contumace pour lèse-respectabilité, d'exercer une profession lucrative, et d'y faire preuve d'un zèle proche de l'enthousiasme. La partie adverse se contente de vivre modestement, et préfère profiter du temps ainsi gagné pour observer les autres et prendre du bon temps, mais leurs protestations ont des accents de bravade et de gasconnade. Il ne devrait pourtant pas en être ainsi. Cette prétendue oisi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Allantvers
  29 juin 2021
Marre des incitations au bougisme, du culte de la performance, de la tyrannie de l'hyperactivité, voire de l'activité tout court?
Alors délectez-vous de ce sémillant pamphlet, ode aux chemins de traverse, aux après-midi languissants à regarder pousser les fleurs, aux non actifs, aux non intégrés, à tous ceux que fatigue la servitude volontaire au travail qu'organise nos sociétés modernes.
Même si les grands lecteurs s'y font écorner, même si les moyens de subsistance sans travail ne tombent du ciel que sur la tête des rentiers, ce cri du coeur de l'ami Robert est roboratif à souhait!
Commenter  J’apprécie          260
raime
  01 juin 2021
En 2020, au début du confinement, France Télévision a demandé à François Busnel d'explorer quotidiennement sa bibliothèque pour nous offrir un conseil de lecture : "La Petite Librairie" était née . Une apologie des oisifs cadrait un peu avec la situation de personnes cloitres chez elles . Etonnant ce "coup de gueule" de l'auteur de "l'île au trésor" qui en a assez de cette obligation de devoir être actif, de chercher toujours plus de rentabilité, plus de profit. Il y a d'autre voies pour s'accomplir. On apprend autant (certes différemment) en prenant le temps de faire l'école buissonnière, d'observer ce qui nous entoure, de discuter avec les anciens. le thème est d'actualité mais j'ai décroché par moment car l'argumentation de l'auteur connait quelques longueurs hélas.
Commenter  J’apprécie          40
Granna21
  25 avril 2018
Par les temps qui courent, ce petit texte révolutionnaire qui prend le saint travail à contre-pied est délicieux
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Lexpress   05 juillet 2012
Le livre de Stevenson, aussi puissant que bref, nous dit que l'avenir est aux oisifs.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
NMTBNMTB   17 juin 2017
Qui plus est, l’oisif possède une autre qualité, plus importante que toutes celles dont je viens de parler, à savoir la sagesse. Celui qui a contemplé à loisir la satisfaction puérile avec laquelle les autres vaquent à leurs menues activités aura pour les siennes propres une indulgence nettement ironique. Il ne rejoindra pas le chœur des dogmatiques. Il fera preuve de la plus grande tolérance envers toutes sortes de gens et d’opinions. S’il ne découvre pas de vérités exceptionnelles, il ne s’associera à aucun mensonge grossier. Sa voie le mène le long d’un chemin de traverse, peu fréquenté, mais régulier et agréable, qui s’appelle Sentier du Lieu Commun et mène au Belvédère du bon Sens. Il découvrira de là un point de vue qui, pour manquer de noblesse, n’en sera pas moins appréciable. Et pendant que d’autres contemplent l’Orient et l’Occident, le Diable et le Lever du Soleil, il regardera avec satisfaction une sorte d’aube se lever sur le monde sublunaire, avec une armée d’ombres courant en tous sens jusqu’au grand soleil de l’éternité. Les ombres et les générations, les docteurs criards et les guerres assourdissantes se perdent dans le vide et le silence éternels. Mais sous cette surface on distingue, depuis les fenêtres du belvédère, une vaste étendue verte et paisible ; bien des salons où brûle une joyeuse flambée, bien des gens qui rient, boivent et courtisent les dames comme ils le faisaient avant le Déluge ou la Révolution française, et le vieux berger contant son histoire sous l’aubépine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
SiegebertSiegebert   27 avril 2013
Aujourd’hui, chacun est contraint, sous peine d’être condamné par contumace pour lèse-respectabilité, d’exercer une profession lucrative, et d’y faire preuve d’un zèle proche de l’enthousiasme. La partie adverse se contente de vivre modestement, et préfère profiter du temps ainsi gagné pour observer les autres et prendre du bon temps, mais leurs protestations ont des accents de bravade et de gasconnade. Il ne devrait pourtant pas en être ainsi. Cette prétendue oisiveté, qui ne consiste pas à ne rien faire, mais à faire beaucoup de choses qui échappent aux dogmes de la classe dominante, a tout autant voix au chapitre que le travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
JacopoJacopo   06 juillet 2021
Il existe une catégorie de morts-vivants dépourvus d’originalité qui ont à peine conscience de vivre s’ils n’exercent pas quelque activité conventionnelle. Emmenez ces gens à la campagne, ou en bateau, et vous verrez comme ils se languissent de leur cabinet de travail. Ils ne sont curieux de rien ; ils ne se laissent jamais frapper par ce que le hasard met sur leur chemin ; ils ne prennent aucun plaisir à exercer leurs facultés gratuitement ; et à moins que la Nécessité ne les pousse à coups de trique, ils ne bougeront pas d’un pouce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AllantversAllantvers   27 juin 2021
Il existe une catégorie de morts vivants dépourvus d'originalité qui ont à peine conscience de vivre s'ils n'exercent pas quelque activité conventionnelle (...) Rien ne sert de parler à des gens de cette espèce : ils ne savent pas rester oisifs, leur nature n'est pas assez généreuse.
Commenter  J’apprécie          30
AllantversAllantvers   27 juin 2021
Une activité intense, que ce soit à l'école ou à l'université, à l'église ou au marché, est le symptôme d'un manque d'énergie alors que la faculté d'être oisif est la marque d'un large appétit et d'une conscience aiguë de sa propre identité.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Robert Louis Stevenson (66) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Louis Stevenson
Romancier bien sûr, essayiste unanimement reconnu, grand voyageur, enfant puis adulte à la santé très fragile et l'imagination débordante, Robert Louis Stevenson est un des plus grands, sinon le plus grand écrivain de la fin du XIXe siècle. Admiré de ses contemporains et de ses successeurs, il n'aura eu de cesse d'écrire et de faire entrer la littérature dans la modernité, mêlant les genres, abolissant les frontières entre roman d'aventures ou « jeunesse » et « grande » littérature. Il meurt à seulement 44 ans, dans les îles Samoa, dernière étape de sa vie voyageuse. La vie météorique et aventureuse de l'auteur de L'Île au trésor et L'étrange cas de Dr Jekyll et Mister Hyde : Robert Louis Stevenson. EN LIBRAIRIE https://www.dargaud.com/bd/letrange-voyage-de-r-l-stevenson-bda5323660
+ Lire la suite
autres livres classés : oisivetéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'ILE AU TRESOR

Au début de l'histoire, le vieux flibustier arrive a l'auberge avec

une brouette
un sac
un coffre
un cheval

10 questions
382 lecteurs ont répondu
Thème : L'Ile au trésor de Robert Louis StevensonCréer un quiz sur ce livre