AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 249023904X
Éditeur : Mü éditions (17/10/2018)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
À la faveur d’une nuit étoilée, la Séancière t’ouvre les portes de son île. Tu devras emprunter une langue de sable interminable à travers l’océan et braver bien des dangers.
Tu entends déjà Manman Dlo t’appeler par ton prénom. Sa voix t’attrape le cœur et ne le lâche plus.
Papa Dlo marche à ta rencontre au-dessus des flots, te désignant du bout de sa canne la crique où tu trouveras tout ce que tu cherches et, peut-être aussi, ce que tu fuis.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Rosabella26
  27 octobre 2018
Tout d'abord, je remercie la maison édition Mü éditions et l'opération Masse critique de m'avoir permis de lire ce livre.
Je vous avouerai que Confession d'une séancière ne faisait pas partie de mes premiers choix lors de l'événement mais je suis, cependant, contente d'avoir été tirée au sort sur ce roman. Cela m'a permis de découvrir un livre que je n'aurai pas acheté d'instinct en librairie.
Ce roman n'intriguait beaucoup. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. le résumé, l'histoire et les personnages sont très énigmatiques, on ne sait pas où l'auteur veut nous emmener. Ce sont pour ces attraits que j'ai décidé de le sélectionner.
Personnellement, j'ai un avis mitigé. D'un côté, j'ai bien aimé car on ressent toutes les recherches, le travail et l'investissement effectués par l'auteure derrière chaque histoire. de l'autre, je n'ai pas apprécié car l'univers ne me correspond pas.
Malgré tout, selon moi, ce livre ne mérite pas une note en dessous de ⅘.
Parlons un petit peu de la couverture.
Au premier abord, nous pourrions penser à avoir affaire à un livre faisant référence à l'univers de la mer, aux marins, avec les coquillages sur la première de couverture, mais pas du tout. Cependant, je pense que la couverture rappelle un des personnages présents, Papa Dlo, une sorte d'esprit de la mer, contrôlant les océans. Au niveau du titre, ne sachant pas ce qu'est une séancière j'ai décidé d'effectuer une petite recherche.
Provenant des Antilles, une séanicière ou un séancier est un chaman pratiquant des rites vaudou pour invoquer les esprits dans le but de guérir le mal.
Au niveau de la narration, le livre est composé de plusieurs histoires entrecoupées de petits poèmes.
A chaque histoire, les protagonistes ne se connaissent pas, ne viennent pas forcément du même endroit et sont différents, au niveau de leur âge et de leur origine. Petite exception, Papa Dlo et Manman Dlo sont aperçus dans deux, trois histoires. Néanmoins, je ne sais pas si toutes les histoires se passent à notre époque. Je ne pense pas, mais je peux me tromper.
Vous trouverez des points de vues interne et omniscient.
A la fin, vous découvrirez un petit lexique expliquant certains termes.
Le thème ressortant dans ce roman est le fantastique. Chaque histoire se passe dans notre monde. Les personnages vivent comme nous mais des événements surnaturels plus ou moins sombres viennent ponctuer leur vie.
L'autre thème apparaissant est la paranormal. Vous rencontrerez des esprits frappeurs, des esprits errants, des créatures maléfiques, des humains horribles ou se transformant en viles créatures la nuit.
Chaque histoire étant différente, je ne peux pas écrire un résumé comme j'ai l'habitude de le faire mais je peux cependant créer un lien.
Chacune se termine bien et propose du fantastique paranormal plus ou moins sombre, mettant en scène comme je l'ai dit plus haut des viles créatures humaines ou pas et des esprits soit maléfiques, soit simplement errantes.
Point positifs des histoires :
J'ai beaucoup aimé les recherches effectuées par l'auteure. On sent qu'elle n'a pas écrit ces histoires simplement par inspiration. Elle m'a permis de découvrir des superstitions, des créatures, des légendes que je ne connaissais pas du tout.
Bien que je n'affectionne pas particulièrement cet univers, les pages ont tourné très vite. Je voulais savoir ce qui allait se passer. L'auteure a su m'emmener dans ces histoires. le suspense est vraiment au rendez-vous.
A chaque nouveau chapitre, une inquiétude montait en moi, mais la curiosité l'emportait, me demandant quelles nouvelles vils créatures je rencontrerais.
Néanmoins, j'ai apprécié deux, trois histoires, comme La remplaçante ( personnellement, j'aurai aimé en découvrir plus ), Kolé séré ( une sorte histoire d'amour entre un mortel et un fantôme ), La po zombi ( pour le morale de l'histoire ) et Sainte-Marie de la mer ( pour le mystère ).
Selon moi, Confesssion d'une séancière me fait penser à un carnet où une séancière aurait rassemblé plusieurs histoires vécues par différentes personnes. Je ne sais pas si l'auteur l'a imaginé ainsi mais je le ressens de cette manière.
J'ai beaucoup aimé le fait que le livre soit composé de plusieurs dénouements. On ne se lasse pas, c'est une découverte à chaque fois. de plus, par la suite, on peut relire ou partager à l'oral telles ou telles histoires nous ayant séduit.
Points négatifs des histoires :
Bien que je n'ai pas apprécié, ce n'est pas pour moi un point négatif mais simplement un ressenti purement personnel. La plume de l'auteure est fluide, les histoires sont addictives et très bien écrites.
Le seul point négatif pour moi est l'histoire Tala ka vini. L'écrivain l'a écrit en créole et n'a mis aucune traduction. Selon moi, c'est dommage et très gênant car ne parlant pas cette langue, je n'ai, bien entendu, rien compris. Je comprends la volonté de rendre hommage à ses origines mais une traduction m'aurait semblé bien. De plus, ça peut être frustrant et décevant.
Points positifs de tous les personnages :
Aucun ne se ressemble, chacun a son propre vécu et caractère.
Nous n'avons pas cette impression de déjà vu.
Points négatifs de tous les personnages :
Je n'en ai aucun.
Conclusion :
Ce livre ne m'a pas permis de m'évader mais d'apprendre et de découvrir des superstitions, des légendes et des créatures maléfiques m'étant parfois inconnues, d'une manière ludique.
Je conseille de lire ce livre durant la période d'Halloween car il est parfait pour cet événement.
Je le conseille pour toutes les personnes aimant les romans mélangeant paranormal et fantastique sombre et celles aimant faire monter leur angoisse ou leur peur.
Cependant, je le déconseille pour les âmes sensibles et les enfants car certaines histoires ne leur sont pas destinées.
Bonne découverte et bonne lecture !📚
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Walkyrie29
  25 novembre 2018
Un roman singulier qui vous emporte au coeur des rites, des croyances et de la magie chamanique martiniquaises, captivant !
Confession : Acte de déclarer ou d'avouer quelque chose.
Séancière : Chaman invoquant les esprits pour guérir le mal lors de séances voisines du rite vaudou
Confessions d'une séancière est un ouvrage envoûtant qui emporte le lecteur dans les mythes et superstition martiniquais, au travers de ces pages bien écrites et captivantes, on y découvre les légendes ; Papa D'lo et son océan d'amertume, Manman D'lo et son charme de sirène, côtoyant d'autres créatures viles et joueuses, des esprits perdus ou malins ou encore des hommes démons. Tout autant de choses qui alimentent l'imaginaire et les croyances créoles, sans oublier les malédictions qui nécessitent l'intervention chamanique d'un séancier pour contrer le mal qui ronge.
Chaque nouvelle voit un personnage, qu'il soit enfant ou adulte, dédié à une histoire mettant en scène tout un folklore riche et varié, allant de la divinité aux créatures fantastiques et malines, en passant par des malédictions inopinées et virulentes, voire même des fantômes. Chacun est touché d'une façon ou d'une autre par des actes ou des esprits surnaturels. On y trouve aussi au travers de ces écrits, des descriptions de la vie quotidienne des martiniquais souvent frivole : la danse avec le Zouk ou les relations de voisinage, mais aussi des thématiques plus fortes et actuelles, souvent féminines ; le viol, la violence, la mort,… Les nouvelles ouvrent donc à des réflexions plus subtiles qu'elles n'y paraissent.
Ce qui se dégage de ces nouvelles est très sombre, il y a une grande part d'occultisme dans ces croyances créoles qui surfent sur le Vaudou, il y a d'ailleurs un clin d'oeil à Haïti, avec une grande touche de fantastique et d'imaginaire insolite, inquiétante mais qui dénoue toujours sur quelque chose de positif ou une morale sensée et intelligente. La sorcellerie semble avoir une emprise importante dans ces moeurs sociétaires. Toutefois, l'auteure n'en oublie pas un humour qui vient sourdre parfois au travers de ces histoires.
L'ensemble est vraiment bien écrit, la lecture est fluide et dynamique, avec à chaque nouvelle un suspens et une fin qui contentent. Chaque nouvelle est précédée d'un poème court à la mise en page ludique et originale, des mots qui touchent, qui entretiennent l'imagination, qui claquent dans notre esprit telle des incantations, préparant celui-ci à la lecture de la nouvelle qui suit. Un bel hommage de l'auteure à ses racines avec en prime une nouvelle entièrement écrite en créole (sans traduction toutefois) et un lexique explicatif des différents termes locaux usités dans l'ouvrage.
Un petit mot sur la couverture tout de même, on commence à connaître les oeuvres photographiques de Jean-Emmanuel Aubert qui illustre de belles couvertures chez Mü éditions (Cyberland ou Dernières fleurs avant la fin du monde), en général c'est très linéaire, avec des lignes de fuite qui vous donnent cette impression de sombrer dans l'infini. Dans ce cas, c'est un peu différent mais on y trouve toujours ce quelque chose qui vous capte, ici cette impression d'oeil qui se rapporterait à la partie croyance ou de coquillage qui se rapporterait à l'île des Antilles, et donc au côté créole. En tous cas, elle joue sur les deux tableaux et sublime de manière efficace le contenu.
En bref, un petit ouvrage assimilable aux mémoires d'une Séancière, qui viendrait là nous conter les expériences surnaturelles et fantastiques qu'elle a pu recueillir et annoter dans un vieux grimoire, une façon de transmettre la prudence et le savoir de ces rites anciens. La plume douce et piquante de la Séancière captive et envoûte son lectorat à chaque histoire contée et à chaque poème citée. Quand l'imaginaire créole vous emporte dans l'océan des légendes et croyances, où les superstitions flirtent avec les malédictions, Papa Dlo et Manman Dlo ne sont jamais bien loin.
Je remercie Babelio et son partenaire le Peuple de Mü pour ce très bel envoi.
Lien : https://songesdunewalkyrie.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
faracha33
  12 novembre 2018
Le format et la couverture m ont plu . J ai apprécié ce recueil de nouvelles . J ai beaucoup aimé tous ces petits poèmes en transition entre chaque nouvelle. E n plus de les trouver très beaux, j ai adoré la façon dont ils sont mis en forme ainsi que les différentes typographies . J aime toutes les nouvelles . le style est clair , fluide, se lit rapidement . l'écriture est jolie, j ai découvert un nouvel univers joliment conté , vaudou, magie, sorcellerie, incantation, croyances populaires... La découverte de nouvelles expressions, de mots que je ne connaissais pas comme la seanciere est un enrichissement .La lecture de ce livre était donc très agréable . Merci masse critique .
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2
  12 novembre 2018
Yé krik. Lorsque se redit et se transforme le conte traditionnel martiniquais et que s'en actualise le sens. Yé krak.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2018/11/12/note-de-lecture-confessions-dune-seanciere-ketty-steward/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   12 novembre 2018
« Comment aurais-je pu me douter que la plaisanterie me mènerait si loin ?
– Mais ma petite demoiselle, tu le savais ! Au plus profond de toi. Les tabous n’ont jamais servi qu’à nous protéger de nous-mêmes.
– Oh ! Ça va. Oublions les sermons, sorcière ! On fait quoi, maintenant ? »
Marie-Odile arrivait au bout de ses réserves de patience. C’était la neuvième voyante de ce genre qu’elle consultait en quatre mois et pas une ne lui avait épargné les discours moralisateurs, cent variantes de celui-ci : « Tu as enfreint une règle, il y a un prix à payer ! »
Les honoraires de ces médiums, qu’elles lisent dans les cartes, les mains, les champs magnétiques, les entrailles d’oiseaux ou le marc de café, se conformaient à ce principe.
La règle bousculée devait vraiment compter dans l’échelle des transgressions puisque Marie-Odile avait dépensé, pour tenter de réparer l’offense, presque toutes ses économies, sans résultat.
Le front sombre et ridé d’Adolphine, ses cheveux et ses yeux gris n’impressionnaient pas la jeune fille qui accueillit les poings serrés une sentence de plus :
« Celui qui pèche par le pied périra par le pied ! »
Tous les oracles de l’île semblaient s’être donnés le mot pour la culpabiliser en lui rappelant son éducation religieuse. Marie-Odile ne montrait cependant aucun attrait pour les cultes. Une seule question l’obsédait et motivait sa démarche. Saurait-on la délivrer de la malédiction qu’elle s’était attirée par une plaisanterie qu’elle avait crue sans conséquence ?
Elle souffrait depuis plusieurs mois, mais s’était bien gardée de consulter un médecin, de crainte de se voir internée d’autorité dans un asile psychiatrique. On l’aurait certainement soupçonnée de s’automutiler en plus de fabuler.
La seule aide qu’elle acceptait de la science médicale consistait en ces comprimés analgésiques disponibles en pharmacie qu’elle ingurgitait à fortes doses pour atténuer sa douleur.
Tandis qu’Adolphine murmurait des incantations tout en promenant ses mains sur la table comme pour en réveiller le bois, Marie-Odile se souvenait.
(« Pié pou tet« )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   12 novembre 2018
On raconte qu’un jour, Papa Dlo leva la main sur sa compagne qui, n’en pouvant plus de sa violence, décida de le quitter.
Manman Dlo embarqua avec elle les plus petits poissons et les écrevisses, et s’en alla vivre dans les terres, entre les creux des montagnes.
Papa Dlo regretta son geste, mais il était trop tard. Son chagrin le rendit amer et colérique. Papa Dlo attrapait les pêcheurs, leurs femmes et leurs enfants, pour les noyer. Sa demeure fut nommée l’amer, devenue ensuite la mer. Il pleura à chaudes larmes et c’est pour cela que, aujourd’hui encore, l’eau de mer est salée.
(« Sainte-Marie de la mer« )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   12 novembre 2018
J’avais huit ans quand Bienaimé est arrivé dans mon école. Trois ans se sont passés depuis, mais je me souviens de tout. J’étais en CE2 dans la classe de Madame Valmy.
Bienaimé. Quel drôle de nom !
Il venait d’Haïti et, comme tous les Haïtiens qu’on voyait par chez nous, il était très pauvre. Ma mère dit que le pays paie son arrogance. « Ils ont voulu être indépendants et maintenant, ils crèvent de faim. » Pas tous. Il paraît qu’il y en a qui s’en sortent, mais Maman n’aime pas qu’on parle de tout ça. « Ils ont des sorciers puissants. Il vaut mieux éviter de parler de ces gens. »
Elle m’interdit évidemment d’approcher mon nouveau camarade.
Bienaimé n’avait pourtant pas l’air puissant du tout. Maigre comme un clou, il avait des yeux énormes qui sortaient presque de son visage. Ce qui frappait le plus, c’était sa couleur de peau. Alors que nous étions tous marron plus ou moins clair, lui était noir comme la nuit. Nous avions la couleur du bois des arbres, celle de la terre, lui était noir comme un pneu de voiture, comme le charbon, comme le sirop de batterie.
C’était tellement facile de lui trouver des surnoms !
(« La po zombi« )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Rosabella26Rosabella26   27 octobre 2018
Souvent, je pense à eux trois, je regarde la tache sur mon ventre et je me souviens qu’il n’est pas bon de se moquer des gens différents. ( citation tirée de l’histoire « La po Zombi » )
Commenter  J’apprécie          20
faracha33faracha33   12 novembre 2018
Sors de ta fournaise
Ô Lune incandescente
Sors de ta fournaise
Descends, panse brûlante
Sors! et ta lumière
Fébrile et frissonnante,
Saura , ta lumière,
Rendre vie aux gisantes .
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : paranormalVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Concours : Gagnez la Bande dessinée La cellule Prométhée, Tome 1 : l'escouade 126

Quelle héroïne célèbre évoluait dans un Paris du début du 20 ème siècle peuplé de "monstres et d'êtres étranges" ?

Adèle blanc-sec
Bécassine
Laureline
Mélusine

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : ésotérisme , bande dessinée , paranormalCréer un quiz sur ce livre