AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2355840393
Éditeur : Sonatine (25/08/2011)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Prenant pour fil rouge l'empire Disney, depuis toujours synonyme d'opacité, l'auteur nous invite à une véritable épopée shakespearienne en nous confiant les détails jusqu'ici inédits d'une partie d'échecs géniale, qui, entre 1984 et 2004, a opposé, à coups de millions de dollars, les grands noms de l'industrie du cinéma, de Barry Diller à Jeffrey Katzenberg, en passant par Steve Jobs, Michael Ovitz ou les frères Weinstein. Personnage principal de cette histoire plei... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
delitterys
  15 septembre 2011
Bienvenue dans le monde merveilleux de Disney ! Un royaume enchanté gouverné par le roi Argent et la reine Opacité… Oubliez quelques instants la magie des dessins animés, l'univers magico- artificiel de Disneyland et plongez au sein de l'empire Disney.
Ce thriller cinémato- économique vous fait suivre l'évolution de la maison & marque Disney (ses dessins animés, ses films, ses parcs, ses boutiques, ses comédies musicales, ses chaînes de télévision….) sous les vingt ans de règne de Michael Eisner, chef d'entreprise le mieux payé aux Etats Unis, figure énigmatique et fascinante. Avec elle, c'est aussi les mutations d'Hollywood et de la société américaine que l'on découvre : si vous souhaitez étudier l'évolution du capitalisme aux Etats-Unis ou la révolution technologique et médiatique qu'a induite le numérique… Ou si vous vous êtes toujours demandé comment fonctionnaient les maisons de production, comment se faisaient et se défaisaient les grands succès ou échecs au cinéma et à la télévision, pourquoi les productions Disney ont autant perdu en qualité après le Roi Lion, comment étaient nées les sociétés Dreamworks et Pixar, d'où sortaient les grands magnats de l'industrie cinématographique (Jeffrey Katzenberg, Jerry Bruckeimer….) et ses grands réalisateurs (on assiste ainsi à la quasi-genèse de Burton, Scorcese, Shyamalan et autres personnalités), comment se déroulait la genèse d'un film, comment se sont développés les parcs Disneyland et le commerce Disney (K7 vidéos, peluches, gadgets…)…
Servi par un style fluide et efficace, le royaume enchanté vous plongera dans un univers de trahisons, de meurtres symboliques, d'héritages et de ruptures qui vous fera considérer d'un autre oeil la franchise Disney et son puissant impact sur la société américaine – impact allant bien au delà du simple imaginaire.
Un grand reportage que l'on peut lire comme une version modernisée d'une tragédie shakespearienne.
Lien : http://www.delitteris.com/in..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
OhImATiger
  14 février 2014
un sacré pavé, j'ai mis du temps à en venir à bout mais n'ai jamais réussi à le lâcher, trop prise par cette "intrigue". sortie trop tardive en France par rapport à sa sortie US ET il nous manque les années d'après puisqu'il sort en 2012, mais c'est un caprice de ma part. un boulot de fou, des infos incroyables. petit bémol : l'auteur de s'attarde pas sur certaines controverses quitte à les éclaircir (exemple : le plagiat du Roi Lion / Roi Leo) ou les tendances nazies de Walt. mais bon je recommande vraiment ce bouquin (si vous avez 2 mois)
Commenter  J’apprécie          00
fiodeb
  12 janvier 2013
Un travail gigantesque expliquant à merveille les relations au sein d'une des plus grandes sociétés américaines. Très intéressant pour les passionnés de stratégie d'entreprise. Régalez-vous!
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
Lexpress   20 octobre 2011
D'une impressionnante richesse documentaire et dans la lignée du Nouvel Hollywood de Peter Biskind, Le royaume enchanté décrit les mouvements de la société du "mainstream" et les ratages stratégiques de Disney. Surtout, James B. Stewart fait le magnifique portrait d'Eisner, dépassé par son pouvoir, déconnecté des réalités et qui restait pourtant en poste. Qui a dit un roi sans divertissement ?
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeFigaro   22 août 2011
Dans une enquête truffée de révélations, le journaliste James B. Stewart dévoile les coulisses de l'entreprise sous le règne de Michael Eisner, de 1984 à 2005.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   23 novembre 2013
Pour gagner de l’argent, nous devons faire des films divertissants, et si nous faisons des films divertissants, nous graverons parfois vraiment notre nom dans les tablettes de l’histoire, ferons vraiment de l’art, ferons vraiment impression, ou les trois à la fois. Nous pourrions même gagner des récompenses... Nous ne pouvons pas espérer réussir à chaque fois, mais si chaque film a un concept imaginatif et original, alors soyons sûrs que quelque chose en sortira.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   23 novembre 2013
Lorsqu’ils utilisent le mot « magique » pour décrire leur travail, la plupart des employés de Disney parlent du moment où l’appréhension d’un jeune enfant s’envole pour faire place à une crainte mêlée d’admiration et de plaisir. C’est pour cette « magie » que nombre d’entre eux viennent travailler chez Disney lorsqu’ils sont lycéens ou étudiants, et se rendent compte qu’ils sont toujours là vingt ans plus tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 novembre 2013
Les sites espagnols avaient beaucoup d’atouts pour eux, à commencer par leur climat, mais Eisner voulait la France depuis le début. Pour lui, ce pays représentait l’apogée de la culture occidentale, l’antithèse de la culture de masse américaine représentée, de façon ironique, par Disney. Depuis qu’il y avait fait un court séjour en tant que dramaturge en herbe, Paris était la ville où Eisner voulait s’imposer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 novembre 2013
Le génie de Walt avait été de comprendre que les enfants n’étaient pas les seuls à vouloir s’échapper de la réalité. Tout bon magicien doit croire en l’illusion, ou celle-ci risque de s’envoler. Tant d’Américains ont adopté cette foi séculaire avec une telle passion que le nom de Disney est désormais devenu synonyme d’une culture américaine idéalisée dans laquelle les rêves deviennent réalité.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 novembre 2013
Nous n’avons aucune obligation de faire de l’art. Nous n’avons aucune obligation de graver notre nom dans les tablettes de l’histoire. Nous n’avons aucune obligation de faire impression. Mais pour gagner de l’argent, il est souvent important de graver son nom dans les tablettes de l’histoire, de faire de l’art ou de provoquer une impression significative...
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : stratégie d' entrepriseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5298 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre