AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Stemilou


Stemilou
  31 juillet 2018
Ugolin, 24 ans, de retour de la caserne s'installe dans le mas de Massacan acheté par son oncle le Papet. Ugolin est un célibataire endurci qui pour ses besoins "personnel" descend chaque semaine à Aubagne, il n'est pas très tenté par le mariage qui lui imposerait une femme à nourrir, à écouter parler, habiller et que sais-je encore; alors que là il est libre de ses faits et gestes.
Cette première partie de l'Eau des collines se situe donc en Provence, le Papet et Ugolin convoitent un terrain où coule une source que tout le village a oublier ou pense asséchée. le propriétaire est mort alors la vente devrait être facile à emporter si personne ne se doute sue la source est toujours bien là et active d'où l'intérêt de la boucher le temps de récupérer le terrain. Cette manigance aurait pu fonctionner si un héritier ne s'était pas présenté, il s'agit de Jean de Florette, Jean le fils de Florette autrefois habitante du village, il est percepteur et bossu. Jean s'installe avec sa femme et sa fille dans le mas au grand dam d'Ugolin et du Papet. Ugolin va se rapprocher de Jean et nouer une relation pour tenter de le faire changer d'avis, hors ce dernier à de nombreuses idées pour développer une activité sur ses terres.
Cette première partie installe les personnages et l'intrigue principale autour de la mesquinerie d'Ugolin et de son oncle et de la répugnance des paysans pour les gens de la ville. Mais ce qui touche particulièrement est la jalousie existante entre deux village provoquant tout un remue ménage à l'arrivée de Jean. J'adore les histoires de Marcel Pagnol c'est donc un délice de pouvoir retrouver sa prose colorée en images rendant par la même toute sa beauté à la Provence.
J'en redemande!
Lien : http://stemilou.over-blog.co..
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (3)voir plus