AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Barbara Stok (Autre)
EAN : 9782889322916
296 pages
Paquet (29/06/2022)
4.42/5   12 notes
Résumé :
Elle avait la vie dont les autres rêvaient…

Voici l’histoire d’Hipparchia, l’une des premières femmes philosophes.

Grèce, quatrième siècle avant notre ère. Hipparchia se rend à Athènes pour rencontrer le fils d’une riche et honorable famille, avec qui on espère la marier. En chemin vers son destin, elle rencontre un étrange philosophe qui vit comme un vagabond. À mesure que le mariage approche, Hipparchia est de plus en plus conquise pa... >Voir plus
Que lire après La philosophe, le chien et le mariageVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
J'ai été agréablement surprise et particulièrement heureuse d'avoir pu découvrir cette bande-dessinée philosophique, nouvellement parue aux éditions Paquet. Elle a demandé près de 5 années de réflexions à l'auteure, qui a dû beaucoup se documenter sur les philosophes grecs de l'époque, en particulier sur les femmes philosophes, dont les écrits nous sont parfaitement inconnus.

L'histoire se passe en Grèce, au quatrième siècle avant notre ère. Hipparchia est une jeune fille, instruite et passionnée par la philosophie, qui est maintenant en âge de se marier. Son père lui a d'ailleurs trouver un beau parti, socialement élevé, vivant à Athènes. Hipparchia quitte donc les siens pour retrouver son frère à la capitale et courtiser cet homme. Mais Hipparchia aspire à autre chose : la liberté, l'indépendance, le bonheur pur. C'est en croisant Cratès, un philosophe vivant misérablement dans la rue, qu'elle se questionne sur ses réelles aspirations : veut-elle vraiment épouser le prétendant qui lui est promis ?

J'ai tout aimé dans ce livre : l'objet-livre, cartonné et ses planches colorées, exotiques, historiques ; la protagoniste féministe, non conformiste, indépendante et courageuse ; la moralité de l'histoire et l'ensemble des messages délivrés.



On est littéralement plongés dans l'Antiquité, dans un pays lointain, peuplé de traditions qui nous échappent. Barbara Stok nous dresse avec réalisme et maintes détails la vie sociale, professionnelle et amoureuse, telle qu'elle était en ce temps-là. On ne peut être qu'offusqué devant le cloisonnement des genres, la fermeture d'esprit des hommes, les inégalités sociales, la pauvreté et les conditions de travail déplorables des esclaves. À bien y réfléchir, en définitive, notre époque actuelle a évoluée, mais bien moins que ce que l'on pourrait penser. Les inégalités sont toujours présentes, amenant la pauvreté et l'ascendance sociale de certains, au détriment des autres. Les femmes sont toujours dévalorisées par rapport aux hommes, avec l'image de la mère au foyer, bonne seulement à s'occuper des enfants, qui perdurent dans l'esprit de trop nombreuses personnes.

A travers ce prisme des époques, l'auteure veut véritablement nous aider à réfléchir sur notre quotidien, notre mode de vie, la façon dont on pourrait être véritablement heureux. Les philosophes cyniques, dont fait partie Cratès, prônent le minimalisme, sans richesse ni contrainte matérielle. Contrairement à Hipparchia, qui vit d'opulence, mais semble bien malheureuse dans ce quotidien dénué de liberté. Avec maintes réflexions, cette dernière décide de contrer les conventions sociales, d'annuler son mariage arrangé et de vivre de rien, en accord avec ses pensées intérieures. Une décision qui demande énormément de courage : j'admire véritablement cette femme, qui a su s'affranchir du regard des autres, des soit-disantes règles morales, pour vivre sa vie comme elle l'entendait.

La fin du livre est une petite pépite, qui vient clore en beauté cet ouvrage : Barbara Stok a regroupé plusieurs anecdotes sur certains passages de l'histoire, qui nous permettent d'en apprendre plus sur ces personnages, leurs agissements et les raisons qui ont poussé l'auteure à dessiner telle ou telle planche. C'est une source d'inspiration et de connaissance précieuse.

Un excellent roman graphique, passionnant, bien dessiné, documenté, qui nous donne à réfléchir sur des sujets variés de notre quotidien et nous fait sortir de notre zone de confort. Je recommande vivement !
Lien : https://analire.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          150
Hipparchia était promise à un riche mariage qui aurait fait l'honneur de sa famille. Pour lui plaire, son futur époux l'aurait même laissée lire de la philosophie, n'en déplaise aux femmes de son entourage. « Ces livres n'ont pas été écrits pour nous. Ton père t'a laissé beaucoup trop de liberté à ce sujet. Tu gâches ta féminité. » (p. 30) Mais voilà, Hipparchia a croisé Cratès, le philosophe vagabond et cynique, clochard pouilleux à l'esprit brillant et, plus que jamais, elle refuse de se contenter d'être jolie et de ne pas penser. Puisque la place où l'on voudrait la contraindre de rester ne lui convient pas et parce qu'elle est avide de savoir et de réfléchir, Hipparchia envoie aux orties une vie que beaucoup lui envie, d'autant plus que Cratès l'accepte dans son cercle. « Il m'a donné la parole et ils m'ont prise au sérieux. » (p. 149) Avec ce compagnon qu'elle se choisit, Hipparchia rejoint le courant des cyniques, fondé sur le minimalisme et le refus des différences sociales.

L'autrice le dit en fin d'ouvrage : il y a peu de sources qui traitent de cette philosophe, mais toutes soulignent le caractère exceptionnel de cette femme qui a obtenu sa liberté en renonçant à tout. Les notes finales explicitent largement l'ouvrage et développent des points à peine évoqués. C'est passionnant et ça fait plonger dans une bibliographie très dense. le dessin est simple, dépouillé, presque naïf, cependant très expressif, avec quelques doubles pages riches de détails. J'ai passé une très belle heure de lecture avec cette épaisse bande dessinée et je sais déjà que j'y reviendrai.
Commenter  J’apprécie          110
Hipparchia vécut en gros de 346 à 280 avant notre ère, en Grèce. Fille d'une bonne famille riche, prête à marier, elle a déjà été refusée par plusieurs prétendants parce que la belle prétend réfléchir, philosopher et, outrage suprême se mêler des conversations qui, si elles ne parlent pas étoffes et tenue de maison, sont strictement réservées aux hommes. La voici qui arrive à Athènes pour rencontrer et épouser si affinités Kallios.

"- Plus de 65 000 personnes vivent à Athènes. Étrangers inclus.

- Sans compter les femmes et les esclaves, je suppose ?

- Évidemment... On ne compte pas les chevaux non plus." (p.64/65)

Elle y retrouve Métroclès, son frère, qui étudie la philosophie. Elle-même, grande lectrice de Socrate, Aristote, et curieuse, use de subterfuges pour aller écouter Cratès qui a renoncé à toute possession et philosophe dans les rues, pauvrement vêtu. Il est à la fois la risée des uns et le penseur des autres, prônant une vie simple, que la valeur d'un homme ou d'une femme ne se mesure pas à ses richesses. Bref, un philosophe cynique, de l'école de Diogène. C'est Cratès qui est réputé être le père du stoïcisme bien aidé par Hipparchia.

Excellent cet album qui met la philosophie à la portée de tous, qui la rend attrayante et qui la fait drôlement résonner et raisonner dans notre monde actuel. Cratès et Hipparchia seraient taxés de décroissants voire d'intégriste écologistes et féministes par certains, de nos jours. Et sans doute, si leurs idées avaient été davantage suivies, nous n'en serions pas là aujourd'hui. Ils enseignent le minimalisme, s'opposent aux classes sociales, sont féministes, contre les normes et les conventions, pour le respect de la nature...

J'aime beaucoup le format de la BD, le ton général qui n'hésite pas à mettre de la légèreté, de l'humour, le propos bien évidemment et le dessin que je qualifierais de naïf qui est en grande partie responsable de l'attractivité de l'ouvrage, du fait que l'on y entre aisément et que l'on y reste. Un album à mettre entre toutes les mains, surtout celles des plus matérialistes d'entre nous, qui peut se lire à tous les âges.

Barbara Stock est néerlandaise et a reçu un prix en 2009 que je ne résiste pas à nommer tant le nom est beau : le Stripschappijs.
Lien : http://www.lyvres.fr/
Commenter  J’apprécie          30
Ça n'engage que moi : j'aime beaucoup les romans graphiques et celui-ci me faisait de l'oeil, quel titre original et énigmatique. Une très belle découverte que la vie de cette femme philosophe qui au final était en avance sur son temps. Les dessins sont naïfs mais très détaillés. le dossier en fin d'ouvrage est très instructif. L'auteure (et dessinatrice) nous dévoile également ce qui la amenait à écrire sur cette femme.
Je vous recommande cette lecture très enrichissante.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
BDGest
09 novembre 2022
Malgré un graphisme peu séduisant, La philosophe, le chien et le mariage s’avère digne d’intérêt et se lit aisément. À découvrir pour avoir une idée de ce courant de pensée qui trouve un écho encore aujourd’hui.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario
13 septembre 2022
Amoureux de philosophie et du monde grec, ou non, n’hésitez pas à lire ce La philosophe, le chien et le mariage, et laissez-vous emporter par la vie de cette femme puissante, racontée avec talent par Barbara Stok.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD
06 juillet 2022
Dans ce roman graphique de près de 300 pages, Barbara Stok décrit avec précision le parcours de celle qui fait figure de pionnière. En dépit d’un graphisme qui pourrait laisser penser à un récit plutôt destiné au jeune public emprunt de naïveté et de bons sentiments pédagogiques, la narration s’avère précise et documentée.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
La plupart des hommes poursuivent un mauvais but. Ils s'obstinent à tourner en rond et s'épuisent à rechercher les mêmes choses : argent, renommée, plaisirs. Comme pris dans un tourbillon : ils ne font que tourner et tourner encore.
Commenter  J’apprécie          60
- Qu'est-ce qu'une vie heureuse ? Voilà une question intéressante... Parlons-en.
- Pour moi, c'est clair : la plus heureuse des vies est celle qui nous apporte le plus de plaisirs possibles.
- Pour moi, le bonheur est synonyme de succès... Réussir à atteindre les buts que l'on s'est fixés.
Commenter  J’apprécie          20
Les philosophes du mouvement stoïcien m'ont particulièrement touchée. Ils m'ont appris que, souvent, ce ne sont pas les événements qui vous rendent malheureux, mais votre propre vision de ces événements. Si l'on élargit sa vision et que l'on analyse les faits, la situation peut être considérée sous un jour différent. C'est ainsi que les anciens Grecs et Romains m'ont aidée à traverser ma dépression.
Commenter  J’apprécie          10
- Tu peux tout perdre, juste comme ça !
- La seule chose que personne ne peut t'enlever une fois que tu l'as, c'est la sagesse.
Commenter  J’apprécie          50
Je pense que pour être vraiment heureuse, une personne doit mener une vie harmonieuse et équilibrée !
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : littérature néerlandaiseVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (29) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5164 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..