AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Noël Chatain (Traducteur)
ISBN : 2749911095
Éditeur : Michel Lafon (15/10/2009)

Note moyenne : 3.1/5 (sur 220 notes)
Résumé :
En 1888, un groupe de six intrépides a réussi à détruire Dracula aux portes de son château de Transylvanie. Vingt-cinq ans plus tard, ils se sont dispersés mais le souvenir de cette périlleuse aventure où l’un d’eux a laissé sa vie les poursuit. Combat quasi mystique contre les forces du mal, vengeance d’amoureux endeuillés ou inextinguible jalousie : les raisons mêlées de leur acte continuent de perturber leur existence et la disparition du prince des ténèbres n’a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (58) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  06 mars 2018
Dracula est de retour...🧛‍♂️

Vingt-cinq années viennent de passer depuis l'affrontement final ayant vu Dracula mourir. Les protagonistes ont tous pris de l'âge et des chemins différents. Mina et Jonathan Harker ont eu un enfant, Quincey mais leur mariage quant à lui bat de l'aile : le venin inoculé par Dracula semble préserver la jeunesse de Mina. Les autres ne sont pas mieux lotis : John Seward est persuadé du retour imminent de Dracula ; Arthur Holmwood a tiré un trait sur cette histoire même s'il ne cesse de penser à sa tendre Lucy Westenra ; van Helsing semble rester le même...
Mais voilà que le désir de John Seward de prouver sa théorie se retourne contre tous : l'enquête menée par ce dernier semble intéresser la comtesse Bathory et les morts étranges et violentes commencent.

Que dire de cette suite ?? 🙄 Sérieusement, je reste mitigée après avoir lu cette suite officielle. Ce n'est pas parce que l'un des auteurs est le petit fils de Bram Stoker que forcément le livre sera bon.
Ma critique se fera sous deux points de vue : ceux qui n'ont jamais lu le livre et ceux qui l'ont lu.
POUR CEUX QUI N'ONT JAMAIS LU LE LIVRE DRACULA DE BRAM STOKER :
Si vous avez vu des films ou des adaptations en série, ce livre pourrait vous plaire. Vous retrouverez tous les personnages les plus emblématiques de l'histoire avec en plus une enquête policière menée par l'inspecteur Cotford sur les traces de Jack l'Éventreur. Par contre, vous risquez d'être complètement dépassé par l'angle choisi par les auteurs : l'antihéros incompris que nous avons tous eu tort de dénigrer. Dans cette nouvelle adaptation, on sent le désir de coller aux goût des lecteurs du moment avec Twilight et compagnie où le vampire n'est pas si mauvais que cela. Vous retrouvez le concept de bon et de mauvais vampire...
À vous de juger si cette version vous plait ou non.

POUR CEUX QUI ONT LU DRACULA DE BRAM STOKER :
Cette suite risque de faire grincer des dents... D'une part, le livre de Dracula se termine avec la mort de celui-ci. Les auteurs dans cette adaptation nous le ressuscitent je ne sais combien de fois (vous verrez qu'il a été empalé plus d'une fois). D'autre part, le portrait que Bram Stoker nous brossait de Dracula est erroné : Eh oui ! Dans cette adaptation, nous découvrons que tous les actes de Dracula avaient un but charitable sur autrui. Ainsi, lorsqu'il mord Lucy, ce n'est pas pour en faire une vampire... non non ! C'était pour la sauver de la transfusion sanguine de van Helsing qui la tuait. Et si cette Lucy est devenue une vampire tueuse d'enfant, il ne faut s'en prendre qu'à nous : la pauvre ! Elle n'a eu personne pour l'aider à comprendre les changements opérés en elle.
Bien évidemment, les crimes commis lors de son voyage en Angleterre ne sont pas du fait de Dracula, mais d'un autre vampire désirant le pouvoir suprême. Ici les auteurs retournent tous les aspects négatifs du personnage principal en les octroyant à un autre : la Comtesse Bathory. Bref, Dracula comme on l'a connu est à oublier.

J'avoue... cette version m'a écorché les yeux. 😱Je veux bien qu'on me propose une adaptation, une réécriture de Dracula... mais de là à nous signifier que voici la "suite officielle" et voir tout le livre dans l'ensemble dénaturé de cette manière est selon moi un assassinat littéraire.
Les auteurs ont peut-être voulu rendre un hommage à l'oeuvre de Bram Stoker mais ils ont juste oublié que c'est justement ce roman tel qu'il est, qui a permis de voir naître le mythe.
Ici, j'ai simplement eu l'impression d'un désir de s'approprier la légende et d'essayer de nous obliger à l'accepter comme telle.

Sinon, pour en revenir à l'intrigue.... Franchement, c'est mou de chez mou. le lecteur est plongé dans une sorte de suspens sans pourtant l'être, dans une sorte de thriller sans pour autant l'être réellement... Bref, c'est dû à peu près partout. Les auteurs nous proposent une révélation finale à la Star Wars mais vous la voyez arriver depuis un bon moment donc... c'est loupé pour la surprise.

Pour conclure : ce roman se propose de répondre aux nombreuses questions que le livre de Bram Stoker avait suscitées. Les lecteurs du livre original risquent d'apprécier moyennement cette suite "officielle" qui est en totale contradiction avec l'image véhiculée par Bram Stoker. Les fans du personnage ne connaissant pas le livre pourront quant à eux découvrir un Dracula plus humain, plus gentil, plus moderne. À vous de vous faire un avis.😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10914
Xian_Moriarty
  20 juin 2012
Dracula l'immortel… sorti en grande pompe avec un slogan ravageur : la suite du chef d'oeuvre de Dracula de Bram Stoker. Avec une accroche pareille, il était fort à parier que le livre allait être médiocre… Mais je ne m'attendais pas à une telle horreur. Non seulement le livre est mauvais, mais en plus il se permet de massacrer son parent « Dracula » !

Le début ne paraissait pourtant pas mauvais. Vingt-cinq ans après la mort de Dracula en Transylvanie, les principaux protagonistes ne vivent pas dans un monde rose : la happy-end après la destruction du Mal n'a pas eu lieu. Un couple qui bat de l'aile, un lord retiré du monde et toujours en peine d'amour, un docteur drogué, un mari alcoolique… Bref, ça va mal.

La perte de la forme épistolaire me gêne un peu : solution de facilité pour les auteurs probablement… Eh oui, Stoker avait mis très très très longtemps avant de finir son livre… Pas question que le couple Stoker/Holt y passe un quart de siècle ! Ensuite, même si les personnages ont beaucoup changé, j'ai eu un peu de mal à les retrouver. Est-ce le passable à la troisième personne ? La perte de la forme épistolaire ? Les vingt-cinq ans passés ?
J'avoue aussi mettre aussi un peu ennuyé, car j'ai pu lire le premier tome BD adapté du lire et que c'est assez fidèlement retranscrit. Mais bon, ceci est une autre histoire. Cependant, les choses ne se sont pas forcément améliorées au fur et à mesure de ma lecture.

Dans le livre, on découvre notre chère comtesse Bathory. C'est la grande vilaine méchante très belle et lesbienne. Ce dernier point de détail m'a un peu « gêné ». Bathory lesbienne, je pense que ce n'est pas une première dans un livre, mais c'est plus la manière dont c'est traité. En effet, j'ai parfois eu l'impression de tomber dans des vieux clichés machos : elle est lesbienne, car brutalisé par son mari, elle ne trouve de plaisir charnel qu'entre les mains tendres de femmes… Ensuite, les auteurs disent que lors de ses premiers rapports lesbiens, Bathory découvre sa « vraie nature » (elle est humaine à ce moment-là, pas de vampire qui tienne). J'avoue avoir été très gêné par cette expression. Faute de traduction ou idée des auteurs ? je ne saurai dire… Bref, une évocation de l'homosexualité féminine qui m'est apparue comme « veillotte » et « cliché ».
Pour en rester avec les femmes, même si Mina a le droit à des éloges sur son caractère, les femmes ne sont pas forcément bien loties dans ce roman. Entre Bathory qui est traité comme un cliché et Mina comme la mère et la femme mariée, bonjour l'image ! Sans compter que les auteurs font remarquer que les femmes pensent avec leurs coeurs et leurs sentiments (au contraire des hommes qui penseraient toujours avec leurs têtes et leurs consciences) : chose parfaitement mise en avant, car Mina et Bathory ne pensent QUE comme cela ! L'amour (avec un petit a ou avec un grand A) est ce qui motive les deux femmes.
Mesdames, vous êtes condamnées à penser avec votre coeur pour venger vos amours, sauver votre couple, sauver vos enfants ou à faire n'importe quoi pour l'Homme (?) de votre vie ! Entre un job payé 10 000 € à ne rien faire ou partir au bout du monde avec votre « âme soeur » sans le sou pour une vie de clodo, vous allez forcément partir vivre dans la rue ! Vous n'y pouvez rien c'est comme ça !

Revenons au livre.
La lecture est relativement facile avec un style pas trop désagréable. Même avec le pavé qu'était la première édition, il ne faudra pas plus de trois jours pour en venir à bout. À condition de pouvoir y parvenir, car plus on avance, plus on voit les choses arriver et plus en a envie de jeter le livre par la fenêtre… si ce n'est pas vous qui regarder la fenêtre pour mettre fin à vos jours vu l'horreur que vous avez entre les mains…
J'ai sentir venir les choses tant elles étaient grosses pour certaines. D'abord, vous vous dites : non ce n'est pas possible, ils (les auteurs) n'auraient pas osé… À si en fait ! J'étais dégoutée !
En plus, j'avoue avoir eu beaucoup de mal à voir Bram Stoker apparaitre dans cette « suite ». J'ai trouvé que cela faisait un peu « incestueux ». À cela, il faut ajouter qu'au vu du récit, ça ne rend vraiment pas hommage à ce grand homme ! Au contraire, ça fait plus jeu pervers où l'on lui dirait : « regarde comment on a retourné ton livre, comment on l'a massacré pour qu'on se foute plein les poches ! »

Ce livre est un massacre du livre de Stoker ! Et encore pire, le roman a été dénaturé et transformé en littérature pour pucelle de quinze ans fan de Twilight !! Sérieux, dans ce livre, les auteurs nous expliquent que Dracula, Vlad Tepes, était un GENTIL personnage !! Qu'il n'était en fait pas le méchant du livre de Bram Stoker ! Il est un soldat de Dieu ! Un flingue, donnez-moi un flingue ! Mon royaume pour un flingue !
Et que Abraham van Helsing était un putain de manipulateur et un assassin (ce n'est pas ce que Anthony a joué van Heling et Hannibal Lecter qu'il fallait confondre les deux) !
D'un certain point de vue, cela aurait pu être acceptable. Quand on connait un peu le personnage historique de Tepes, on peut dire : oui, il a oeuvré toute sa vie à la défense du monde chrétien contre les armées ottomanes. Mais « Dracula » de Stoker n'est pas un roman historique ! C'est un roman gothique, fantastique. Donc l'auteur a pris des libertés ! Vous ne voulez pas qu'on apprenne à nos enfants que dans leurs jeunesses, le président Lincoln chassait des vampires et la reine Victoria des zombies ?
Je pense que la recherche de mêlée-vérité historique et récit fantastique n'a vraiment pas fonctionné ici ! Surtout quand on sait comment le personnage de « Dracula » est présenté dans le roman de Stoker ! Sacrilège !!!

*Attention spoiler*
Voilà donc ce que nous révèle cette « suite » : si Dracula désirait venir à Londres, c'était pour arrêter sa cousine Bathory, car celle-ci n'est qu'autre que Jack l'Éventreur ! Et c'est pour cette raison qu'il n'a pas tué Jonathan lors de son séjour dans son château : le vampire ne voulait pas prendre le risque que ce dernier mette Bathory aux aboies. Bien sûr, une fois la méchante vampire tuée, il aurait libéré le jeune homme. Hahaha. Mais ce n'est pas tout ! Il n'a pas tué les marins du Déméter : ils sont tous morts de la peste. Évidemment. Il n'a pas tué Lucy non plus ! Il a même fait mieux : il lui a sauvé la vie ! Certes, Dracula a fait une erreur en la mordant, mais il était assoiffé (n'oubliez pas qu'il a traversé la méditerranée sans manger). Mais ce n'est pas sa morsure qui l'a conduite à la mort, mais la transfusion de van Helsing (rappelons que les groupes sanguins ne sont pas connus à cette époque) ! Et encore pire, Lucy aurait pu vivre en bon vampire si van Helsing (encore lui) n'avait pas tué (une seconde fois) la jeune femme ! Arthur aurait pu vivre heureux avec la vampire de ses rêves ! Remarque : si Lucy est une vampire qui mange les petits enfants, c'est parce que lors de sa renaissance, ses sens surpuissants et son horrible soif l'ont rendue folle et qu'elle a donc attaqué la première chose qui passait à sa portée. Il faut dire que le généreux Dracula souhaitait être à ses côtés pour l'instruire, mais que comme poursuivirent par van Helsing et les autres, il n'a pas pu être présent.
Vous pensez être dans une mauvaise fanfiction ? Non, c'est bien ce que raconte le livre !


Si ce roman est une suite de quelques choses, c'est la suite du film de Francis Ford Coppola : Bram Stoker's Dracula ! Et encore ! Les auteurs (on se demande d'ailleurs s'ils ont lu le livre original) ont tout misé sur ce qui a fait la réussite du film : l'histoire d'amour!!!!!! Eh oui, donnant à raison à toutes les gamines en rut, Dracula est amoureux transit de Mina. Edward Cullen et sa conne de Bella ont presque trouvé plus fort qu'eux ! Si Bella avait choisi de se marier avec Jacob, « Dracula l'immortel » aurait été la suite vingt ans après !
Si demain on me demandait de choisir entre Twilight et Dracula l'immortel, je préférerais encore relire Twilight, car lui, au moins, ne massacre pas l'un des plus grands chefs d'oeuvre de la littérature.

*Attention spoiler*
Et là, la révélation (non, ce n'est pas une parodie d'un livre Stéphanie Meyer) qui ne surprend personne, car on s'y attendait tellement tellement que les auteurs ont joué sur le déjà vu et le « je manque cruellement d'originalité quand on s'amuse avec un trio amoureux une femme et deux hommes ». Par ailleurs, j'ai vaguement trouvé que cette scène avec des points communs avec une scène très connue de Star Wars.
Plantons le décor. Dracula et Mina se vouent un amour fou et plein de passion. Par amour pour son fils Quincey (et aussi beaucoup pour Dracula) et dans l'espoir de le sauver (image de la mère prête à tous pour sauver son enfant et qui pense aussi avec son coeur), Mina devient un vampire ! Oui !! *Quelqu'un a une corde ? *. Après cela, Dracula part pour un combat épique avec sa démoniaque cousine (qu'on oubliera presque) Bathory. Pendant ce temps-là, Quincey arrive après le combat. À noter que pour lui, Dracula est un monstre qui a détruit sa famille et donc qu'il ne pense qu'à le buter. van Helsing, ce sale manipulateur, l'a aussi un peu orienté.
Dracula, à moitié mort (il s'est bien fait latter par Bathory), au bord d'une falaise avec le soleil qui s'apprête à se lever. En face Quincey bien décidé à en finir. Et là, c'est le drame !
« _Quincey, je suis ton père » !

On l'a venu venir de loin, on s'en dit qu'ils n'auraient pas osé, et bien si ! Dacre Stoker et Ian Holt l'ont fait ! Où sont mes pilules de cyanure ?

Pour ceux qui ne l'auraient pas compris, le scénario est mauvais ! On se croirait dans un mauvais film de série B où l'on aurait voulu rassembler plusieurs personnages tels que Dracula, Bathory et Jack the Ripper. Des éléments et des révélations prévisibles tant que c'est gros comme une maison. Par ailleurs, j'avoue eu avoir du mal avec des noms de personnages secondaires : Lee, Langella et Price. Ça ne fait que rajouter à l'aspect mauvais film…
Nombre de personnages sont, à mes yeux, fade et incohérent. Prenez l'inspecteur Cotford. Son revirement à la fin est juste nul ! Pendant tout le récit, il est présenté comme un homme de conviction, de poigne… mais malheureusement, je n'ai pas retrouvé ça à la fin. Son mea culpa n'est pas crédible.
Mais de tous, je pense que le pire, c'est quand même Mina. Je ne reviendrai pas sur elle, car je pense que j'en ai déjà assez di sur elle. « Je pense avec mon coeur comme toutes bonnes femmes et comme en plus je suis une épouse et mère, j'en remets une couche, sans oublié qu'en fait je suis passionnément amoureux d'un vampire sanguinaire (oups non, il est gentil en fait) et que j'ai donc fait un mariage bidon parce que j'ai pensé avec ma raison en choisissant Jonathan.. ». Avec l'ouverture du Festival de Cannes, je lui remets la palme d'or du personnage féminin cliché misogyne.

Conclusion.
S'il y avait une bonne idée de départ, le récit part complètement dans du n'importe quoi, à tel point qu'on a parfois l'impression de lire un délire d'un fan qui aurait vraiment voulu se marrer (je suis sûr que les Terrible Twins n'auraient pas pu faire mieux). L'oeuvre originale de Bram Stoker est complètement retournée pour que l'on puisse mettre le livre au rayon Bit-Lit. Les personnages sont dénaturés, vides, fades, et les femmes passent pour des crétines dirigées par leurs sentiments, le tout accompagné de cliché macho, pour ne pas dire misogynes.

Bref, j'ai vraiment pas aimé et j'avoue avec été choqué par la niaiserie et le massacre de l'oeuvre originale. Je ne sais pas ce que Bram Stoker avait mis dans ses notes, mais j'ai du mal à croire qu'il avait pu prévoir un récit comme ça !
Je déconseille plus que fortement la lecture de ce livre ! Si vous aimez « Dracula », surtout, ne vendez pas votre âme !

Lien : http://xian-moriarty.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Lindorie
  02 juin 2010
Il va être difficile de regrouper ici tout ce que j'ai envie de dire à propos de ce livre. En général j'arrive toujours à trouver plusieurs points positifs aux ouvrages que j'ai moins apprécié, mais ici comme dirait mon ami Theudrick, « c'est ma plus grande déception littéraire ». Je ne trouverai comme aspect positif que le respect de certains évènements ou faits historiques.
Mais il est clair que respecter les faits historique dans un romans ne fait pas de l'ouvrage un bon livre !
Pour moi cet ouvrage c'est le non respect et la destruction de l'oeuvre de Bram Stoker…. Prendre cet ouvrage et le jeter au feu, ou le trancher à la hache c'est pareil…. C'est honteux de traiter de la sorte le chef d'oeuvre de Bram Stoker pour faire une suite pareille… C'est un massacre tout simplement.
Les personnages n'ont plus rien avoir avec l'oeuvre de Stoker, ils ne correspondent plus à l'image que l'on s'en était fait. Les personnages de « Dracula » étaient attachants, aimants, sensibles, ceux de ce livre sont tout simplement détestables et antipathiques, ils ne collent plus au moule….
Le couple de Mina et Jonathan s'est déchiré, Jonathan en veut à son épouse d'avoir couché avec Dracula… C'est cru, ça casse l'oeuvre de Stoker, ou rien n'est dit, tout est laissé au libre court de l'imagination du lecteur, c'est ce qui fait toute la force et la beauté de l'oeuvre à mon sens. Ici à croire qu'il faut absolument du sexe, du sang, de la décapitation, du gore et j'en passe pour pouvoir faire vendre un roman…
Et ce n'est pas la seule chose que je reproche… Déjà le personnage de Barthory… Qu'est-ce qu'elle fait là ? Cousine de Dracula… Ah bon… ? C'est loin d'être la même époque…
Dracula n'est pas mort, sinon ça ne s'appellerait pas « Dracula l'Immortel »… On apprends ça dans une vision qu'a Mina à travers le regard de Barthory, qui a asssité à la scène (alors que le soleil est encore levé … on se demande comment c'est possible)… Incohérence avec l'oeuvre de Stoker… Tout d'un coup, Dracula n'est plus le méchant, il n'a pas tué Lucy, c'est van Helsing qui a fait une erreur de transfusion… Les incohérences s'enchaînent… Comment accepter un Dracula gentil et amoureux de Mina, alors qu'il est en même temps celui qui a empalé et tué des milliers de personnes… Il ne tue pas par plaisir, il déteste Barthory sa cousine car elle est le mal à l'état pur, elle aime tuer, torturer, elle tue par plaisir… Mais pourtant c'est bien le même Dracula qui a laissé Jonathan Harker enfermé dans son château en compagnie des 3 femmes vampires, tout aussi terribles et assoiffées de Sang qu'Elizabeth Barthory… Jonathan en revient tellement marqué qu'il n'arrive pas à en parler… Comment le personnage de Mina peut-elle avoir oublié cela ?
Le personnage du docteur Seward, devenu morphinomane, celui d'Arthur, déteste ses amis car il leur reproche la mort de Lucy…
Van Helsing qui veut devenir un vampire…
Chose complètement démente, les vampires peuvent se transformer en créatures mythiques, gargouilles, chimères,…
Ah et chose encore plus démente, L'inspecteur de police qui pense que van Helsing est Jack l'éventreur… Là c'est le comble.
Et puis il y a le personnage De Quincey junior, fils de Mina et de Dracula… (Comment un vampire peut-il engendrer la vie ? Il faut qu'on m'explique…. On se croirait dans Twilight là !) il est vraiment exécrable, détestable, il m'a mis les nerfs tout le long…
Enfin, l'auteur a intégré Bram Stoker lui même en tant que personnage du roman… Quincey Junior découvre l'histoire que ses parents lui ont tant cachées à travers le livre de Stoker… Mais comme Dracula est un personnage au final pas si mauvais, et aimant, l'oeuvre de Stoker est prise comme un ramassai d'âneries dans le roman… Dracula et Stoker sont d'ailleurs confrontés l'un à l'autre, on ne sait d'ailleurs pas ce qu'il advient du romancier, s'il est définitivement mort ou non…
Bref, pour moi ce livre est une véritable abomination, c'est un ramassis de clichés, qui détruisent l'oeuvre de Stocker, ses personnages, son style, son histoire, bref tout. Je suis bien contente de ne pas l'avoir acheté ! Ah et puis la fin, alors là franchement, c'est même plus que cliché, c'est pitoyable…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
facteur84
  28 février 2010
Attiré par ce livre avec les noms des auteurs prestigieux et la suite de l'histoire annoncé en grande pompe, je me méfiais quand même de ces grands éclats commerciaux autour de ce roman.
Après lecture de celui-ci, mes doutes sont confirmés. Beaucoup de pub pour un livre qui pour moi est un bide total et pathétique.
De partout le livre est qualifié, et c'est écrit de plus sur celui-ci, de suite officielle. Il n'en est rien. Je parlerais plutôt d'une histoire libre qui reprends les mêmes personnages. On a beau s'appeler Stoker et être le petit neveu et être accompagné d'un historien pour la crédibilité des recherches (que je ne conteste pas), cela ne donne pas le droit d'appeler ce livre un suite officielle.
Si cela eu été le cas les auteurs se seraient contenté de relevé le défit de perpétuer le mythe du vampire Draculéen. Il n'en est rien ! A la place de l'art de la suggestion du premier livre, on nous sert un mélange d'actes crus, de sexe, de chair humaine, d'hémoglobine et de prédateur assoiffé à jouer avec ses proies, avec une bonne dose de romantisme qui peut faire vomir les fan du premier roman.
Oui ce nouveau roman n'est pas du tout pour les fans du roman du grand oncle. Autant j'ai apprécier la narration même si ce n'est pas comme dans le premier roman (épistolaire). Autant je n'ai pas du tout aimer la tournure que prennent les évènements à la moitié du livre.
Les libertés prises par rapport à l'oeuvre originale sont plus que ça. Ce sont pour certaines des contradictions et des inventions qui vont à l'encontre du grand oncle.
Quant une relation amoureuse est annoncée comme avoir été vécu par Mina et le vampire, j'ai cru avoir la berlue, me disant que j'avais peut être mal lu le premier livre. Il n'en est rien. Beaucoup de critiques sur Internet vont dans mon sens. Je suis même aller jusqu'à relire certains passages du premier livre. Rien de cela n'est suggéré. Certes il y a la liaison mentale pas de sentiments amoureux. Sinon mina en aurait parlé dans son journal intime.
Pour ceux qui veulent lire quand même ce livre, arrêtez vous ici, car certaines révélations pourraient vous décevoir plus tard dans mon texte.


Donc je reprends. Il y a aussi comme je l'ai dit au début des contradictions. On nous annonce du but en blanc que se serait van Ehlsing que serait l'auteur de la mort de Lucy à cause de l'incompatibilité des groupes sanguins duquel il ignorait l'existence à cette époque. Seulement si le grand oncle voulait vraiment faire une suite à son livre, il aurait laissé certains indices dans son premier livre. Comme ce bénéfice du doute sur les transfusion, ou l'histoire d'amour entre Mina et Dracula.
Autre bévue, l'apparition de l'inspecteur Cotford. Je me suis vraiment demandé ce qu'il venait faire ici. Alors certes l'amalgame avec l'affaire de Jack l'éventreur est peut être bien trouvé, mais le côté policier est vraiment trop présent. A certain moment j'avais envie de foutre des coups de points à cet inspecteur qui ne servait à rien. Surtout que par la suite on assiste à son décès. Pourquoi introduire un personnage qui ne sert à rien pour le faire mourrir ? le grand oncle avait vu juste en décidant de ne pas le faire apparaître dans son premier roman.
Et ce n'est pas le seul ! Certes l'idée de rendre hommage à son grand oncle était de bonne foi pour Dacre, en lui donnant le rôle de l'écrivain raté qui veut monter son livre en pièce de théâtre. Mais je trouve que ce n'était absolument pas nécessaire. Surtout qu'en lisant on se rend compte qu'il a une drôle façon de lui rend hommage.
Même si je n'ai pas trop aimer le personnage de la contesse Bâthory, j'ai apprécié l'envergure que les auteurs lui ont donnée. Une vampire lesbienne moderne privée de son amour bafoué et vengeresse qui s'habille en homme pour l'époque (tailleur). Cela s'arrête là car après cela devient trop trop. Les auteurs se complaisent dans le mélange sexe, sang et jeu de chasse pour ce personnage.
Quant à la fin que dire à part que cela s'enfonce de plus en plus dans la nullité à mon goût.
Le professeur van Ehlsing devient vampire (comble pour un chasseur) se rendant compte soi disant qu'il s'est trompé sur le rôle de Dracula. Il choisit l'appât de l'éternité physique au courage de l'ordre des choses à affronter la mort. Bref un lâche qui va en perdre la tête en voulant forcer Quicey Harker à rejoindre le camp de Dracula.
Si certes les pouvoirs qui sont attribués à Mina par le sang mêlé à cause de Dracula et de Bâthory est intéressant, cela s'arrête ici. Car elle cède à ses pulsions juvéniles en s'abandonnant à son prince des ténèbres en lui laissant la transformer en vampire pour faire pencher la balance de leur côté (Dracula et Mina) dans la bataille contre Bâthory et ainsi pouvoir sauver son fils. Destin funeste pour elle qui finira brûlé par le soleil au fond de la crevasse avec son Dracula.
Finalement avec tous cela et autre petites choses, le comte Dracula se transforme en héros romantique et ne reste pas un monstre assoiffé de sang et de suprématie raciale comme cela était le cas dans le premier roman. Ce n'est pas du tout ce que je recherchais. Les auteurs ont fait leur choix. Mais il est certains que cela à déplus et déplaira à beaucoup de monde. le mythe du vampire tombe ici en désuétude. On croirait presque que Dracula est devenue un membre actif de la bande à Buffy ou à Edward et Bella (avis aux amateurs ce qui n'est pas mon cas). Encore que les épisodes « Twilight » sont sûrement plus recherchés que ça et mieux écrit.
Cela aurait pu être crédible si le grand oncle voulait aller dans se sens. Aucun indice n'apparaît dans le premier livre.
Bref pour ma part je pense que Bram Stoker doit plus que se retourner dans sa tombe, il doit faire sûrement la toupie !!!
Sans être un puritain du premier roman, je m'attendais à mieux de la part d'un descendant. Surtout que l'on nous assure que tous les héritiers ont cautionné ce livre. A mon avis ils ne l'ont pas tous lu entièrement. Sinon ils auraient refusés que l'on bafoue la mémoire de l'écrivain.
Un conseil pour ceux qui veulent lire ce lire. Lisez je vous en supplie l'oeuvre originale. Vous gagnerez en plaisir et en richesse pour avoir matière à comparaison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Stemilou
  27 avril 2010
La suite officielle du fameux Dracula de Bram Stoker par un de ses arrières petits neveux Dacre Stoker aidé de Ian Holt.
On change de forme, adieu le style épistolaire et victorien qui nous a charmés dans Dracula, mais le rythme est là et l'atmosphère tout aussi pesante malgré tout on débute le roman avec une lettre que Mina Harker a écrit à son fils Quincey. le petit plus est évidemment les scènes davantage crues.
Derrière le titre se cache bien des choses, au premier abord on se dit ‘Ah Dracula n'est finalement pas mort lors de l'assaut donné devant son château de Transylvanie !! Il est donc revenu se venger ? ».
Désolé c'est tout le contraire il est venu « sauver » ceux qui ont voulu le tuer et détruire Elisabeth Báthory (petite parenthèse le film La comtesse retraçant l'histoire d'Elisabeth Báthory sortira bientôt dans les salles).

Alors, on retrouve beaucoup de référence notamment à Jack l'Eventreur dont la conclusion est un peu tirée par les cheveux à mon avis mais qui ne manque pas d'imagination et qui donne quand même un ton particulier à l'histoire.

Un autre point important à mes yeux est l'évolution des différents personnages, on les a quitté en héros et on en retrouve certains dans la déchéance, ça m'a fichu un coup !!

Dracula le vampire sanguinaire, vieux et pervers se transforme être humanisé (eh oui avec une conscience et tout), en amant voluptueux et en sauveur de l'humanité euh non ! En Chevalier de Dieu c'est différent et nettement plus respectable.

Un fait étrange aussi avec le personnage de Mina on la quitte complètement guérie de sa mésaventure avec Dracula mais revirement de situation la voilà qui ne vieillit pas et en plus est amoureuse de Dracula aux dépens de Jonathan son mari mais surtout cette femme accrochée au bask de son mari devient du coup un peu plus déterminée à mener sa barque seule et à sauver son fils.

Jonathan Harker le courageux est maintenant complètement désemparé face à sa femme et alcoolique de surcroit, Arthur Holmwood maintenant lord Goldaming riche héritier c'est complètement coupé de ses anciens amis, et le Dr Seward qui continu sa quête pour anéantir les vampires est morphinomane, quant à van Helsing (celui qui a compris de suite quel mal emportait Lucy et a conduit le groupe en Transylvanie) est dans ce roman devenu un être abject qui a dévoilé leur histoire à un écrivain et qui est devenu immortel : il a trahi tout le monde.

Mis à part les personnages que l'on retrouve il y en a deux, au centre du récit, et dont les auteurs ont bien su l'intégrer au récit originel : la comtesse Elisabeth Báthory (figure historique et souvent associée au vampire, connu pour ses meurtres sur des jeunes filles et le fait qu'elle se baignait dans leur sang en espérant garder ainsi sa jeunesse) et le fils de Mina et Jonathan : Quincey Harker. Elle donne donc le rythme au roman, beaucoup d'action, des descriptions de meurtres et autres sacrifices odieux le tout guidé par une enquête policière avec un nouveau personnage encore celui de l'inspecteur Cotford (qui enquête sur les meurtres de Jack l'Eventreur). Ainsi que quelques informations sur le passé des personnages principaux : leur rencontre, leur vie avant la tragédie…
Ensuite et info non négligeable l'auteur du Dracula d'origine, Bram Stoker, devient un personnage à part entière du roman ce qui rend le tout assez curieux.

J'ai certes été attiré par le nom de l'auteur et le fait que ce soit un descendant qui écrive la suite de Dracula mais je n'ai pas eu le même enthousiaste et ai du mis prendre en 2 fois pour le lire entièrement car il est certain que la première moitié du roman est un peu barbante et surtout on retrouve beaucoup de rappel au roman de Bram Stoker ; mais la deuxième partie est vraiment prenante donc certes jusqu'à maintenant je n'ai pas vraiment fait l'éloge du roman car un peu déçue de la suite données au personnages mais il vaut le coup surtout pour ceux qui n'ont jamais lu le roman originel.
Je salue au passage les recherches historiques faites sur le comte Dracula et la comtesse Báthory deux personnages de l'Histoire assez troublant.


Voir le site officiel : www.dracula-limmortel.com
Lien : http://www.stemilou-over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
NanneNanne   28 octobre 2009
Lors de son séjour, ton père découvrit que son hôte et client, le prince Dracula, était en vérité une créature censée exister uniquement dans les contes et légendes populaires, l'une de celles qui se nourrit du sang des vivants afin d'accéder à l'immortalité. Dracula était ce que les gens du cru nommaient Nosferatu, le mort vivant. Mais l'appellation de vampire t'est sans doute plus familière.
Commenter  J’apprécie          120
NanneNanne   28 octobre 2009
Brusquement un hennissement perça la nuit et Seward virevolta, horrifié, en constatant son erreur. Dans sa hâte à éliminer les deux pions, il avait oublié la reine noire, susceptible de l'attaquer de toute part. Surgissant du brouillard, la voiture sans cocher caracolait dans sa direction. Pris de court, le médecin fut renversé à terre et aussitôt broyé par le piétinement des sabots et des roues de l'attelage. Gisant sur le pavé, il comprit qu'il avait non seulement échoué aux yeux du Bienfaiteur, mais aussi aux yeux de Dieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
belette2911belette2911   28 avril 2012
- Préférez-vous l'escrime aux joutes oratoires ?

Ladite comtesse s'immobilisa brusquement, telle une vipère qui s'apprêterait à mordre.
- Pourquoi pas ? roucoula-t-elle.

Ses yeux s'écarquillèrent et étincelèrent de volupté à l'idée du combat qui allait commencer.
Commenter  J’apprécie          100
dbarbieuxdbarbieux   26 juin 2012
Les maisons de correction ne sont point la réponse au problème ! poursuivit le jeune homme.
Nombre d'enfants abandonnés vivent de larcins,ou pis encore...
Nous devons agir pour que notre système éducatif préserve à la fois la moralité et l'ordre public.
Commenter  J’apprécie          90
autres livres classés : draculaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1740 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre
.. ..