AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352874564
Éditeur : Archipoche (13/03/2013)
Résumé :
Lorsque Cathy Glass, mère d'accueil, se voit confier la garde de Jodie, une petite fille de 8 ans, elle ignore encore qu'elle va affronter le cas le plus difficile de sa carrière.
Jodie, particulièrement violente envers elle-même et son entourage, a le niveau mental d'une enfant de 4 ans et souffre d'un trouble de dédoublement de la personnalité : apparaissent fréquemment une fillette de 2 ans, Amy, et un homme particulièrement cruel, Reg.
Quelles atro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Chrichrilecture
  11 mai 2018
Heureusement
Heureusement qu'il ya des familles comme celle de Cathy pour s'occuper des enfants qui ne sont pas heureux dans leurs familles ou que leurs parents les maltraitent ou n'arrive pas a subvenir a leurs besoins
Un témoignage bouleversant et révoltant ou la vie de Jodie est foutu à cause de ces parents qui font parties d'un réseau de pédophilie, et cette vie d'enfants qui est aussi gâché par les services sociaux qui ont du mal a ce mettre en place ou que certain ne font pas leurs travail correctement
Un super témoignage que tout le monde devrait lire
Commenter  J’apprécie          280
Angeliky
  05 novembre 2016
C'est le premier livre de Cathy Glass que je lis, je dois dire que j'ai aimé ce livre. On ne s'ennuie pas, il n'y a pas de lenteur dans le récit et on arrive à se mettre dans la peau de Cathy Glass. Quelle leçon de courage nous donne ce livre! Il ne faut jamais baisser les bras dans les situations difficiles, affronter les problèmes et aller jusqu'au bout, épuiser toutes nos forces pour atteindre notre objectif! C'est ce que Cathy Glass nous délivre comme message dans ce livre sans oublier les messages d'amour et d'attention envers autrui qu'elle y véhicule.
Commenter  J’apprécie          150
lailasamburu
  27 novembre 2013
Ne vous attendez pas, par la lecture de livre, à découvrir une autobiographie d'une victime de sévices sexuels.
Ce livre a été écrit par sa mère d'accueil pendant un an, et nous fait part de ses efforts pour aider cette petite fille à partager son vécu, lorsque la nécessité se fait sentir, et à surmonter cette horrible période de son existence.
Cet ouvrage mérite d'être lu pour deux raisons principales à mon sens :
--- rarement, le travail des familles d'accueil n'a été aussi bien décrit, nous faisant part de tous les efforts quotidiens de tous ses membres et des répercussions qui peuvent en découler pour l'équilibre familial.
L'accent est très bien mis aussi sur la collaboration nécessaire entre la famille d'accueil et les services sociaux en charge de l'enfant.
--- les sévices subis par la petite victime ne sont pas décrits avec voyeurisme, mais avec toute la pudeur nécessaire sans pour autant en cacher l'horreur, ce qui reflète d'autant plus la force de caractère de cette mère d'accueil pour relever les défis imposés par la rééducation de cette enfant.
Il est triste de voir comme la vie de certains enfants peut être détruite, bien avant même qu'elle ne commence, par le comportement abject de certains adultes, par une immoralité qui décidément ne permet plus de les compter parmi les êtres humains, et surtout pas parmi des parents au plein sens du terme.
Un témoignage vibrant de sincérité… A LIRE… !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cecile13
  16 janvier 2016
J'avais déjà lu du même auteur "Maman dit que c'est ma faute" j'avais beaucoup aimé ce livre malgré la dureté du propos. Ce roman fait découvrir l'envers du décor des familles d'accueil. Cathy Glass est une femme formidable qui fait de son mieux pour aider ces enfants à redémarrer une nouvelle vie dans les meilleures conditions possibles.
Dans son témoignage, elle évoque le cas de Jodie, petite fille maltraitée par ses parents. Elle se fait du mal aux autres et à elle même. Elle a été violée par son père et ça la tellement détruite qu'elle a un dédoublement de personnalité. En lisant ces lignes, j'ai été révoltée et furieuse qu'on puisse infliger ça à une petite fille. Je recommande ce livre même si le sujet est difficile.
Commenter  J’apprécie          41
Sossolecture
  22 janvier 2019
Super histoire sur la condition des familles d'accueil
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
ChrichrilectureChrichrilecture   10 mai 2018
— Tu as été très courageuse, répétai-je à Jodie. Tu n’auras plus à subir ça. C’est terminé à présent.
— J’aurais mieux aimé un homme, dit-elle, sautillant à côté de moi.
— Quand ? Pour la visite médicale ? J’étais très étonnée. Assurément, après ce que Jodie avait souffert, qu’un homme pratique sur elle ce genre d’examen aurait dû être le dernier de ses souhaits !
— Pourquoi ?
— Les dames font plus mal que les hommes, parce qu’elles n’ont pas de zizi. Je m’arrêtai et me tournai vers elle alors que la signification de ses paroles m’apparaissait peu à peu.
— Je ne suis pas sûre de comprendre… Quelles dames ? Comment elles t’ont fait mal ? Elle fronça les sourcils tandis qu’elle cherchait dans son vocabulaire limité les mots pour expliquer.
— Ma maman et la tante Bell, il fallait qu’elles utilisent des choses parce qu’elles n’ont pas de zizi.
— Qu’elles utilisent des choses ? Sur tes organes génitaux, tu veux dire ?
— Oui. Comme les docteurs. Elles m’enfonçaient des choses à l’intérieur. J’étais pétrifiée. Oh non, par pitié ! Quelles atrocités supplémentaires cette enfant pouvait-elle avoir endurées ?
— Quelles choses, Jodie ?
— Des cuillères, comme celle que le docteur a mise dans ma bouche. Sauf qu’elles étaient en argent.
— Ta maman et ta tante Bell mettaient une cuillère en métal à l’intérieur de tes organes génitaux, c’est ça ? Elle hocha la tête.
— C’était froid. Papa la chauffait dans ses mains d’abord. Il était gentil de temps en temps, hein, Cathy ? C’en était trop. Je ne pouvais plus cacher ma colère contre les gens qui lui avaient infligé ce martyre.
— Non, Jodie, il n’était pas gentil. Il était vicieux. Ce sont des brutes. Tous autant qu’ils sont. J’espère qu’ils croupiront en enfer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
ChrichrilectureChrichrilecture   05 mai 2018
— Cuisiner ! Nettoyer ! Et vous, fichus gamins, dans mes pattes toute la journée ! Je me demande pourquoi je vous ai eus. Vous êtes des emmerdeurs ! Je voyais bien qu’elle jouait un rôle, qu’elle répétait sans doute des propos qu’avait tenus sa mère, et pourtant je sentais qu’il y avait là un fond de vérité. Aînée des trois enfants, elle avait probablement veillé sur son frère et sa sœur quand ses parents étaient trop ivres ou drogués pour s’occuper d’eux. Les raisons pour lesquelles nous vivions cette expérience me revinrent à l’esprit, et le bref aperçu que Jodie m’avait donné de son passé m’aida à rassembler mon énergie pour affronter l’humeur instable et les exigences continuelles qui ne manqueraient pas de se présenter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
rkhettaouirkhettaoui   20 juin 2013
Les enfants placés n’arrivent pas chez vous candides et souriants. Ils ont tendance à être renfermés à cause de ce qu’ils ont vécu et se montrent souvent distants, coléreux et inaccessibles, ce qui n’est guère étonnant. Dans les cas les pires, ils peuvent manifester une agressivité et une violence verbales, voire physiques. La seule constante, c’est qu’ils sont tous différents, et qu’ils ont besoin d’attention et de gentillesse pour sortir de leur chagrin. La tâche n’est jamais aisée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
myriampelemyriampele   02 janvier 2014
Je l'enlaçai et l'attirai contre moi. J'aurais aimé qu'il soit en mon pouvoir d'extirper la douleur et de la guérir.
- Ne te tourmente pas, Jodie. Tu ne crains plus rien avec moi. Ca ne se reproduira pas, je te le promets.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   20 juin 2013
Des enfants qui ont subi des sévices et qui souffrent n’utilisent parfois que des couleurs foncées. Leurs sens se sont fermés, en quelque sorte, et ils ne perçoivent rien du monde autour d’eux ; par conséquent, ils ne voient pas les formes et les couleurs comme les enfants normaux.
Commenter  J’apprécie          40
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
801 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..