AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782841721580
638 pages
Éditeur : L'Atalante (27/01/2001)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 14 notes)
Résumé :
La terre quelque part dans le futur : l'humanité est désormais soumise à un système de castes ultra-rigide. En bas de l'échelle, les Ouvriers sont des esclaves robotisés. En haut : les Oisifs, dont l'occupation principale consiste à se distraire en se mettant dans la peau des Acteurs, sorte de gladiateurs du futurs voués à se battre sur Autremonde, un univers parallèle fantastique peuplé d'elfe, d'ogres et de magiciens, et sur lequel règne en maître l'empereur-dieu ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
mauriceandre
  27 novembre 2019
Salut les Babelionautes
Pour sortir un peu du Roman de N. K. Jemisin , le tome 1 de la trilogie de l'héritage, que j'ai du mal à finir, j'ai relu un livre que j'avais lu pour la première fois en 2002.
le concept de départ ressemble à nos émissions de téléréalité, sauf que là des hommes meurent vraiment pour divertir les foules.
Au travers d'une histoire de mondes parallèles, Matthew Stover nous fait découvrir une civilisation de castes où le divertissement des nantis est le but suprême de sociétés de télétransmissions interstellaires.
Pour cela elles envoient des Acteurs et Actrices sur des mondes moyenâgeux dont Autremonde est l'Archétype
Ce sont tous des athlètes capables de tous les exploits car ils sont conditionnés en fonction de leurs destinations.
Et pendant qu'ils risquent leur vie, des milliards de téléspectateur suivent leur aventures en direct grâce a la technologie. La téléréalité poussait à son extrême
Hari Michaelson est Caine sur Autremonde ou il joue le rôle d'un Assassin, sur Terre c'est une légende vivante, et il est plutôt doué pour les combats à l'arme blanche.
Pour les Castes Dominantes les vies arrachées sur ces Mondes Lointains ne comptent pas, jusqu'au jour où la femme qu'il aime, actrice elle-même, disparaît dans les troubles violents qui agitent Ankhana.
Pour la sauver, Hari/Caine affrontera les dirigeants des deux mondes.
Ce roman allie la science-fiction et la Fantasy avec une maestria et un bonheur que j'ai rarement rencontrés. Si vous le commencez vous ne pourrez plus le lâcher avant la fin.
Moi qui adore la fantasy et la science-fiction, j'ai retrouvé tout ce qui me plait dans ces deux courants de l'imaginaire, au travers de ce livre.
Des combats de Gladiateurs, une technologie à la pointe de la galaxie, un monde de chevaliers, une histoire d'amour interstellaire.
Merci a Carine Chichereau qui a traduit ce superbe Roman, dommage que Matthew Stover n'est pas d'autres titre a part Aube de fer que je vais surement lire dans la foulée.
Bref, lisez-le !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
Xian
  22 mai 2015
Matthew Woodring Stover nous livre ici un roman palpitant, qui mêlent avec talent science-fiction et fantasy. D'un côté, la Terre, avec ses différentes castes, ses dirigeants véreux et ses divertissements en forme d'immersion virtuelle. de l'autre, Autremonde, un univers parallèle aux consonances médiévales, avec ses personnages sanguinaires, son souverain quasiment aussi puissant qu'un dieu, ses elfes, ses trolls et ses magiciens. Entre les deux, des acteurs qui sont transférés dans ce monde surnaturel pour faire vivre aux spectateurs terriens leurs aventures en direct. Ces acteurs payent parfois de leur vie pour assurer le spectacle et les bénéfices des sociétés de production. Caine, un tueur sans état d'âme, est le héros phare de la production, le plus bankable du moment. On paye cher pour suivre aux premiers rangs ses aventures sanglantes, à travers les yeux, les sensations et les pensées de Hari Michaelson, l'acteur qui campe le rôle du héros. Les pensées les plus subversives, qui pourraient nuire aux pouvoirs du studio ou du gouvernement, sont toutefois filtrées et contrôlées. Hari, aussi compromis dans un monde que dans l'autre, devra composer avec ces contraintes pour tenter de sauver sa femme, elle aussi actrice, qui l'a quitté depuis peu et qui a disparu sur Autremonde. Au fil de l'intrigue, Caine, toujours épris d'elle, évolue, passant de la violence extrême et gratuite à un comportement beaucoup plus humain et calculé. Après un nombre effroyable de morts, des rebondissements à foison et des émotions en tout genre, le final s'avère grandiose, magique, apocalyptique. Et en définitive, l'ennemi n'est pas celui qu'on attendait. le lecteur lui-même se voit interpellé de façon assez inattendue et habile.
De ce gros roman de 600 pages qui dénonce à sa façon les dérives des émissions de type télé-réalité et qui mériterait probablement de figurer parmi les classiques de la science-fiction, le seul bémol à relever est son côté ouvertement gore qui pourrait rebuter les lecteurs les moins fans du genre.
Malgré tout, une fois ouvert, on a du mal à lâcher ce livre, même après avoir tourné sa dernière page. C'est sans doute le meilleur gage de réussite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
DidierLarepe
  14 mars 2016
Un jeu télévisuel en direct pour des milliards d'humains et qui se déroulent "pour de vrai" sur un monde parallèle où les terriens interviennent comme acteur au milieu de véritables êtres qui ne se doutent de rien. Jusqu'au jour où une mission plus périlleuse au service des profits du Studio tourne mal et révèle la supercherie au monde colonisé. Une histoire haletante et originale, qui par moment se perd un peu, devient obscur mais se termine bien : les perdants ce ne sont pas les souverains sanguinaires de l'autre monde mais ceux qui ont essayé de profiter du jeu pour s'enrichir encore plus.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Elbakin.net   19 novembre 2013
Fun tout en restant intelligent, original, passionnant et bien écrit, Les Héros meurent aussi est tout ce que l’on attend d’un divertissement de qualité. Si le livre peut se suffire à lui-même, difficile de résister à l’appel du second tome en tournant la dernière page du roman.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   14 août 2016
« Aktiri » était un terme ouestant péjoratif aux sens multiples. Cela signifiait folie, mal, homicide, extraterrestre dévorant les bébés, etc., avec de nombreuses variantes. Les Aktiri sont des démons revêtant l’apparence d’hommes et de femmes afin d’abuser les honnêtes gens et de gagner leur confiance pour pouvoir ensuite piller, violer et massacrer avec une barbarie sans égale. Si on les tue, ils s’évanouissent dans une explosion de couleurs scintillantes.
En réalité, ce mot était un emprunt aux langues terriennes. Transférés sur Autremonde de façon plus grossière et voyante lors des débuts, trente ans plus tôt, les premiers acteurs avaient laissé une empreinte profonde sur cette culture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 août 2016
Je ne fais pas de politique... Je ne m’en suis jamais mêlé. Je suis un savant, c’est tout. J’ai passé ma vie à étudier la nature fondamentale de la magie, c’est-à-dire la nature du réel, parce que c’est la même chose, vous savez. Cette cotte de mailles ? C’est de l’argent, vous voyez ? Un conducteur presque parfait pour la magie – l’or est encore meilleur, mais je suis pauvre et tout l’or jamais entré dans ma bourse a servi à nourrir ma famille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 août 2016
Recevoir une épée dans l’abdomen est une expérience déconcertante : ça ne fait pas vraiment mal, mais putain que c’est froid ! Une onde glaciale se propage à travers vous et vous laisse les jambes en coton, tout comme mâcher un glaçon vous gèle le cerveau. La différence, c’est que la sensation irradie partout et que vous sentez la lame se glisser à l’intérieur et trancher les organes. Et franchement, si vous voulez mon avis, c’est à gerber.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 août 2016
Si l’épée qui a touché ma côte m’avait fait si mal à l’époque, je serais resté quelques secondes de plus sans bouger. Quand la douleur est telle, on ne peut pas faire grand-chose à part gémir, crier, se tordre de douleur, ou carrément claquer.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 août 2016
L’acteur avait pour lui le mépris qu’on éprouve pour le cafard tombé dans son bol de céréales.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3503 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre