AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Aline Azoulay (Traducteur)
ISBN : 2841114066
Éditeur : Editions Nil (24/03/2011)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 40 notes)
Résumé :

Agée d'une dizaine d'années, Gwenni Morgan grandit dans un petit village du pays de Galles. Friande de romans policiers, elle se pose beaucoup de questions sur sa famille et la petite communauté au sein de laquelle elle évolue. Face aux énigmes et aux secrets du monde adulte, elle décide un jour de lancer son enquête, comme les détectives de ses livres préférés. Où est donc passé Ifan Evans,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
sabine59
  19 juillet 2017
Jolie découverte ( enfin si on peut dire car ce livre est dans ma pal depuis un moment et j'ai eu tort de le laisser en attente si longtemps!) que ce roman d'une auteure galloise, se situant dans les années 50.
Attachante Gwenni, narratrice hésitant encore entre enfance et adolescence, petit lutin que son entourage, sauf Pa' et mémé, juge bizarre parce qu'elle a beaucoup d'imagination et des idées originales...Elle se voit voler la nuit au-dessus de son village, les objets ont pour elle des attitudes humaines...
Poignante Gwenni, rejetée par sa mère dépressive, peu aimée de sa soeur Bethan, et découvrant des secrets familiaux difficiles à entendre...
Curieuse Gwenni, menant l'enquête pour savoir qui a tué Ivan Evans. Mais cet aspect policier est vraiment secondaire. On préfère écouter le récit de la malicieuse et tendre fillette, entre humour et émotion. Et découvrir, à travers elle, la campagne galloise et ses personnages hauts en couleur, toujours en train de boire un thé réconfortant ou d'affronter les averses soudaines...
Avec elle, la terre fredonne, les fenêtres des maisons sont, la nuit, quand elle vole" pétrifiées par le sommeil", les renards en fourrure ont une âme...Un livre poétique et d'une grande finesse psychologique. A découvrir!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          249
LillyMaya
  19 janvier 2015
J'ai passé un bon moment en compagnie de Gwenni. Cette demoiselle de 12 ans et demi a une imagination débordante et rien de tel qu'une mystérieuse disparition pour la lancer dans une enquête...
J'ai beaucoup aimé le style de narration. Je le trouve vraiment adapté à la personnalité de Gwenni. Et je ne pouvais m'empêcher de dévorer les chapitres les uns derrières les autres pour savoir comment tout cela allait finir.
C'est un récit qui est dur. La famille de Gwenni est en effet particulière, sa mère ne la supporte pas et le fait bien sentir. Son père heureusement la défend. Sa soeur la trouve bizarre.
Dans le village c'est une galerie de personnages un peu stéréotypée peut-être, la commère mauvaise langue, l'idiot du village etc...
A travers les yeux de Gwenni on devine des choses plus terribles, qu'elle ne perçoit pas forcément (le chien noir par exemple), mais que nous devinons avec notre regard d'adulte.
J'aurais aimé un petit lexique phonétique à la fin pour connaitre la prononciation des nombreux prénoms et noms gallois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
moustafette
  24 avril 2011
Gwenni Morgan grandit dans un petit village du Pays de Galles à la fin des années 50. Elle observe le monde adulte du haut de ses douze ans et celui-ci ne semble guère l'enchanter, contrairement à celui qu'elle rejoint la nuit venue où, entre veille et sommeil, elle s'entraîne à voler au-dessus du village. Elle entretient ce don au grand dam de sa mère qui craint pour la réputation de Gwenni que l'on qualifie déjà de fillette un peu bizarre.
Il faut dire que Gwenni a un imaginaire en perpétuelle ébullition... Elle donne vie à de curieux visages incrustés dans les murs, anime les pichets qui trônent sur les étagères ou les étoles de renard qui reposent sur les épaules de certaines villageoises. Elle aime également à se réfugier dans les romans policiers que lui prête sa tante. Aussi, lorsque le mari de Mrs Ewans disparaît, elle ne peut s'empêcher de fouiner partout d'autant plus qu'elle est persuadée d'avoir aperçu son cadavre lors d'une de ses virées nocturnes. Mais à trop fouiller, Gwenni va soulever des secrets qu'elle était loin d'avoir imaginés.
L'intrigue policière passe vite au second plan pour laisser place à un roman d'atmosphère. Atmosphère humide de l'Angleterre rurale enveloppée de brume et sur laquelle règne encore l'esprit druidique celte. Atmosphère confinée des intérieurs saturés d'effluves de sandwiches au concombre ou de sauce à la menthe, tandis que sur un coin de poêle une bouilloire attend toujours prête pour le thé. Atmosphère prude et pudibonde que la religion fait peser jusqu'à la folie sur les habitants. Et enfin, celle de l'enfance qui s'échappe et qu'une fillette appréhende de quitter. Gwenni élève alors un rempart de petites phobies destiné à la protéger du monde compliqué des adultes, réveillant en cela nos peurs de petites filles, nos interrogations et nos explications parfois farfelues.
On retrouve dans ce joli roman tout ce que les enfants sont capables de mettre en place pour faire de la triste réalité un monde merveilleux, et nous suivons Gwenni, telle une Alice sautillante, dans sa lecture de l'univers où ses meilleurs amis sont la nature, les livres, son chat et les gâteaux à la vanille.
Un livre en forme de balade initiatique, entre réalisme et poésie, à l'instar de la couverture en relief et d'un titre qui donnent envie de s'envoler et de retrouver le monde de notre enfance.


Lien : http://moustafette.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fannyvincent
  04 août 2017
Ce roman patientait dans ma pile de livres en attente depuis un bon moment. Mes vacances estivales m'ayant mené du côté du Pays de Galles, contrée dans laquelle se déroule l'histoire, j'y ai vu l'occasion de le lire enfin ! Et cette lecture fut pour le moins laborieuse… soyons clair, cette histoire, mêlant enfance, enquête policière et conte, n'est pas totalement déplaisante. Mais il y manque quelque chose pour donner envie de s'y intéresser pleinement. L'enquête autour de la mort du berger Ifan Evans est finalement assez anecdotique (la conclusion paraissant évidente très tôt), les développements tournent essentiellement autour des secrets de famille de la jeune héroïne, laquelle a par ailleurs une imagination plutôt débridée à laquelle j'ai eu un peu de mal à adhérer. Mais je crois que ma principale déception vient du fait que ce roman n'est finalement pas plus imprégné que cela de la culture galloise. Dommage…
Commenter  J’apprécie          70
Melopee
  24 décembre 2011
Gwenni Morgan est une petite fille âgée de douze ans et demi. Résidant dans un petit village du pays de Galles, c'est une fillette aventureuse et pleine d'imagination. Elle se passionne pour les romans policiers et prétend à qui veut la croire qu'elle vole la nuit au-dessus des maisons. Voilà qu'un jour, le berger du village disparait et Gwenni se met en devoir de résoudre l'énigme : où a-t-il bien pu passer? Comment a-t-il pu abandonner sa femme et ses deux petites filles? Gwenni n'en démord pas, il y a quelque chose de louche là-dessous et c'est en puisant dans ses connaissances inspirées de ses lectures, qu'elle se met à interroger tous les villageois. Quelqu'un l'aurait-il vu? Avait-il quelque chose à se reprocher?
En vraie grande personne, Gwenni continue son enquête et finit par alerter les honnêtes gens. Et c'est aux oreilles de ses parents que ça retombe. Loin de renoncer, elle usurpe une vieille photo du disparu et met dans la confidence son amie Alwenna. Peut-être qu'à deux, le problème sera plus vite résolu...
En voilà un drôle de personnage, à la fois attachant et bienveillant. Cette petite Gwenni nous surprend de par sa gravité et sa constance dans la prise en main de l'affaire (mais où est la police? Wink ). On a l'impression de suivre un adulte miniature sur les traces d'une grande personne déraisonnable. Parallèlement, on découvre la famille de Gwenni, unie et solidaire mais dont les personnalités semblent très différentes : une mère instable, un père sur la réserve (bien que toujours à la défendre), une soeur rebelle. Lorsque la nouvelle de la disparition se propage, les esprits s'échauffent et personne n'en sort indemne car peut-être que chacun à sa part de responsabilité dans cette mystérieuse énigme.
Outre l'histoire qui est tour à tour drôle ou grave, c'est le style tout en poésie de Mari Strachan qui m'a tenu en haleine. Rien qu'au titre et à la couverture, j'étais déjà sous le charme, mais en parcourant les pages (qui défilent très vite), la magie a plus qu'opéré. La description du village en effervescence, des petites rumeurs circulant à droite à gauche, a attisé d'autant plus ma curiosité. Et le personnage central de Gwenni a achevé d'enfoncer le clou car sa force de caractère est admirable et même à son jeune âge, on la sent déterminée et pleine de courage. Elle m'a quelque part rappelé les personnages de Finnigan et moi de Sonya Hartnett ou la jeune héroïne dans Les trois lumières de Claire Keegan. J'ai été au bord du ravissement tout au long de cette histoire. On sent que Mari Strachan aime les mots et qu'elle les met habilement en scène. Quant à moi, elle a réussi à m'emporter et j'ai achevé ma lecture à regret. Vivement un prochain livre !
Lien : http://shereads.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
sabine59sabine59   20 juillet 2017
Madame Llywelyn Pugh ajuste son renard mort autour de ses épaules.(...) Il me fixe de ses yeux vitreux. Je l'observe et je lis la tristesse dans son regard. Est-ce qu'il est triste de ne pas avoir été enterré dignement? Le renard mort abaisse lentement les paupières, comme John Morris lorsqu'il est amical. Je me tourne vers Ma' mais elle est trop transportée par la Voix de Dieu pour remarquer le grand miracle qui, à deux rangées d'elle, vient de se produire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
cccc   01 avril 2011
Bethan s'est endormie en pleurant toutes les larmes de son corps, ce soir. Je l'ai laissée hoqueter et renifler en bas, et me suis élevée haut, très haut dans le ciel, là où l'air est doux comme la poitrine poudreuse de Mme Williams de Penrhiw. Tout là-haut, loin du monde, la nuit est paisible et je n'entends rien d'autre que le fredonnement de la terre.
Commenter  J’apprécie          60
LizouzouLizouzou   25 novembre 2011
- Gwenni est une gentille petite, monsieur Morgan. Elle ne fait pas toujours comme tout le monde, mais c'est parce qu'elle est assez intelligente pour voir qu'il y a différentes manières de faire les choses.
Commenter  J’apprécie          70
sabine59sabine59   20 juillet 2017
Nous nous allongeons dans l'herbe, jambes pointées vers la mer. Le soleil détrempé a du mal à réchauffer nos têtes. Le froid s'insinue à travers mon imper, mais je sens que je commence à dériver, telles les brindilles sur le torrent. Et si je m'envolais pendant mon sommeil ? Alors, j'entraînerais Catrin avec moi , tout là-haut dans le ciel. Je serrerais sa main bien fort, pour qu'elle ne tombe pas, et je lui ferais écouter le chant de la terre autour de nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JessoyaJessoya   08 octobre 2012
Tout là-haut, loin du monde, la nuit est paisible et je n'entends rien d'autre que le fredonnement de la terre. A l'école, quand j'ai chanté la note à M. Hughes, du cours de musique, il m'a dit que c'était un si bémol.
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : roman initiatiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
767 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre