AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791028104016
Éditeur : Bragelonne (14/06/2017)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Ce soir, mille deux cents passagers se réjouissent de faire la traversée maritime entre la Suède et la Finlande, à bord du ferry luxueux qui les emporte sur la mer Baltique. L'espace de vingt-quatre heures, ils abandonnent derrière eux leur vie quotidienne et se laissent aller à être quelqu'un d'autre.Mais le mal rôde à bord. Et au c?ur de la nuit, au milieu de la Baltique, il n'y a pas d'échappatoire possible. Surtout quand tout contact avec la terre ferme est myst... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
12 juillet 2017
Le Baltic Charisma est un ferry faisant régulièrement la liaison entre la Suède et la Finlande. À son bord, 1200 passagers embarquent pour une traversée de 24 heures. Beaucoup d'entre eux n'attendent qu'une chose, l'entrée dans les eaux internationales afin de se ruer sur les Dutty Free et se saouler. Bien évidemment, l'alcool coulant à flots, les passagers se vautrent dans la luxure et la décadence ... alors que dans une cabine, un enfant à l'apparence fragile appelle à l'aide. Un passager, Tomas a entendu cet appel et se rend dans cette cabine.... l'erreur à ne pas commettre... et le début d'une nuit d'horreur.
Globalement, je reste sur ma faim après avoir achevé ce roman. 😣 La quatrième de couverture me faisait espérer un roman digne de la plume de Stephen King comme Shinning ou ça et j'ai eu au final une sorte de roman de seconde zone. Certes, la lecture n'est pas désagréable et se fait aisément... mais la déception est grande.

Tout d'abord, le style d'écriture m'a quelque peu gênée. Je ne sais pas si cela vient de la traduction, mais certaines tournures de phrases, certaines phrases et certaines ponctuations sont complètement étranges.
Ensuite, l'auteur utilise comme style narratif le mode du multinarrateur avec par moment des chapitres "Baltic Charisma" qui reprennent tout ce qui se passe dans une sorte de synthèse. Cela casse le rythme et embrouille le lecteur.

Côté personnages, c'est à se demander si Mats Strandberg voulait qu'on s'attache à l'un d'eux émotionnellement ou bien s'il voulait vraiment nous les faire détester. Les premiers chapitres présentent des êtres dont on n'a sérieusement aucune envie de voir survivre ... voire dont le sort nous indiffère. Vous avez au choix, Marten un père bipolaire et suicidaire complètement alcoolique qui passe son temps à geindre et culpabilise ses proches ; son épouse Celia en fauteuil roulant qui semble totalement soumise à cet homme. Il en est de même pour d'autres passagers comme Marianne femme vieillissante et seule avec quelques tendances suicidaires (oui encore une😣), Madde une jeune femme ronde venue avec sa meilleure amie afin de séduire Dan, un chanteur en perte de vitesse qui assure le karaoké sur le ferry. Les autres personnages sont décrits dans le même style et souvent insérés dans des scènes de beuverie et de sexe.
Bref, cela ne donne vraiment aucune envie d'en voir un se sauver du paquebot... au contraire, on en vient presque à se moquer de leur devenir.☹️ Voire, on espère qu'ils seront les suivants afin d'avoir un personnage de moins à suivre.

Côté intrigue, ce livre me rappelle énormément celle du Poséidon de Paul Gallico dans l'ensemble et de nombreux films de série B tournés avec des petits budgets. L'histoire s'agence et se développe de manière attendue et grossière. le final est affligeant d'ennui avec une mort vite expédiée des organisateurs qui rend le tout complètement risible.
Globalement, l'intrigue tourne en rond (un peu comme les passagers contaminés) pour se terminer de la même manière. Les survivants ne se démarquent pas énormément même si l'auteur apporte enfin chez certains d'entre eux un aspect psychologique plus travaillé.

Au final, ce livre se lit vraiment aisément. Aucun ennui à tourner les pages. MAIS, côté qualité du contenu, on n'en a pas pour le prix. Pour vous donnez une image, vous prenez le film Titanic, vous remplacez tous les personnages par des jeunes acteurs sans expérience... vous filmez le tout sur une barque... Ce livre, c'est un peu cela : on nous promet de l'horreur avec cette couverture inquiétante, de l'angoisse avec ce résumé... et au final, on se trouve embarqué dans du bas de gamme. le lecteur n'est pas effrayé, se moque un peu de ce qui se relate via le récit... et attend juste le mot FIN pour passer à autre chose.
L'auteur dit avoir trouvé son influence dans les récits de Stephen King ? Un homonyme j'espère parce que là, on est loin du maître et de ses premières oeuvres.

Personnellement, il ne restera pas dans ma mémoire très longtemps en raison de tout cela.😓
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1158
LePamplemousse
10 juillet 2017
L'auteur a découvert les romans de Stephen King durant son adolescence, et cela l'a grandement influencé, au point que le Ferry a toutes les caractéristiques d'un roman d'horreur du grand maître.
Le « Baltic Charisma » est un ferry qui assure des traversées de 24 heures entre la Suède et la Finlande, dans le but annoncé de prendre du bon temps, à savoir manger à volonté et boire jusqu'à plus soif, on peut aussi se détendre avec des soins dans le spa ou danser dans les nombreuses discothèques, mais le but principal semble bien être de boire et boire encore…ce qui entraîne bien sûr quelques problèmes.
Les personnages sont variés et certains sont même particulièrement attachants, ce sont aussi bien des membres du personnel que des passagers.
Il y a Pia l'agent de sécurité qui aime sincèrement aider les gens, Calle qui a travaillé sur le ferry il y a des années et qui y revient avec son compagnon pour une soirée spéciale, Madde et Zandra, des trentenaires malheureuses qui ont envie d'oublier leur quotidien morne en s'amusant, Dan, le vieux chanteur de variété qui gagne sa vie en animant le karaoké toutes les nuits, Marianne la femme vieillissante qui espère un peu d'aventure, Lo l'adolescente amoureuse…
Les nombreux personnages nous sont présentés dans une première partie qui prend son temps pour s'installer, l'action ne commence que tardivement mais, dès les premiers signes qu'il se passe quelque chose d'étrange, le suspense monte crescendo pour ne plus s'arrêter et ce, jusqu'à la fin.
Le fonctionnement du ferry nous est également expliqué, on voit les différents corps de métiers que cela nécessite et l'ambiance qui règne au sein du bateau.
Comme dans tous les bons romans d'horreur, le sang coule à flot et les descriptions crues et gore ne manquent pas.
L'intrigue en elle-même est finalement classique mais très bien amenée.
Et tout comme dans certains romans de Stephen King, quelques longueurs sont à déplorer…Tout le monde n'est pas Graham Masterton !
J'ai passé un excellent moment sur ce ferry, même si les événements qui vont s'y dérouler ne m'ont à aucun moment donné envie d'y aller moi-même.
Il faut dire que le cocktail « alcool, sexe et hémoglobine » ne fait pas partie de mes fantasmes !
Je n'ai pas vraiment été angoissée à la lecture du ferry mais c'est un roman qui tient la route et qui a le mérite d'être original et très bien mené.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Saiwhisper
05 juillet 2017
J'ai été harponnée par la couverture et le résumé de ce roman ! En effet, j'étais très intriguée par cette histoire de paquebot où le mal rôde et l'idée de disparitions inexplicables… Je suis donc montée à bord du Baltic Charisma, ce ferry où le sang va grandement couler. Je vous l'annonce de suite : cela va être très difficile de ne pas parler de ce qu'il va se passer pendant le trajet, car c'est là toute la surprise du roman… le mystère plane pendant assez longtemps et, même après les premières disparitions, on doute plus ou moins sur la nature des faits jusqu'à ce qu'on nous l'explique. Bon, si vous connaissez mon genre de lecture favori, vous pourrez aisément devenir de quoi il s'agit, mais je n'en dis pas plus ! Globalement, j'ai passé un bon moment. Je n'ai pas frémi, cependant j'ai eu quelques montées d'adrénaline à certains instants. On a là un huis clos sordide qui est plutôt bon, même s'il n'innove pas le genre Horreur. En effet, que ce soit l'intrigue principale ou la fin ouverte, on reste assez dans un récit d'épouvante classique. Qu'importe, car j'ai bien aimé les personnages, j'ai adhéré à l'ambiance et j'imagine assez bien une adaptation cinématographique à cette oeuvre…
Pendant une bonne centaine de pages, on va découvrir plusieurs protagonistes, des clients du ferry ou des employés. Il y a par exemple Madde et Zandra (deux amies un peu éméchées), la famille d'Albin et de Lo (deux adolescents cousins), Marianne (une femme qui cherche à casser son train-train quotidien et à retrouver le goût à la vie), Dan (un chanteur de variété), Filip (le barman), Pia (un agent de sécurité), Calle et Vincent (un couple homosexuel) et bien d'autres qui sont plus ou moins importants dans l'intrigue. On a là une belle palette de personnages que l'on va apprendre à connaître au fil des pages. L'auteur utilise la narration alternée et fait en sorte de proposer des chapitres très courts afin de rapidement passer d'une personne à une autre, d'ajouter de la tension et de permettre au lecteur d'avoir une vision globale. Parfois, on décrit également le Baltic Charisma afin de voir l'évolution de l'histoire et l'avancée de l'horreur sur les ponts. J'ai apprécié l'ensemble des personnages, cependant ma préférence va à Albin, Lo, Pia, Calle et Dan. Ce dernier m'a fortement fait songer à Gary, l'un des personnages d'une trilogie horrifique de David Wellington… Comme lui, il s'avère intelligent, retors, violent, avide de sang et puissant. Il se révèle peu à peu au fil des victimes… Avec lui et le mystérieux fléau, on se retrouve très vite dans une course haletante pour survivre…
L'un des plus gros défauts de cet ouvrage est le début très très lent. Étant donné le nombre de personnages, il est normal que Mats Strandberg les présente tous et fasse un peu évoluer la personnalité de chacun. En effet, on va suivre les passagers s'amuser, se disputer, se séduire et boire à en perdre la raison. Je comprends donc que cette lenteur est nécessaire, même si cela ne m'a pas empêché de m'ennuyer un peu au départ. La nature du fléau m'a grandement plu, car c'est tout à fait le type d'ouvrage que j'aime dévorer… Cela dit, le rythme n'a pas toujours été bien géré et j'ai trouvé quelques répétitions, cependant ce n'est pas non plus bien méchant. Enfin, il est à noter que le langage est parfois assez cru et des passages peuvent heurter la sensibilité des personnes les plus sensibles. On reste sur de l'Horreur gore avec de l'hémoglobine à profusion… Cela m'a plu, toutefois cela peut déranger certains lecteurs. En tout cas, ce one-shot mériterait une suite ou une adaptation, car il a le mérite d'être prenant, sanglant, effrayant et intéressant. Un chouette survival horror qui, même s'il a des défauts, m'a fait passer un bon moment…

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
Amnezik666
20 juillet 2017
Au vu de la couv' sanguinolente et de la sobriété (bienvenue) de la quatrième, il me tardait de découvrir ce qui allait transformer une croisière plutôt routinière en un véritable bain de sang. Toutes les options restaient envisageables : tueur en série, terroristes, virus, bestiole(s) pas sympa(s) et affamée(s) ou tout autre genre de monstruosité. Pour ma part j'ai compris ce à quoi l'on aurait à faire dès la première rencontre avec ces « deux passagers comme il n'en est encore jamais monté à bord sont présents« .
Chroniquer ce bouquin a quelque chose de frustrant, il ne faut surtout pas se montrer trop loquace, au risque de lever le voile sur ce mystère. Et du coup ça va m'obliger à faire court…
Le roman se décline sous la forme de chapitres POV (Poinf of View). Chaque chapitre nous fait vivre l'intrigue du point de vue d'un personnage. Une forme narrative popularisée par la saga le Trône de Fer de George R.R. Martin.
Les personnages sont nombreux, il faut le temps de se familiariser avec chacun histoire de les recadrer aisément. Mats Strandberg prend justement le soin de faire monter la pression lentement, de fait le lecteur n'est jamais embrouillé à se demander qui est qui ou qui fait quoi.
Je ne vais pas m'appesantir sur chacun, disons simplement qu'il y en a des sympathiques, des moins sympathiques et des franchement méprisables. Mais le plus souvent nul n'est tout blanc ou tout noir, un peu comme dans la vraie vie en fait.
J'ai un un faible pour Albin et Lo (même si au départ elle est un peu tête à claques, une ado quoi !), deux enfants confrontés à un monde d'adultes qui se délitait déjà avant même que les choses ne virent au cauchemar.
Comme indiqué plus haut, l'auteur opte pour un rythme de diesel. Il prend le temps de poser son cadre et ses personnages avant de répandre çà et là quelques gouttes d'hémoglobine. Loin d'être ennuyeuse, cette relative lenteur tendrait plutôt à faire monter l'angoisse, on attend avec une certaine appréhension le moment où la machine va s'emballer et où tout va aller de mal en pis. Parce qu'inévitablement, la situation ne peut que dégénérer et empirer.
Et effectivement quand la situation devient ingérable l'auteur change radicalement de rythme. le bouquin devient hautement addictif, plus moyen de le lâcher avant de connaître le fin mot de l'histoire.
Un roman à réserver aux lecteurs qui ont le coeur bien accroché, l'hémoglobine coule à flots et l'auteur ne lésine pas sur certaines descriptions ; tout ce qu'il faut pour faire un bon récit horrifique à huis clos, les amateurs du genre apprécieront… les autres passeront leur chemin… ou vomiront leur quatre-heures et leur minuit aussi (merci à Renaud, à qui j'emprunte sans vergogne cette expression).
Un petit bémol pour finir, sur la forme davantage que sur le fond. J'ai parfois rencontré quelques lourdeurs dans le style et une typographie un peu anarchique. Je ne sais pas si la faute en incombe à l'auteur ou à la traductrice. Rien de franchement rédhibitoire, mais suffisant pour faire tiquer le maniaque que je suis.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
winnies89
31 juillet 2017
En commençant ce livre, et après avoir lu le résumé, je m'attendais à lire un thriller. C'est pour cela que j'ai été surprise par la part de fantastique du récit. Ne m'y attendant pas, c'est un peu déroutant de prime abord. Dès le début du récit, on embarque à bord du Baltic Charisma, un ferry. Il fait une traversée de 24h sur la mer Baltique. J'ai eu un peu de mal au début à rentrer dans l'histoire. D'une part parce que le récit se fait à la troisième personne, et d'autre part à cause du nombre de personnages (passagers et membres d'équipage). le récit alternant plusieurs points de vue, un chapitre par personnage. Passé les 200 premières pages, il y a un mieux. On se focalise moins sur la vie personnelle des personnages, et les problèmes à bord commencent à se manifester. Certaines scènes sont assez glauques, voir écoeurantes. Et au vu de cela, je me suis rapidement doutée de ce que pouvait être l'enfant (Adam) et sa mère. En bref, j'ai bien aimé cette lecture, bien que ce ne soit pas ce à quoi je m'attendais. Cela reste tout de même une bonne lecture, plus proche selon moi d'un livre d'horreur que d'un thriller. Je me suis attachée à certains personnages, comme Filip, Lo, Albin, Calle. La fin laisse plusieurs possibilités en suspend. Si vous aimez le mélange de fantastique avec une touche de thriller lancez-vous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri710 juillet 2017
— Tu sais comment le bateau fonctionne. Je veux qu’il nous ramène au port. Comme l’arrivée du Demeter en Angleterre… Ce serait poétique, n’est-ce pas ? Laisser la réalité dépasser la fiction.
Adam rit en découvrant ses dents plus que centenaires, tandis que Dan essaie de comprendre ce qu’il a voulu dire.
— Alors le chaos balaiera la planète entière en l’espace de quelques semaines, enchaîne Adam.
Dan hoche la tête. Il énumère mentalement tous ceux qu’il hait sur le ferry. Filip. Jenny. Le capitaine Berggren. Birgitta de Grycksbo. Les vigiles.
Une armée de nouveau-nés. De morts-vivants. Craintifs. Éperdus. Affamés.
Ce garçon, qui n’en est pas un, et lui les dirigeront.
Un tout nouvel ordre mondial.
Toute sa vie, il a toujours su qu’il était destiné à quelque chose de grand. Et maintenant, c’est arrivé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Souri7Souri711 juillet 2017
Le ferry est rempli de gens qui, à terre, sont insignifiants, mais qui une fois à bord se comportent en maîtres du monde.
Commenter  J’apprécie          540
SaiwhisperSaiwhisper02 juillet 2017
Quelques mouettes rieuses passent à tire-d'aile devant la fenêtre. Leurs becs s'ouvrent et se referment, mais leurs cris ne pénètrent pas à l'intérieur du Charisma Buffet. On n'entend que le bruit des couverts comme la porcelaine et les voix trop fortes. Si Lo était là, si Lo était restée la même, Albin lui aurait raconté comment les gens croyaient jadis que les mouettes incarnent les âmes des marins morts. Et il lui raconterait que les fonds de la mer Baltique sont remplis d'épaves. Et de marins noyés, jamais retrouvés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SaiwhisperSaiwhisper05 juillet 2017
Le corps d'Alexandra s'est réchauffé sous le coup de l'angoisse. Dan ressent cette chaleur comme le soleil au printemps pendant une journée fraîche. Il observe la jeune femme dans le miroir.
Ce qu'il éprouve n'est plus du désir sexuel, mais tout à fait autre chose.
Un désir qui veut écorcher. Qui veut déchiqueter. Il voudrait enfouir son visage dans la chair crue. Et aspirer chaque goutte.
Commenter  J’apprécie          50
SaiwhisperSaiwhisper04 juillet 2017
Peu importe la couleur de peau à l’extérieur, à l’intérieur nous sommes tous pareils. Sa mère disait toujours ça quand il était petit et posait des questions sur les différences entre les gens. Mais il n’avait jamais compris sa réponse.
Commenter  J’apprécie          90
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
395 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre