AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Julia (17)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
lyoko
  04 mai 2018
Julia vient de perdre sa fille dans un terrible accident domestique. Elle quitte tout, pour s'installer dans une nouvelle maison, grande et belle maison. Mais une maison rien qu'a elle... enfin pas tout à fait .

Si je n'ai pas été emballée par l'histoire en elle même, qui m'a laissée un peu sur ma faim... j'ai par contre beaucoup apprécié l'atmosphère angoissante qui se dégage de la plume de l'auteur. J'avoue ne pas avoir été fière de traversée la maison cette nuit avec le livre à la main.... du coup pour l'auteur c'est déjà à moitié gagné....

Pour l'autre moitié c'est plus difficile, d'autant que je suis peu réceptive au paranormal depuis un certain moment. Et puis un livre écrit il y a un peu moi d'un demi siècle.. qui a un peu mal vieilli a mon goût en ce qui concerne l'horreur.

Une bonne lecture quand même.
Commenter  J’apprécie          604
eco
  16 septembre 2014
Comme à son habitude, Peter Straub offre à ses lecteurs une galerie de personnages complexes qui évoluent dans une histoire où il est difficile de distinguer le réel de d'imaginaire. J'aime énormément Peter Straub, la littérature fantastique manque cruellement d'auteur à l'écriture aussi exigeante; ses romans se méritent mais je n'ai jamais été déçu. "Julia" ne déroge donc pas à la règle malgré sa modeste taille et on, navigue dans un thriller psychologique plutôt que dans un pur roman d'épouvante mais l'un n'empêche pas l'autre. Un excellent livre, très sombre mais il ne faut pas s'attendre à des fantômes drapés de blanc qui hantent les couloirs décrépis d'un château en pierre… Quoique, on en sait jamais vraiment avec ce chenapan de Straub…
Commenter  J’apprécie          150
fleurdusoleil
  05 juillet 2012
Connaissant Peter Straub pour sa collaboration avec Stephen King sur le roman Talisman, c'est sans grande inquiétude que je me suis lancée dans la lecture de Julia.
Au premier abord, tout laisse penser que nous avons affaire ici à une énième histoire de maison hantée. le résumé va dans ce sens, non ?
Pourtant, le sentiment que je ressens après ma plongée auprès de Julia est un peu plus complexe. L'histoire de cette jeune femme laisse penser à une réflexion sur le fil ténu qui sépare la folie, qu'elle soit pure ou suite à un choc traumatique extrême, du surnaturel.
Je m'explique. Julia a subi un choc effroyable. Elle culpabilise de la mort tragique de sa petite fille. Son mari n'aidant pas, elle tente de fuir et de se réfugier dans un lieu où elle pourrait être en sécurité pour pouvoir se reconstruire et peut-être recommencer une nouvelle vie. Julia est encore très affaiblie par le drame. Lorsqu'elle prend possession de sa nouvelle demeure, qu'elle achète sur un coup de tête, les choses vont vite prendre une tournure sinistre.
La maison semble abriter une âme maléfique voulant à tout pris se servir de la jeune femme à des fins vengeresses. La maison est apparemment le théâtre de phénomènes paranormaux, bruits intempestifs, objets qui se déplacent...mais est-ce bien réel ou n'est-ce qu'un tour malsain du cerveau dérangé d'une mère ayant perdu son enfant dans des circonstances dramatiques ?
Même si l'histoire dans son ensemble m'a intéressée, je reste quand même mitigée sur ce livre.
Il est important d'abord de rappeler que le roman est sorti en 1976. A cette époque, la définition du mot terreur n'était pas celle que l'on plébiscite aujourd'hui. de nos jours, nous sommes plus exigeants, nous en voulons toujours plus ce qui est logique puisqu'en matière d'étrange et de surnaturel de nombreuses choses ont changés. Je ne m'étalerais pas sur le sujet car là n'est pas l'objet de cet article, mais ceci explique en partie la petite gêne que j'ai ressenti lors de ma lecture.
Tout simplement, ayant un goût prononcé pour l'épouvante/terreur, comme de nombreux adeptes j'ai découvert les nouveaux maitres du genre. Ils rivalisent tous d'ingéniosité et d'originalité pour nous faire trembler de peur.
Julia est naturellement moins effrayant et ne m'a pas transportée aux portes de l'angoisse, même si le thème abordait était vraiment très intéressant.

En bref, j'aime bien l'univers de Peter Straub, mais je suis de la nouvelle génération et comme tel, j'en demande énormément à un roman "terreur". Je voulais frisonner d'horreur en lisant ce livre, mais je me suis juste intéressée à l'aspect psychologique de l'histoire. Il n'empêche que j'ai apprécié cette lecture et que je le conseille volontiers à tous....




Lien : http://lacaveauxlivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
grm-uzik
  18 septembre 2016
Julia n'est pas bien, elle sort d'une hospitalisation en hôpital psychiatrique, il faut dire qu'elle a perdu sa fille dans des conditions dramatique. La pauvre Kate avait dix ans, elle avait la vie devant elle mais elle n'est plus. Kate s'étouffait en mangeant un morceau de viande, ce morceau ne voulait pas passer et commençait à l'étouffer. Ses parents ont agis, ils ont essayés de faire une trachéotomie sur la fillette mais cela a provoqué sa mort.
Julia et Magnus étaient un couple comme tant de couple. le ciment qui unissait ces deux êtres était cette petite fille que tous deux chérissaient, pour le reste ce n'était plus qu'union de principe chacun trouvant ce qu'il voulait dans les yeux de cette fille qu'ils avaient eu à deux.

Elle sort de l'hôpital et décide d'en finir avec son couple, elle achète donc une superbe maison sur un coup de tête, ou plutôt elle croit choisir la maison. Elle s'installe donc dans cette demeure, l'ancienne demeure des Rudge ou Heather recevait énormément et où vivait aussi Olivia sa fille. C'est vrai qu'entre temps cette maison fut habitée mais, c'est surtout la famille Rudge qui nous intéresse.
Nous apprenons que Heather a poignardée sa fille Olivia qui avait 10 ans. Pourquoi cet acte ? Était-elle folle ? Qu'est-ce qui a poussée à cet acte horrible ? Nous noterons au passage que la mort des deux fillettes, à vingt ans d'écart, s'est porté sous le signe du sang… poignardées toutes les deux, même si pour Kate ce n'est pas volontaire.

Julia a achetée cette maison sur un coup de tête, au début elle s'y sent bien même si elle ne semble pas être au mieux, il faut dire que son ex-conjoint voudrait qu'elle revienne, qu'elle entend des bruits la nuit, qu'elle est sur que c'est lui qui fait du bruit pour lui faire peur, pour la faire revenir.
Elle croit que Magnus tente de lui faire peur mais elle n'est pas totalement convaincue, elle se laisse séduire par l'idée d'une hantise dans cette maison. Il faut dire que le chauffage même coupé se remet en marche… des bruits dans la nuit, des frôlements sentis, des ombres au coin de l'oeil, ombres qui disparaissent dès qu'elle tourne la tête et pas mal d'autres petits détails.

Il faut aussi dire que sa belle soeur Lily, la soeur de Magnus, sait où elle se trouve car Julia la sait son amie. Lily en a profité et elle a tout de suite prévenue son frère, chose un peu bizarre car elle voulait sa tranquillité. Serait-elle saine d'esprit ?
Lily veut tout de même aider Julia, elle veut surtout qu'elle revienne avec son frère mais pas seulement pour lui, pour l'argent aussi car Julia est très riche. Elle veut lui changer les idées, c'est pour cela qu'elle l'invite à une séance de spiritisme, qu'elle propose de faire chez Julia. Mme Fludd, médium très puissante gère la situation et elle ne peut terminer la séance.

Tout tend à prouver qu'un esprit, voir plus, hanterait la maison, c'est ce qui pousse Julia à étudier le passé de cette maison et découvrir des choses sur les Rudge et pensera qu'elle a un rôle à jouer pour aider Olivia.
Dois-je vous en dire plus ? Je ne pense pas, par contre je peux vous dire que cette histoire allie le surnaturel au réel, Peter Straub nous livre une histoire où les deux sont liés. Julia aurait-elle des hallucinations ? Magnus et Lily en auraient-ils aussi ? Marc, le frère par adoption de Magnus et Lily, aurait-il déclenché quelque chose avec ses méditations ? Qu'est-il arrivé au petit Brader ? Olivia est elle une simple, jolie, gentille et belle jeune fille ?

Seule chose à savoir… nous entrons doucement dans l'histoire, pour ensuite s'imprégner doucement de l'horreur de la situation, Julia suivant plus le mouvement qu'autre chose, elle semble vouloir son indépendance mais trop de choses concourent à croire le contraire, elle semble totalement paumée, perdue même si elle agit.
Jusqu'à la fin l'histoire se trouve sur un équilibre précaire entre le réel et le surnaturel, même dans les dernières lignes il est possible de se poser des questions. Peter Straub nous a vraiment mené où il voulait et la fin nous laisse sur cette corde raide.

Que dire de plus ? le bouquin est super et l'histoire est bien ficelée. L'histoire passe de la folie à la réalité, en passant par l'ordinaire et le paranormal. Il n'y a que 281 pages mais je peux vous dire que vous restez dans le suspens jusqu'à la dernière ligne. Nous sommes vraiment dans un livre classifié là où il le faut : T.E.R.R.E.U.R.

Chapeau à l'auteur qui sait jouer avec les mots, les phrases, les pensées et sa prose. Je vous le recommande très fortement et sans aucune réserve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
gwenleen
  22 mars 2015
Un jour j'ai fait un cauchemar qui se passait dans une grande maison. Elle était sombre, avec des boiseries qui craquent, des draps de velours tendus partout mais offrait de grands et beaux volumes assortis d'une terreur certaine à chacun de nos pas. Cette nuit avait était horrible, et cette maison, je l'ai retrouvée dans ce bouquin ...

Pour cette sortie livresque, Bragelonne nous réédite un "vieux" récit terrifiant de 1976 et qui pourtant n'a pas pris une ride. L'ambiance est pesante (si vous avez déjà fait ce rêve de la vieille maison .... vous verrez c'est le même climat), noire, et prenante. le récit est addictif tant vous êtes emportés par les démons du passés rendant fous ceux du présent. Un jeu du chat et de la souris entre passé-présent, entre ex-conjoint, entre "amis", et tout s'enchaîne, tout s'emboîte, et vous pauvre lecteur êtes pris au milieu en n'ayant aucune solution de fuite.

Un excellent récit qui, comme je le disais, n'a pas vieilli. Aucun élément ne vous transporte en 76, il aurait pu se passer hier , il y a 10 ans , ... Et c'est ce qui fait la richesse d'une histoire, lorsqu'elle est intemporelle. Un très bon rythme jouant avec vos propres peurs sans pour autant en faire trop, une histoire solide qui ne lâche pas son lecteur. Un roman qui tout simplement ravirait les fans du maître absolu du genre: King.

A (re)découvrir, il serait dommage de passer à coté de cette pépite!
Lien : http://desmotssurdespages.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Varaha
  16 août 2017
Je dois avouer que Peter Straub sait s'y prendre pour nous dépeindre toutes sortes de personnalités diverses et variées. Qu'ils soient sains d'esprit ou complètement fous, tous sont attachants à leur manière. le vocabulaire et la tournure des phrases sont bien choisis et permettent de mettre un décor à l'histoire se déroulant au premier plan.
"Savez-vous ce que c'est que le meurtre? Savez-vous que c'est le plus grand de tous les crime contre l'âme, y compris contre celle des vivants? C'est un crime éternel."
Pour mettre en place le scénario : l'héroïne a vécu une situation tout simplement affreuse, et tente de s'en remettre. Mais pour cela, il lui faut trouver un coupable, quel qu'il soit...
Je termine ce récit avec une impression de manque. Manque de fin réelle, manque de réponses aux diverses questions et suppositions qui étaient apparues au fur et à mesure de la lecture de ce livre.
Commenter  J’apprécie          40
Riz-Deux-ZzZ
  26 mai 2018
En bref, un roman d'horreur qui ne répond pas à mes attentes. Cette histoire de maison hantée était vraiment alléchante mais je n'ai pas retrouvé le suspense et le frisson promis... La faute à une "héroïne" qui prend trop de place, effaçant totalement le personnage central à toute l'intrigue ainsi qu'à des révélations qui arrivent trop vite dans le roman pour garder en haleine le lecteur jusqu'au bout.
Lien : http://rizdeuxzzz.canalblog...
Commenter  J’apprécie          30
maltese
  23 juillet 2014
Avant "Ghost story", Peter Straub nous contait déjà des histoires de fantômes et de maison hantée.
Julia Lofting, suite au décès de sa fille et après un passage dans un centre de repos, décide de quitter son mari, le possessif Magnus, au prénom qualifiant si bien sa prestance et son caractère, et achète une grande demeure dans un quartier huppé de Londres.
Très vite, habiter dans cette maison va s'avérer être un cauchemar pour Julia.
Straub tout au long du roman décrit un personnage principal torturé par la mort de son enfant mais aussi par son entourage. Julia semble perdue dans l'existence et ne pourra trouver le bonheur dans ce lieu hanté tout autant par le passé que par sa psyché.
A plusieurs reprises, ce récit m'a rappelé le film "Ne vous retournez pas" de Nicolas Roeg ou encore le roman "Maison hantée" de Shirley Jackson.
Commenter  J’apprécie          30
JessSwann
  29 janvier 2018
Alors, j'avais entendu beaucoup de bien de Peter Straub mais je dois admettre que je ressors de ma lecture assez déçue. L'histoire de possession et spiritisme est intéressante mais je n'ai pas accroché au style de l'auteur que j'ai trouvé trop décousu, pas assez détaillé et un peu fouillis... L'héroïne est déconcertante parce qu'elle change très vite de comportement, d'opinion. On comprend assez vite que ce n'est pas Kate qu'elle voit mais Olivia, une autre petite fille. de la même façon, on devine assez vite le lien entre Julia et Olivia. Mais j'ai eu plus de mal avec la nature même d'Olivia, on a pas assez d'explications sur le personnage d'Olivia et les raisons de son sadisme ( un rapport d'expert psychiatre ou alors un côté complétement fantastique par exemple). Je n'ai pas non plus réussi à cerner Magnus, et le personnage de Lily m'a ennuyée (surtout quand elle doute alors que c'est elle qui a branché Julia sur le spiritisme)


Ce que j'aime : la trame de fond, le personnage d'Olivia (même si on aurait voulu en savoir plus), la fin


Ce que j'aime moins : je n'ai pas accroché au style de l'auteur et j'ai trouvé qu'il n'y avait pas assez d'informations sur les personnages qui agissent parfois de manière totalement incohérente


En bref : Un roman décousu qui a une excellente trame mais dont le style et les personnages m'ont laissée sur ma faim


Ma note


5/10
Lien : http://jessswann.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Troglodyte_onirique
  02 janvier 2016
Attention, spoilers :

Classique au premier abord, cette histoire de fantômes, publiée pour la première fois en 1975 aux États-Unis, s'avère très vite complexe et particulièrement prenante.
Le personnage principal, Julia, est tellement effacé, naïf et distrait qu'il semble bien trop fade, au départ, pour éveiller l'intérêt du lecteur. Et pourtant… Il se concentre peu à peu autour de Julia tant de phénomènes étranges, comme si elle agissait en catalyseur, et elle y semble si réceptive que l'on comprend rapidement qu'elle n'est pas un personnage ordinaire. Elle n'apparaît alors plus si insipide… et vous vous surprenez à suivre son incroyable histoire les nerfs à vif et les dents serrées !
Toutes les ficelles de la ghost story, élaborées de main de maître par les Anglo-Saxons, sont là : maison qui semble hantée par un esprit maléfique, médium terrifiée à la perception d'ondes émanant de ladite maison, sensations angoissantes d'une présence invisible, appareils ménagers qui se mettent en route tout seuls, objets qui disparaissent ou qui tombent avec fracas dans le noir, apparitions entraperçues du coin de l'oeil dans les miroirs, meurtres violents dont l'assassin reste anonyme et insaisissable… Tous ces phénomènes en apparence paranormale ne le sont pas forcément, l'intrigue apportant une explication rationnelle à certains. Quant aux autres…
À la manière de Henry James dans son Tour d'écrou, dont on ressent l'influence (parmi de nombreuses sources d'inspiration) sur Peter Straub, ce dernier a préféré la tension psychologique croissante aux images gore (quoique quelques scènes soient assez démonstratives, comme l'instant où la petite fille blonde décapite un oiseau en le coinçant dans les roues d'un vélo qu'elle fait rouler au sol) ou exhibant trop clairement un événement surnaturel estampillé comme tel. le thème de la démence est d'ailleurs omniprésent. Tous les personnages comportent leur lot de folie et d'ambiguïté, à commencer par Julia elle-même.
Rapidement, on comprend que la jeune femme, riche d'une fortune léguée par sa lignée paternelle, en grande partie acquise de façon brutale et sanglante, est une proie pour son mari, pour sa belle-soeur qui prétend la protéger alors qu'elle n'a d'autres intérêts que ceux de son frère, Magnus, l'époux de Julia, ou encore pour Marc, le beau-frère au « visage de loup déguisé en agneau » (p. 164). Tous en veulent à sa fortune, et Julia le comprend à un certain niveau de conscience. Aucun moyen pour s'octroyer une part de son gâteau ne les rebute, pas même celui de faire passer la belle nantie pour mentalement instable.
Néanmoins, tous, à un moment ou à un autre, ont la sensation que la maison de Julia est bien hantée par un esprit vengeur. Mais tous, encore, semblent plonger dans une obsession malsaine confinant à la folie, qui les fait douter de la fiabilité de leurs sens. Julia ne fait pas exception, elle qui, traumatisée par la mort de sa fille et broyée par un sentiment de culpabilité insurmontable, présente un comportement de plus en plus névrotique et se demande même à plusieurs reprises, du moins pendant un temps, si elle n'a pas accompli elle-même ce qu'elle prend pour les exactions du fantôme.
Car, dans la lignée du roman gothique, Julia a pour thème principal le poids du passé et des souvenirs qui ne se laissent pas oublier, venant à dévorer le présent. le passé de Julia est marqué par la trachéotomie manquée qu'elle a effectuée sur sa fille, Kate, alors que cette dernière était en train de s'étouffer avec un morceau de viande. Cette tragédie n'a pas fini de torturer Julia et son présent en porte encore les stigmates. Mais, surtout, cet accident entre en résonance avec un autre drame, plus ancien, qui a entaché à jamais la maison achetée par la jeune femme. Et c'est de ces deux événements issus du passé que va naître l'horreur, une horreur chaotique difficile à circonscrire au surnaturel ou au contraire à la simple théorie de la folie autodestructrice de l'héroïne.
Selon certains critiques dont le King de l'épouvante lui-même (Stephen de son petit nom), Julia, bien que ce roman soit diablement efficace, n'était qu'un coup d'essai pour Peter Straub, qui a signé son chef-d'oeuvre en la qualité de Ghost Story, publié quatre ans plus tard aux États-Unis, en 1979.
Alors, si vous avez déjà lu Julia, rassurez-vous : vous n'avez pas fini de trembler…

Si vous souhaitez lire plus de critiques sur les fictions de l'imaginaire, ainsi que des essais et des interviews, n'hésitez pas à me rendre visite sur mon blog : http://rivagesoniriques.blogspot.fr/
Lien : http://rivagesoniriques.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
614 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre