AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michel Pagel (Traducteur)
EAN : 9782259202701
312 pages
Éditeur : Plon (24/01/2007)
3.14/5   14 notes
Résumé :

Le spécialiste du suspense Peter Straub revient avec un roman inquiétant où l'existence de tous les personnages est remise en question. L'auteur Timothy Underhill travaille à l'écriture de son nouveau roman. Il tente d'oublier les démons personnels qui l'assaillent. En particulier, le fantôme de sa petite sœur April le hante. Quant à Willy Patrick, auteur renommé de livres pour enfants, dont le cél&#x... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Siabelle
  06 avril 2016
«Je parlais d'un nuage de maléfices, et d'un seul coup c'est devenu littéral, un nuage littéral, gluant et répugnant… Willy se frotta les mains, chassant une imaginaire substance gluante.»
C'est mon troisième livre de Peter Straub et je ne suis pas déçue. J'ai lu ses deux livres : «Ghost Story» et «Koko.» Je me souviens très bien qu'ils m'avaient laissé sur une belle impression. Peter Straub c'est un écrivain américain et il écrit beaucoup des romans dans le genre fantastique, horreur et policier. Il a gagné de nombreux prix dont son livre «Le cabinet noir». Il est sorti en 2004, il a remporté celui-là :
- Bram Stocker, Meilleur roman 2004.

Intriguant, Fascinant, Troublant
C'est quand même un bon pavé, il contient 320 pages. C'est l'histoire de Tim Underhill, c'est un écrivain, il travaille sur son nouveau roman. Il veut oublier ses angoisses intérieures. Il crée donc le personnage de Willy. C'est aussi une auteure, elle écrit pour les enfants et aussi «le cabinet noir». Elle vient de perdre sa fille et elle pense qu'elle est enfermée dans un immeuble. Or, elle est décédée…
On suit Tim, il n'est pas capable de finir d'écrire son livre. Et en plus de tout ça, il est poursuivi par un être bizarre et il reçoit des drôles de courriels. Pour finir, il ne sait pas comment ça pu être possible : Il rencontre Willy. C'est comme si leurs mondes se sont croisés et ils doivent réunir leurs forces pour s'en sortir. Est-ce qu'ils vont y arriver ?

Fiction, Menace, Instabilité
Je suis un peu mitigée face à ce livre. C'est une bonne idée de créer cette histoire entre l'écrivain et son héroïne. Je trouve que l'idée est bonne mais c'est un peu compliqué dans l'ensemble. Il faut suivre attentivement pour ne pas perdre les détails de l'histoire.
On rencontre les personnages principaux et ça m'a pris du temps à comprendre qui est vraiment Willy. Est-elle vraiment réelle ? Qui est-elle exactement pour Tim ?
Il y parle aussi du livre «Les enfants perdus», je ne l'ai pas lu mais j'y compte bien. Il fait aussi référence à «Alice au Pays des merveilles.» Tu arrives à bien suivre le déroulement dans son ensemble et ça n'enlève rien à l'histoire.
«Un truc qui ne frappe que les personnages de fiction, je suppose.»
Peter Straub est reconnu pour son écriture vive et habile, il place lentement son histoire. Il ajoute doucement ses personnages réels et fantastiques. Il les met dans un univers où il manie très bien la fiction et la réalité.
Quand j'ai ouvert mon livre, je ne savais pas à quoi m'attendre. J'avais juste le goût de me laisser transporté par la plume douée et posée de Peter Straub. À ma grande surprise, je me laisse intriguée par cette atmosphère électrique. Je suis captivée par l'intrigue, le suspense est toujours au rendez-vous. Je suis aussi enchantée par ses personnages vivants et complexes. Tu te questionnes aussi qui sont ses drôles de «créatures» que tu croises dans l'histoire. Peter Straub me surprend par sa fougue et son inspiration. Je constate encore une fois, son talent de conteur mérité.
«Pas de cabinet noir me disait-elle. Pas de cabinet noir pour Wiwwy, et moi, je lui répondais. On n'a pas de cabinet noir, ma chérie, tu n'as pas à t'en faire. Mais qu'est-ce que c'était, un cabinet noir ?»
Qu'est-ce que «le cabinet noir» exactement ? Est-ce que c'est le livre de Willy ou est-ce que c'est un lieu sombre ? Est-ce que c'est un endroit qui donne la chair de poule ? C'est aussi le mystère qui tourne autour de ce thème. Peter Straub fait très bien fonctionner notre imagination
là-dessus. C'est un peu au lecteur de faire sa propre conclusion.
Au fil des pages, tu aimes suivre les aventures des deux héros. Vers la fin du livre, quand ils se retrouvent, tu trouves ça étrange que Tim rencontre sa propre héroïne. Qu'est-ce qui ne le serait pas ? La lecture se lit facilement, il faut être attentif à chaque partie et au sous-titre. Il nous indique où on se situe. J'ai eu un peu difficulté lorsque je suis rendue vers la fin. Il y a eu des personnages secondaires qui se sont rajoutés et mon attention s'est un peu relâchée. Ensuite, il est revenu dans son histoire et j'étais toujours captivée pour savoir la finale.

Pour terminer, c'est un très bon moment de lecture. C'est une histoire qui est bien ficelée malgré beaucoup d'éléments qui s'y rajoutent. Je trouve que les personnages secondaires ont leurs propres personnalités et ils captent l'attention du lecteur. C'est une grande force de Peter Straub et c'est une réussite à mes yeux.
Dans ce livre, on y retrouve une belle poésie, qui donne une touche de plus à l'histoire. Peter Straub sait très bien raconter un récit et à cela il vaut la peine de le connaître. Pour ceux qui aiment Stephen King, il a écrit en co-écriture «Talisman». Je crois avoir lu qu'ils sont amis aussi dans la vie.
C'est un auteur que j'affectionne particulièrement et il possède lui aussi son propre univers et ses incontournables. Je dirais aussi que «Ghost Story» et «Koko» en font partie. Je vais lire aussi bientôt «Les enfants Perdus», «Julia» et «Messe noire».
Je ne peux pas vraiment vous conseiller une lecture, je ne suis pas encore familière. Laissez-vous porter par votre intuition et votre envie du moment et qui sait, vous ferez peut-être une belle découverte.
Pour moi, «Le cabinet noir» est une bonne aventure ! Et vous ?
Isabelle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          465
Millencolin
  30 janvier 2019
Bon je ne vais pas m'étendre trop longuement sur ce livre qui est, je dois bien l'avouer même si je m'y attendais, une petite déception.
La plume de l'auteur aide à faire passer le tout, mais l'histoire ne prend jamais vraiment le lecteur.
La première partie est intéressante, mystérieuse, avec d'un côté Tim Underhill, l'écrivain-héros, qui reçoit des emails de l'au-delà et qui croise même des individus étranges et menaçants en plein Manhattan, et de l'autre côté cette femme qui pleure encore le meurtre atroce de son mari et de sa petite fille en se laissant aller dans les bras d'un millionnaire cachant bien des choses.
Jusqu'ici tout va bien, c'est sympathique même. Et puis à la moitié du roman, lorsque l'intrigue doit carrément décoller avec la rencontre des deux protagonistes et l'élément-clé de toute l'histoire, l'élément sur lequel est finalement basé la réussite du roman, et bien ça ne décolle pas, ça reste plat, sans trop d'émotion. On ne sent jamais pris, ni jamais peiné par le destin de tous ces personnages. Et pourtant... oui pourtant, l'histoire est bien ficelée, en rappelant directement le précédent ouvrage de Peter Straub, à savoir Les enfants perdus, en repartant des bases qui y ont été construites et développées. le tout est bien pensé, bien imaginé. Encore une jolie histoire de fantômes, mais c'est comme si Straub était fatigué, qu'il avait perdu cette flamme qui l'habitait pour Koko ou Ghost Story.
Après, repartir d'un bouquin qui n'était déjà pas exceptionnel pour en pondre un autre, c'est un peu comme si on avait eu l'excellente idée de faire une suite à Fast & Furious, non j'exagère quand même un peu. le résultat se dégrade forcément au fur et à mesure.
Non pas que je déconseillerai ce livre, mais si vous voulez découvrir Peter Straub, je vous en conjure : Ne commencez surtout pas par le cabinet noir, qui aurait d'ailleurs été mieux traduit, tout simplement par La chambre noire.
Tiens d'ailleurs, j'ai failli oublier ce point, mais c'est la première fois que je tombe sur une traduction aussi médiocre. Il y a eu quelques phrases ou passages que je n'ai su comprendre que par le contexte général. C'est dommage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Okenwillow
  01 octobre 2020
Voilà deux ans que je n'avais pas lu Straub, et quelles retrouvailles ! Peu avant la création de ce blog j'avais englouti la trilogie Blue Rose et quelques autres romans du zigoto, et son talent de narrateur ainsi que son imagination demeurent éblouissants d'efficacité. le Cabinet noir est directement lié à son précédent roman, Les enfants perdus, mais on pourra lire celui-ci indépendamment, même si l'idéal pour s'imprégner de l'univers de Straub est de les lire dans l'ordre, de la même manière que Blue Rose, composé de 3 romans et histoires différents et qui gagnent à être lus à la suite, tant les connections a priori invisibles se révèlent au fur et à mesure de la lecture.Donc, dès les départ Straub, fidèle à son habitude, prend son temps (mais juste ce qu'il faut) pour nous mettre en situation. Présentation des personnages, lesquels s'avèrent comme toujours très approfondis et attachants, troublants de réalisme. Straub s'amuse à prêter à son héros, le romancier récurrent Tim Underhill, certaines de ses propres caractéristiques. Ce dernier joue aussi avec ces dédoublement avec l'héroïne du roman qu'il est en train d'écrire. Déjà à ce niveau-là on devine que Straub va s'en donner à coeur joie et nous balader entre fiction, réalité, imaginaire, et fantasmes. Et je dois dire qu'en y repensant les bras m'en tombent, l'intrigue est franchement tordue, on vire assez vite dans le fantastique, sauf qu'avec Straub on a toujours une dimension réaliste et des personnages tellement cohérents que l'association de tout ça donne le frisson de plaisir intense et exacerbé lorsque la fiction rencontre littéralement la réalité. On n'aurait pas pu faire plus basique et caricatural. Et pourtant, ça marche, pour les raisons que je viens d'évoquer. L'écriture de Straub est en outre très fine et subtile, il ne fait pas dans la facilité, même si dans mes souvenirs la trilogie Blue Rose me semble bien plus touffue et complexe, il reste un auteur très littéraire et profond. Les dialogues sont particulièrement justes. Il n'est pas seulement un excellent conteur d'histoire fantastique ou d'horreur, c'est aussi un vrai écrivain qui balade son lecteur au fil d'une prose vraiment enivrante, des histoires tortueuses autour de personnages fascinants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ratonlaveur13
  25 novembre 2015
Excellente idée de livre, on pourrait l'appeler "quand l'auteur rencontre son personnage principal", une histoire de fantômes qui avertissent le narrateur qu'il a franchi la "ligne rouge". Histoire invraisemblable mais néanmoins poétique. Je n'ai mis que trois étoiles car je trouve la traduction mal réussie.
Commenter  J’apprécie          30
Lheureduthriller
  05 mai 2017
Peter Straub mène ici une intéressante réflexion sur la relation identitaire qui lie auteur et personnages, servie par une narration jouant habilement sur la mise en abyme. La rencontre entre Tim et Willy marque la collision entre deux mondes, une rencontre impromptue entre réel et fiction où les doubles de papiers (Mitchell/Kalendar, Willy/Lilly) se font aussi échos de leur créateur.
Ne cherchez pas dans Night Room de la terreur et de l'effroi, ce n'est pas à proprement parler un roman d'horreur. Plutôt un thriller fantastique empreint d'une incroyable noirceur, mais surtout un incroyable exercice de style. Night Room est une métafiction qui fait suite aux Enfants perdus de Peter Straub (et de Tim Underhill dans le livre), histoire centrée sur la disparition de Mark Underhill, le neveu de Tim. Je vous conseille donc fortement de lire Les Enfants perdus avant d'entamer la lecture de Night Room, sans quoi vous risquez de passer totalement à côté d'une bonne partie de l'histoire.
Lien : https://wereallmadaboutbooks..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
SiabelleSiabelle   02 avril 2016
- Je suis écrivain. Kohle s'est présenté comme un fan. Il m'a apporté quelques exemplaires à dédicacer. Du même roman qu'il a déchiré et sur lequel il a pissé.
Simultanément, Borca déclara :
- J'imagine qu'il n'a pas tellement apprécié votre style. (...
Maggie demanda :
- Il y a beaucoup de dégâts ? demanda-t-elle.
- C'est surtout un peu gênant répondit Tim.
- Ah on le sent bien, oui, constata Borca. En fait, ça pue carrément.
- On dirait de la pisse de tigre, dit Beck.
L'écrivain les précéda dans le couloir.
- Je me rappelle avoir senti ça au zoo, quand j'étais petit, ajouta Beck, marchant de profil pour éviter de se cogner aux portemanteaux.
L'odeur avait macéré durant les dernières minutes. À présent, elle était si intense qu'elle piquait les yeux.
Maggie poussait un petit cri en voyant les dégâts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
SiabelleSiabelle   01 avril 2016
Pour la première fois de sa vie, Willy vit littéralement des étoiles. Elle se sentit sur le point de basculer en arrière au sein de ténèbres infinies. Ce qu'elle faisait était complètement fou. Elle ne pouvait en aucun cas imaginer la rencontre de Mitchell et de Holly pour la bonne raison qu'ils vivaient réellement dans des mondes différents, celui des vivants et celui des morts. Même en l'absence de l'un, la pure irréfutabilité de son existence repoussait l'autre au coeur du passé, la seule dimension dans laquelle elle pouvait être encore en vie. La jeune femme éprouva la même sensation qu'un condamné à mort gratifié d'une grâce de dernière minute. Une cruelle folie l'avait quittée, chassée par l'apparition de Mitchell Faber en son sein.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
SiabelleSiabelle   01 avril 2016
Tim Underhill, cette nuit-là, connut en alternance de pénibles périodes d'éveil et des rêves inquiétants dans lesquels tout ce qui l'entourait, y compris le sol qu'il foulait , se révélait n'être, à y bien regarder, que des images de synthèses. Il fuyait dans des champs, il errait à travers de grands bâtiments vides, il marchait lentement au sein d'une ville hantée, mais rien de tout cela n'avait plus de réalité qu'un mirage. les pavés et les mosaïques sous ses pieds, le long flanc de colline, les appliques et les murs auxquels elles s'accrochaient n'étaient que des effets clinquants, proches du dessin animé, générés par ordinateur. Il se leva, plus fatigué, qu'il ne s'était couché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SiabelleSiabelle   05 avril 2016
Des heures entières, en général des espèces de transitions, ont été en quelque sorte effacées de ma vie. Elles n'ont carrément pas lieu. Je monte en voiture, je démarre, et paf ! Instantanément, je suis arrivée. Parfois, je ne descends même pas de voiture : je suis déjà dans une pièce, en train de discuter avec quelqu'un. Je dois être en train de perdre la pédale.
Si une tâche de sang s'efface en à peu près une heure, combien de temps faut-il à un être humain pour disparaître ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SiabelleSiabelle   01 avril 2016
Il se rappela la stupéfiante vision de sa soeur, une petite Alice au pays des merveilles qui se penchait en avant pour lui lancer les mots Écoute-nous. Pour la première fois, il établit le rapport entre l'ordre d'April et les e-mails. Un frisson incontrôlable le traversa. Vulnérable, il contempla l'ordinateur posé sur son bureau tel un crapaud noir luisant. D'en dessous, les voix des morts remontaient sous forme de bulles pour inscrire leurs mots inachevés sur l'écran, l'un après l'autre, surgissant d'un puits sans fond. Il fallait qu'il sorte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93

Videos de Peter Straub (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter Straub
Excerpt: Artist Talk | "In That Case: Anthony Discenza and Peter Straub"
autres livres classés : romanciersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2143 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre