AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La Faculté des rêves (15)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
mesrives
  08 mars 2017
 La faculté des rêves annexe à la théorie sexuelle  de Sara Stridsberg (traduit par Jean-Baptiste Coursaud) propose l' approche d'un personnage hors du commun Valerie Solanas.
L'auteur Sara Stridsberg nous avertit que « La faculté des rêves n'est pas une biographie mais une fantaisie littéraire s'appuyant sur la vie et l'oeuvre de l'Américaine Valérie Solanas, aujourd'hui décédée. » 
Une fantaisie littéraire dans laquelle j'ai plongé dès les premières pages pour suivre le parcours atypique, extra-ordinaire de Valerie Solanas qui se définit elle-même comme « la seule pute intellectuelle publique de l'Amérique. »
Un parcours qui narrativement commence par le terminus: le Bristol Hôtel, 56 Mason Street, District de Tenderloin, San Francisco, Avril 1988 où à l'agonie elle attend sa fin.
Valérie malade, souffrante, fiévreuse n'est plus que l'ombre d'elle même, seule la gabardine en lamée argent dans cette chambre crasseuse, nauséabonde nous rappelle que dans les années 60, elle était une étoile montante : auteur de SCUM manifesto, accueillie à la Factory où Andy Warhol la filme dans «  I, a man « en 1968.
La narratrice (l'auteur) s'imaginant à son chevet rembobine le film de sa vie en séquences, prenant pour décor des lieux significatifs, symboles d'étapes décisives de son cheminement intellectuel, artistique, mais aussi de rencontres marquantes.
La vie de Valerie Solanas n'est pas la vie d'une fille cousue de fil blanc mais de fils d'or et d'argent.
Oui de fils d'or et d'argent, ceux que Dorothy, Dolly pour les intimes, sa mère, cousaient dans les doublures de ses robes pour lui porter bonheur.
Dolly son premier et éternel amour, c'est le temps de Ventor, les années 40, celui de son enfance et de son désenchantement, celui de l'adolescence et de la naissance de son dégoût des hommes (Valérie est abusée par son père, puis son beau père). Sa mère un éternel papillon qui s'enivre de vin sucré, butine le coeur des hommes et ne voit rien ou ne veut rien voir.

Plus tard, loin de chez elle, loin de son désert, elle rentre dans la spirale de la prostitution : elle vend son corps pour survivre mais vendre son corps ce n'est pas vendre son âme…
Direction Alligator Reef, Floride, la plage, le tapin, la lecture, une boulimie de livres, l'espoir d'entrer à l'Université , de réaliser ses rêves et Silky boy, le garçon de soie, son double, son compagnon de la débrouille, une rencontre chaleureuse.
15 ans en 1951, pour son anniversaire elle reçoit enfin une machine à écrire, le cadeau tant espéré, Valerie n'en démord pas elle veut devenir écrivain.
Mais de fil en aiguille, les livres ouvrent l'esprit, elle décide de tenter sa chance à l'Université pour devenir psychologue.
Et là bingo, sa candidature est retenue. Départ pour l'Université de Maryland, années 50, une nouvelle vie s'ouvre à elle, une nouvelle voie un nouvel amour, Cosmogirl ou Ann Duncan.
Mais la vie n'est pas un long fleuve tranquille, elle change de cap, affirme ses points de vue, se sent un peu à l'étroit et met le cap sur New York.

New York, années 60, lieu de sa réussite artistique et noeud du drame.
En effet si aujourd'hui Valerie Solanas est connue du grand public pour la tentative d'assassinat sur Andy Warhol en 1968 c'est pourtant son pamphlet Scum manifesto que l'on devrait retenir. Avant-gardiste, qualifiée de féministe anarchiste aujourd'hui , Sara Stridsberg ressuscite cette figure hors du temps et grâce à son travail nous permet de palper la société américaine sur un déroulé d'une trentaine d'années.

Un beau roman, captivant et émouvant.
Une écriture poétique et crue.
Un texte qui chamboule, qui émeut avec des instants lumineux et d'autres très noirs.
Alcool, addiction aux psychotropes, et la noire araignée qui tisse sa toile dans l'esprit de Valérie… nous ne pouvons qu'assister à sa chute inévitable.

Où est-tu partie Valérie Solanas , oiseau lumineux, blessé et noir ?
« Le soleil surfe partout dans le ciel, tu fardes tes lèvres de vieux rose, tu te regardes dans le miroir brisé. La plus belle gamine de neuf ans de toute l'Amérique. La surfeuse la plus rapide d'Alligator Reef. L'étudiante star de l'Université du Maryland. La femme qui n'a pas réussi à tuer Andy Warhol. »

Un coup de coeur, une double découverte: celle d'un auteur, Sara Stridsberg et celle d'une artiste et de sa production , Valérie Solanas et son Scum manifesto.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
KRISS45
  15 juin 2017
Sara Stridsberg se penche sur le cas de Valerie Jean Solanas née en 1936 dans un milieu populaire de l'Amérique profonde, au sein d'une famille complètement dysfonctionnelle. Figure du féminise radical, elle se revendique comme pute et intellectuelle. Son parcours de vie est douloureux , sa révolte violente et permanente.
Si elle est devenue tristement célèbre, c'est pour avoir tenté d'assassiner Andy Warhol.
Avec sa personnalité borderline, elle nous choque par sa véhémence et nous touche par sa détresse.
C'est une lecture difficile, éprouvante aussi bien par le sujet que par le style "complètement alambiqué et azimuté". Déroutant.
Commenter  J’apprécie          100
Tricia12
  20 septembre 2014
En préambule, Sara Stridsberg nous interpelle sur le fait que «la faculté des rêves n'est pas une biographie mais une fantaisie littéraire».
Et effectivement, l'auteur s'autorise une écriture qui ne peut laisser indifférent: tour à tour poétique, trash, construit sous formes de dialogues entre la narratrice (Sara Stridsberg) et l'héroïne qu'est Valérie Solanas, elle se permet toutes les libertés. le récit, écrit au présent, est déstructuré: on le débute par la chambre sordide où se meurt celle qui a donc failli tuer Andy Wharol vingt ans plus tôt puis on alterne avec son enfance et sa vie de jeune adulte.
J'ai nettement préféré le «récit» du début de sa vie qui n'est pas sans rappeler certains romans de Joyce Carol Oates qu'elle cite, d'ailleurs en postface, faisant un rapprochement avec le travail fait sur «Blonde» et le sien sur «La faculté des rêves». J'ai, pour ma part, retrouvé des ambiances qui me rappelaient plutôt «premier amour» ou «Eux».
Alors, évidemment, il y a des moments de pur éblouissement littéraire mais qui alternent souvent avec des passages plus déconcertants, voire difficilement compréhensibles (les chapitres «abécédaires», par exemple, constitués de vingt-six courts paragraphes -de A à Z-, dont je n'ai pas saisi la signification).
On réussit, malgré tout, à suivre l'histoire de Valérie Solanas, féministe, prostituée, toxico au cours de ces 95 chapitres, tous assez courts même si le fil de la narration se tend parfois du fait du style inattendu et c'est vrai que sa détermination autodestructrice à devenir «la première pute intellectuelle de l'Amérique» nous est bien transmise. Au passage, l'image d'Andy Wharol ressort un peu ternie...
Je comprend que l'auteur ait voulu donner une forme résolument originale à son roman afin de traduire une personnalité hors du commun mais, finalement, je ressors du livre assez déconcertée, le mystère du personnage restant entier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Fx1
  04 juin 2014
Que dire hormis Énorme coup de coeur ? Une telle folie est tellement rare dans le millieu littéraire ! On se régale avec cette histoire qui évite avec brio le glauque pour mieux se concentrer sur le portrait d'une femme hors norme . Certes il faut passer le cap des premiéres pages , mais aprés quel bonheur ! On a rarement eu un texte de cette qualité dans les mains !! Extraordinaire !
Commenter  J’apprécie          60
mlop
  16 avril 2012
On a du mal à entrer dans ce roman atypique. L'histoire est coupée, hachée, racontée par plusieurs personnages centraux. Et c'est bien évidemment cette particularité qui fait de la faculté des rêves un roman original.
Ne vous arrêtez pas aux premières pages, aventurez-vous un peu plus loin. vous prendrez alors conscience de la force de la personnalité de Valérie. Vous découvrirez ce qui l'a mené petit à petit à la folie, jusqu'à tirer sur Andy Warhol.
Personnage mystérieux, à la fois réel et en partie romancé par Sara Stridsberg, Valérie Solanas bouleversera vos codes... et changera certainement votre perception de la société.
A lire avec patience.
Commenter  J’apprécie          50
christinebeausson
  04 octobre 2017
Si vous ne voulez pas risquer comme moi, de recommencer cette lecture après avoir découvert la postface pour l'édition française, commencez donc par venir faire un petit tour page 453, où Sara Stridsberg nous explique ce qu'elle a ressenti en découvrant la vie de Valerie Solanas, ce qu'elle a ressenti avant, pendant et après, ces recherches sur cette intellectuelle activiste féministe américaine.
Valerie Solanas, connue pour son pamphlet SCUM Manifesto, un appel à la lutte violente contre les hommes et à la libération des femmes ( acronyme de Society for Cutting Up Men, « Association pour tailler les hommes en pièces » pour certains ou pour d'autres juste le sens du mot scum, crasse, excrément, racaille, ou salaud en anglais. )
Ainsi que pour sa pièce Up Your Ass , « Dans ton cul », mettant en scène une prostituée mendiante haïssant les hommes, ( la signification du verbe cut up est également discutée, certains le prenant au sens littéral de mettre en morceaux, et d'autres en extrapolant le sens à émasculer. )
Les explications que l'auteur nous donne, jettent un autre regard sur son texte et nous éclairent sur une relecture possible de ces cris remontant d'outre tombe.
Il n'empêche que je reste sceptique sur le phrasé parfois utilisé concernant les narrateurs, les architectes, les psychanalystes, ....
Exemple :
A soleil noir, neige noire, ...
B un sac à mains plein de dollars. ...
C le ciel cette nuit la etait fait de rien. ...
Et ça continue sans rien nous épargner jusqu'au
Z l'explosivité et la peur sont une seule et même chose.
Énumération abracadabrante, douteuse, qui m'a semblé sans grand intérêt !
L'autre reproche que je pourrais faire est non lié à une tournure littéraire mais beaucoup plus à la théorie exposée parfois sur la suprématie de la femme sur l'homme ... travers maintes fois empreinté par des mouvements féministes.
Théorie qui va jusqu'à proposer l'extermination des souris mâles !
Si malgré tous ces conseils, vous vous lancez dans cette lecture et éprouvez de la difficulté à suivre cette fausse biographie, laissez vous guider jusqu'à l'énumération "de l'autre côté de l'alphabet", une merveille d'écriture même si le sujet est éprouvant pour qui a déjà vécu ces instants là :
A la mourante est souvent inconsciente au cours des toutes dernières heures.
....
Z un livre ou un ouvrage manuel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
loeilquifume
  18 juin 2013
Valérie Solanas était une femme étrange. Féministe radicale dans les Etats-Unis des années 70, elle fut surtout connue pour avoir tenté d'assassiner Andy Warhol en 1968. Elle vivait dans ses extrêmes, voulait éradiquer le genre masculin mais a vécu un temps de la prostitution, vouait une admiration féroce à Warhol mais a tenté de le tuer, se voulait libre mais est tombée dans la toxicomanie. Une femme sans repères, passionnée, qui vivait aux confins de la folie. Sara Strisberg propose une biographie de ce personnage hors norme dans ce texte à l'écriture aussi hachurée et non linéaire qu'était la vie de Solanas. On alterne entre des moments biographiques classiques et une immersion dans la pensée tourmentée du personnage. Cet éparpillement laisse au lecteur le soin de construire le puzzle de la vie de Valérie Solanas.

J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce texte, je ne me suis pas prise au jeu peut-être à cause du peu d'empathie que m'inspirait la vie de cette femme, qui n'a pas su exister pour elle seule et s'est perdue dans des idéaux et des passions. Une façon de s'annihiler dans ses rêves et de fuir la réalité
Lien : http://loeilquifume.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
michelekastner
  09 janvier 2013
Son enfance a été piétinée : violée par son père, délaissée par sa mère alcoolique, lâchée par ses deux amis disparus, utilisée par Andy Warhol qu'elle a tenté d'assassiner, Valérie Solanas n'a plus la force de lutter ; elle a brisé une carrière prometteuse de chercheur à l'Université du Maryland et son rêve d'écrivain.
Une histoire sordide, glauque et désespérée.
Commenter  J’apprécie          20
cc
  18 avril 2011
un ovni
dialogue, interview, narration, ...le récit est fait sur plusieurs styles
âme sensible s'abstenir
je ne sais pas si j'ai toujours tout compris car il faut bien avouer que ça nous entraîne loin...
Commenter  J’apprécie          20
Manika
  19 mai 2019
Comme j'ai eu du mal à aller au bout de ce roman, torturé comme son héroïne Valérie Solanas dont Sara Stridsberg trace la vie.

Une écriture riche mais une chronologie assez décousue trouble les pistes, certains thèmes et phrases reviennent à plusieurs reprises comme des refrains donnant l'impression de tourner en rond.



Les styles innovants et changeants tout au long du récit sont eux aussi déstabilisant.

On ne comprend pas vraiment pourquoi Valérie a essayé d'assassiner Andy Warhol, son engagement féministe est plutôt extrême. La relation à sa mère, à son père, ses amies réelles ou imaginaires on ne sait pas très bien, la prostitution, la violence et puis quelques moments de poésie, de rêveries viennent adoucir le tout.

Un roman étrange qui m'a grandement éloignée de ma zone de confort.
Lien : http://keskonfe.eklablog.com..
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
110 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre