AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Leopold Littmanson (Traducteur)Régis Boyer (Éditeur scientifique)
EAN : 9782080706775
276 pages
Flammarion (29/04/1993)
4.09/5   29 notes
Résumé :
Esprit cultivé, supérieur et hautain, Axel Borg se verra condamné pour avoir aspiré à faire partie d'un monde qu'il méprise. Le jeune inspecteur des Pêcheries, envoyé sur une île de l'archipel de Stockholm pour instruire la masse ignorante et vulgaire, n'a aucunement l'intention de se commettre avec elle. Pourtant, Borg le misanthrope, Borg le misogyne - à moins que ce ne soit Strindberg lui-même - succombe, certes sciemment, à l'illusion de l'amour. Mais la Femme, ... >Voir plus
Que lire après Au bord de la vaste merVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Qui lit encore August Strindberg de nos jours ? J'avoue qu'avant de découvrir ce roman paru en 1890, le nom de son auteur ne m'évoquait pas grand-chose, j'aurais même pu le prendre pour celui d'un coéquipier de Zlatan en équipe nationale. Direction la Scandinavie : la vaste mer du titre est la Baltique, pas si vaste que ça en réalité. C'est aussi une mer allégorique, ainsi que la fin du roman nous le suggérera.

L'histoire est centrée sur le personnage d'Axel Borg, fonctionnaire de l'État suédois, envoyé sur une île pour y superviser l'activité des pêcheurs locaux. À première vue, le sujet peut paraître assez austère... Et oui, ça l'est. Pas d'humour ou de légèreté ici, il s'agit d'un roman aussi riant et chaleureux que les paysages nordiques. Strindberg se plaît d'ailleurs à nous offrir de longues descriptions de la nature, ainsi que des développements scientifiques et philosophiques tel que cela se pratiquait au 19ème siècle. Cet aspect sert surtout à appuyer le caractère très intellectuel, réfléchi, introspectif de son personnage principal... qui, durant tout le roman, va contraster avec l'environnement fruste où il se trouve plongé dans le cadre de sa mission d'inspecteur des pêches.

Jamais Borg ne parviendra à s'intégrer à la population de l'île, il en est tout à fait incapable : il est l'archétype de ces individus intellectuellement supérieurs, mais handicapés par un manque criant d'intelligence sociale et émotionnelle. C'est un homme très (trop ?) conscient de ses qualités, et qui souffre de n'avoir jamais trouvé sa juste place dans la société, de tout temps persécuté "d'en bas par les inférieurs, d'en haut par les médiocres". Quand il demande pourquoi les habitants de l'île le haïssent et qu'on lui répond que c'est parce qu'il leur est supérieur, il dit : "Je ne le crois pas, car leur intelligence est insuffisante pour apprécier ma supériorité"... À ce stade, Borg a sans doute perdu la sympathie de pas mal de lecteurs, et il s'en fichera bien d'avoir gagné la mienne. Et que dire de sa vision des relations sociales, des femmes et de l'amour – ou plutôt de ces "instincts féroces qui se dissimulent sous le grand nom d'amour" !

Car le flot des sentiments vient chambouler le bel ordonnancement de la vie de notre scientifique, lorsqu'il rencontre Maria, jeune femme plus si jeune puisqu'elle a déjà trente-quatre ans, dont on apprendra plus tard qu'elle est de celles que "l'homme n'épouse pas", et qui en fin de compte ne semble pas du tout assortie à lui... Mais même la personne la plus rationnelle ne peut lutter face au court-circuitage des fonctions de son cortex préfrontal (voir ma récente critique sur "Les souffrances du jeune Werther"). Faute de pouvoir trouver une compagne à son niveau, Borg se résigne à s'abaisser à celui de la modeste Maria. C'est peine perdue, ils rompent presque aussi vite qu'ils se sont fiancés. La romance est donc courte, ce ne sont pas ses développements qui intéressent l'auteur, mais plutôt ses causes (s'étant longtemps préservé des sentiments, Borg y est d'autant plus vulnérable, de la même manière qu'un organisme surprotégé perd ses défenses immunitaires) et surtout les funestes conséquences de cette passion amoureuse : sans trop spoiler, on devine que tout cela ne se terminera pas par "Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants".

Au-delà de la question de l'amour, les idées qui irriguent "Au bord de la vaste mer", telles que les inégalités fondamentales entre les différents groupes sociaux, devaient déjà faire grincer certaines dents en 1890, et ces pages sont teintées d'une misanthropie et surtout d'une forte misogynie. J'ignore si le personnage de Borg est un avatar de Strindberg ou si l'auteur a fait en sorte de pousser le curseur au maximum pour faire réagir son lectorat. En tout cas cela a fonctionné chez moi, songeant plusieurs fois "Non, il n'a quand même pas osé !" avec ce plaisir de l'enfant qui entend proférer des gros mots. Sans dire que j'adhère à tous les propos et analyses de Strindberg, je mentirais si je prétendais les rejeter totalement... Mais là encore, de nombreux lecteurs ne seront peut-être pas aussi réceptifs. À l'heure où on en est à caviarder Roald Dahl ou frapper J.K. Rowling de damnatio memoriae, il faudrait presque ajouter un trigger warning en tête de chaque chapitre. On peut imaginer ce qui arriverait à l'oeuvre de Strindberg si nos nouvelles Ligues de Vertu avaient la curiosité de se pencher sur elle...

En attendant, la lecture de "Au bord de la vaste mer" reste autorisée, et si ce n'est clairement pas un roman que je conseillerais à tout le monde, il mériterait néanmoins d'être un peu plus mis en lumière.
Commenter  J’apprécie          181
Quelle lecture fastidieuse ! le style n'est pas arrivé à capter mon cerveau. J'ai trouvé sublime, de cet auteur suédois, le bouc émissaire. Est-ce une histoire de traduction ? Borg, inspecteur en pêcheries ayant une haute opinion de lui-même, va bien sûr se faire détester par les habitants de ce port d'une île suédoise. de jolies phrases sur la nature et le fond des mers, rebutant sur les scientifiques. Ensuite ça part sur une histoire d'amour avec des comportements tordus qui m'ont échappés. Trop misogyne à mon goût, manque d'humour. Désolée de faire baisser la note à ce roman qui n'a, jusqu'à maintenant, que des critiques élogieuses.
Commenter  J’apprécie          202
Axel Borg est un être doué d'une intelligence supérieure à la moyenne de ses concitoyens. Conscient de sa valeur, il n'a de cesse de travailler et d'étudier afin de pouvoir exercer sa soif de domination et de pouvoir et ainsi créer une nouvelle race humaine à son image et à son niveau intellectuel rien de moins… Borg se distingue partout où il passe mais son savoir lui attire la haine des autres et surtout, fait de lui un être dangereux qu'il faut à tout prix neutraliser. Ses études universitaires terminées, il obtient un poste de préparateur à l'Académie des Sciences, s'étant spécialement adonné à l'étude des sciences naturelles. Ses supérieurs ayant tôt fait de voir en lui une menace et un intrus, ils s'empressent de l'accabler de travaux d'importance secondaire et rebutants. Borg endure tout et supporte bravement les persécutions pendant sept longues années. Il demande ensuite un poste d'inspecteur de pêche et obtient facilement la place d'inspecteur principal dans l'archipel de Stockholm. Sa tâche consiste à enseigner aux pêcheurs à moins dépendre du stroemming, principale ressource qui menace de disparaître. Borg doit donc leur trouver un nouveau moyen de subsistance qui puisse remplacer l'ancien. Il s'installe donc dans la petite île de Oesterskaer et commence à travailler. Mais, bien que se démenant pour aider les habitants de l'île à améliorer leur sort, il est bientôt en butte à l'hostilité générale de la population qui voit en lui un être qui les méprise et ne cherche qu'à les dominer. Un thème développé dans "Le bouc émissaire". Notre héros commence à trouver la situation intenable quand une jeune femme et sa mère débarquent dans l'île. Borg, qui jusqu'à ce jour, n'a accordé d'importance qu'au savoir et à ses capacités intellectuelles découvre l'amour, ce qui vient bouleverser sa vie et sa façon de fonctionner. La machine commence à s'humaniser mais le savant constate que pour pouvoir conquérir cette femme, il devra laisser de côté sa supériorité et s'abaisser au niveau de celle qu'il aime plus que tout mais qu'il considère comme très inférieure à lui. Comment réussira-t-il ce tour de force de pouvoir concilier cette dualité en lui et s'abaisser sans pour autant renier tout ce qu'il est lui-même ?

Encore une fois, Strindberg m'a fait vivre un grand moment de littérature avec ce livre d'une densité et d'une profondeur d'analyse remarquables. Je sais, le firmament Strindbergien brille de nombreuses étoiles mais comment faire autrement quand on plonge dans l'univers d'un tel génie ? Outre l'histoire d'amour de Borg et de Mademoiselle Maria, Strindberg nous gratifie de magnifiques descriptions de la faune marine, de la flore et du monde minéral d'un archipel suédois. Mais ce qui domine le récit, c'est la personnalité monstrueuse et pourtant attachante de Borg, cet homme tourmenté, solitaire, angoissé, élitiste, supérieur et perfectionniste. Comment ne pas faire le rapprochement avec l'auteur car c'est bien lui que je percevais à travers ce personnage de fiction. Un homme qui essaie de diriger sa vie à sa guise en évitant le contact des autres qu'il juge inférieurs et dont la société le fait dévier de son but et lui fait perdre des capacités intellectuelles acquises au prix de grands sacrifices. La solitude constitue un refuge mais elle mène aussi souvent tout droit à la folie... Je ressors de cette lecture totalement bouleversée ! La fin est tout simplement hallucinante !

« Il s'enivrait de cette idée, sentait comment son Moi croissait, comment les cellules de son cerveau germaient, crevaient leurs écorces, se multipliaient et engendraient de nouvelles espèces de représentations qui, un jour, jailliraient sous forme de pensées, tomberaient dans la substance des autres cerveaux comme des champignons de levain, forceraient des milliers d'êtres à servir de couches pour ses idées germantes — ne fût-ce qu'après sa mort… »

« Fini, l'espoir de sa jeunesse de trouver la femme qu'il cherchait ! « Une femme ayant assez de raison pour comprendre l'infériorité de son sexe à l'égard de l'autre. » » (Strindberg était reconnu comme ayant de fortes tendances à la misogynie et cela transparaît souvent dans ses écrits.)

« Tu vois, Borg, que tu crains la mort ! — Parbleu ! Comme tout ce qui vit et qui, sans la crainte de la mort, n'aurait jamais vécu ! Mais le jugement, vois-tu, je ne le crains pas ; car c'est l'oeuvre qui fait juger le maître, et ce n'est pas moi qui me suis créé ! »
Commenter  J’apprécie          40
Figure nietzschéenne scandinave, Axel Borg, intellectuel et touche-à-tout incompris, mis à l'écart par ses supérieurs hiérarchiques obtus, qui le cantonnent à des tâches subalternes en réponse à ses idées novatrices, demande son affectation dans une île comme inspecteur des pêcheries. Conscient de sa supériorité intellectuelle, il se trouve très vite en bute à l'hostilité des pêcheurs, dont il ne peut s'empêcher de mépriser la vulgarité, ses projets de réforme pour une meilleure gestion des ressources ichtyologiques rencontrant leur inertie foncière. Lors de l'une de ses coutumières sorties en mer, il fait la connaissance sur un ilot, d'une femme de trente-quatre ans, dont il s'avère qu'elle s'est installée avec sa mère dans une maison à proximité de ses quartiers, et qu'il convoite immédiatement, sans nourrir cependant d'illusions à son sujet, ayant déceler chez elle la fausseté, l'inconstance, la puérilité, pour tout dire un terrain propice à l'hystérie. L'homme se fait tout de même un peu violence pour combattre sa pente à l'isolement et répondre à leurs invitations.

Au bord de la vaste mer ménage de très belle description des richesses géologiques, de la faune et de la flore du pays chéri du très fameux dramaturge suédois. Il sourd de ses pages une indiscutable et très lourde misogynie, symptomatique d'une peur viscérale des femmes et d'une conception de l'amour fusionnel inatteignable et forcément déçu. À déposer sous le sapin de votre amie féministe pour égayer le réveillon.
Commenter  J’apprécie          100
On l'a surnommé le Zola de Suède. Et ce n'est pas pour rien ! Longues longues descriptions, personnages torturés et victimes de leur temps, réflexions sur la société… le personnage principal est un scientifique, un passionné de l'érosion qui a une idée bien définie de ce que la société idéale devrait être : la passion amoureuse, lui, ça ne lui dit pas grand-chose ! Et pourtant, c'est bien ce qui va lui arriver, sur la petite île des marins d'Oesterskaer… Mais pour gagner le coeur de celle dont il s'est épris, il lui faudra mettre de côté ses certitudes sur sa supériorité intellectuelle. Ce qui, bien entendu, ne va pas marcher bien longtemps. Dilemmes intérieurs, interrogations de la condition humaine, un récit à la fois pesant et haletant.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Eh ! N'avait-il pas tout lieu d'être content ? Puisque tel avait toujours été son rêve : éveiller l'amour d'une femme, si complètement qu'elle vînt à lui suppliante, rampante, disant : "Je t'aime, daigne m'aimer !" Puisque tel était l'ordre de la nature que la plus faible s'approchât du plus fort avec humilité ! Et non point en conquérante, quoique ce fût encore le cas chez ceux qui vivent parmi des résidus de superstitions décernant à la femme quelque chose de mystiquement sublime – et cela à l'encontre de la science qui a prouvé que le mystique était simplement du désordre, et le sublime un poème créé par le désir exaspéré des mâles !
Commenter  J’apprécie          50
Au début, la disproportion entre ce qu'il était réellement et ce qu'on le croyait être lui parut plaisante ; mais lorsque, dans la suite, la froideur fut suivie d'actes hostiles, il en ressentit une influence défavorable à son état d'âme – comme si un nuage chargé de deux électricités eût plané au-dessus de lui, irritant son fluide nerveux, cherchant à l'anéantir en le neutralisant. Il subissait l'impression que les pensées de cette foule, orientées vers sa personne, avaient le pouvoir de l'abaisser peu à peu, de peser sur son estime propre, en sorte que le moment viendrait où il n'aurait plus foi en lui-même ni en sa supériorité intellectuelle, mais où il partagerait l'opinion des autres le tenant, lui, pour le dément et eux, pour les sains d'esprit.
Commenter  J’apprécie          30
Deux mois de frottement avec d'autres humains, deux mois seulement ; et, grâce à la loi de la modification, il avait perdu la meilleure part de lui-même. Il s'était habitué à donner raison à tous pour éviter une rupture ; en lui avait surgi un homme sociable et souple – et sans caractère. La tête emplie de futilités, contraint de parler une langue abrégée, simplifiée, il reconnaissait que sa gamme idiomatique avait perdu les demi-tons, que ses idées s'étaient aiguillées sur de vieux rails usés, retournaient à la voie de garage.
Commenter  J’apprécie          30
Il fit le tour de l'Europe, rencontrant dans les hôtels et les pensions des gens de tout acabit, nouant des relations fugitives et, forcément, bientôt rompues. Mais, partout, il vit que les hommes d'une même période expriment les mêmes avis sur les mêmes sujets, mettent en avant, comme le leur propre, le sentiment de la majorité, ce qui lui fit découvrir qu'après tout ce ne sont que les pensées de quelques rares esprits que ruminent les masses.
Commenter  J’apprécie          20
Non ! L'amour n'existait pas sans illusion. Et conquérir une femme par la sincérité était impossible : s'approcher d'elle la tête haute, le verbe franc, c'était la repousser loin de soi.
Commenter  J’apprécie          54

Videos de August Strindberg (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de August Strindberg
« Rares sont les auteurs suédois qui ont joué un rôle dans la littérature mondiale. Swedenborg (1688-1772) fut l'un d'eux […]. Un autre fut le Strindberg (1849-1912) des dernières années […]. » (Kjell Espmark)
« La voix de Tomas Tranströmer (1931-2015) est celle d'un homme de notre temps, un homme dont les poèmes nous apprennent qu'il a voyagé […] ; un homme qui est surtout très ordinairement père de deux enfants, qui prend sa voiture pour se rendre à son travail, dort parfois dans des hôtels, et plus souvent encore dans sa propre maison en Suède. […] Rien là qu'un lecteur de cette fin de siècle n'ait pu vivre lui-même. […] […] ses poèmes nous semblent […] un « parti pris des choses ». […] Un monde complexe s'étend sur la page : ainsi la nature suédoise, rugueuse sans être inhospitalière - des fortes profondes, des racines tortueuses, des fjords semblables à des déchirures dans la terre, des pierres partout, la neige surtout. […] Tranströmer ne se voue pas, en le recensant, à la banalité du monde contemporain. […] Trop humble, Tranströmer, c'est-à-dire trop rieur ; il déclarait discrètement éprouver ce litige en évoquant toutes ces « choses qu'on ne peut écrire ni passer sous silence » […] Qu'elle soit métaphore, analogie ou comparaison, l'image redouble la chose, la sort de cette indifférence où le langage que Tranströmer dit « conventionnel » la tient ; la sort de son idiotie en lui donnant un reflet, cette différence dont notre regard nécessairement la doue. Sans doute ce langage « conventionnel » suffit-il à désigner les objets que nous plions à nos usages : leur silence, c'est-à-dire leur façon d'être absents des mots, signale assez notre familiarité avec eux. Mais lorsque soudain nous réalisons leur présence dans son épaisseur et sa différence véritables, alors leur altérité radicale nous apparaît. Ni les noms communs ni nos usages quotidiens n'épuisent ce surplus […]. Ce surplus est l'appel auquel l'image répond […]. Réaliser, c'est prendre conscience et rendre réel ; c'est réponde à la nécessité que deux vérités s'approchent, « l'une de l'intérieur, l'autre de l'extérieur », l'une dicible, l'autre visible, et dialoguent par-delà leur séparation. […] Tel est le sens du face-à-face que crée la poésie. […] le pouvoir infini de création verbale qu'exprime l'image poétique est la métaphore de notre rapport infini au monde. Par lui, nous accédons à la conscience de ce qui nous dépasse. […] » (Renaud Ego)
« […]
Un an avant ma mort, j'enverrai quatre psaumes à le recherche de Dieu. Mais cela commence ici.
Un chant sur ce qui nous est proche.
Ce qui nous est proche.
Champ de bataille intérieur où nous les Os des Morts nous battons pour parvenir à vivre.
(Tomas, Tranströmer, Un artiste dans le nord) »
0:00 - Les pierres 0:45 - Kyrie 1:19 - de la montagne 2:03 - Sombres cartes postales II 2:20 - Haïkus I 2:31 - Haïkus X 2:45 - Générique
Référence bibliographique : Tomas Tranströmer, Baltiques, traduit par Jacques Outin, Éditions Gallimard, 2004
Image d'illustration : https://sis.modernamuseet.se/objects/83349/tomas-transtromer
Bande sonore originale : So I'm An Islander - Lonely Secrets We Had Lonely Secrets We Had by So I'm An Islander is licensed under a CC BY-SA 3.0 Attribution-ShareAlike license.
Site : https://www.free-stock-music.com/soimanislander-lovely-secrets-we-had.html
#TomasTranströmer #Baltiques #PoésieSuédoise
+ Lire la suite
autres livres classés : scandinavieVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (125) Voir plus



Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
147 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre

{* *}